Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Nouvelle victoire régionaliste en Ecosse

    S4.gifC'est une nouvelle gênante pour les jacobins de droite et de gauche; ce qui explique qu'elle a été passée sous silence dans les médias français, mais c'est une nouvelle de taille : la gauche anglaise et les conservateurs ont été écrasés par les nationalistes écossais lors d'une élection partielle à Glasgow, et cela dans une circonscription qui était une forteresse du parti travailliste depuis des années.

    Le transfert de voix en faveur du SNP ( Parti nationaliste écossais ) a été de 22,54 % des voix, ce qui constitue un vrai ras de marée électoral. Le SNP a obtenu 11 277 voix tandis que les conservateurs étaient troisièmes avec 1 639 voix et les libéraux ( centristes) quatrièmes avec 915 voix.

    Le candidat du SNP, John Mason a déclaré que la victoire des nationalistes était un tremblement de terre qui n'était pas mesurable sur l'échelle de Richter.

    Pour faire bonne mesure ajoutons que Gordon Brown le premier ministre de sa Gracieuse Majesté est un écossais..du coin. Une bonne leçon !

    Et pendant ce temps tandis que les Français passent des vacances moroses en comptant leurs sous, Nicolas Sarkozy amuse la classe politique française avec une réformette constitutionnelle sans importance  ! La seule réforme constitutionnelle importante étant celle qui donnera à l'Alsace, comme à d'autres régions françaises, de vrais parlements régionaux disposant de réelles compétences en matière fiscale et d'engagement des dépenses.

    Bravo Bonnie Scots,ensemble continuons le combat du monde qui vient !

  • 14 juillet 1790 celui que nous fêtons

    ozo1_fede_001i.jpgLes régionalistes fêtent le 14 juillet 1790 car il est compatible avec la modernité de l'Alsace, de la France et de l'Europe. C'est un 14 juillet identitaire et voici pourquoi.

    Les faits  L'identité jacobine française ne fonctionne plus. Les Français amateurs de foot savent bien qu'une équipe composée de noirs ne représente pas l'identité nationale, mais seulement  une de ses composantes, à savoir les populations de la Seine St Denis. Malgré la manipulation médiatique, la farce identitaire jacobine éclate au grand jour lorsque les joueurs ignorent ostensiblement la Marseillaise !

    Mais attention ! Les identités régionales sont également tout autant mythiques que celle de la France jacobine. Pour ce qui est de notre région par exemple, l'Alsace de Hansi ( ou de Robert Spieler ?) n'existe plus. Notre région est bigarrée et unilingue francophone ( même si cela est hélas un appauvrissement irrémédiable )

    Analyse  Il n'y a plus de repères identitaires nationaux ou régionaux, et il en sera de plus en plus ainsi. Chacun est appelé à hériter ou à choisir une identité en fonction du milieu dans lequel il est né ou qu'il a choisi, bref, cela s'appelle l'appartenance communautaire, celle que pratiquent les Juifs depuis 5000 ans.

    Conséquences politiques  Il ne s'agit pas de dénoncer le mythe nationaliste jacobin pour lui substituer une identité alsacienne mythique à la grand papa. Le combat régionaliste n'est pas tourné vers le passé, il est au contraire d'avant-garde car il anticîpe un monde de communautés décentralisées multiples. Le combat régionaliste c'est la volonté de rapprocher le plus possible le pouvoir des réalités locales afin qu'il soit en phase avec les aspirations et les besoins des communautés humaines naturelles fondées sur la race,la religion,la langue ou la culture. Cette politique régionaliste d'extrême décentralisation vise à l'expression le plus directe possible de la démocratie. Le régionalisme ne nie pas cependant le niveau national là où il subsiste encore utilement, pas plus qu'il ne s'oppose à la construction européenne là où elle est concrète et nécessaire : Défense et protection d'un espace européen défini par des frontières précises. Finance : l'Euro est une protection financière utile en cas de crise des changes. On peut multiplier les exemples de projets européens concrets et utiles à mettre en chantier par des agences multinationales ou des états ( Airbus, ESA etc)

    Nos buts La construction d'une Europe des nations résiduelles ancrée dans les réalités socio culturelles et socio économiques des régions naturelles et des communautés diverses. Nous voulons affirmer l'identité alsacienne en la dotant d'un Landtag qui serait un relais naturel vers celui du Land allemand voisin. Mais ce Parlement alsacien assurerait aussi la représentation des communautés humaines d'Alsace, dont par exemple celle de la communauté musulmane qui y serait représentée au même titre que les communautés juives et chrétiennes. Le régionalisme ne craint pas le communautarisme, mais il veut l'organiser pour une meilleure gestion des différences et le respect des lois régionales, nationales et européennes qui s'imposent à toutes les communautés.

