Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Nach uns die Sintflut ? Après nous le déluge ?

    CHY96_283-arche-de-noe.jpgAus der "Badischen Zeitung" (27 12 08)

    Es ist leicht zu erwarten, was sich die meisten Politiker zum Jahreswechsel von den Bürgern wünschen : dass sie kaufen, kaufen und noch mal kaufen. Noch vor Jahren hörte man zur Weihnachszeit Mahungen, die Generationen von heute sollten nich die Zukunft künftiger Generationen verprassen. Sie scheinen längst vergessen. Längst verdrängt scheint auch die Umweltkrise, die vor der Finanzkrise die Politik beherrschte. Jetzt droht die Wirtschaftkrise und da gilt offenbar nur noch Wachstum, Wachstum, Wachstum.

     

    Extraits du "Badische Zeitung" ( 27 12 08)

    Il est facile de deviner ce que la plupart des politiciens attendent de nous en cette fin d'année : de la consommation, de la consommation, toujours et encore ! Il y a encore quelques années, à l'époque de Noël, on entendait encore des voix pour rappeler qu'il fallait penser aux futures générations et cesser de gaspiller. Ces mises en garde sont oubliées depuis longtemps. Oubliée la crise écologique depuis que la crise financière domine la politique. Et maintenant que se précise la crise économique on ne parle plus  que de croissance, encore et toujours plus de croissance!

     Darauf zielt ein ganzer Strauss von Vorschlägen. CSU und FDP wollen die Steuern senken, viele Christdemokraten die Sozialabgaben; einige Sozialdemokraten und Linke wollen am liebsten Konsumgutscheine von 150 bis 500 € verteilen-andere wollen den Solidaritätszuschlag abschaffen. Wieder andere fordern milliardenschwere Konjunkturprogramme des Staates.

     Pour relancer la croissance les propositions ne manquent pas. La CSU et le FDP veulent baisser les impôts, beaucoup de chrétiens démocrates veulent réduire les cotisations sociales. A gauche, certains sociaux démocrates proposent même de distribuer des bons d'achat de 150 à 500 €, d'autres encore veulent supprimer la CSG ( cotisation sociale de solidarité). Et puis il y a ceux qui veulent que l'Etat dépense des milliards en plans de relance.

    Zugegeben : Nicht alle Vorschläge sind ganz falsch. Aber wer möglischst viel Wachstum anstrebt, sorgt für immer schnelleren Verbrauch endlicher Ressourcen, der sich in den kommenden Jahrzehnten bitter rächen wird..Zwar auch kann der Staat durchaus Schulden machen, wenn er damit auch für künftige Generationen bleibende Werte schafft. Nimmt er allerdings Kredite auf, um den Konsum zu steigern,  dann müssen die künftigen Generationen dafür bezahlen. Aber diese Bedenken scheinen vor der Krise nicth zu zählen. (Also) ..nach uns die Sintflut  ?

    D'accord, toutes ces propositions ne sont pas totalement fausses. Le problème est que vouloir beaucoup de croissance accélère la consommation de ressources non renouvelables avec l'inévitable retour de bâton à venir. Quant à l'Etat il peut bien sûr s'endetter, mais à condition de créer des valeurs durables pour les générations à venir. S'il s'endette pour augmenter la consommation, ce seront les futures générations qui paieront. Mais face à la crise ces considérations ne comptent pas. (Alors)... après nous le déluge ?

  • Le Thaler rhénan : une monnaie pour le développement de la micro entreprise et le développement régional ?

    180px-Mariatheresientaler.jpgSous le titre " Une monnaie contre la pauvreté", les mécanismes de fonctionnement d'une monnaie alternative solidaire sont très bien décrits dans les DNA de ce 24 décembre auxquels je renvoie le lecteur curieux d'en savoir plus.

    La crise financière n'en est qu'à ses débuts car les divers plans de relance vont démontrer de plus en plus que le monde est financé en monnaie de singe qui, de surcroit, ne fournit du crédit qu'aux riches et aux multinationales, à l'exclusion des PME et des nouvelles entreprises. C'est dans cette perspective que les monnaies solidaires locales sont appelées à jouer leur rôle.

    Nous savons que fonctionne déjà à Fribourg un Thaler local( der Freitaler) qui ne demande qu'à fonctionner, y compris de ce côté-ci du Rhin.

