Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Club Vosgien : coureurs des bois mes frères...

    dip 001.jpgJe n'ai pas l'habitude de faire étalage de mes médailles et distinctions, ma plus grande satisfaction dans la vie est celle du devoir accompli et du travail bien fait. Si donc je vous présente le diplôme d'honneur que le Club Vosgien vient de me décerne (image ci-jointe), ce n'est pas par vaine gloriole, mais pour susciter des vocations de coureurs/coureuses des bois.

    Il faut savoir en effet que même si le Club Vosgien est une affaire qu marche dans tous les sens du terme, il est aussi affecté  par la crise du bénévolat.

    Les manifestations du Club Vosgien ont du succès  : voyages et marches attirent un nombre croissant de participants, mais hélas souvent dans un esprit de consommation qui n'est pas celui  des coureur des bois bénévoles qui furent à l'origine de sa fondation. 

    A l'origine il s'agissait avant tout d'entretenir et de baliser le massif vosgien pour y faciliter l'accès à sa merveilleuse nature. Mission accomplie et les touristes ne cessent d'apprécier le superbe balisage et l'entretien du massif. Mais hélas quelques secteurs commencent à se dégrader car ils ne sont presque plus entretenus et balisés, faute de bénévoles.

    Consommer de la marche avec un guide et profiter du balisage est une chose ( qui connait beaucoup de succès) mais prendre la responsabilité d'un secteur du massif pour veiller à son entretien en est une autre. Et là le bât blessse car  les bénévoles qui aiment courir les bois pour surveiller l'entretien d'un secteur se font rares. Voilà pourquoi je lance un appel à toutes celles et ceux qui aiment marcher pour  les inciter à rejoindre la section balisage du Club Vosgien.

    Gràce au Conseil Général l'équipe de balisage dispose désormais d'un véhicule 4x4 dernier cri qui permet des interventions en équipe, rapides et bien ciblées. Cette équipe est accueillante et conviviale et l'on n'y dédaigne pas une bière fraîche et un schnapsala après une tournée de débroussaillage, mais  ni les buveurs d'eau ni les dames ne sont exclus. Avis aux amateurs...

  • Europe : fin ou refondation ?

    eu-flag.gif Les commentateurs sont à la peine en ce moment car leurs certitudes s'effondrent et ils ne savent plus dans quel sens souffle le vent de l'histoire. Prenons le cas de la crise belge par exemple. Lorsqu'ils en parlent ils prennent des mines graves, voire des mines d'enterrement. Il y a de quoi car la Belgique est en mort clinique, depuis plus d'un an elle n'a plus de gouvernement. Mais au-delà de la crise belge, c'est aussi celle de l'UE qui se profile à l'heure où la pression migratoire rend dérisoire les accords de Schengen, tandis que s'annonce une nouvelle crise de la dette en Grèce et au Portugal. Est-ce la fin de la construction européenne ?

    L'idée des pères fondateurs était de créer les Etats-Unis d'Europe. Cette idée a échoué car la mondialisation a fait céder toutes les digues des vieux états nations sans permettre la construction de vraies frontières définissant l'Union européenne en tant qu'entité économique et administrative. Le résultat est un fracassant retour des nationalismes partout en Europe.

    Face aux défis l'Union européenne n'existe pas, tandis que gesticulent les politiciens qui tentent désespérément de sauver le spectacle. Dans le genre Commedia dell' Arte, la rencontre Sarkozy/Berlusconi a été un sommet de...bouffonnerie. Hélas la comédie ne peut plus durer longtemps désormais.

    L'éclatement de la Belgique, l'implosion de Schengen face à la pression migratoire, et bientôt une nouvelle crise de la dette en Grèce et au Portugal, tout cela amène à poser la question taboue : est-ce la fin de la construction européenne ? Je préfère penser qu'il ne s'agit que de la fin de l'Europe née de la guerre froide sous la houlette américaine, une ère nouvelle commence qui est peut-être celle de la refondation de la construction européenne sous l'effet des nouvelles menaces créées par la mondialisation. Ou bien suis-je trop optimiste ?

  • Réforme territoriale : mais que veut donc Charles Buttner ?

    carte-france-region.gifJ'avais conclu un peu vite qu'il ne voulait que maintenir le Buttnerland haut rhinois, voir le Butterland tout simplement. Mais mon mauvais esprit a des limites et je veux croire que l'argumentation de Charles Buttner  comporte aussi des éléments positifs. Essayons donc de comprendre ce qu'il veut.

