Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Non aux provocations ....à toutes les provocations !

    La tentative d'incendie d'une maison d'Hoehebalance-justice.jpgnheim taguée d'inscriptons racistes, est inacceptable et révélatrice d'un lourd climat.

    Pour cette raison il est également inacceptable que  les édiles strasbourgeoises, censés être responsables, pratiquent la provocation en modifiant le plan initial de la grande mosquée turque de Strasbourg pour y ajouter un minaret. Les édiles socialistes auraient-elles voulu souffler sur les braises du racisme ambiant qu'ils ne s'y seraient pas pris autrement !

    La presse alsacienne également n'est pas sans agir de manière peu responsable en la matière, en refusant d'informer sur la question à mesure égale. Les provocations anti chrétiennes sont souvent tues ou ne font l'objet que d'un entrefilet.Pire, la victimisation est à sens unique et provoque l'exaspération d'autres communautés. La  preuve de ce que j'avance est  le commentaire de Dominique Jung au sujet de l'acte raciste d'Hoenheim. Je cite : " Les victimes ont des identités très diverses, mais on cherche à les stigmatiser en les rattachant soit à une nationalité étrangère ( la Turquie), soit à la religion juive, soit à la religion musulamne, commes s'il était interdit d'être turc, franco-turc ou musulman en Alsace" fin de citation. (DNA du 29 janvier 2011)

    Bravo  ! Il manque simplement une phrase à la fin de cet extrait. Pour ne pas pratiquer la victimisation à sens unique, Dominique Jung aurait dû écrire " Les victimes ont des identités très diverses...... comme s'il était interdit d'être turc, franco-turc, musulman ou tout simplement alsacien et chrétien en Alsace" .

    Car en Alsace il y a encore des chrétiens, et même des Alsaciens, dont l'identité mérite aussi le respect.

     

  • Profanations : ne pas se taire.

    DSC_1938.JPGDe crainte d'exciter encore plus les fanatiques et les vandales les profanations sont peu médiatisées. C'est une erreur car ce n'est pas en cassant le thermomètre que l'on fait baisser la fièvre. 

    Selon le Figaro, à la date du  22.09.2010 il y avait eu l'an dernier 226 profanations en France : six antimusulmanes, quatre antisémites et....226 anti chrétiennes. C'est précisément cet aspect de  la question que les médias ne veulent pas voir.

    Le dernier acte anti chrétien  a eu lieu le 1er janvier 2011 à Montfermeil où l'église évangélique a été vandalisée et en partie incendiée. Quelques données de fin 2010 :

    Dans la nuit du 26 au 27 décembre la crèche de l'église de Gond a été profanée.

    12 novembre 2010  tags insultants, jets d'excréments sur l'église de la paroisse St Jean à Avignon, début d'incendie à proximité de l'église, insultes pendant la messe d'un individu qui hurle " On va vous griller, vous et votre église"

    05 novembre 2010 à Carcassonne des catholiques sont caillassées et l'église taguée.

    11 octobre à Strasbourg une église catholique est taguée avec un appel à la " croisade" pour l'islam.

    Pourquoi insister sur les sinistres exploits de débiles et de voyoux qui, le plus souvent, se contentent de brûler des poubelles ? Pourquoi accorder de l'importance ?  Mais parce que les profanations anti-chrétiennes sont des  actes conscients de refus de toute intégration dans notre culture. Celle-ci est sécularisée heureusement, mais elle a ses racines dans la tradition chrétienne aussi bien que dans l'esprit de Voltaire.

    Ne pas voir les signes de la montée de la barbarie et ne pas se battre pour notre patrimoine culturel chrétien, c'est déjà accepter la loi des Barbares.

  • Crise belge : la preuve par l'absurde.

    200px-2005_manneke_pis05.jpgOui la preuve par l'absurde de l'efficacité gestionnaire d'un état fédéral a été donnée par les quelques 30 000  manifestants, essentiellement francophones, qui ont défilé dimanche 23 janvier à Bruxelles pour réclamer.... ce qu'ils ont déjà.

    Les manifestants prétendaient crier leur "honte", mais de quoi  au juste ? Et ils voulaient "un gouvernement",mais là encore pour quoi faire ? Car depuis plus d'un an, chaque jour qui passe montre qu'ils n'en ont pas besoin. Dans leurs régions respectives Flamands et Wallons se gouvernent  et ne souffrent que de n'en avoir pas encore tiré la conclusion, à savoir que, plutôt que d'un gouvernement commun inutile et coûteux, ils ont besoin d'un syndic de faillite qui liquidera au mieux les acquêts communs d'une communauté artificielle, imposée après les guerres napoléoniennes par les Anglais. Il s'agissait alors d'interdire à la France toute prédominance sur le continent en la privant de ses frontières naturelles le long du Rhin jusqu'à la mer du Nord. Aujourd'hui de telles considérations n'ont plus de sens dans l'Union Européenne, et la Belgique non plus.

