Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bravo Mittelwihr !

    Mittelw.gifCe vendredi 27 juillet 2012 il faisait enfin chaud, très chaud même, et cela sentait bon....la bière et la tarte flambée ! Ce fut une belle fête que cette fête de Mittelwihr organisée autour d'une animation conviviale permettant à tous de se sentir accueilli, à commencer par les enfants et les handicapés. Un parisien de la famille en vacances me dit qu'il appréciait cette manifestation de l'art de vivre alsacien, ouvert et bon enfant.

    La soirée était organisée autour de deux spectacles,l'un préparé par l'association " Les amis d'Amandine", tandis que l'autre mit en valeur le savoir faire d'une équipe de jongleurs et de souffleurs de feu.

    "Les amis d'Amandine" présentèrent une pièce médiévale fort bien jouée par des amateurs convaincus et convaincants, encadrés par des costumiers et accessoiristes, amateurs également, mais très performants.

    La foule apprécia aussi le féérique spectacle de feu présenté par des baladins qui  jonglaient avec des torches enflammées, dessinant dans la nuit de fantastiques arabesques avec, en fond sonore, la musique d'Era.

    Ce fut une soirée pleinement réussie également gràce aux efforts de tous, au soutien de la municipalité, des associations locales, sans oublier les sponsors qui purent se faire une pub justifiée sur de grands écrans. Des artistes, des  artisans  et Elsasswear, purent aussi faire connaitre sur leurs stands nos remarquables produits locaux.

    Vivement la prochaine édition !

     

  • Syrie : le méchant dictateur et les gentils rebelles.

    téléchargement (1).jpgSi vous en croyez nos médias et le  monsieur qui nous tient lieu de président, il suffit que le méchant dictateur de Damas s'en aille pour que lui succède un gentil gouvernement de transition. La vérité est que la morale n'a rien à voir dans cette tragique histoire. En Syrie il n'y a ni bons ni méchants, seulement des intérêts contradictoires.

    Pour mieux vous informer et comprendre la réalité  je vous propose de connaître les protagonistes en suivant le lien vers un site spécialisé dans les questions occultées et qui pourtant sous-tendent la trame de la réalité. Ce site est celui du vieux templier.

    Voir  la note Qui sont les Alaouites ? sur http://le-vieux-templier.hautetfort.com

     

  • Pour sortir de l'impasse,libre réflexion hors schémas droite/gauche.

    panneau-063.jpgMon professeur de mathématiques m'avait appris que pour résoudre un problème compliqué il faut le simplifier en éléments plus simples. Je me demande si cette méthode ne serait pas la bonne pour sortir de cette fameuse crise que nous trainons depuis trente ans et qui, aujourd'hui, s'amplifie et s'accélère. En d'autres termes, pour sortir de l'impasse actuelle il nous faut simplifier, réduire; ce qui politiquement et économiquement est un retour au national, au  régional et au local.

    Pour comprendre le mouvement qui s'amorce à travers la crise, il faut faire le constat fondamental que le vie consiste à inspirer et à expirer; ce qui pour les sociétés humaines signifie l'alternance des  phases d'expansion et de contraction. Aujourd'hui l'expansion extraordinaire des trente glorieuses de l'Occident se poursuit dans les pays émergents mais dans les vieux pays industriels cette phase s'achève, et l'on peut même dire que la décroissance a commencé en Occident.

    Après la sidérurgie et le secteur primaire, c'est aujourd'hui l'industrie automobile qui cesse de tirer la croissance en Europe, et tout particulièrement en France. Le vieux continent devra trouver autre chose pour travailler puisque désormais les ateliers du monde sont ailleurs qu'en Europe.

    Cet autre chose c'est la remise en cause de l'ultra libéralisme par réorganisation et le renforcement de l'Union européenne en commençant par la réforme de l'euro. Encore faut-il d'abord que les responsables européens admettent que le système mondial avec ses  grands systèmes financiers et commerciaux est en train de se disloquer; ce qu'ils semblent ignorer puisque, à part l'Allemagne, ils croient encore à une relance de la croissance par la dette et s'arcboutent sur une vision keyneisienne obsolète de l'économie.Dans l'immédiat la bonne politique consiste à accepter les faits, et imaginer des sorties de l'euro non prévues à l'origine du traité de la monnaie unique. Les responsables européens, à part les Allemands, n'en veulent pas et pratiquent la fuite en avant en empilant des crédits qui ne seront jamais remboursés. 

     

    Accepter les faits c'est envisager d'inévitables simplifications et réductions d'échelle, dans le cadre d'espaces plus réduits de niveaux nationaux et /ou régionaux, qui conditionnent la survie de l'euro et l'adaptation des économies européenne à la phase décroissante dans laquelle elles entrent toutes peu ou prou.

    La situation en Grèce et en Espagne semble déjà préfigurer les évolutions que je viens d'évoquer. La Grèce ne peut se maintenir dans la zone euro pour la raison simple que son économie n'est pas au niveau de celle de l'Allemagne; ce qui exclut l'usage d'une même monnaie, sinon comme monnaie de réserve des épargnants grecs. Mais pour faire tourner l'économie grecque à son niveau,le retour à la drachme s'impose. Les Grecs ne seront jamais aussi riches que les Allemands en terme de PIB, mais ils peuvent être tout aussi heureux qu'eux ,sinon plus, en s'organisant en fonction de leurs ressources propres, selon un mode de vie adapté à leurs ressources et à une économie protégée localement. Leur maintien dans l'UE ne dépend pas de leur participation à l'euro.