    Dans les DNA du 17 avril dernier il déclare qu'il refuse la fusion des assemblées et des administrations et tout statut particulier pour l'Alsace,mais en même temps il souhaite une concertation permettant de, je le cite "définir ce qui est important pour l'Alsace et la mise en place de compétences particulières, en particulier concernant la langue régionale" Rien que de très raisonnable en somme sauf que cela ressemble furieusement à un audit alsacien définissant la base d'un statut particulier pour notre région.

    Lorsqu'il dit non à une machine administrative à Strasbourg, on peut le suivre sur ce point car il importe effectivement que les services de proximité restent des services de proximité, mais Charles Buttner n'est pas censé ignorer ce que déconcentration veut dire, ni qu'à l'époque de l'informatique la gestion de services de proximité depuis Strasbourg serait un gain en productivité administrative. Par ailleurs la gestion à Strasbourg n'interdit pas le maintien de guichets locaux pour le meilleur service des usagers. Un audit est bien nécessaire pour repérer les double emplois et les doublons,  et éviter ainsi le maintien ou la création de postes parasites.

    Enfin Charles Buttner est contre tout référendum sur la réforme territoriale. C'est dommage car ce référendum serait enfin  l'occasion d'un débat de fond sur l'Alsace, et au-delà sur le rapport des territoires à Paris. En refusant le référendum faut-il conclure que Charles Buttner ne voit la question que par le petit bout de la lunette haut rhinoise ? Si c'était le cas faudrait-il alors conclure que son attitude relève d'un provincialisme de clocher quelque peu dépassé en ce début du 21 è siècle ?

    Je préfère être positif et penser qu'avec un peu de clarification les arguments de Charles Buttner constituent une contribution de qualité au débat.

  • Ne le dites pas...mais elle est noire !

    macire-1.jpg

    Comment faut-il dire les choses aujourd'hui sans être victime du délire anti raciste de SOS racisme ?

    Pas facile d'être ministre de l'intérieur aujourd'hui car si vous expliquez simplement qu'il y a dans nos prisons une proportion anormalement élevée de noirs et d'arabes, vous êtes immédiatement accusé de vouloir "stigmatiser" une communauté.

    Voilà pourquoi, pour avoir fait son travail, Claude Guéant est victime d'une plainte de SOS racisme suite au constat que je cite,

     

    " l'accroissement  du nombre de fidèles ( de la religion musulmane) et un certain nombre de comportements,posent problème" fin de citation.

    Comment faut-il dire les choses ? Faut-il parler p'tit nèg ? ou le dire en javanais ? Qu'importe!Quoi que dise Claude Guéant, comme tout ministre de l'intérieur, il sera toujours la tête de turc de SOS racisme !

    Remarquons pour conclure que le cirque médiatico judiciaire de SOS racisme rend son action de plus en plus contre productive et ridicule. Les gens de bon sens et les citoyens responsables ne peuvent que soutenir les propos et l'action de Claude Guant.

     Quant aux vrais racistes ils sont murés dans leur délire,et SOS racisme ne peut rien  contre eux car ils relèvent du psychiatre....tout comme certains anti racistes d'ailleurs !

  • Apocalypse 2012 : une bonne affaire pour Nicolas Sarkozy.

    NS.jpgD'après le calendrier Maya ou Nostradamus, la fin des temps est en ...2012. Sourions un peu et considérons plutôt que pour le meilleur ou pour le pire, le monde est confronté à trois crises effectivement apocalyptiques, à savoir :

    1) La crise financière qui empire car désormais les agences de notation  pointent du doigt l'endettement colossal ........des Etats-Unis.

    2) La crises énergétique,car depuis la catastrophe de Fukushima, toujours en cours et incontrôlée,la remise en cause de l'énergie nucléaire a commencé. Le retour au rationnement énergétique suivra tôt ou tard.

    3) La crise politique mondiale enfin. Elle est illustrée par la déstabilisation du monde arabe qui traduit surtout la fin du leadership américain. L'Amérique ne peut plus contrôler le monde arabe,livré à lui-même celui-ci court vers le chaos et les dictatures islamistes. Dans son voisinage immédiat, l'Europe prend conscience des dangers et se tourne vers des idéologies nationalistes et de salut public, comme le montrent les dernières élections finlandaises après tant d'autres dans l'UE.

