Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité électorale

  • Emmanuel Macron : la raison politique contre les passions déraisonnables.

    51512555-tete-de-pythagore - Copie.jpgFace aux journalistes hier soir à la télévision, le président est apparu comme un homme raisonnable qui fait son travail de président et qui s'efforce d'en convaincre la partie raisonnable de la population, en fait ceux qui l'ont élu, et dont je suis.

    La partie raisonnable de moi-même est satisfaite de la politique du président, mais il y a en moi un être politique qui refuse passionnément ce que représente le président, à savoir un monde qui ne me satisfait pas et qui doit changer, non pas être adapté. Car ce que fait notre président c'est adapter la société française  à un monde qui change très vite et il a raison, mais ce que ne fait pas notre président c'est remettre en cause ce qui doit l'être, à commencer par le système de gestion jacobin dont il est le plus parfait représentant.

    Ce n'est pas raisonnable, mais sans les passions déraisonnables, le monde ne bouge pas. Pour cela il y faut une passion déraisonnable qui a la chance d'être en phase avec le mouvement de l'histoire. Comme c'est le cas des séparatismes et autres sécessionnistes en ce moment.

    Il est en effet déraisonnable d'être nationaliste et souverainiste à l'heure de la fin des Etats nations, tout comme il est déraisonnable de rêver encore de socialisme après l'échec du communisme. Le Pen et Mélenchon relèvent des poubelles de l'histoire, mais pas Puigdemont car son rêve sécessionniste est en phase avec la déconstruction des  Etats nation. Puigdemont est en avance sur l'histoire au contraire.

    Pour être tout à fait rationnel et prendre de l'avance notre raisonnable président devrait essayer  de  comprendre ce qui pousse les Catalans, comme les Kurdes et d'autres, à remettre en cause l'ordre des choses. Cette passion si déraisonnable, mais sans laquelle rien n'avance, cette passion en phase avec le mouvement de l'histoire, c'est la passion de la liberté contre l'asservissement des grands systèmes de gestion, cette passion c'est celle de l'identité contre la transformation des êtres humains en simples producteurs et  consommateurs, cette passion c'est celle de l'homme enraciné et libre  qui refuse de devenir un objet nomade asservi aux intérêts d'une élite mondialisée et manipulé par elles. Cette passion est le ressort tragique de l'histoire et des révolutions, elle échappe à la raison mais elle fait les héros. Mais là nous sommes aux antipodes de la gestion technocratique des affaires quotidiennes. Nous ne  sommes plus dans le monde d'Emmanuel Macron, notre bon gestionnaire de président, mais qui, de ce fait même, ne peut être le héros qu'il rêve d'incarner.

  • Démission de Philippe Richert : l'échec du Grand Est.

    alsacienneB_113_150.jpgGrand serviteur de la cause publique, Philippe Richert n'a pas démérité mais à l'impossible nul n'est tenu, il a parié sur le Grand Est et sur la technocratie parisienne... et il a perdu faute d'avoir joué alsacien. Dans une Europe en marche il n'y a pas de place pour les constructions technocratiques parisiennes. Le Grand Est est une usine à gaz et seule l'Alsace fait sens dans la refondation européenne qu'impose peu à peu le jeu des intérêts et des identités contradictoires.

    Philippe Richert en tire les conséquences mais pas le président Macron qui, à ce jour, maintient la réforme régionale de François Hollande. Dommage qu'il ne comprenne pas que la clé de la relation à l'Allemagne impose l'émergence d'une Alsace résolument rhénane  dans l'intérêt des deux pays.

    Puisse notre président le comprendre et se démarquer de l'héritage désastreux de François Hollande ! Puisse-t-il aussi comprendre que couper les vivres aux collectivités locales trop dispendieuses n'est juste que si elles sont responsables, et non sous tutelle, comme c'est le cas actuellement.

    La gestion des régions de France, ce n'est pas seulement l'affaire des Inspecteurs de Finances de Bercy mais cela devrait être  aussi, et surtout, la concertation démocratique d'élus et de responsables locaux qui ne seraient  pas que de simples mendiants de subventions.

  • La sélection, clé de la réussite en tous domaines.

    zimba.jpg

    C'est une sélection de joueurs de foot que je vous présente en illustration et nul ne conteste le principe de cette sélection pourtant si cruelle aux culs de jatte qui, au nom de l'égalité, ont parfaitement le droit de jouer au foot !

    Pour consoler les culs de jatte rappelons qu'on peut être taré et faire un excellent footballeur. Et que l'on peut être cul de jatte et faire un excellent étudiant. C'est cela l'inégalité  naturelle qui fait que les talents sont diversement répartis.

    Le problème est qu'au nom de l'égalité et dans le plus parfait mépris de la réalité, nous refusons cette sélection nécessaire à la réussite en tous domaines. Le bon artisan sélectionne ses outils et ses matériaux avant de commencer son travail. Seuls les pédagogues méprisent cette sagesse.  Au nom de l'égalité, et par refus de la sélection,  ils considèrent qu'il est juste qu' un élève qui n'a pas son bac puisse  être tiré au sort sur une liste d'admission  en université au détriment d'un excellent élève qui obtient son bac !

