Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Colmar : procès des faucheurs anti-OGM

    balance-justice.jpgCe procès mériterait la une des journaux alsaciens, mais il est vrai que la question de la recherche fondamentale compte peu face à ce non évènement absolu qu'est le rallye d'Alsace dont on nous rabat les oreilles. Il paraît qu'il nous met en liesse. Est-ce si vrai ? Vous a-t-on demandé votre avis ?

    Mais revenons au procès des faucheurs qui ont détruit une parcelle de vignes transgéniques de l'INRA en 2010 à Colmar. A ce jour la question du délit constitué semble compter peu dans les débats du tribunal centrés surtout sur la question du bien fondé de la recherche transgénique.

    La bonne réponse me semble avoir été donnée par Philippe Kourilsky, membre de l'académie des sciences et théoricien du principe de précaution que je cite :" il faut résoudre l'incertitude par la recherche"Cela va bien au-delà de la recherche transgénique mais s'applique à toute l'incertitude de la situation de l'être humain face à son destin.

    On ne peut qu'encourager la recherche fondamentale dans tous les domaines, y compris nucléaire, sous réserve que les conséquences des applications possibles soient circonscrites au plan éthique et n'aboutissent pas à de nouveaux asservissements de l'être humain.Car s'il est vrai que certaines recherches transgéniques doivent consacrer l'asservissement des agriculteurs à la multinatiionale Monsento, alors il faut dire non.

    Nous n'en sommes pas là heureusement,mais le débat est ouvert,et peut-être faut-il remercier les faucheurs volontaires de le poser, d'une manière délictueuse certes, et condamnable ne fût-ce que symboliquement, en gardant à l'esprit qu'ils n'ont pas eu d'autre moyen de se faire entendre dans un espace médiatique dominé par le scandale et la futilité.

  • Démocratie d'hier et d'aujourd'hui : pirates contre sénateurs.

    vBBGiantJollyRoger6x4_1.jpgPercée du parti pirate allemand aux élections régionales allemandes du 18 septembre, victoire historique de la Gauche aux élections sénatoriales françaises du 25 septembre. Le rapprochement est intéressant car il est celui de l'avenir et du passé de la démocratie. En effet tandis qu'outre rhin s'esquisse une ébauche de la démocratie directe de demain, fondée sur internet ,en France le basculement historique du Sénat n'est qu'une ringardise française de plus qui ne modifie  rien en profondeur.

    La Gauche nous annonce une réforme du Sénat dont on sait qu'elle ne vise qu'à lui créer de nouvelles bases électorales ancrées dans les zones urbaines qui la favorisent au dépens de la France rurale. La grande réforme du Sénat consisterait à le transformer en Chambre des Régions françaises en rééquilibrant les pouvoirs entre Paris et les Régions, mais de cela il n'en est pas question. Au contraire la victoire de la Gauche au Sénat n'est qu'un facteur supplémentaire de crise politique en 2012. Désormais il est impossible au gouvernement de François Fillon de faire adopter la Règle d'or de la maîtrise du Budget car la victoire de la Gauche au Sénat  ne  lui permet plus de réunir le Congrès constitutionnel pour la faire adopter. Ce n'est que le début d'une crise politique qui va prolonger et aggraver la crise financière à l'horizon de 2012. Fermons le ban il n'y a rien à voir du côté du Sénat, sinon prébendes, privilèges, et conservatismes en tous genres.