    En résumé 2012 sera chaud, ce qui pourrait arranger les affaires de Nicolas Sarkozy qui est teigneux, réactif et inventif en cas de crise. Il n'a rien à perdre et tout à prouver, ce qui est une excellente base de départ pour sa réélection. Face à lui la gauche n'offre aucune perspective et l'on voit mal DSK, directeur du FMI, accueilli en héros en France au moment où le système qu'il dirige sera de nouveau en pleine crise. Quant à Marine Le Pen, elle sera un excellent faire valoir/repoussoir du président et lui fournira tous les arguments dont il a besoin pour retrouver sa crédibilité. 2012 s'annonce plutôt bien pour Nicolas Sarkozy. Il l'a dit d'ailleurs, je le cite :"Cette élection je la sens bien".

  • Alain Juppée et le fantasme du bon islamiste

    120px-Flag_of_Saudi_Arabia_svg.png  Pendant que la situation s'enlise doucement en Libye, nos diplomates gesticulent sur le devant de la scène du grand théâtre tragique du monde arabo musulman. Alain Juppé, qui ne parvient pas à faire partir Khadafi, rêve déjà de le remplacer par des islamistes modérés. Etonnant de la part d'un homme que l'on dit avisé et qui est censé connaître les leçons de l'histoire. Jugez-en un peu.

     

    En 1979, l'Ayatollah Khomeiny quittait son asile de Nauffles le Château pour faire la révolution contre le tyran qui régnait alors à Téhéran,un certain Shah. A la même époque les Américains armaient de gentils étudiants en théologie musulmane, les Talibans, et les lançaient contre les Russes en Afghanistan. On connait la suite,mais apparemment, sauf Obama qui veut retirer ses billes du jeu, nos dirigeants n'ont toujours pas appris la leçon, ils ne savent toujours pas qu'après les éphémères printemps des révolutions arabes suivent les longs hivers des dictatures islamistes.

    La morale de cette histoire est que la seule politique arabe possible est celle de la distance et du cordon sanitaire. Le monde arabe explose, il est dangereux et doit régler lui-même ses problèmes.

  • Libye : l'Otan à court de munitions.

    NATO0001.gif La volonté américaine de se dégager de l'opération libyenne était l'occasion de donner corps à l'idée d'un pilier européen de l'Otan. Il n'en a rien été car seules la France et la Grande Bretagne ont encore un esprit de défense en Europe. On le voit bien en Libye où à part la France et la Grande Bretagne l'Otan s'implique à minima ce qui aboutit à un enlisement dont profite Ghadafi. Pire l'opération est très coûteuse et selon le "Washington Post" l'Otan est à court de munitions. La vieille alliance de la guerre froide est en fait au bout du rouleau. La rationalité économique s'impose aussi dans le domaine militaire. Quelles sont désormais les menaces  ? Et comment les combattre au meilleur prix ? L'alliance en vaut-elle le coût ? Les militaires qui attendent depuis des mois leurs rappels de solde en seront sûrement d'accord.

  • Non aux centres de marques en Alsace !

    4326901-1.jpgLes faits parlent d'eux mêmes pour justifier l'opposition de l'ensemble des fédérations et associations de commerçants d'Alsace à l'implantation d'un centre de marques à Ste Croix en Plaine. Une grande enseigne de l'habillement a renoncé à s'installer dans le centre de ville de Colmar en créant une quinzaine d'emplois suite à l'annonce de l'arrivée d'un centre de marques à Ste Croix en Plaine, selon Vincent Houillé, président de la fédération des commerçants et artisans d'Alsace.

    Selon Pierre Bardet, président des Vitrines de Strasbourg,les centres de marque sont, je cite " de faux magasins d'usine, des Eurodisneys,mais sans Mickey"fin de citation.

    A quoi servent les centres de marques ? A écouler la fripe chinoise pour le plus grand bénéfice de grands groupes internationaux qui n'apportent rien aux économies locales et beaucoup à la spéculation financière. Lutter contre les centres de marque est le début de la sagesse et une façon de s'opposer à la mondialisation parasitaire et incontrôlée.

    Sur le sujet les électeurs aimeraient connaitre les positions des élus alsaciens et non constater leur assourdissant silence.

  • La décroissance sauce FN et sauce Nicolas Hulot.