    C'est aussi au nom de l'égalité qu'il est interdit de distinguer entre migrants. Au nom de l'égalité en Dieu, ils doivent tous être admis sans distinctions, nous dit le pape. Là encore le principe d'égalité morale aboutit à l'injustice. Un Africain qui demande un visa pour venir en Europe sera défavorisé par rapport au migrant qui force les contrôles et nous contraint à le prendre en charge dans nos réseaux d'aide sociale !

    Pour conclure en ce temps de rentrée scolaire où ressortent les éternelles tartes à la crème des pédagogues il est un mot que l'on aimerait entendre dans la bouche du ministre de l'Education Nationale, c'est le mot "sélection". Il n'en est rien; ce qui m'amène  à douter du sérieux de cette " révolution" éducative dont parle le Président Macron.

  • Région Alsace : propos de foire aux vins !

    imagesD9GUX10O.jpgSource DNA du 28 juillet 2017.

     

    Dans la chaude ambiance de la foire aux vins de Colmar, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. L'occasion de propos qui ne mangent pas de pain  et qui accompagnent bien le Gewürtztraminer. Philipe Richert a donc déclaré qu'il souhaitait que l' Alsace retrouve sa place, et qu'il fallait répondre aux interrogations légitimes des Alsaciens.

    Dont acte, mais il serait temps que les positions se clarifient face à un pouvoir parisien de plus en plus centralisé. Et cela d'autant plus que pour les Républicains la question de la décentralisation est le seul espace d'opposition qui leur reste face au pouvoir sans partage d'Emmanuel Macron. Celui-ci réussit à ce jour un sans fautes qui ne laisse aucune place à une opposition républicaine très proche de ses idées et de sa politique. La question de la décentralisation et de la réforme régionale est le seul espace où les Républicains pourraient s'opposer avec crédibilité. Qu'attendent-ils pour le faire au-delà des propos de foire aux vins ?

  • Législatives 2017:la vraie opposition commence à apparaître.

    photo_urne_standard_100_BL.jpgLe macronisme triomphant c'est  la toute puissance de la technocratie de gauche et de droite, le reste, l'opposition parlementaire de droite ou de gauche n'est plus que littérature pour commentateurs destinés  à amuser la galerie. Et pourtant la vraie opposition vient d'entrer à l'Assemblée Nationale dans le silence général.

    En effet, soit qu'ils soient victimes d'auto intoxication contractée dans les antichambres parlementaires, soit même qu'ils aient reçu la consigne de ne pas en parler, ces mêmes commentateurs ont complètement zappé le fait marquant de ce scrutin, à savoir le succès des nationalistes corses qui envoient trois députés à l'Assemblée Nationale après avoir pris le pouvoir dans l'Assemblé Régionale corse. De plus, et là encore silence des commentateurs, là où la droite parlementaires sauve les meubles comme en Alsace, elle le doit à la consigne de vote des régionalistes qui ont soutenu le bloc informel des candidats alsaciens partisans de  la création d'une collectivité territoriale alsacienne.

    Le cas est particulièrement frappant à Colmar où le triomphe  d'Eric Straumann est dû à son enracinement local, son sérieux dans le travail parlementaire mais aussi au petit coup de pouce de celles et ceux qui ont voulu le remercier de son engagement sans failles pour la création d'une collectivité territoriale alsacienne.

    Quand on ajoute qu'au Royaume Unie ou En Espagne ou en Irlande, les vraies oppositions sont désormais celles des défenseurs des régions,on voit qu'en France aussi la seule et authentique opposition au macronisme technocratique ne peut venir que des rang des défenseurs  des territoires.

  • EM pour Et Maintenant ?

    photo_urne_standard_100_BL.jpgEt maintenant que va faire le président de la majorité confortable que le pays lui a donnée ? Une majorité mais le pays reste méfiant et grondeur. Le poids de l'abstention est un avertissement et l'on peut compter sur Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen pour rappeler au président les vérités qui dérangent, à savoir que la casse sociale n'est pas acceptable, non plus que l'invasion migratoire pseudo humanitaire.

    Quant à nous régionalistes nous ne cesserons de rappeler que la réforme c'est aussi la remise en cause de la pseudo réforme territoriale. L'Alsace a maintenant suffisamment de députés acquis à la collectivité unique pour le rappeler au président. Et maintenant en marche pour de bon, en précisant rapidement où l'on va. Simple bulle médiatique artificielle au départ le mouvement En Marche est porteur d'espoir. Puisse cet espoir ne pas être déçu !

     

  • Le régionalisme alsacien au second tour à Colmar.

    photo_urne_standard_100_BL.jpgUnser land  n'a obtenu que la moitié du pourcentage électoral qui est le sien. Les électeurs alsaciens ont préféré exprimer leur ras le bol et leurs frustrations en votant En Marche pour mieux sortir les sortants, de droite comme de gauche.