    A l'est au contraire il y a du nouveau, à Berlin le parti pirate vient d'entrer au parlement régional avec 8,9% des suffrages et cela alors que le parti libéral, associé à la CDU d'Angela Merkel, s'effondre à  2% des suffrages et disparait du parlement régional du Land de Berlin. Le Parti Pirate qui ne compte aucun permanent et qui n'existait pas lors du précédent scrutin, défend les droits des internautes, milite pour la transparence des gouvernements et prône une réforme radicale du droit d'auteur incluant la dépénalisation du téléchargement. Son programme prévoit également la légalisation de la marijuana,la fin des amendes dans les transports publics et un salaire minimum ( qui n'existe pas en Allemagne)

     

    On peut sourire. Eh bien l'on aurait tort car au-delà de leurs excès infantiles et post adolescents, les Pirates portent des aspirations partagées par les nouvelles générations, à savoir une approche plus directe de la démocratie passant notamment par des votes réguliers en ligne sur les grands dossiers. J'ajoute que s'ils étaient français les Pirates se battraient pour une vraie réforme du Sénat au service de la défense des territoires, des libertés locales et des 'identités régionales et culturelles. Un combat qui en France reste d'avant garde.

    Le succès du Parti Pirate ne sera-t-il qu'un feu de paille ? On le pensait aussi des succès intermittents des écologistes il y a trente ans, or aujourd'hui les écologistes sont ancrés dans le paysage politique, et pas seulement en Allemagne. Les Pirates n'ont qu'un peu d'avance sur l'évolution très rapide de nos sociétés qui demain ne pourront plus se passer de la démocratie en ligne. Dossier à suivre.

  • Kein Gott, kein Staat, kein Patriarchat Ni Dieu, ni Etat, ni autorité morale

    090316.jpgMehrere hundert Menschen haben in Freiburg gegen den Besuch von Benedikt XVI demonstriert.  Am Bahnhof liessen die Demonstranten den ACDC-Song "Highway to Hell" laufen und  skandierten "Kein Gott, kein Staat, kein Patriarchat"

    Plusieurs centaines de personnes ont manifesté à Fribourg contre la visite de Benoît XVI . A la gare les manifestants ont fait entendre la chanson "Highway to hell " du groupe ACDC et ont scandé le slogan "Ni Dieu, ni Etat, ni autorité morale"

     Am Samstag une Sonntag werden mehr als 100 000 Gläubige erwartet. On attend dimanche et samedi plus de 100 000 croyants.

    No comment

  • 750 milliards....pour rester dans le nucléaire

    k0579683.jpgA l'heure où un grand pays comme l'Allemagne fait le bon choix en décidant de sortir du nucléaire, il faut aussi en France choisir son camp en dehors des clivages politiques car il y va de l'avenir de la civilisation. Elle sera centralisée et despotique sous l'oeil d'un " Big Brother" Elyséen et jacobin, ou au contraire décentralisée et démocratique, si elle se fonde sur les énergies renouvelables produites à domicile de manière autonome.

    On peut détester le laxisme des Verts et leur n'importe quoi en matière d'immigration ou d'organisation sociétale, mais on ne peut que les suivre dans leur engagement anti nucléaire car il est fondamental.

    A l'heure où on nous rabat les oreilles sur le coût  de la sortie du nucléaire il faut s'interroger sur le coût du maintien dans le nucléaire.Ce coût c'est la croissance exponentielle du coût de la construction des réacteurs EPR,celui de la gestion des déchets, du démantèlement des vieilles centrales, pour ne rien dire du coût d'un accident.

    A l'heure où on nous annonce que le coût de la sortie du nucléaire serait de 750 milliards d'euros ( estimation du CEA), l'association "Agir pour l'environnement" estime que cette somme représente au contraire le coût pour....y rester. Calculs d'experts contre calculs d'experts je prèfère choisir les calculs de ceux qui nous proposent pour demain la démocratie énergétique et non pas la dictature d'un CEA associé à celle de l'Elysée et du pouvoir occulte des porteurs de valise de nos présidents.

  • Le Landernau colmarien vu par "L'express"

    colmar2.gifIl faut vraiment une occasion spéciale pour me pousser à acheter un magazine car je suis sursaturé d'information. Il faut dire que je fais ma revue de presse en cinq langues européennes et sur le net. J'ai pourtant acheté le dernier numéro de "l'express" cette semaine car il met notre cher Chilbert en couverture et propose un bon dossier sur la vie politique de Colmar.