    Bien sûr en ce 24 décembre il ne faut pas trop croire au Père Noël en la matière, mais il n'est pas interdit de présenter déjà des éléments importants de l'organisation du monde de demain, un monde qui sera nécessairement à la fois plus solidaire et plus ancré dans les réalités locales.

    Joyeux Noël solidaire avec les plus pauvres mais d'abord joyeux Noël aux  nôtres en Alsace et en Europe réelle !

    Frohe Weihnachten an allen !   A schöni Winachtzit !

     

  • Non à la discrimination anti alsacienne !

    images.jpgL'ANPE de Guebwiller a refusé une offre d'emploi d'une entreprise alsacienne travaillant de chaque côté du Rhin au motif que la connaissance de l'alsacien était souhaitée  ( non exigée) par l'employeur.

    L'agence a motivé son refus au nom de la loi anti-discrimination dont l'organisation tutélaire est la HALDE. Selon cette loi une offre d'emploi ne peut mentionner que la connaissance d'une langue nationale,à l'exclusion de l'alsacien donc. Il n'est pas possible de mentionner l'alsacien comme élément de qualification à l'emploi.

    Résultats : Dans le Haut Rhin plus de 10 000  emplois ont été perdus en Suisse et en Allemagne pour incompétence linguistique alors même que l'alsacien est parfaitement compris dans le Land de Bad voisin et dans la région de Bâle!

    Encore une fois jacobinisme est équivalent de stupidité !

    Pour en savoir plus lire l'article d'Henri Scherb sur le site Unsri Heimet.

     

  • Non au démantèlement de la télé régionale !

    images.jpg A toute nouvelle dégradation de la situation de FR3 Alsace et au démantèlement progressif des émissions en Alsacien !

    Trop c'est trop! A quand la nomination des journalistes régionaux directement depuis l'Elysée !

  • Non au travail le dimanche !

    images.jpgA toute atteinte au Droit Local qui depuis longtemps règle de manière satisfaisante les dérogations au travail le dimanche en Alsace !

    Paris et Sarko pas touche au Droit Local et au repos dominical !

  • Non au travail le dimanche !

    JA7FCAHVR1N6CAN6MEHYCAKKLOD7CAQI3EVBCAC74QIXCARHLM5ACAR0P8H1CAB5C7Y3CAP8YTVICAZYXY13CAUIFJ0ICA2W4FRUCARKYCNTCAZLZCMZCARDJDUJCAPT2NVLCA5CQB8QCA1U6S3SCAPYLP6N.jpgC'est un certain hl qui le dit sur un forum des DNA. Réagissant à l'éditorial d'Olivier Picard du dimanche 14 décembre voici ce qu'il écrit :

    " L'ironie du sort serait de supprimer de fait le repos dominical pour travailler plus ( et...gagner moins) à l'heure même où la crise financière et l'effondrement économique qui commence, remettent en cause les fausses valeurs consuméristes !

    Voulons-nous, ou non, évacuer Dieu et le temps sacré de nos vies ? C'est une autre manière de faire un choix de civilisation.

    Quant à ceux qui prétendent que Dieu n'est pas compatible avec le fonctionnement d'une économie moderne, je les renvoie à Israël le jour du sabbat,ou encore à Dubaï le vendredi...

    Il est bien cet hl, il pense comme nous ne trouvez-pas ?

  • Une devise régionale à Fribourg ? Eine Regiowährung in Freiburg ?

     

    argent-especes-monnaie_~u10212760.jpgLe système mondialisé est en crise malgré tous les plans de relance financés en monnaie de singe. Existera-t-il un jour de l'argent sain de nouveau ? Nul ne sait mais la création d'une devise locale et régionale est peut-être un début de réponse, c'est du moins ce que pensent des citoyens de Fribourg.

    Das Weltfinanz-und Wirtschaftsystem ist krank, ungeachtet aller Ankurbelungsmassnahmen die mit leeren Wörtern statt voller Kassen, finanziert werden. Wird es noch wieder gesundes Geld geben ? Niemand weiss es, aber die Einführung einer lokal-regionalen Währung ist vielleicht der Beginn einer Lösung, so denken ein Paar Bürger aus Freiburg.