    Et que l'on ne parle plus de querelles linguistiques à l'heure d'Internet, cela aussi n'a plus de sens. Certes il est vrai que les francophones n'ont jamais pris la peine d'apprendre le néerlandais à l'époque où le français était une langue dominante; ce qui explique que les néerlandophones en ont conçu de l'amertume, car ils se sentaient méprisés,et, à leur tour, ils ont rejeté le français au profit de l'anglais. Mais comme aujourd'hui l'anglais est devenu la langue de communication universelle, on ne saurait parler de question linguistique. La querelle est donc uniquement affaire de gestion et de transferts de moyens financiers, une affaire de syndic de liquidation judiciaire et rien d'autre.

    Mais il faut aussi admettre que l'Etat nation centralisé n'a plus d'avenir dans un monde éclaté et globalisé, l'Etat nation n'est pas l'ultime invention de l'histoire. Celle-ci n'est jamais figée et l'avenir est toujours un possible qui surprend souvent les experts. Dans la future ex-Belgique,la réalité historique refait surface, tout comme elle l'a  fait dans l'ex-Yougoslavie, Etat artificiel créé par la dictature communiste de Tito,mais qui n'a pas résisté au vent de la liberté. Dieu merci nos voisins et amis ne sont pas en train de se libérer d'une dictature, mais simplement en train de revenir au réel. La suite pour eux ne s'annonce nullement dramatique, ils sont simplement en train de vivre un divorce à l'amiable que l'on fêtera bientôt avec eux à la bière blanche et aux moules frites.

  • Racisme anti-blanc : la justice réagit...enfin !

    balance-justice.jpgLorsque sur un plateau de télévision, un journaliste responsable comme Eric Zemmour, ose informer sur la sureprésentation des Noirs et des Arabes dans les prisons françaises, cela lui vaut d'être attaqué en justice par le MRAP, SOS racisme et la clique habituelle de l'indignation morale à sens unique.

    Au contraire lorsque des Blancs sont attaqués parce qu'ils sont blancs, l'information passe difficilement et la justice est rarement saisie. Cela arrive parfois cependant, comme dans le cas d'Houria Boutedja, porte-parole du Mouvement des Indigènes de la République qui, dans l'émission "Ce soir ou jamais " de Frédéric Taddéi du 21/06/07, avait déclaré que " ce que l'on appelle nous les souchiens ( ou sous-chiens) puisqu'il faut bien leur donner un nom, les Blancs" Un beau jeu de mots raciste anti-blanc mais qui, à l'époque, n'avait pas suscité l'indignation des anti-racistes de service habituels.

    Une associatin, l'AGRIF, avait cependant porté plainte,et, pour la première fois,la justice semble se réveiller s'agissant du racisme anti-blanc. Un communiqué de l'AGRIF informe, ci-dessous extrait :

    "Par décision en date du 18/01/11, le Procureur de la République de Toulouse a formulé un réquisitoire définitif de renvoi devant le Tribunal correctionnel à l'égard d'Houria Bouteldja"

    Tout commentaire serait superflu.

  • Manifeste alsacien pour une rénovation de la démocratie française

    drapeau-ica.pngUn certain nombre de citoyens alsaciens et d'élus alsaciens ont pris l'initiative de publier un manifeste pour la rénovation de la démocratie française. Ils ont tenu une conférence de presse à Strasbourg le 20 janvier au restaurant " A l'Alsacien".

    Les signataires de ce manifeste ne demandent ni autonomie, ni statut spécial pour l'Alsace mais dans le cadre constitutionnel français,l'application du principe de subsidiarité selon une séparation verticale et horizontale des pouvoirs.

    Au cours de la conférence de presse, Pierre Klein, président d'Initiative Citoyenne Alsacienne, a précisé que l'association compte organiser un colloque sur la démocratiel locale en s'appuyant sur une étude de la Constitution alsacienne de 1911.

    A cette occasion, Jean-Pierre Berg, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne a suggéré de tendre vers un modèle fédéral pour rénover la démocratie française. Selon lui dans les pays de structure fédérale, je  cite :" Les citoyens se sentent plus concernés, l'efficacité de l'action publique s'en trouve augmentée"

    Commentaire : Accord pour soutien à ce manifeste mais rappel que sans action politique conséquente les colloques ne servent pas à grand chose. En l'occurence l'organisation d'un mouvement régionaliste alsacien interpartisan  s'impose sur la base d'objectifs régionaux communs. Tant que les régionalistes seront répartis en chapelles rivales et partisanes, inutile de présenter des candidats aux élections.

