Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'identité nationale : plus qu'un morceau de papier ou de plastique

    carte_identite.jpgA l'heure de la mondialisation et de l'immigration massive la question de l'identité est incontournable et ne se réduit pas à la seule obtention de papiers dits d'identité. Sur le sujet d'ailleurs faut-il rappeler que jusqu'à cette année les sujets de sa Majesté britannique n'avaient pas de cartes d'identité nationale ? Or chacun sait combien l'identité britannique était forte jusqu'à une date récente. Mais bizarrement  depuis qu'ils ont des cartes d'identité, les Britanniques découvrent aussi qu'il y a de vrais britanniques et des britanniques...de papier , bref ils ont à leur tour des problèmes identitaires et ne sont pas très rassurés quant à l'avenir de leur société multiculturelle. Il faut les comprendre : un célèbre imam de nationalité britannique leur a promis de transformer le royaume en république islamique...no comment ! 

    Le fait est que l'identité nationale a de moins en moins de rapport avec le morceau de papier ou de plastique qui en tient lieu.  L'identité nationale c'est quoi ? C'est  un ensemble de valeurs communes imposées par la loi si nécessaire. Et sur le sujet il y a comme un malaise. On peut en effet être prêt à voter pour un bon candidat noir à la présidence de la république tout en ne se sentant pas représenté par une équipe de football dite de France, mais qui ne compte que des noirs le plus souvent incapables de chanter la Marseillaise. Tous noirs c'est à dire tous identiques ethniquement et issus  de la même communauté . Où est l'identité française dans cette équipe communautariste ?. A contrario l'équipe de France de rugby représente mieux la France, y compris lorsqu'elle intégre quelques joueurs de couleur. La France ? Mais est-ce si sûr ? La France du sud-ouest certainement où tous les villages ont leur terrain de rugby, mais ce n'est qu'une certaine France encore. L'identité nationale ? D'accord. Mais n'oublions pas les identités régionales qui sont aussi la France !

    L'identité c'est comme le beurre sur la tartine, moins il y en a et plus il faut l'étaler, d'où le tintamarre médiatique et politique sur la question. Et maintenant parlons des faits et des réponses .

     Les faits : la France est  un vieux pays qui n'a plus la force de faire respecter sa loi et ses valeurs. Pire, c'est aussi un pays prêt à se soumettre au terrorisme culturel de civilisations plus jeunes, respectables certes,  mais qui ne sont pas ce que nous sommes.

    Les réponses : Cesser  de parloter sur l'identité et faire appliquer nos lois, être fiers de ce que nous sommes car l'Alsace, la France et l'Europe, c'est  ce qu'il y a de meilleur en ce monde. Enfin et surtout ne pas se laisser terroriser par les parloteurs qui veulent nous faire croire qu'enfermer une femme sous une burka mérite un débat. Un de plus !

     Pour conclure, boycottons le débat truqué organisé sur le sujet par messieurs les  Préfets afin de récupérer les électeurs de monsieur Le Pen aux élections régionales de 2010. Voter, voter pour n'importe qui le cas échéant, mais voter contre le parti institutionnel UMP et contre Nicolas Sarkozy aux prochaines régionales, voilà la meilleure contribution possible à la défense de notre identité.

  • Le maire de Colmar échappe à des brigands !

    9782211062732.gifGilbert Meyer a réussi à échapper aux brigands qui l'avaient retenu prisonnier jusqu'à la fin du premier acte au théâtre municipal de Colmar investi par une bande de brigands  conduits par le célèbre Falsacappa. Une fois de plus la bande des Offenbachiades a frappé fort pour le plus grand plaisir des  amateurs d'opérettes d'Offenbach.

    Trois heures de plaisir pur et une performance pour ces amateurs, vu la difficulté de la musique et l'importance de la chorégraphie dans les opérettes d'Offenbach. Mais je laisse Michèle Fulgoni nous parler du travail des acteurs :"..De la voix à la gestuelle, le travail et l'effort sont la clé de la réussite. Rien n'est aisé ni acquis, il n'y a pas de progrès sans un projet commun, vers lequel chacun tend dans la mesure de ses possibilités et de sa bonne volonté.." En ce temps de désenchantement voilà un programme à méditer.Merci encore du plaisir reçu bande de brigands !

    L'opérette " Les Brigands" de Jacques Offenbach sera encore donnée le 14 novembre à Muntzenheim à 20 heures, salle du Riedbrun.

     Le 21 novembre à Vogelsheim à 20 heures, salle polyvalente.

     

  • Réforme territoriale oui ! Nouvelle arnaque non !

    images.jpgNicolas Sarkozy a le grand mérite de vouloir réformer notre République archaïque, mais parcequ'il est obsédé par le pouvoir personnel c'est pour  mieux la manger; ce qui gâche tout.

