Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Législatives 2007 :le moins mauvais choix des Colmariens

    La vague bleue des présidentielles  a submergé Colmar. Face à l'archaïsme de la Gauche, les électeurs de notre ville ont voulu manifester leur volonté de changement. Ils ont également sanctionné le FN qui a vieilli avec son chef et n'a pas su s'adapter à la récupération de ses thèmes.

    La même vague bleue semble devoir se répéter aux législatives. Pour les électeurs d'Alsace d'Abord, le choix se fera donc à droite entre les candidats offrant le meilleur accueil aux idées régionalistes et là ils n'auront que le choix....du moins mauvais choix.

    Il faut savoir en effet que les candidats FN et MPF représentent une conception nationale jacobine de la France qui est à l'opposé de notre vision européenne et régionaliste de l'avenir de l'Alsace, mais ils partagent  nos conceptions sur les questions identitaires et sécuritaires.

    Quant à Gilbert Meyer, il faut reconnaître qu'il n'a jamais diabolisé nos idées et notre mouvement, mais son appartenance à l'UMP lui interdit de nous représenter dans un parti qui tient le vote alsacien pour acquis et ne s'en soucie guère. Faut-il alors voter pour Eric Straumann qui vient précisément d'être exclus par l'appareil jacobino parisien de l'UMP ?

    Eric Straumann est pour l'instant en quête d'un destin politique local et il n'est pas hostile à des réformes allant dans le sens de nos idées. Est-il le bon choix pour autant pour les électeurs d'Alsace d'Abord ? Il est impossible de le dire pour l'instant et il nous faut conclure en faisant confiance au bon sens de  nos amis et sympathisants pour faire le moins mauvais choix en attendant les jours meilleurs qui permettront enfin l'expression de la revendication régionaliste alsacienne.

     

    Roland Vernizeau Membre du comité de direction d'Alsace d'Abord. Délégué du mouvement pour Colmar/Centre Alsace

  • Les engagements de Nicolas Sarkozy

    Premier élu de la Nation, Nicolas Sarkozy est aussi celui dont les engagements et les promesses seront suivis sur ce blog avec la plus extrême attention. Certains pensent qu'il sera une "Mme Thatcher", d'autres au contraire qu'il ne sera qu'un Chirac bis, encore pire que lui dans l'art de tromper ses électeurs.

    Il est bien trop tôt pour le dire et il n'est pire ineptie que de le comparer, comme vient de le faire Le Pen, à un dictateur. Le même Le Pen, en voie de gâtisation semble-t-il, a comparé la France à une province sous influence allemande. Décidemment il est temps que le vieux leader du FN prenne sa retraite car il devient pitoyable.

    Il reste que la personnalité de Nicolas Sarkozy est complexe et peut justifier quelques craintes quant à une évolution bonapartiste et ultra jacobine du personnage. Les Alsaciens et les militants d'Alsace d'Abord sont donc dans l'expectative.

    Concernant son engagement de refuser l'admission de la Turquie dans l'Europe, il n'a pas été très percutant face à Barroso, et que dire du choix de Bernard Koushner, partisan de la Turquie dans l'Europe, comme ministre des affaires étrangères. !

     Observons donc et n'oublions pas de rappeler les promesses non tenues le cas échéant !

  • la fausse réforme régionale de Defferre et Raffarin

    Les régions sont à l'honneur paraît-il, mais elles le sont d'un manière bien française qui consiste à parler des problèmes plutôt qu'à les résoudre, voire à les aggraver par des solutions de compromis qui n'attaquent pas les maux du centralisme. C'est ainsi qu'on voit se multiplier les beaux discrours en faveur des régions, de leurs langues et cultures particulières, tandis qu'en même temps , et au nom du régionalisme, on multiplie les coûteuses usines à gaz administratives.