  • Marine Le Pen et l'Etat fort.

    diapo-1.jpgA peine élue Présidente du FN, Marine Le Pen est déjà en campagne présidentielle, et, déjà, elle annonce la couleur; ce qui change de la langue de bois et vaut qu'on l'écoute car elle nous aura prévenue.

    Elle est contre la décentralisation et contre l'euro, et pour un Etat fort. En complet désaccord avec elle sur les deux premiers points, je suis cependant intéressé par un discours qui prône le retour de l'Etat, voire d'un Etat fort.

    Encore faudrait-il savoir de quoi l'on parle.Qu'est-ce qu'un Etat fort ? Celui qui stoppe l'immigration-invasion ? D'accord mais comment ? Celui qui régule la mondialisation marchande au plan bancaire et financier ? D'accord mais comment ? Celui qui préserve le consensus social en imposant des normes culturelles et linguistiques aux populations immigrées ayant encore des structures tribales, ou travaillées par l'islamisme ? D'accord mais là encore comment ?

    Oui la France a besoin d'un Etat fort, mais pas selon un modèle centralisé et policier qui la ferait ressembler à la Tunisie de Ben Ali, à la Syrie ou à l'Irak de Saddam Hussein qui fut, souvenez-vous, le grand ami de Jean-Marie Le Pen. Que sa fille rêve d'un Etat fort baasiste n'aurait rien de surprenant. Et pourtant, tant par ses analyses que par son aspiration au retour de l'Etat, Marine Le Pen a raison. Le problème est que son nationalisme passéiste et jacobin l'aveugle sur les solutions,car celles-ci sont européennes et non nationales.

    Pour stopper l'immigration invasion il faut que toutes les frontières de l'Europe soient contrôlées en commun, pour s'attaquer à la mondialisation marchande il faut que tous les gouvernements européens agissent ensemble, enfin et surtout, pour intégrer les populations immigrées, c'est ensemble que les gouvernements européens doivent affirmer leurs racines communes qui sont celles des Lumières et du judéo-christianisme, à l'exclusion des modèles arabo-islamiques, voire africains et tribaux.

    Oui donc à un Etat fort européen dont le modèle existe déjà, même s'il est incomplet, j'ai nommé l'Allemagne, l'Allemagne forte de son contrôle de l'endettement et de la restructuration efficace de ses aides sociales,l'Allemagne forte de sa compétitivité économique, mais surtout, forte d'être un état fédéral et décentralisé qui interdit les gaspillages et garantit la démocratie. L'Allemagne nous la joue avec un profil bas, mais elle agit efficacement au plan international, consciente des réalités et loin des grandes phrases. Ce pays n'enlève pas les crucifix dans ses écoles et il ne veut pas de la Turquie, état islamiste "modéré", dans l'Europe. L'Allemagne, seule à ce jour, s'est attaquée sérieusement aux dérives bancaires et a osé faire la chasse en Suisse aux évadés fiscaux. Voilà ce qu'est un Etat fort, celui qui se prépare à sauver la monnaie unique sous réserve que les mauvais élèves de l'Europe fassent queleques efforts de sérieux. Voilà le modèle qui devrait intéresser Marine Le Pen, et non les illusions nationalistes. Mais de ce modèle allemand, Marine Le Pen n'en veut pas, et je crains qu'elle ne se présente à nos suffrages en Jeanne d'Arc laïque et franchouillarde pour mieux berner le peuple et mettre à la tête de l'état une clique conservatrice, avide de pouvoir à la Ben Ali, mais à la sauce de Neuilly, Auteuil, Passy.

  • Un nouveau club de jeunes à Colmar.

    colmar2.gifColmar compte depuis peu un nouveau club de jeunes créé par Cédric Clor, un ancien cadre des Jeunes Populaires ( UMP) récemment écarté des instances départementales.

    Cédric Clor sera le porte-parole de ce club de réflexion généraliste intitulé "Génération colmarienne"

    "Génération colmarienne" se réunira le vendredi 28 janvier à 19 heures à la brasserie des Dominicains.

    Contact : generation-colmarienne@orange.fr

     

  • Türckheim : colonne Turenne ou la mémoire qui s'éteint.

    200px-Drap_alsace.jpgC'est dans l'indifférence que s'est déroulée le 15 janvier la manifestation traditionnelle des mouvements régionalistes pour demander la disparition de l'inscription " à la gloire de Turenne" au profit d'une autre adressée " aux victimes de Turenne"

    Bien que très juste au plan éthique, la manifestation est devenue tout aussi ringarde que la colonne elle-même. Qui se soucie encore de Turenne en Alsace ? Même les "Malgré nous" tombent dans l'oubli et deviennent folklore alsacien au même titre que les dessins de Hansi.