    Rien à redire, le dossier est objectif et constitue un bon travail journalistique. A lire si vous aimez notre bonne vieille ville de Colmar et si vous vous intéressez au landernau de la politique locale. Vous n'apprendrez rien sur notre Chilbert ni sur ses adversaires, et vous aurez confirmation que notre ville est bien gérée. En ce temps de crise c'est rassurant.

  • Siemens steigt aus der Kernenergie aus. Siemens abandonne le nucléaire

    k0579683.jpg"Das Kapitel ist  für uns abgeschlossen", sagte Konzernchef Peter Löscher mit Blick auf das Atomgeschäft seines Hauses.

    Der Austieg aus der Atomkraft kommt nicht mehr überraschend. Aufsichsräte und Belegschaftaktionäre von Siemens hatten diesen Schritt schon kurz nach dem Super-GAU in Fukushima gefordert, Börsianer hatten ihn erwartet.

    Vor zwei Jahren hatte Siemens noch grosse Pläne mit der Kernkraft. Damals wurde eine Renaissance der Atomenergie vorausgesagt mit dem Neubau von weltaweit 400 Atomkraftwerken bis 2030 und eine Investitionsvolumen von mehr als einer Billion Euro.

    Vergleichersweise setzt Areva ( und Sarkozy) immer noch auf die Atomenergie der Zukunft. Aber wie lange noch ? Das Thema Atomenergie wird in Frankreich auch, mehr und mehr unvermeidlich.

     

    "C'est un chapître clos", ainsi s'exprime Peter Löscher, le PDG du groupe au sujet de ses activités nucléaires.

    La sortie du nucléaire n'est pas une surprise car elle était demandée aussi bien par les gros actionnaires que par les petits porteurs du personnel lui-même,les boursiers s'y attendaient.

    Il y a encore deux ans Siemens avait encore de grands projets dans le domaine nucléaire. A l'époque on prévoyait un renouveau de l'énergie nucléaire avec au plan mondial la construction de 400 centrales nucléaires pour un investissement de plus d'un milliard d'euros.

    En comparaison Areva ( et Sarkozy) mise toujours sur l'énergie nucléaire. Mais pour combien de temps  encore ? La question de l'énergie nucléaire devient en France aussi de plus en plus incontournable.

  • USA Europe: l'argent qui fâche.

    argent-especes-monnaie_~u10212760.jpgLes relations transatlantiques se dégradent à mesure que s'aggrave la crise de la dette. Invités au sommet des ministres des finances européens de Wroclaw, initialement réuni pour traiter du cas grec, les Américains se sont fait donneurs de conseil en poussant les Européens à .....accroître leur dette comme ils l'ont fait eux-mêmes récemment.

    Leurs conseils ont été accueillis fraichement car les Européens, tout particulièrement les Européens du nord, n'adhèrent plus à la philosophie de la fuite en avant keynésienne pratiquée par les USA. Même si personne ne le dit officiellement, tout le monde se prépare à la faillite grecque qui devrait être suivie d'une remise à zéro des compteurs, et de la refonte de l'euro dans la douleur, c'est à dire au prix d'une gigantesque dépression.

    Avec les Américains le différend est très profond car les Européens, menés par Angela Merkel, ne veulent plus continuer à puiser dans les poches du contribuable nord européen pour fédéraliser la dette au profit des européens du sud, ils ne veulent pas en particulier d'euro bons ou obligations émises par la BCE. A la place, et ça c'est nouveau, ils veulent  (ou plutôt Angela Merkel veut )taxer les transactions financières afin de rassembler les fonds nécessaires à de nouveaux sauvetages de banques ou d'états ( aujourd'hui nul ne sait plus si les états sauvent les banques ou l'inverse). Mais taxer les transactions financières c'est s'attaquer au capitalisme ultra libéral; ce que refuse Obama dont on oublie qu'il est l'élu des milieux d'affaires.

