Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bilinguisme et identité en Islande

    L'islandais est la langue des Sagas. C'est une langue qui a été préservée jalousement depuis l'époque des Vikings, si bien que les Islandais de 2007 lisent sans problème les textes écrits par leurs ancêtres il y a plus de 1000 ans.

    Aucun peuple européen n'est dans ce cas, et l'on comprend l'attachement des Islandais à la préservation de leur langue comme élément fondamental du maintien de leur identité.Ceci explique qu'ils refusent d'accepter des mots modernes comme téléphone, radio, télévision pour inventer des mots à eux formés sur les racines nordiques. Si donc vous cherchez des toilettes en Islande, mieux vaut savoir que cela se dit "styrningar"...Vous ne trouvez des "toilets" qu'à l'aéroport où l'affichage bilingue islando-anglais est de rigueur.

    Ce souci de la pureté de l'islandais n'empêche pas les Islandais d'être bilingues car l'anglais est enseigné dès la maternelle, ce qui laisse rêveur les Alsaciens attachés au bilinguisme.

    Nous savons en effet en Alsace que la langue est un élément fondamental de l'identité. Nous l'avons appris à nos dépens pour avoir subi longtemps  l'acharnement linguistique des Jacobins qui voulaient détruire l'identité de notre région. La situation est différente aujourd'hui car l'Alsace est devenue francophone au point de pousser certains à vouloir y développer priotairement l'enseignement de l'anglais dans un souci d'ouverture au monde ( et cela dans le mépris le plus total de la différence alsacienne)

    Une telle politique linguistique serait une erreur car pour se réclamer du bilinguisme à l'islandaise, il faudrait oublier le dialecte et le fait que l'Alsace est située au bord du Rhin, c'est à dire à la porte de cette Mittel Europa où l'allemand reste la langue d'échange encore plus que l'anglais. Le choix du bilinguisme en Alsace ne peut donc se faire qu'au profit de l'allemand avec incitation aux parents dialectophones à transmettre leur héritage linguistique à leurs enfants. La pratique de l'alsacien restant encore la meilleure base d'apprentissage de l'allemand.

    Pour en revenir à l'Islande et conclure, il faut remarquer que la préservation jalouse d'un patrimoine linguistique n'est pas la garantie du maintien de l'identité. La langue des Sagas n'empêche pas l'américanisation culturelle de l'Islande, en particulier parmi les jeunes générations. Par ailleurs la main-d'oeuvre immigrée travaille essentiellement en anglais dans l'hôtellerie et dans l'industrie de l'aluminium dominée par les Canadiens.Pire, en Islande comme ailleurs la mondialisation va de pair avec américanisation et perte de presque tous les repères. Là encore le combat identitaire va se livrer tôt ou tard, et là encore tout autant que la défense du patrimoine linguistique,le maintien de l'identité dépendra du maintien, ou non, de familles et de communautés stables assurant la transmission des valeurs et la pérennité de la culture.

  • Colmariens en Islande avec Alsace-Islande

    c64bd119ea283b38e14aea79d22dbac9.jpgCatherine Ulrich, la dynamique présidente d'Alsace-Islande avait organisé un tour d'Islande du 13 au 27 juin auquel j'ai participé et dont je vous rapporte quelques impressions et commentaires.

     Un grand merci tout d'abord à Catherine Ulrich pour sa remarquable organisation et le meilleur rapport qualité-prix qu'elle offre pour ce genre de voyage sous le cercle polaire. Catherine Ulrich connaît bien l'Islande et les Islandais dont elle parle la langue, et elle a su faire partager son enthousiasme pour ce pays et ses habitants. Si donc vous aimez les glaciers, les fjords et les safaris photo à la poursuite des baleines, n'hésitez pas à devenir membre de l'association Alsace-Islande.

    L'Islande m'est apparu comme un désert ultra moderne si j'ose dire. Ce pays désertique et glacé est peuplé de 300 000 habitants qui jouissent d'un niveau de vie parmi les plus élevés de la planète. La société islandaise est ouverte sur le monde mais très attachée à la préservation de son identité. Un exemple pour l'Alsace alors ?

    La situation n'est pas comparable mais quelques leçons peuvent être tirées, et la première me semble être le rapport des islandais à la politique. Ces descendants des vikings sont avant tout des gens concrets peu impressionnés par les strass, les paillettes,les ronds de jambe et le parler pour ne rien dire, qui constituent l'essentiel de la politique sous d'autres cieux. C'est sans doute la raison pour laquelle l'actuel président de la république islandaise n'a pas été réélu mais reconduit dans ses fonctions...faute de candidats.