    200px-Arbre.jpgQu'on le veuille ou non, la montée en puissance de Marine Le Pen et la candidature de Nicolas Hulot changent la donne de la prochaine élection présidentielle.

    Les deux candidatures sont dérangeantes et constituent de vraies nouvelles offres politiques  alternatives et décroissantes. L'une par une crise politico économique sans précédent, j'ai nommé le programme économique du FN, l'autre en proposant de préparer peu à peu le nécessaire passage à "la prospérité sans croissance" décrite par l'économiste anglais Tim Jackson qui inspire Nicolas Hulot.

    Et peu importe que Nicolas Hulot ait jugé "impossible" et " inenvisageable" la compatibilité de son projet et de celui du FN, les deux programmes sont objectivement sur la même trajectoire décroissante, et cela même si Marine Le Pen ne jure que par la "croissance" et l'industrie nucléaire. Objectivement son programme économique ne peut donner que l'inverse. En effet la sortie de l'euro et la réintroduction du franc suivie d'une dévaluation  de 20%, auraient pour effet de relancer le cycle infernal des dévaluations compétitives chez nos partenaires, ainsi que le rétablissement des  barrières douanières; ce qui accentuerait la déflation larvée que nous vivons en Europe depuis la crise financière de 2007, la relance ne concernant pour l'essentiel que les marchés émergents de l'Inde et de Chine et non l'UE dans son ensemble ( A part l'Allemagne qui produit  pour et avec les marchés émergents, le marché chinois en particulier)

    De son côté Nicolas Hulot appelle à passer du "toujours plus au beaucoup mieux". Il a raison mais après avoir fixé cet objectif il lui faudra  prendre des mesures concrètes, à commencer par le choix de l'énergie chère et parcimonieuse qu'implique la sortie du nucléaire. Il lui faudra choisir la rigueur et un programme drastique d'économies, et cela en restant dans l'euro, facteur de discipline, dont la sortie serait trop contreproductive. Bref un programme déflationniste avant que "ne soient rééquilibrés les mécanismes de production et d'échange dans le cadre d'un système financier mondialisé qu'il faudra " casser" et remettre sous le contrôle des Etats puisque Bruxelles s'en montre incapable. Et là il faudra peut-être prendre des mesures de contrôle étatique radicaux que Marine Le Pen pourrait ne pas désapprouver. On le voit les deux candidats offrent une alternative réelle mais qui se résume à ce que Churchill avait promis aux Anglais confrontés au défi du nazisme : " de la sueur, du sang et des larmes" Dieu merci le choix de la décroissance n'est pas sanglant, mais il est amer pour nos enfants qui vont devoir passer au toujours moins après avoir connu le toujours plus.

    La crise générale a le mérite de poser  les vrais problèmes et l'on peut même dire qu'à l'horizon de 2012, la question n'est plus de savoir qui est de gauche, du centre ou de droite, ces oppositions verbales et surperficielles qui ne trompent  que les électeurs gogos, mais bien de savoir qui est pour la remise en cause du nucléaire, ( Vive les Verts !), le contrôle rigoureux de l'immigration ( Vive Marine Le Pen et l'UMP !) enfin et surtout qui est prêt à "casser" le système financier mondialisé au profit de grandes zones de développement régionales auto financées et déconnectées au maximum des flux spéculatifs  ? Tout candidat qui ne prend pas clairement position sur ces trois questions fondamentales de l'avenir n'est qu'un politicien à l'ancienne, un humaniste de bistrot à la Boorlo, un rêveur démago à la de Villepin ou un arnaqueur professionel de la politique à la mode UMPS.

  • Présidentielles 2012 : une nouvelle donne s'annonce.

    photo_urne_standard_100_BL.jpg Deux évènements importants viennent d'éclairer le choix de 2012,à savoir la présentation du programme économique du FN et l'annonce de la candidature de Nicolas Hulot.

    S'agissant du programme du FN il est clair qu'il propose l'aventure aux électeurs par la sortie de l'euro et une immédiate dévaluation de 20% du franc. Beaucoup d'électeurs séduits par Marine Le Pen pourraient reculer de la suivre dans les frais bocages d'une aventure dangereuse.

    Quant à la candidature de Nicolas Hulot, elle  peut modifier profondément la donne électorale du premier tour s'il continue dans la voie de l'écologie indépendante et évite d'apparaître comme le candidat des Verts d'europe écologie, qui ne sont en fait qu'un faux nez de la gauche. Dossier à suivre.