    Depuis le 15 novembre circule à Fribourg une devise alternative qui a vocation à s'étendre dans toute la région de chaque côté du Rhin. A Fribourg vous pouvez déjà payer en devise régionale au Café Domino dans la Konvikstrasse. Les Thaler (libres) ont la valeur exacte de l'euro mais ils correspondent exactement à l'économie réelle car ils ne disparaissent pas de la Région. Ils ne sont acceptés que par les artisans, les professions libérales et les entreprise de la région de Fribourg. Ils ne disparaissent donc pas de la région sous forme d'intérêts, de taxes ou de profits spéculatifs. Aussi longtemps qu'ils ne sont pas changés en Euros,ils restent en région comme moyens de paiement.

    Seit dem Samstag 15 November is es so weit. In Freiburg kursiert eine alternative Währung die man, potentiell, auf beider Seiten des Rheins annehmen könnte. In Freiburg kann es schon mit (Frei)tälern eingekauft werden, aber nur in ein Paar Geschäften. Der (Frei)taler entspricht im Wert genau dem Euro, aber der verschwindet nicht aus der Region. Weil nur Gewerbebetreibende, Freiberufler und Unternehmen aus Freiburg und dem Umland (Frei)tälern annehmen, fliesst die neue (Frei)tälerkaufkraft nicht in Form vom Gewinnen,Zinsen, Steuern oder sonstigen Zahlungsvorgägen woandershin ab. Solange sie nicht in Euro zurückgetauscht werden, bleiben die (Frei)täler stets in der Region als Zahlungsmitteln erhalten.

    Pour l'instant trois douzaines d'entreprises acceptent la devise régionale en échange d'euros, mais ce n'est qu'un début. Vous pouvez changer au Café Domino à Fribourg pour l'instant.

    Bisher nehmen rund drei Dutzend Unternehmer die Regiowährung als Euroersatz an. Es ist aber nur ein Anfang. Die erste (Frei)täler Ausgabestelle ist das Café Domino in Freiburg.

    Bien entendu cette devise relève pour l'instant de l'utopie mais elle est une réponse juste à la crise financière. Si le système financier mondial devait s'effondrer,l'euro et les devises régionales constitueraient les éléments incontournables de la reconstruction d'une économie saine.

    Natürlich ist heute die Währung eine reine Utopie. Sie ist aber eine richtige Antwort zur Weltfinanzpleite. Falls das Welfinanzsystem zusammenbrechen sollte, wären der Euro und etliche lokale Währungen die unentbehrlichen Fundamente der wiederaufbau einer gesunden Volkswirtschaft.

    Mais alors pourquoi ne pas revenir au franc ou au d-mark tout simplement ?

    Aber warum nicht den Franc oder die D-mark ganz einfach wieder einführen ?

    Parce que ces devises n'étaient que des éléments de l'ancien système de l'économie spéculative globale aujourd'hui en faillite.

    Weil diese Währungen auch Teile waren, des alten System der globalen,spekulativ Finanzwirtschaft die heute Pleite macht.

    Les banques sont sauvées pour l'instant et nous n'assistons pas à leur effondrement général,mais elles sont en sursis et l'avenir va jous surprendre.

    Momentan sind die Banken gerettet worden und wir erleben nicht ihren globalen Zusammenbruch, sie sind aber nur zurückgestellt worden und die Zukunft wird uns überraschen.

     

  • Miss France ou miss mondialisme ?

    news.jpgElle s'appelle Chloé Mortaud, elle est métis,née au Missisipi et possède aussi la nationalité française.

    Physiquement elle n'est pas mal et n'a pas l'air trop bête, elle  devrait faire une miss "France" acceptable, mais ni plus ni moins que la plupart de ses concurrentes, à commencer par Miss Alsace qui a obtenu le prix de l'élégance. 

    Est-ce que ce genre de spectacle truqué valait un commentaire ?

