Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'euro pour quoi faire ?

    images.jpgLes européens ne parviennent pas à se mettre d'accord sur un nouveau sauvetage financier de la Grèce parcequ'ils ne savent pas ce qu'ils attendent de la devise commune au-delà du symbole d'unité qu'elle est. Beaucoup craignent que laisser la Grèce faire faillite et réintroduire le drachme ne soit la fin de l'euro par effet de contagion, et au-delà, la fin de l'Union européenne. C'est le contraire qui est vrai, continuer comme nous le faisons conduitdroit  au chaos. Et c'est oublier que la crise de l'euro n'est qu'un aspect de la crise générale du système financier mondialisé, la meilleure preuve en étant que les Américains souhaitent maintenant sauver l'euro.

    Non pas par philantropie pro europénne, mais parcequ'ils craignent qu'après les déficits européens, les agences de notation  ne finissent par s'intéresser au déficit abyssal et apocalyptique des USA qui masque la faillite du système financier mondial. La finance mondiale essaie donc de gagner du temps à coups de plans de sauvetage et de programmes de rigueur payés par les peuples.

    La vérité est qu'en prétendant sauver la Grèce ( qui ne pourra jamais rembourser) on prétend aussi sauver l'euro, alors qu'il s'agit en fait de cacher l'ampleur de la dette américaine et la faillite du système global. Et cela alors même que les banquiers mondialisés et les spéculateurs n'ont tiré aucune leçon de la crise de 2008 et continuent à se goinfrer sur le dos des peuples endettés jusqu'au cou !

    Le devoir des responsables européens est donc de sauver la cohésion politique de l'Union européenne et non le lobby bancaire mondialisé. Comment ? En créant une zone euro assainie pour que l'euro joue à plein son rôle de  monnaie de réserve mondial et de catalyseur des échanges mondiaux, aussi bien, sinon mieux que le dollar. Mais pour cela il faut accepter pour les pays européens les plus faibles économiquement un retour à des devises nationales fortement dévaluées par rapport à l'euro étalon européen auquel elles seraient liées par des taux de change flottants leur permettant les ajustements économiques nécessaires. Associés à des plans de rigueur modérés, les ajustements se feraient de manière moins douloureuse que dans le cadre de l'euro mark actuel devenu insupportable pour des pays comme la Grèce, l'Irlande ou le Portugal.

     Il n'est en effet plus possible de maintenir dans une même devise un pays comme l'Allemagne qui devient le partenaire privilégié de la Chine ( et se prépare à réorganiser l'économie mondiale avec elle ), et un pays comme la Grèce qui ne connait ni les rentrées fiscales, ni les statistiques économiques. Il s'agit là de simple bon sens, mais le lobby bancaire qui vit de la dette des plus pauvres ne l'entendra certainement pas de cette oreille et fera tout pour retarder les échéances à coups de milliards prêtés à fonds perdus mais qui rapportent gros en intérêts spéculatifs.

     

  • Bruxelles brûle-t-il ?

    200px-2005_manneke_pis05.jpgBruxelles brûle-t-il ? Eh bien pas du tout et jamais Flamands et Wallons n'ont été si bien gouvernés chacun chez soi et  sans interférences de Bruxelles, bref ils ont la frite ! Ils fournissent même à l'Union européenne un président qui ne sert pas à grand chose  comme il se doit, mais qui est bien représentatif d'un système représentatif européen...... décoratif, à l'image des institutions belges parfaitement inutiles désormais.

    Flamands et Wallons donnent la preuve de l'efficacité d'un fédéralisme et d'un régionalisme poussés au sein d'une Union européenne décentralisée.

    Les Flamands sont enfin libérés des obligations de transferts sociaux ( puisque tout est "gelé" entre les deux régions) vers une Wallonie socialiste assistée, et les Wallons sont enfin obligés de pratiquer de rigoureuses politiques d'ajustements aux réalités. Le reste, c'est à dire la politique bruxelloise n'est que littérature  CQFD.

     

    PS  : La leçon vaut pour l'Union européenne toute entière. Pourquoi vouloir à tout prix interdire à la Grèce de faire face aux réalités de sa gabegie en la maintenant à tout prix dans la zone euro ? Le libéralisme ce n'est pas la camisole de force mais l'ajustement souple aux réalités, et la décentralisation des politiques de gestion.

  • Fessenheim : les comptes d'apothicaire des pieds nickelés du nucléaire.

    34474020-p-590_450.jpgSelon le Figaro, l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) envisagerait de prolonger de dix ans le fonctionnement de la Centrale nucléaire de Fessenheim pour un coût de rénovation et de renforcement de 150 millions d'euros.