    La décentralisation mise en oeuvre par les lois Defferre et Raffarin aboutit en fait à aggraver le centralisme à la française pour la plus grande joie des féodaux locaux qui cumulent allègrement le département, la région et les machins bizarres du genre CUS, CIVOM, voire "Pays" ou "Grand Pays", en multipliant de manière désordonnée les niveaux de prise de décision et les prébendes. Les contribuables constatent alors que l'Etat central se défausse  des charges sur les collectivités locales mais qu'il ne leur donne pas les moyens d'y faire face, les contraignant ainsi à faire exploser les impôts locaux.

    Le délittement de l'Etat central face aux pouvoirs exorbitants du jacobinisme bruxellois est également aggravé par la fausse régionalisation en cours.Attaqué par le haut l'Etat central l'est aussi par les régions. Il devient de moins en moins efficace car son autorité est de plus en plus nominale, tandis que s'accroît le désordre administratif et que s'accumulent les déséquilibres fiscaux.

    Et maintenant que proposent les régionalistes d'Alsace d'Abord ?

    Ils proposent de remettre en cause les bases jacobines obsolètes de la République en même temps que le jacobinisme bureaucratique de la technocratie bruxelloise, l'un ne va pas sans l'autre. Régionaliser en effet ce n'est pas multiplier les usines à gaz à la Defferre et Raffarin mais c'est au contraire "dégraisser" le fonctionnement de l'administration locale en faisant des économies d'échelle, ce qui passe par la suppression des départements et un réajustement de la fiscalité entre Etat central et régions. Régionaliser c'est par exempler rendre gérable le moloch administratif de l'Education Nationale. Régionaliser c'est faire avancer concrètement l'Europe au niveau des problèmes de terrain interfrontaliers.Les Alsaciens en savent quelque chose, eux qui ne peuvent construire un pont sur le Rhin sans en référer à l'Etat central. 

    Régionaliser est une urgence et le préalable à une refondation de l'Europe. Comment en effet notre pays pourrait-il retrouver son prestige et sa capacité à inspirer l'Europe, si, faute de réformer en profondeur les bases de la République française, il persistait dans la déprime qui fait de lui l'homme malade de l'Europe ? La réforme régionale est donc une réforme qui conditionne l'avenir  au même titre que la réforme des retraites, la régionalisation est donc bien une urgence que seul le mouvement Alsace d'Abord a su comprendre à ce jour en Alsace.

  • la foire écobio de Colmar

    La première foire écobio de Colmar a ouvert ses portes le 17 mai au Parc des expositions de notre bonne ville en remplacement de la foire du même nom qui se tenait traditionnellement à Rouffach.

    Ce transfert illustre le fait que l'écobiologie est devenue une affaire qui marche, l'espace de Rouffach étant devenu trop petit pour accueillir une manifestation qui attire un nombre croissant d'exposants.

    Certains puristes de l'écologie le regretteront, mais certainement pas les nombreux colmariens qui se pressaient autour des stands. Pour eux l'écologie n'est pas un discours politique mais bien déjà une nouvelle manière de vivre et de consommer. Nous ne sommes plus dans les années 70. A cette époque la communauté écologique de Longo Mai faisait les gros titres des journaux. Elle était considérée comme un repaire de dangereux terroristes fumeurs de cannabis. Aujourd'hui à la foire de Colmar la SICA Longo Mai expose ses magnifiques vêtements produits à partir de fibres naturelles, dont le chanvre bien sûr, cette plante aux multiples usages qui mérite réhabilitation.

    Bien entendu l'écologie politique était présente à la foire avec les stands des Verts et du mouvement anti nucléaire, mais il est clair désormais que les militants  les plus efficaces de l'écologie sont aujourd'hui les consommateurs, celles et ceux qui acceptent de manger bio, de se soigner bio, de construire bio et de se déplacer bio en choisissant des modes de production artisanaux et enracinés dans le terroir; ainsi qu'une façon de vivre économen en énergie et respectueuse de la nature. Il n'est pas exagéré de dire à ce sujet qu'une vraie révolution est en marche, silencieuse et non récupérée par un quelconque mouvement d'extrême gauche, mais partagée par tous, une révolution des comportements de consommation dans la perspective du développement durable, une révolution porteuse d'innovation économique et de création d'emplois.