    Oui car les prix décernés par le monde télémédiatique ou littéraire sont attribués en fonction de considérations qui n'ont rien à voir parfois avec l'excellence, mais bien avec la politique et l'idéologie dominante.  Après l'attribution des prix littéraires à des auteurs étrangers francophones dont le mérite est indéniable, mais qui ont surtout l'avantage  de ne pas avoir le handicap de s'appeler Dupont, l'idéologie mondialiste et afroaméricanophile du moment (qui fait se pâmer les commentateurs parisiens) ne pouvait pas ne pas imposer l'élection d'une   métis et surtout d'une américaine. Son nom est bien français par contre, peut-être qu'en métissant la nouvelle miss " France" à un de nos prix littéraires on verrait briller de nouveau "l'universel génie français "? Cocorico !

     

     

  • Jacques Cordonnier : Premier bilan pour le Président d'Alsace d'Abord

    Jacques_Cordonnier.jpg Les militants et sympathisants du mouvement régionaliste Alsace d'Abord ont écouté Jacques Cordonnier dresser un premier bilan de son action à l'occasion d'un repas festif de fin d'année organisé le samedi 6 décembre à Ungersheim. Etaient également présents le Conseiller Général Christian Chaton et Madame,le Général Alain Voelckel et le Président de Jeune Alsace Fabrice Lauffenburger entouré de jeunes militants venus en nombre.

    Jacques Cordonnier, élu en avril 2008 à la tête du mouvement a porté des toasts pour remercier celles et ceux qui ont porté le renouveau d'Alsace d'Abord au cours de l'année écoulée. 2008 aura été l'année de la réorganisation du mouvement et de la mise en place de sections locales. Jacques Cordonnier a également évoqué les nombreux ponts établis vers ceux qui partagent la sensibilité régionaliste au-delà de notre parti. L'amicale présence à ce dîner de Noël de personnes appartenant au Modem et au Nouveau Centre en a été l'illustration.

    Il reste à mieux faire connaître auprès du grand public la justesse et l'actualité de nos idées et nos objectifs. Pour ce faire Jacques Cordonnier s'est entouré d'une équipe spécialement chargée de déployer en 2009 une campagne de communication globale mettant en oeuvre des actions ciblées. On peut compter sur Jacques Cordonnier pour s'y employer. Parcequ'il est un chef d'entreprise qui se bat malgré la crise, Jacques Cordonnier est particulièrement préparé à piloter le mouvement régionaliste dans la tempête politique et sociale qui s'annonce. On peut lui faire confiance et investir dans l'avenir de l'Alsace en militant à ses côtés.

  • Réforme territoriale: non à l'Etat central UMPS !

    200px-Drap_alsace.jpgDans un éditorial publié dans le Figaro en date du 28 11 08, Adrien Zeller pour l'UMP et  le socialiste Jean-Jacques Queyranne, respectivement Présidents de la Région Alsace et de la Région Rhône-Alpes, développent  une même conception technocratique de la réforme territoriale.

    Bien entendu ils n'évoquent pas la question de la réforme de la fiscalité qui est nécessairement liée à la réforme territoriale. Or cette réforme de la fiscalité conditionne toute réforme sérieuse de la gestion territoriale, mais il s'agit là d'une question taboue qu'à l'évidence les gestionnaires UMPS de l'Etat parisien ne souhaitent pas aborder.

    Adrien Queyranne et Jean-jacques Zeller sont interchangeables comme les Régions abstraites qu'ils bricolent au gré des élections prétendument régionales. Dès le départ leur analyse est faussée car ils voient les Régions depuis Paris et non pas en partant des aspirations locales des citoyens. Ils n'ont cependant pas tort lorsqu'ils dénoncent en commun les idées fausses au sujet de la réforme territoriale. Malheureusement ils n'en tirent pas les conséquences politiques en rejoignant les Régionalistes.

    Première idée fausse selon eux et à juste titre: la taille des Régions n'est pas un critère décisif de rationalité en termes de gestion territoriale. Cela tombe sous le sens en effet. Si vous additionnez des espaces peu développés économiquement vous ne ne créérez pas une Région forte. Mais faut-il pour autant créer des régions artificielles au nom de la rationalité économique ? La Corse est une Région naturelle qui serait peut-être gérée plus rationnellement si elle était incluse dans une grande région Pacacorse. On sent pourtant le caractère artificiel d'une telle proposition inacceptable pour les Corses. Mais de la part des technocrates tout est possible. Ils sont capables de prétendre que la Corse s'arrête à Montélimar puisqu'ils prétendent que l'Europe inclut la Turquie et s'étend jusqu'à la frontière irakienne ! Les technocrates construisent des usines à gaz, pas nous !