    Si une telle décision était prise elle serait regrettable d'un point de vue économique car elle sacrifierait  l'avenir à long terme de l'approvisionnement énergétique de la France pour des petits profits à court terme.

    Le secret calcul des nucléocrates est  que nos voisins allemands, italiens ou suisses vont devoir nous acheter notre électricté nucléaire pour compenser leur abandon de leur propre industrie de production électrique nucléaire. A court terme c'est exact,mais à long terme les nouveaux investissements dans les vieilles centrales comme Fessenheim sont autant d'investissements à fonds perdus dans une industrie vouée à la marginalisation progressive.  En refusant la nécessaire remise en cause de l'industrie nucléaire la France se condamne à prendre du retard dans les énormes investissements nécessités par le passage aux énergies durables et non dangereuses.

    En arrêtant Fessenheim la France enverrait un signal juste, elle montrerait qu'elle est  prête elle aussi à préparer autrement son avenir énergétique. Dans le cas contraire elle apparaitra ringarde une fois de plus.Pire, les irréductibles gaulois du nucléaire pourraient bientôt ressembler à une bande de pieds nickelés perdus dans leus comptes d'apothicaire et incapables de compter au-delà de 10 ans,les 10 ans de sursis accordés à une centrale à bout de souffle.

  • Victoire de la liberté d'expression aux Pays-Bas.

    EwF0fv46SpUJ.jpgPoursuivi pour avoir osé comparer le Coran à Mein Kampf,  et l'islam au fascisme, Geert Wilders a été relaxé par la justice hollandaise. Son film" Fitna " qui mêle des versets du Coran à des images d'attentats terroristes, va enfin pouvoir être diffusé librement.

    Selon les avocats de la partie civile , je cite " les juges ont ainsi ouvert la voie pour que Wilders fasse des musulmans des citoyens de second rang dans notre société".

    C'est oublier un peu vite que les mosquées deviennent de plus en plus visibles chez nous ( où les musulmans jouissent de tous les droits civiques) tandis que les chrétiens sont persécutés ou n'ont aucun droit dans les sociétés musulmanes.

    Plus généralement, et comme le souligne Geert Wilders lui-même, sa relaxation est une victoire de la liberté d'expression, une valeur démocratique encore inconnue dans le plupart des sociétés musulmanes, quoi qu'en disent les terroristes intellectuels de gauche qui crachent sur le christianisme ou le pape,mais qui interdisent toute critique de l'islam.

  • Conseil d'Alsace : la ringardise socialiste.

    drapeau-ica.png

    Le Conseil Général du Bas Rhin vient d'approuver ( 21 juin) les conceptions réformatrices de Guy-Dominique Kennel permettant la mise en place progressive d'un vrai exécutif alsacien. Seuls les 8 conseillers généraux socialistes ont voté contre le texte, tout autant par esprit partisan que par ringardise intellectuelle.

    Les conseillers généraux socialistes ont brillé par archaïsme en cette affaire. Raphaël Nisand, Henri Dreyfus et Eric Elkouby ont rivalisé dans la ringardise pour s'opposer à une inéluctable évolution vers un Alsace disposant de véritables pouvoirs locaux autonomes.

    Et dire que la gauche est censée représenter les idées progressites ! Triste pour les électeurs de gauche qui croient encore que la gauche c'est l'évolution et le progrès !

     

  • Lybie : l'enlisement ou l'histoire de l'affreux canard toujours vivant

    NATO0001.gifLes anciens se souviennent sans doute de Robert Lamoureux, cet humoriste des années 50 devenu célèbre avec son histoire de l'affreux canard promis  à la casserole mais que personne ne parvenait à tuer .....et au bout de trois jours ( de course poursuite pour l'attraper et le tuer) le canard était toujours vivant..

    Ma dernière note remonte à un mois. Un mois plus tard, de retour de vacances, je constate que Ghadafi est toujours là. En Lybie  l'histoire de Robert Lamoureux se répète.

    L'affeux canard Khadafi est toujours là, l'Otan ne parvient pas à le chasser du pouvoir. Sauf que l'histoire n'est pas drôle du tout et coûte une fortune à la France au point que les budgets militaires vont devoir être revus à la baisse. Des heures de vol de rafale et les tirs de fusées pour rien sur des cailloux et du sable ça amuse dans doute BHL,le mentor du président en cette affaire, mais ça ne sert à rien.

    Dès le départ de cette aventure je l'avais annoncé sur ce blog, mais hélas je ne suis pas le mentor du président.