    C'est aujourd'hui le 14 juillet, eh bien fêtons-le ! Mais pas le sanglant 14 juillet 1789 qui annonce tous les délires jacobins, mais bien le 14 juillet 1790 placé sous le signe de la Fédération et de la diversité française d'alors.  14 juillet 2008, fêtons la diversité française et européenne d'aujourd'hui en affirmant notre différence alsacienne !

  • Suisse, la démocratie que nous envions

    300px-Flag_of_Switzerland_svg.pngLe plus important parti suisse, l'UDC, a réuni 115 000 signatures pour réclamer l'organisation d'un vote contre la construction des minarets. 100 000 signatures suffisaient pour l'organisation du référendum.

     Heureux Suisses qui ont le droit de s'exprimer démocratiquement sur tous les sujets ! En France le système verrouille l'emploi du référendum et pratique l'abrutissement médiatique pour détourner les citoyens des affaires qui les concernent.

    Autre chose, il parait que l'Europe est trop loin des citoyens, mais alors pourquoi nos élites ne nous proposent-elles pas de construire une Europe à la suisse précisément ? Une Europe qui, comme la Suisse, respecterait les identités et les cultures diverses de ses citoyens et fonctionnerait sur le principe du référendum et de la démocratie directe.

    Si un telle Europe était proposée aux Européens, nul doute qu'ils aimeraient l'Europe de nouveau. Qu'en pensez-vous M. Sarkozy, vous qui êtes censé  faire quelquechose de la présidence européenne que vous venez de prendre en charge ?

  • Lettre ouverte d'Alsace d'Abord aux députés ump

    Lettre ouverte  à Richard Mallié, Frédéric Lefèbvre, Jean-Luc Warsmann
    et aux quelques députés UMP qui veulent maintenir le référendum obligatoire
    pour l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne.

    par Jacques Cordonnier, président du mouvement régionaliste Alsace d'abord


    Strasbourg, le 8 juillet 2008

    Jacques-Cordonnier.JPGMessieurs les députés,

    Les discussions chaotiques sur le projet de réforme constitutionnelle, au sein même de la formation politique à laquelle vous appartenez, montrent l'importance du point 33 du texte gouvernemental. Les tractations à rebondissements entre députés et sénateurs de l'UMP, les marchandages entre l'Élysée et une partie des députés de l'UMP sur la question du référendum pour ratifier les futures adhésions à l'Union européenne, et en particulier celle de la Turquie, créent, comme vous le savez, un profond malaise chez les Français.

    Ce référendum voulu par Jacques Chirac en 2005 a été voté par les parlementaires de l'UMP sous la houlette de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur et président de l'UMP. Ces mêmes parlementaires s'apprêteraient, trois ans plus tard, à retirer le référendum obligatoire de la constitution, à la demande du président de la République ? Le référendum pour la Turquie et le Monténégro, jugé bon par les parlementaires UMP il y a trois ans, deviendrait inutile aujourd'hui ?

    La question de l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne est une question essentielle pour l'avenir de l'Europe ; elle fait de l'article 33 le point crucial du projet de loi constitutionnelle. Les Français, en grande majorité, sont hostiles à l'entrée de la Turquie dans l'Union. Si la ratification par référendum était supprimée, les électeurs n'auraient plus de doute sur le double langage qui leur est tenu depuis tant d'années. Ils pourraient s'en souvenir aux prochaines élections européennes. Ce serait une nouvelle fois le projet européen qui en ferait les frais, comme cela a été le cas en 2004, lors du référendum sur la constitution européenne.