    Entre Européens c'est également la crise, les fourmis du nord, Finlande en tête, demandent des garanties pour sauver les cigales du sud. Le scénario du pire est désormais envisageable car il est douteux qu'il soit possible d'organiser à froid la faillite de la Grèce.

     

  • Présidentielles 2012 : Marine est dans la course, Sagolène peut y revenir.

    photo_urne_standard_100_BL.jpgMarine est bien partie pour faire très mal en 2012 car elle commence  à allier l'habilité au punch qui lui est naturel. Hier en l'écoutant sur TF1 en direct j'ai noté son attitude sur la question de l'euro. Plus question d'en sortir la France sans ...consulter l'Allemagne. Marine veut une initiative franco-allemande avec Angela Merkel pour revenir aux monnaies nationales....Autant demander la lune car l'euro est déjà la monnaie nationale allemande avant d'être la nôtre.

     Hier soir parmi ses "amis" PS sur le plateau de France 2 Ségolène n'est plus apparu hors course comme il y a encore peu de temps. Au-delà du blabla des primaires socialistes elle maintient le cap, et à ce jour elle est la seule candidate socialiste qui soit écolo compatible, c'est à dire capable de trouver une majorité de gouvernement avec Europe Ecologie. Ségolène Royale s'est clairement engagée pour la sortie du nucléaire en 40 ans ; ce qui devrait satisfaire Eva Joly pour qui il n'y aura pas de participation des Verts à un gouvernement socialiste sans engagement de sortie du nucléaire.

    Et à droite pendant ce temps ? Sarko se fait applaudir en Libye, c'est bon pour le moral ...en attendant les surprises et les déceptions à Paris ..et peut-être aussi en Libye. Il peut rebondir mais il est dommage qu'à droite le seul choix soit entre lui et Marine Le Pen, pour ne pas parler des éternels candidats d'un centre introuvable. A droite aussi des primaires auraient quelque intérêt et nous changeraient du Sarkomenu imposé.

  • Que le rallye aille se faire voir.....en Suisse !

    465_embouteillage_VE_8711.jpgLe gros titre des DNA du 13 septembre est ambigüe,il s'intitule "impatience grandissante" ( sous entendu de l'évènement que constitue aux yeux de ses partisans le prochain rallye dit de France en Alsace). Ambigüe ce titre car il peut aussi s'appliquer à l'impatience grandissante des opposants à ce pseudo évènement, parfaitement artificiel, qu'orchestre le dernier carré alsacien des papies friqués nostalgiques de l'heureuse époque où Charles Trenet chantait la Nationale 7 et attendait sa belle ( ou son beau s'agissant de Charles Trenet) à la porte du garage.

    On peut regretter cette époque,je la regrette car j'aime l'auto,mais nous n'en sommes plus là, et il existe aujourd'hui des laboratoires et des circuits spéciaux qui permettent de tester les dernières innovations de la technique automobile. Les seuls rallyes qui ont encore un sens sont les rallyes folkloriques de vieux tacots ( avec réserve d'ailleurs car ils sont polluants)

    Alors pourquoi ce rallye ? Pour faire plaisir au lobby d'une minorité friquée. Pour le reste ce rallye n'apporte rien à notre région, il est un archaïsme et une aberration qui véhicule des valeurs à contre courant de celles qu'exige l'évolution de l'économie et de la société. Notons aussi à ce propos qu'en ce temps de rigueur budgétaire,il est honteux que nos collectivités locales financent ce cirque polluant : trois millions d'euros investis pour zéros emplois, zéros retombées en termes d'activités productives utiles à notre région. Quant au grand héros de l'épreuve il planque son fric en Suisse....alors qu'il aille s'y faire voir avec le rallye !