    L'Alsace de papa est morte, celle de grand papa encore plus, celle de demain reste à inventer, ancrée dans un régionalisme moderne, localiste, écologique et européen. Mais à ce jour, tel soeur Anne, je guette l'horizon politique alsacien et je ne vois rien venir.

  • Monde musulman : quel Ben préférez-vous ?

    120px-Flag_of_Saudi_Arabia_svg.pngLes bonnes âmes démocratiques de gauche font beaucoup de bruit à propos de la prudence du gouvernement français au sujet de la Tunisie. Les mêmes bonnes âmes n'ont rien dit s'agissant des émeutes d'Algérie qui sont pourtant de même nature.

    Il se trouve simplement que Ben Ali a choisi le modèle libéral de développement, contrairement à cette Algérie en faillite dirigée par une clique qui fait penser à celle qui dirigeait l'URSS à la fin du communisme. Ceci explique peut-être cela, et c'est sans importance car, s'agissant du monde arabe, de l' Algérie ou de la Tunisie, de la Syrie ou de l' Egypte, du Maghreb ou du  Machrek( Moyen-Orient) l'Occident démocratique n'a pas le choix de ses préférences puisque tous les pays arabo musulmans sont des dictatures. Il lui faut donc choisir le moins mauvais Ben, Ben Ali plutôt que Ben Laden,et surtout ne pas recommencer avec la Tunisie l'erreur  qui consista à laisser tomber le Shah d'Iran pour lui préférer Khomeny.

    A cette époque l'Amérique croyait pouvoir manipuler l'islamisme qu'elle finançait contre les Russes en Afghanistan...... avec les résultats que l'on sait aujourd' hui. Obama (musulman lui-même ?) n'est peut-être d'ailleurs pas guéri de cet aveuglement qui consiste à ne pas voir le monde arabo musulman tel qu'il est, c'est à dire composé de dictatures éclairées , de dictatures gangrenées par l'islamisme comme l'Algérie, et d'états "talibans" sous d'autres noms, tel le Hezbollah qui contrôle une partie du Liban ou le Hamas à Gaza.

    Entre Ben Ali et Ben Laden le choix est pourtant simple :  à Tunis les touristes peuvent se promener sans crainte et les chrétiens peuvent prier librement. Tout le reste n'est que.... littérature de gauche car les masses arabes, du Caire à Tunis, ne rêvent pas de démocratie à la française, mais d'une dictature coranique identitaire et  redistributrice de richesses, sur le modèle des émirats. Puissent nos dirigeants ne pas se leurrer sur ce monde musulman en ébullition !

     

  • Ingersheim : humour au gras double et connection bretonne ( Breizh liamm)

    545px-Blason_Ingersheim_68_svg.pngLors de ses voeux,le maire d'Ingersheim, Gérard Cronenberger, n'a pas manqué de s'en prendre à Gilbert Meyer. On aime ou on n'aime pas son humour au gras double, difficile à digérer même pour quelqu'un qui a de l'estomac comme Gilbert Meyer.

    Heureusement le maire d'Ingersheim n'a pas que des défauts et il lui arrive même de prendre des positions justes, comme par exemple lorsqu'il s'engage dans la défense du patrimoine linguistique alsacien et pour une décentralisation poussée que d'aucuns nomment régionalisme...mais ne rêvons pas car sur le sujet le Gérard se contente de jouer du pipeau, ou plutôt de la cornemuse.

    Amateur de musique celtique semble-t-il, il a reçu en ce début d'année André le Gac, Conseiller Général du Finistère ( région sauvage que je connais un peu où sévit  ma fille). Citons quelques paroles du breton qui réjouiront tous les régionalistes  :" La réforme institutionnelle est ....une avancée considérable ( pas sur le plan électoral hélas mais passons )..Moi je souhaite qu'on aille encore plus loin dans cette République que je souhaite une et plurielle.... et je prône une décentralisation, voire une autonomie à l'image de celle acquise par le pays de Galles ou l'Ecosse" fin de citation.

    Cela vaut remerciement en breton à notre bégaillou ( Le Gac en breton signifie le bègue) qui parle d'or. Trugarez  deo'ch an aotrou ar gac. Kenavo ha d'ur wech all marteze .Gant va gourhemenou vat. Roland ar vern izel. Merci monsieur le Gac. Au revoir et à une autre fois peut-être. Avec mes compliments Roland du bas fond marécageux ( traduction de Vernizeau en toponymie celtique)