    Simplifier et rationaliser la gestion des territoires est une urgence à l'heure où de nombreux départements sont incapables de faire un budget. Réformer le millefeuille administratif, oui bien sûr ,mais en assurant aussi aux territoires,et d'abord aux Régions, des compétences décisionnelles assorties de financements territoriaux; ce que ne prévoit pas la réforme de Nicolas Sarkozy, bien au contraire. 

    Il supprime une taxe professionnelle archaïque, mais à ce jour il ne dit pas comment il va la remplacer, se contentant de vagues promesses assurant des financements aux collectivités territoriales..mais pour un an seulement. Et après ? Eh bien après rien n'est prévu et l'Etat continuera de se défausser  de ses charges  sur les collectivités territoriales, contraigant les élus locaux à augmenter les impôt locaux pour pallier aux carences de l'Etat.

    Sans une réforme de la fiscalité au profit des territoires, en fait des Régions, la réforme en cours ne peut qu'aboutir à une recentralisation voulue par Bercy ( le Ministère des Finances), et soutenue par un Président avide de concentration des pouvoirs. Pour tout dire Nicolas Sarkozy est un arnaqueur en matière de réforme territoriale. Souhaitant régner sans partage sur la France depuis l'Elysée, il espère mettre en place des Conseils territoriaux à sa botte, mendiant les enveloppes budgétaires à Paris pour assurer leurs fins de mois. Pour cela il prévoit l'élection des futurs Conseils territoriaux ( et non pas régionaux ce qui n'est pas innocent ) grâce au mode de scrutin couperet uninominal à un tour à l'anglaise. Il assure ainsi à coups sûrs à l'UMP la reconquête d'un certain nombre de Régions sous un nouveau nom, les autres  étant laissées comme des os à ronger à une gauche divisée, inexistante et en partie phagocytée par l'Elysée s'agissant du PS. Nous aurons ainsi des Conseils territoriaux  sans compétences, ni moyens financiers, qui ne constitueront jamais un contre-pouvoir réél au bonapartisme élyséen. Nicolas Sarkozy prétend instaurer un régime présidentiel à l'américaine, mais il ment, car il sait que les Etats-Unis sont un Etat fédéral dont chaque Etat a des compétences étendues interdisant toute dictature de l'exécutif présidentiel. Ce n'est pas le cas de la France, pays où tous les pouvoirs sont concentrés à Paris. De par  sa structure jacobine toute évolution présidentialiste à l'américaine de notre République est donc exlue. Ce qui est en cause en fait dans la prétendue réforme territoriale, c'est un coup d'état légal préparé par Nicolas Sarkozy dans le but d'instaurer un régime bonapartiste dans lequel il disposerait de tous les pouvoirs avec son clan. Il est grand temps que les démocrates se réveillent et prennent conscience de la dérive de la Vè République vers un régime que De Gaulle aurait condamné, lui le grand démocrate qui voulait une vraie réforme territoriale et la transformation du Sénat en Chambre des Régions. Debout la République il est encore temps !

  • Marche pour le don d'organe à ND du Schauenberg

    3296971836-don-d-organes-ne-vous-taisez-pas.jpgLe dimanche 18 octobre a eu lieu la deuxième marche pour la vie en la mémoire de Clara Duchmann disparue tragiquement il y a deux ans, mais dont les organes ont permis de sauver deux personnes en attente de greffe. Partis de Pfafennheim jusqu'à ND du Schauenberg pour une célébration, les participants réunissaient outre les amis de la famille Duchmann les représentants de COTRAL,l'association des transplantés d'Alsace-Lorraine qui milite en faveur des dons d'organe. 

    Renseignements sur les dons d'organe sur le site internet www.cotral.org

  • Alain Delon citoyen d'honneur de Colmar ?

    alain_delon_5.jpgAlain Delon a été fait citoyen d'honneur de la ville de Colmar après tant d'autres. D'aucuns font la moue. Pas moi. Cela ne peut pas  faire de mal à notre ville. En outre j'ai de la sympathie pour cet acteur. Il est de ma génération et il a traîné ses bottes à Toulon dans sa jeunesse tout comme moi. Même si ce n'était pas dans les mêmes quartiers ça crée un lien... Le lecteur s'en fout d'ailleurs et il a bien raison. Quant aux élus municipaux qui ont fait la moue sur la décision, ont-ils posé la seule question qui importe avant de voter pour ou contre l'adoption d'un citoyen d'honneur de notre ville ? A savoir y-a-t-il eu enquête de moralité sur le candidat  ?