    A juger d'après les stands, les Allemands, les Suisses et les Canadiens ont une longueur d'avance sur nous dans ce domaine, mais en France aussi le changement des attitudes a commencé. La foire écobio de Colmar y contribue et elle y contribuera de plus en plus à l'avenir.Rendez-vous donc dans un an au Parc des expositions.

     

  • Club Vosgien

    La prochaine sortie de la section "Bons marcheurs" aura lieu le mercredi 30 mai, secteur de Sainte Marie aux Mines

    Rendez-vous sur le parking de l'hôpital Pasteur pour le départ en voitures particulières à 8 heures 30. Repas tiré du sac /arrêt en ferme auberge. Organisateur: Denis

  • Der Rhein ist keine Grenze mehr

    Am 8 Mai ist der Autoverkehr zwischen Colmar und Freiburg fast lahmgelegt worden, da so viele Elsässer nach Freiburg wollten. Tatsächlich es lohnt sich die Preise über dem Rhein zu vergleichen. Das Essen ist oft billiger auf der anderen Seite des Rheins und es schmeckt auch.

    Man kann sich nur darüber freuen dass der Rhein keine Grenze mehr ist. Aber wir sollen die Verbindung zwischen unserer Stadt und Freiburg noch verstärken. Also in diesem Hinsicht laden wir die deutschen Freunde herzlich ein, sich mit uns  in Verbindung zu setzen. Sie werden herzlich willkommen. 

  • Bilnguisme : cessons de gaspiller les crédits !

    La FCPE distribue en ce moment des tracts réclamant une Alsace plurilingue, et ces messieurs des syndicats d'enseignants de gauche  réclament des crédits pour que l'on enseigne le swahili ou le berbère dans nos écoles alsaciennes ! Mais de qui se moque-t-on ?

    Mais des Alsaciens bien sûr, ces messieurs du lobby immigrationniste ne peuvent supporter la survie de l'identité alsacienne basée en partie sur la pratique de la langue alsacienne et de l'allemand. Pour tuer cette identité, ils veulent faire table rase de l'ancrage germanophone de la région au profit de l'anglais partout, et des langues allophones dans certains quartiers de nos grandes villes.

     Non seulement cette politique est odieuse au coeur de tout alsacien attaché à sa région mais elle est également nulle pédagogiquement .En effet le saupoudrage des crédits, c'est bien connu, ne permet pas d'enseigner aucune langue sérieusement et dans la continuité pédagogique de la maternelle au baccalauréat. 

    Les Alsaciens ne sont pas dupes et à Colmar ils resteront vigilants et mobilisés pour défendre l'école Wickram et la filière bilingue franco allemande. A noter à ce sujet que des familles immigrées la fréquentent car elles ont compris qu'en apprenant la langue du voisin leurs enfants auront de meilleures chances d'intégration à notre région qu'en apprenant le swahili ou le berbère. Contrairement à certains instituteurs d'extrême gauche, ces familles font preuve tout simplement de bon sens.

  • Roland Vernizeau votre contact à Colmar

    Roland Vernizeau est membre du comité de direction d'Alsace d'Abord et délégué du mouvement pour Colmar/Centre Alsace. Pour tout contact :

    03 89 24 09 27 / 06 63 11 99 93  ou courriel Roland Vernizeau
    Adresse(s) de messagerie :
    r.vernizeau@calixo.net

  • Solidaires à Eguisheim

    Le dimanche 13 mai de 9 heures à 19 heures se tiendra une bourse aux livres dans la salle des Marronniers à Eguisheim.

     

    Le produit des ventes permettra de financer partie de l'aménagement intérieur des locaux en cours de rénovation du site des handicapés de Solidarité du Rhin de Wintzenheim.

    A Eguisheim comme partout en Alsace la devise est Solidarité d'Abord!

  • La parole aux élus, la réponse aux blogueurs

    Les élus colmariens sont invités à utiliser ce blog pour faire connaître leurs points de vue, ils y trouveront en retour les opinions des électeurs et les nôtres.