Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Régionalisme et démocratie ( suite et fin)

Nationalistes d'une part, et alter mondialistes d'autre part, dénoncent à raison le déficit démocratique du FMI ou de l'Union Européenne. Mais ni le nationalisme ni le mondialisme alternatif ne sauraient combler ce déficit, bien au contraire. Une gouvernance mondiale serait une dictature technocratique car la démocratie200px-Drap_alsace.jpg ne s'épanouit que sur de petits espaces.Montesquieu l'avait compris,les Suisses en donnent la preuve quotidiennement. De même l'Etat nation souverain tend au centralisme nécessaire à la guerre, économique ou autre, et cela au détriment de la démocratie. Sans remonter à la Révolution française et aux jacobins, nous avons sous les yeux un exemple du caractère potentiellement anti démocratique de l'Etat nation souverain, j'ai nommé la Chine.

Ce pays, dit communiste, est en fait un Etat fasciste, parcequ'il est ultra centralisé au service d'une ambition nationaliste de conquête économique du monde. La France révolutionnaire et jacobine lançait ses gros bataillons contre l'Europe, aujourd'hui le Comité central jacobin du PC chinois mobilise les ressources du pays pour acquérir la domination économique mondiale. Le déficit démocratique chinois est énorme. La mobilisation pour la guerre économique est payée par la misère de 1 milliard de ruraux que tout sépare de 300 millions de chinois urbains, plus riches, et avides de consommation gaspilleuse à l'occidental.Le pouvoir central sans contrepoids, opprime les régions où vivent des minorités non chinoises dont le Tibet n'est qu'un exemple. On peut même parler de deux grandes "régions", celle des villes et celle des campagnes...et cela nous concerne directement. En effet seul un mode de développement décentralisé au profit des campagnes pauvres évitera que la Chine n'entraîne le reste du monde dans la guerre économique que son agressivité commerciale et financière ( cf le jeu sur le  Yuan) porte en germe.

 

Face à ce géant , l'Union Européenne pourrait être un partenaire d'équilibre et un contre exemple démocratique. Mais pour cela elle devrait être refondée sur le principe de subsidiarité qui est un de ses fondements théoriques mais qui n'a jamais été appliqué; ce qui explique qu'elle soit devenue ce machin bureaucratique que dénonçait De Gaulle. Et pourtant le principe de subsidiarité fonctionne déjà en Allemagne fédérale, en Espagne, au Royaume Uni,voire en Italie du nord,et il  s'applique de plus en plus en Belgique. Ce principe peut aussi s'appliquer aux questions financières et d'abord à l'euro. Plutôt que monnaie unique et pur concept financier aujourd'hui, demain l'euro pourrait être un étalon monétaire européen dirigé en interne par la BCE au service d'une politique économique européenne. Référence mondial au même titre que le dollar( et obligatoirement le Yuan) l'euro serait associé au sein de l'UE aux monnaies de comptes des pays les moins compétitifs disposant d'une marge de dévaluations flexibles dans le cadre d'un serpent monétaire européen. Il deviendrait l'instrument de souveraineté d'une Union Européenne à  géométrie variable autour d'un noyau dur d'économies et  de systèmes fiscaux intégrés ( globalement l'Europe rhénane). Une telle Union Européenne serait solide mais aussi flexible au point de prendre en compte des autonomies régionales affirmées comme en Catalogne ou en Flandres dont les économies seraient de toutes façons liées à la zone euro.

Pour conclure il faut comprendre que nous n'avons pas le choix; de deux choses l'une en effet, ou bien l'UE subit la crise , ou bien elle se réforme pour mieux l'affronter dans la durée car la crise sera longue. Soyons conscients qu'après les trente glorieuses voici venir les trente piteuses au cours desquelles les cartes géopoliques et économiques vont être rebattues. Se replier sur le nationalisme amène le chaos et la dictature, au contraire la sortie de crise passe par l'UE, pas celle des 27 et des bureaucrates, mais une UE construite depuis la base avec ses citoyens et puisant dans les  forces vives de ses peuples et de ses régions. Européens réveillez-vous ! C'est le moment de rester lucide et d'espérer !

Les commentaires sont fermés.