    Peut-être aussi devrions-nous adopter des citoyens de déshonneur mais qui peuvent rapporter gros ? Frédéric Mitterand par exemple.

    Quant à Alain Delon je l'aime aussi parcequ'il n'est pas aimé dans le microcosme intello gaucho parisien. Il a le tort d'être de droite et de le revendiquer haut et fort. Il n'est pas du genre à signer une pétition en faveur d'un cinéaste violeur de petite fille, du moins j'ose y croire, car dans le cas contraire je suis prêt à signer une pétition contre son adoption à Colmar.

     

     

     

  • Le bon maire, les bons citoyens et ....la mauvaise vie parisienne !

    L300xH199_meyer2-cce94.jpgLe jeudi 15 octobre, Gilbert Meyer, un bon maire, honnête et compétent, recevait dans la salle des Catherinettes de Colmar,les citoyens de notre ville qui assurent le bon fonctionnement des bureaux de vote lors des élections.

    La salle contenait un bon échantillonage des bons citoyens de Colmar qui s'engagent pour animer la vie citoyenne de notre ville,pas seulement dans les bureaux de vote d'ailleurs, mais souvent en se dévouant également dans les nombreuses associations colmariennes.

    Ainsi fonctionne la démocratie : par l'engagement citoyen.Une valeur malheureusement en forte baisse au Cac 40 des valeurs de notre République. L'abstention progresse sans cesse, les bénévoles des associations se font rares et les partis politiques voient fondre leurs effectifs. Il y a comme du désenchantement dans l'air, comme un doute sur le fonctionnement de notre démocratie.

    IL y a de quoi. Les fameuses primaires du PS ont surtout montré avec quel art on savait tricher dans ce parti. Quant aux braves gens qui, comme à  Colmar, militent à l'UMP pour soutenir leur maire, ils commencent à se lasser de servir de figurants à des jeux politiques parisiens qui les écoeurent. Ces braves gens s'efforcent de garder leur bon sens et de vivre de bonnes vies, aussi ne comprennent-ils pas quand nos élites donnent l'impression de marcher sur la tête, ni que la mauvaise vie soit une "valeur" républicaine permettant d'accéder aux plus hautes fonctions de l'Etat.

    Ainsi s'affaiblit la vie démocratique en France. Prenons y garde, car sans un sursaut démocratique, notre pays dérive peu à peu vers un régime de dictature politico médiatique douce faisant de lui une république bananière.

     

  • Debout la République organise la résistance en Alsace !

    marseillaise1.jpgLorsque le vice trône au sommet de l'Etat, lorsque les voyoux font la loi dans nos rues, lorsque les enfants se font payer pour aller à l'école, il y a quelquechose de pourri dans le République et cela  appelle à la résistance. Celle-ci est peut-être en train de s'organiser en Alsace sous l'égide de Debout la République, et de toutes celles et ceux qui, comme moi, ne supportent plus la décadence de l'Etat et de la France.

    C'est en tout cas l'impression que j'ai eue à Rombach à la réunion organisée le dimanche 11 octobre par les amis de Nicolas Dupont-Aignan. Ayant pris mes distances envers toute organisation politique, c'est en tant que "résistant" non encarté que j'ai pris part aux débats pour expliquer que le régionalisme est une condition de la réforme de l'Etat et du redressement de la France. Et je l'ai fait en tant qu'ancien militant gaulliste et en évoquant la pensée de De Gaulle sur la question. 

    Ci-après le texte de mon intervention.

     

    Je m'appelle Roland Vernizeau. Ma présence ici est motivée par le fait que je suis un ancien militant et cadre gaulliste. Actuellement parceque je suis un régionaliste convaincu je soutiens l'action personnelle de Jacques Cordonnier, mais je suis venu surtout pour exprimer une idée toute simple, à savoir que sans un rassemblement des oppositions qui refusent aussi bien la gauche et les verts que l'UMP,la démocratie française est vouée à une dérive bonapartiste politico médiatique qui est à l'opposé de l'esprit de la Vè République. Le Sarkozysme, c'est au mieux la république consulaire, mais c'est surtout un empire affairiste à la Napoléon III, c'est une dérive anti-démocratique qui appelle un rassemblement  des oppositions indépendantes de la gauche.

     

    Si ce rassemblement n'a pas lieu, et pour ce qui est de l'Alsace,notre région sera condamnée pour l'éternité à subir l'hégémonie de l'UMP. Mais une vraie opposition en Alsace doit jouer sur le régistre régionaliste. Et, à ce sujet, permettez à l'ancien militant et cadre gaulliste que je suis, de vous rappeler l'oeuvre constitutionnelle de De Gaulle, et son projet de régionalisation. De Gaulle ne l'oublions pas,voulait couronner son oeuvre constitutionnelle par la régionalisation, qui, outre la rationalisation de la gestion des territoires, prévoyait aussi de  transformer le Sénat en Chambre des Régions Françaises.