    La deuxième idée fausse serait de tenir pour évident  qu'un niveau de collectivité est de trop. Il est vrai en effet qu'entre le niveau communal et le niveau régional, la plupart de nos voisins se sont dotés d'un niveau d'organisation territorial infra régional :Kreise en Allemagne par exemple. Mais ce qu'Adrien Zeller ne dit pas est qu'il n'est pas nécessaire d'y associer un niveau politique.La grande qualité des fonctionnaires territoriaux permet de faire l'économie d'un assemblée départementale élue.

    Troisième idée fausse selon les bons apôtres de l'Etat UMPS, la suppression d'un échelon de collectivité ne déboucherait pas sur des économies substantielles. Selon eux les dépenses de fonctionnement ne représentent que 10% du budget, les 90% restant financent les politiques publiques de constructions de lycées et de transports ferroviaires.C'est exact sauf que si l'on veut assainir le budget de l'Etat,  10% d'économie ce n'est pas négligeable quand l'Etat n'a plus d'argent. De plus les citoyens payeurs d'impôt locaux peuvent légitimement se poser des questions sur certaines dépenses de fonctionnement ostentatoires de nos élus locaux consacrées au fonctionnement.

    Adrien Zeller et Jean-Jacques Queyranne ont parfaitement raison par ailleurs de dénoncer la quatrième erreur qui consiste à réduire la réforme territoriale au débat sur le couple Région-Département. C'est bien en effet l'uniformité de l'organisation territoriale qu'il faudrait revoir. Mais une telle remise en cause impliquerait une réforme de nature fiscale, sujet tabou qu'ils se gardent d'évoquer.

    Les deux présidents de Région osent cependant faire remarquer que l'Etat est responsable de la confusion actuelle des pouvoirs locaux. Ne pas le voir est la cinquième erreur selon eux. Façon pudique pour nos deux grands commis, élus peut-être, mais culturellement jacobins, de ne pas mettre les pieds dans le plat pour dire que l'Etat parisien n'a pas tiré toutes les conséquences de la décentralisation dans l'organisation de ses propres services. Il maintient les fonctionnaires sur le terrain sans "dégonfler" les administrations centrales. Les économies sont à trouver dans la suppression de ces doublons.

    Sixième erreur selon Adrien et Jean-Jacques : ignorer l'influence du mode de scrutin sur l'action des collectivités territoriales. Ils font allusion à une proposition selon laquelle des conseillers territoriaux élus dans le cadre des cantons, siègeraient à la fois au Conseil Général et au Conseil Régional: ce qui entre autres ( Mais cela Jean-Jacques et Adrien se gardent de le dire) multiplierait les indemnités des élus et aurait pour conséquence de voir apparaître des conflits entre les intérêts locaux et les stratégies régionales. Nous osons le dire et nous demandons la suppression des Conseils Généraux élus, les fonctionnaires départementaux devenant alors des fonctionnaires territoriaux régionaux.

    La septième et dernière erreur reviendrait à considérer que la Région est moins légitime que le Département Il va sans dire que les régionalistes sont là en plein accord avec les Présidents de Région. Le seul problème est que sans un mouvement politique régionaliste, les meilleures analyses n'aboutissent à rien.

    Conclusion : Les Présidents de nos Régions veulent mettre un pied dans la porte de la décentralisation inachevée que le pouvoir hypercentralisé de Nicolas Sarkozy tente de refermer. C'est ce retour au jacobinisme élyséen à l'ancienne, déjà sensible dans l'audio visuel, qui  justifie notre combat pour l'Alsace. C'est aussi la raison de notre vigilance à l'approche des élections régionales.

    Verrons-nous à cette occasion le charcutage, par les Préfets, de régions artificielles, associant par exemple l'Alsace à des morceaux de Franche-Comté et de Bourgogne sous un  habillage technocratique de pseudo rationalité économique ?

    La vérité est que la Région Alsace, formée de deux départements, est une région naturelle qui a toute sa place dans l'espace rhénan et tous les atouts de la compétitivité internationale, elle peut même se suffire à elle-même au sein de l'Union Européenne. C'est là son avenir et le sens de notre combat.

    Pas chiche Monsieur Zeller !