    De la même manière, une nouvelle rédaction de l'article 88-5 de la constitution serait ressentie comme une manoeuvre insincère. Tout compromis sur cette question serait une mauvaise solution : référendum d'initiative populaire ou choix laissé aux parlementaires de renoncer au référendum sont des solutions hypocrites. Pour faire sauter ce prétendu "verrou", il suffirait qu'un futur chef de l'État choisisse à son tour de changer la constitution.

    Permettez aux Alsaciens de donner leur avis sur le projet européen et sur l'intégration de la Turquie. En 1992, lors du référendum sur le Traité de Maastricht, c'est l'Alsace qui a donné au OUI son meilleur score : plus de 65 %. En mai 2005, Les Alsaciens ont dit OUI à 53,44 % au projet de constitution européenne. En même temps, 92 % des Alsaciens se sont déclarés opposés à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne – sondage Dernières Nouvelles d'Alsace-Iserco du 16 octobre 2001. Cette corrélation ne doit étonner personne. Ces chiffres prouvent, s'il en était besoin, que le sentiment européen ne peut prospérer que si les frontières et le projet européen sont clairement définis.

    Messieurs les députés, vous êtes de ceux qui ont affirmé que le référendum de ratification introduit dans la Constitution en 2005 devait être maintenu. Puissiez-vous résister aux pressions que l'on sent chaque jour plus fortes et ne pas céder aux propositions de compromis. Il est court le chemin qui va du compromis à la compromission. Votre responsabilité vis-à-vis du peuple français est immense et il faudra donc que vous preniez vos responsabilités lors du prochain congrès à Versailles.

    Veuillez agréer, Messieurs les députés, l'expression de ma parfaite considération

  • Les casques à pointe moins c...que nos sénateurs ?

    f6d8_2.jpgAu lecteur de juger et de comparer.

    Le refus des sénateurs d'inscrire les langues régionales dans la Constitution française témoigne pour le moins d'un terrible manque de sens politique. A tout prendre les Allemands de 1911 étaient plus intelligents dans leur politique face à l'Alsace et aux particularismes linguistiques. Que l'on en juge.

    En 1911, le Kaiser n'hésita pas à doter notre région d'une Constitution lui reconnaissant son propre Parlement et la reconnaissance de la langue française ainsi qu'en témoigne l'article 26 de la dite Constitution :

    ARTICLE 26

    La langue officielle des autorités et des institutions publiques, ainsi que la langue d'enseignement dans les écoles du pays est l'allemand.

    Dans les régions où la majorité de la population est francophone des exceptions peuvent être autorisées au profit de la langue française en vertu de la loi relative à la langue officielle du 31 mars 1872. De même, le président ( du Parlement) peut autoriser l'usage du français comme langue d'enseignement conformément à l'usage précédent en vertu de l'article 4 de la loi relative à l'enseignement du 12 février 1873.

     

    Fin de citation. Tout commentaire est superflu.

  • Gutes und preiswertes Essen drüben in Freiburg

    120px-Wappen_Freiburg_im_Breisgau_svg.pngWas tun um das 26 ten Jubiläum einer Ehe zu feiern ?

    Vielleicht die Sales in Freiburg angucken, und gutes Essen und Trinken in der Altstadt geniessen ?

    Das war aber nicht der Plan. Mit der gnädigen Dame hatte ich geplant hoch ins Schauinsland, mit der Seilbahn zu gondeln, und danach zu Fuss, wieder ins Tal herunterzuwandern.

    Aber als wir am Bergfuss das Auto parkten, regnete es stark und der ganze Berg war von Nebeln verschleiert. Also kam das Wandernprojekt...ins Wasser. Und so landeten wir in der Alstadt, um die Sales umzuschauen, und um in einem gemutmlichen Lokal essen und trinken geniessen.

    Für zwei Personnen, In der Englers Weinkrugle bezahlten wir 38, 60 € ein drei Gänge Menu + 2 Kir Royal mit Sekt, mit 1/4 Liter Rotburgunder und espresso. Wo hätten wir ein so preiswertes Essen auf dieser Seite des Graben bezahlt ?

    Aber im Freiburgem Schlossberg Parkhaus kostet das Parken 4, 80  € für drei Stunden. In Colmar kostet es nur 3, 30 €.

    Es lohn sich trotzdem nach Freiburg zu fahren nee ?