    De l'histoire ancienne me direz-vous, et il y a la crise et d'autres urgences. C'est vrai, mais à l'heure où l'état central siphonne les finances locales au point que 25 départements sont aujourd'hui incapables de faire un budget,la régionalisation devient une urgence pour des raisons financières autant que politiques. La régionalisation est au coeur de la réforme de la République et de l'Etat, et elle est un retour aux fondamentaux du gaullisme qui est une idée neuve.

    Il est une idée neuve parce que ses valeurs et sa vision sont celles dont l'action politique a besoin aujourd'hui. Etre gaulliste, c'est être un résistant, c'est avoir le sens de l'Etat, et cela au service d'une France debout qui s'affirme au sein d'une Europe allant de l'Atlantique à l'Oural.La résistance à organiser est d'abord de nature morale, elle consiste à s'opposer  à l'esprit de décadence et de confusion morale qui s'étale partout, et d'abord au sommet de l'Etat. Elle est politique ensuite, et commence par le refus de ce nouveau régime des partis qui verrouille l'expression démocratique, qu'il s'agisse du PS et de ses magouilles, ou de l'UMP dont les militants n'ont que le droit de payer leur cotisation et de se taire. Il s'agit d'organiser la résistance sur tous les fronts : résistance à la décadence démocratique de ce pays dont le système, verrouillé en haut lieu, ne vaut pas mieux que celui de M. Berlusconi en Italie. Résister aujourd'hui c'est d'abord dire non à l'inacceptable : non aux délocalisations, non à la toute puissance de la finance internationale, non au syndicalisme  démagogique à la Besancenot ou à la José Bové, non aux larmes de crocodiles des bons esprits qui soutiennent les illégaux et se font complice des marchands d'esclave, non à la loi des gangs dans nos quartiers, non à la soumission à l'Amérique via l'Union Européenne, non à l'abrutissement médiatique, non à la décadence de la langue française, non enfin à ce centralisme jacobin qui étouffe la France réelle pour le plus grand profit du petit président. Non, non et non à tout ce qui détruit la France.

    Vaste programme aurait dit De Gaulle. C'est vrai, et c'est pourquoi il nous aurait invité à nous rassembler, d'où que nous venions, mais avec la volonté commune d'avancer ensemble. C'est tout ce que je nous souhaite, et c'est la raison de ma présence ici dans l'espoir que sera créé un jour un rasemblement démocratique alsacien au service d'une République debout !

     

     

     

     

     

     

  • Q comme culture

    images.jpgQ comme culture, telle est la nouvelle devise de la République  sarkozyste. Mais quelle est donc cette  conception de la culture qui a aveuglé notre Président au point de ne pas mesurer l'effet dévastateur des confessions de Frédéric Mitterand révélées dans son ouvrage " La mauvaise vie" ? Il y a là un double carton rouge. Le premier pour le Président qui a agi de manière irresponsable en faisant siéger Frédéric Mitterand dans son gouvernement, le second pour l'intéressé lui-même contraint de se " déculotter" (excusez du peu )en public à la télé, afin de justifier son comportement de touriste sexuel en Thailande.

     

    Non pas que Frédéric Mitterand soit  pédophile, il est homosexuel et il n'est pas question de l'attaquer sur ce point, les homosexuels méritant le respect comme tout être humain. Non ce qui est inacceptable dans Frédéric Mitterand c'est sa suffisance et sa morgue de vieux pédéraste sûr de lui, et l'aveu terrifiant des valeurs qui sont les siennes, je cite son livre " L'argent et le sexe sont au coeur de mon système"  Terrifiant de penser que ce sont ces "valeurs"  qu'affectionnent notre Président ,mais hélas aussi beaucoup de monde avec les  traders à leur tête. Quant aux conséquences on les connait. Q comme culture avez-vous dit ? Non Q comme crise......

  • Les Offenbachiades c'est reparti pour une nouvelle saison

    cancan_02.gifAprès deux ans de dur travail l'association Offenbachiades présente une nouvelle opérette de Jean-Jacques Offenbach. Il s'agit de "Les Brigands".  Ils sont 45 amateurs passionnés de " théâtre chanté" comme aime à le dire leur président Jean-Marc Lalevée et il ajoute :" notre mission est de rendre accessible l'opérette dans toute sa gaîté"

    Le 25 octobre à Colmar à 15 heures au Théâtre Municipal. Le 14 novembre à Muntzenheim à 20 heures salle du Ried brun,le 21 novembre à Vogelsheim à 20 heures, salle polyvalente.