    A noter qu'à Colmar Eric Straumann résiste et est bien placé pour devenir le rescapé LR et un futur poids lourd de l'opposition. Ses positions résolument opposées à la réforme territoriale et en faveur d'une collectivité unique alsacienne en font le champion naturel de notre région. Son adversaire du second tour Stéphanie Vuillemin n'exclut pas toutefois la constitution d'un département alsacien mais elle se refuse à mettre en cause la réforme territoriale de Hollande. Avantage Straumann.

     

  • Macron /Merkel veulent protéger les frontières de l'UE, vraiment ?

    obj05975.jpgIl faut se réjouir de la volonté commune franco allemande de protéger l'UE d'investissements étrangers potentiellement déstabilisateurs de l'équilibre économique de l'UE mais l'UE doit également se protéger de flux migratoires incontrôlés assimilables à des invasions. Sur le sujet l'éloignement des populistes des responsabilités politiques ne peut être que provisoire si les dirigeants européens se montrent incapables de prendre les mesures nécessaires pour aider l'Italie et la Grèce à stopper l'invasion migratoire.

    C'est en effet au niveau européen que le contrôle des frontières de l'Union doit devenir effectif. La relative inaction de l'UE en ce domaine fait le jeu de tous les réseaux de corruption qui sévissent en Afrique et d'abord en Lybie.

    Continuer à repêcher les migrants sans les ramener immédiatement en Lybie ou en Turquie est un faiblesse qui encourage le trafic humain. Emmanuel Macron et Angela Merkel sauront ils  faire preuve en la matière du réalisme qui caractérise leurs politiques économiques ? Ou faut il accepter l'argument populiste que les migrations de la misère sont profitables à la prospérité du monde libéral ?

  • Votez régionaliste au second tour aussi !

    images0XC52UC3.jpgL'association de Pierre Klein ICA vient de donner sur Internet la liste des candidats de toutes étiquettes qui s'engagent pour une  Collectivité Unique d'Alsace.

    Après avoir voté Unser Land au premier tour cette liste sera utile au second tour lorsqu'un candidat régionaliste ne sera pas présent. A suivre

     

    Cliquer sur le lien Manifeste pour l'Alsace de notre liste Soutenir.

  • La prison de Colmar et les législatives.

    photo_urne_standard_100_BL.jpgSur le sujet de la future prison :

    lu dans les DN du 7 juin 2017.

    M H de Lacostelareymondie  (FN) ."..il faut associer systématiquement la population à la localisation de cet établissement ..."

    Eric Straumann (LR)    " ..pour une concertation sur l'implantation de cette structure..."

     

    lu dans les DN du 8 juin 2017.

    Philippe Rogala  ( SE)  " ...cette implantation ....doit s'inscrire dans un débat..."

    Didier Ottermann  "combattre les inégalités"     "   construire une nouvelle maison d'arrêt route de Rouffach, sur un terrain  qui semblait idéal pour accueillir un éco quartier, c'est triste "

    Marie-Agnès Strazel  (PS )    favorable au projet, ne s'exprime pas sur l'emplacement.

    Erol Yucel PEJ ( parti communautaire turc )   " Je suis favorable à une nouvelle maison d'arrêt en dehors de la ville " 

    Nadia Hoog   ( Unser Land) "Les Colmariens doivent avoir le dernier mot par référendum "

    Gilles Schaffar  (LO)    Pour la prison mais ne dit rien sur son emplacement.

    Frédéric Hilbert  (EELV) Pour la prison ( une chance pour Colmar selon lui ) mais ne dit rien de son emplacement.

    Stéphanie Vuillement  (En Marche)  Pour la prison  mais je cite  " favorable à l'étude d'autres possibilités d'emplacement sur le ban municipal ou intercommunal "

    Sabrina Blondé  ( Debout la France ) Pour la prison mais ailleurs , je cite  " Le ban communal du Fronholz me paraît être un bon compromis"

    Paul Martin  ( Mouvement des Progressistes)  Pour la prison mais ne dit rien de son emplacement

    Joël Jérôme (SE)    Pour la prison mais je cite  " son emplacement définitif relève d'une concertation entre la ville et ses habitants "

    Christophe Kleitz  ( Vote Blanc )    Pour la prison mais ne dit rien sur son emplacement.

     

    Commentaire  Gilbert Meyer devra remettre son projet en chantier car la plupart des candidats l'exigent, en particulier s'agissant de l'emplacement de la future prison.

    On aimerait bien connaître aussi la position du candidat de  la cause animalière sur le sujet. Nombreux sont les matous et les minettes  dans le quartier sud, et j'imagine que toute la ménagerie du quartier n'apprécierait pas  de devoir cohabiter avec les chats de gouttière qui ne manqueraient pas de peupler les abords de la future prison.  Honni soit qui mal y pense !

     

    "