    Un sens concret de la polititique qui se traduit par la poursuite d'objectifs concrets loin des usines à gaz idéologiques qui fondent l'action politique ailleurs.La grande ambition des Islandais c'est de préparer l'après pétrole. Pour le reste ils sont attachés à leur neutralité et viennent d'obtenir enfin le départ des Américains de la dernière base qu'ils possédaient dans le pays. Ne pas croire cependant qu'il s'agisse d'un pays idyllique. La jeunesse islandaise fuit les travaux pénibles et peu gratifiants, ce qui se traduit par l'importation de main-d'oeuvre étrangère avec les problèmes que cela pose. La jeunesse islandaise est en outre très touchée par l'alcoolisme et la drogue.

    On peut pourtant parier que l'Islande saura faire face aux défis de l'avenir et ne pas perdre le nord si vous me permettez cette conclusion appropriée.

  • Législatives 2007, suite et fin

    Gilbert s'en va, Eric arrive, mais ça change quoi à Colmar ?

     

    Gilbert se targuait d'être l'ami de Chirac, puis de Sarkozy, quant à Eric il se veut de la génération Sarkozy, mais pour quoi faire au juste ?

    Pour les Colmariens ce qui importe c'est l'intérêt de Colmar. En choisissant Eric Straumann, ils ont exprimé leur rejet de l'appareil UMP parisien et un désir de changement de génération, mais seul l'avenir dira s'ils ont fait le bon choix.

     Braves, braves les petits soldats alsaciens de l'UMP, mais bien mal récompensés par le petit caporal parisien. C'est en effet le socialiste Jean-Marie Bockel qui va représenter l'Alsace au gouvernement. Secrétaire de la francophonie il aura sans doute pour mission de liquider l'alsacien au profit du franco berbère ou du franco swahili au nom d'un bilinguisme éclairé !

  • Triomphe des idées régionalistes en Belgique

    115df98d59ea4552216938f79847a472.jpgCe matin au lendemain des élections législatives belges la presse belge célèbre le triomphe des chrétiens démocrates conduits par Yves Leterme sur la coalition des libéraux et de socialistes. Mais ce qu'elle se garde bien de souligner ce sont les nouveaux progrès électoraux de nos amis flamands du  Vlaams Belang. Ceux-ci progressent encore avec près de 20% des voix. Ils constituent de manière incontournable le deuxième parti flamand. Ce que la presse belge se garde aussi de souligner c'est que les chrétiens démocrates ont repris les idées du Vlaams Belang, tout comme Nicolas Sarkozy a su récupérer  celles du FN .

    Ce sont donc nos idées décentralisatrices et régionalistes qui triomphent ce matin en Belgique. Un encouragement pour nous autres régionalites alsaciens. Dossier  à suivre.

    J'allais oublier, on a aussi voté en France hier et une vague bleue submerge le pays. Celui-ci a voulu en finir avec les archaïsmes de la gauche et du FN, ainsi qu'avec l'immobilisme centriste. IL faut s'en réjouir, mais pour nous régionalistes alsaciens le combat ne fait que commencer. Pour nous en effet la vraie rupture est celle qui remettra en cause le jacobinisme parisien et permettra à l'Alsace de se prendre en charge.

    La vague bleue ne doit pas  faire oublier non plus les illusionnistes parisiens et leur système de  manipulation politico médiatique. Derrière la vague bleue, il y le record des abstentions sous la Vè république. L'UMP est au pied du mur,le peuple lui a donné tous les pouvoirs. Si Nicolas Sarkozy  ne tient pas ses engagements les Alsaciens sauront s'en souvenir.

  • Oui à la droite, non au tout UMP !

    Les querelles oppsant Gilbert Meyer et Eric Straumann ne sont qu'une tempête dans un verre d'eau. Les deux compères sont tous deux les représentants d'un parti parisien qui s'apprête à faire main basse sur l'Alsace, et peu importe que ce soit le Gilbert ou l'Eric qui soit élu car ce sera toujours l'appareil de Paris qui les manipulera.

     Au contraire à Alsace d'Abord nous n'accepterons jamais le tout UMP en Alsace, et cela au nom d'une saine conception de la démocratie. Voilà pourquoi je vous propose de modifier quelque peu le tract d'Eric Straumann de la façon suivante :

    OUI Alsace d'Abord appartient à la famille de la droite de rupture en Alsace

    OUI Alsace d'Abord représente la légitimité populaire alsacienne

    OUI Alsace d'Abord défend l'intérêt alsacien

    OUI Alsace d'Abord veut la rupture voulue par Nicolas Sarkozy et le rappelera aux Alsaciens si les engagements ne sont pas tenus

    OUI A LA GENERATION DE JEUNE ALSACE

    OUI  A LA SEULE OPPOSITION SERIEUSE EN ALSACE

    OUI A ALSACE D'ABORD avec Roland Vernizeau à Colmar d'Abord