  • Schäuble bereitet sich auf Griechenlan-Pleite vor. Schäuble se prépare à la faillite grecque.

    eu-flag.gifBundesfinanzminister Wolfgang Schäuble (CDU) stellt sich nach SPIEGEL-Informationen auf eine Insolvenz Griechenlands ein. Danach gibt es zwei Varianten einer Griechenland-Pleite.In der ersten bleibt das Land in der Währungsunion, in der anderen gibt es den Euro als Zahlungsmittel auf  und führt die Drachme wieder ein.

    Le ministre des finances allemand Wolfgang Schäuble (CDU) s'attend à la faillite de la Grèce selon des sources citées dans le SPIEGEL. Il en ressort que la faillite a deux variantes. Dans un cas la Grèce reste dans l'Union Monétaire, dans le second elle abandonne l'euro comme moyen de paiement et réintroduit la drachme.

    "Regeln für den Austritt eines Landes aus der Währungsunion"

    Hessens Ministerpräsident, der stellvertretende CDU-Vorsitzende Volker Bouffier, drängt darauf, möglichst schnell  Möglichkeiten zum Austritt aus der Euro-Zone zu schaffen.

    "Fixer des règles permettant à un pays de sortir de l'Union Monétaire"

    C'est ce que propose avec insistance le premier ministre du Land de Hesse et vice-président de la CDU Volker Bouffier, à savoir créer aussi vite que possible des règles permettant de sortir de l'Union Monétaire.

    Athen macht es seinen Kritikern leicht-und den Euro-Retter derzeit schwehr. Eine eigene griechische Kommission stellte jüngst fest, die Verschuldung sei ausser Kontrolle geraten. Denn reiste eine Expertengruppe aus EU, Europäischer Zentralbank und Internationalem Währungsfonds unverrichteter Dinge wieder ab, nachdem Athen die Sparanstrengungen offenbar lockern will. Bundesaussenminister Wolfgang Schäuble stellte die Auszahlung der nachsten Tranche in Frage. Wann die Kommission ihre Arbeit wieder aufnimmt,ist offen.

    Il est vrai qu'Athènes prête le flanc à la critique et rend difficile la tâche des sauveteurs de l'euro. C'est une commission grecque qui a constaté récemment que l'endettement n'était plus contrôlable. Puis un groupe d'experts de l'UE, de la BCE et du FMI plia bagage sans avoir pu accomplir sa mission face à la volonté d'Athènes d'assouplir ses efforts de rigueur. C'est alors que Wolfgang Schäuble remit en question le paiement des prochaines tranches du plan de soutien financier. Personne ne sait quand la commission reprendra ses travaux.

    Das griechische Bruttoinlandsprodukt (PIB) wird nach den Worten von Finanzminister Evangelos Venizelos in diesem Jahr um mehr als fünf Prozent sinken.Gleichzeitig fürchten Beobachter, die bisher unternommenen Sparschritte könnten  der griechischen Wirtschaft zu stark zusetzen. Erst am Donnerstag war bekannt geworden, dass die Wirtschaftsleistung im zweiten Quartal im Vergleich zum Vorjahr um 7,3 Prozent abgesacckt ist.

    De l'aveu même du ministre des finances grec Evangelos Venizelos,le produit intérieur brut (PIb) de la Grèce a baissé de plus de 5% cette année. Au même moment, les observateurs craignent que les mesures d'économie déjà prises par le gouvernement grec ne puissent être supportées par l'économie grecque. On vient d'apprendre jeudi dernier que par rapport à la même période de l'an dernier, les performances de l'économie grecque au deuxième trimestre, avaient fléchi de 7,3%.

    Nach der Bundeskanzlerin " Griechenland weiss, dass die Auszahlung der Kredite davon abhängt, dass er seine Auflagen erfüllt"

    Selon la Chancelière, " La Grèce sait que l'octroi des crédits dépend de sa capacité à satisfaire au cahier des charges"