    Même constat pour l'Espagne où la Catalogne veut sortir de la crise...par l'indépendance.Le 25 juillet le Parlement catalan a adopté le projet dit de "Pacte fiscal" qui défend une autonomie fiscale de la région. Il s'agit d'obtenir que la Catalogne recouvre et gère tous les impôts, et réduise ses apports à l'Etat central ibérique. Face au gigantisme et à l'opacité des systèmes financiers mondialisés, la régionalisation fiscale est en effet un moyen de transparence et de contrôle de l'utilisation locale des finances publiques.  A l'heure où la BCE se substitue à la Banque nationale espagnole, on comprend que les Catalans ne trouvent plus d'intérêt à payer des impôts à Madrid.

    D'accord me direz-vous, mais cela n'empêchera pas les multinationales de s'installer en Chine plutôt qu'en Catalogne. Certes, aucun Etat national ou régional n'est actuellement en mesure de contrôler les mouvements de l'économie mondialisée,mais justement c'est leur devoir de le faire et de s'opposer au libéralisme incontrôlé. Les Etats sont à réinventer aux différents niveaux des administrations publiques, et là les conditions locales sont déterminantes. Par exemple la Grèce doit enfin se doter d'une administration fiscale qui fonctionne, plutôt que de vivre des subventions parasitaires de l'UE, et d'une évasion fiscale qui l'ont conduit dans l'état que l'on sait. La BCE peut aider mais elle ne peut réinventer la Grèce qui ne le fera que lorsque la crise l'aura enfin responsabilisée par sa sortie de la zone euro.La Catalogne (plus riche que la Grèce)  n'en est pas encore là mais elle a tout intérêt à  réinventer l'utilisation des impôts des Catalans. La crise laisse apparaître les premières fractures régionales ( la Grèce n'est en fait qu'une région)qui en préfigurent d'autres en Europe. Même l'Alsace pourrait avoir intérêt à coller économiquement et financièrement à l'euromark, ainsi qu'à la Suisse, plutôt qu'à Paris, si la gestion socialiste devait aboutir à un désastre.

    La crise débouche sur de très nombreux possibles, en Europe l'avenir appartient aux sociétés (dans tous les sens du terme) qui sauront le mieux s'adapter à la décroissance. Au contraire sont condamnés les vieux schémas du 20 è siècle,à savoir aussi bien l'Etat nation bureaucratique et centralisé à la française, qu'une certaine europe ultra libérale incapable d'imposer une volonté politique aux mécanismes aveugles du marché.

    A noter aussi que cette réflexion dépasse les schémas traditionnels de l'opposition droite-gauche. Pourtant force est de constater que le parti socialiste français semble incapable de dépasser les schémas du 20è siècle en se situant dans une philosophie à la fois keynésienne et productiviste comme aux plus jours du Front Populaire..Rappelons aussi à ce sujet que ce n'est pas le keynésisme qui mit fin à la crise de 1929, mais bien la seconde guerre mondiale, soit une forme de décroissance absolue qui obligea à reconstruire les appareils de production et les courants commerciaux, aboutisant ainsi à la CECA puis à la construction européenne. Mais aujourd'hui nous ne sommes plus dans l'après seconde guerre mondiale mais bien dans un nouvel avant guerre d'une longue guerre qui pourrait bien avoir commencé au proche orient et qui devrait avoir des conséquences économiques inimaginables.

     

  • Turquie : l'effet boomerang de la politique d'Erdogan.

    k4052341.jpgLa Turquie a joué et joue encore un rôle très négatif dans la crise syrienne. Ce pays a encouragé les rebelles hostiles au régime de Damas. Comme il était prévisible le résultat se retourne contre la politique dangereuse de Monsieur Erdogan. Le chef de sa diplomatie vient de découvrir que les Kurdes profitent de la situation et s'organisent en Syrie de manière semi autonome comme ils l'ont déjà fait en Irak. De là à penser que les Turcs vont intervenir en Syrie il n'y a qu'un pas,mais dans ce cas on peut compter sur l'Iran pour venir au secours de Damas, le cycle infernal est enclenché à la plus grande joie sans doute du va-t-en-guerre BHL qui continue de prôner l'intervention occidentale sous couvert humnanitaire. Puisse la raison l'emporter avant que le moyen-orient n'explose !

  • Syrie : ne pas jouer au pompier pyromane

    glez.pngLa non intervention de la communauté internationale en Syrie désespère les partisans de l'ingérence humanitaire et morale. Cette non intervention est pourtant l'attitude la plus sage qui soit, car toute intervention extérieure en Syrie revient à jouer au pompier pyromane. En effet dans la région les occidentaux et l'islam sunnite s'opposent aux Russes, aux Chinois et aux courants minoritaires de l'islam.

    Après l'Irak et d'autres pays musulmans un dictateur arabe baasiste ( nationaliste) est confronté à la montée de courants prétendus révolutionnaires, mais en réalité manipulés par l'islam sunnite modéré ou radical. Avec la disparition des dictatures baasistes c'est l'ordre ancien mis en place au 20è siècle par les démocraties occidentales qui s'effondre au moyen-orient.Bachar el Assad, (comme Saddam Hussein en son temps) est le garant du maintien de l'intégrité d'un Etat nation né du protectorat français. La disparition de Bachar, comme celle de Saddam, ouvre la boîte de Pandore du réveil des minorités. Qu'ils s'agissent des chrétiens, des alaouites, des chiites et surtout des Kurdes la chute du baasisme met fin à la protection dont jouissaient ces minorités sous un ordre dictatorial certes, mais "laïc" et "républicain" dans une certaine mesure.

    Depuis la chute de  Saddam on a vu en effet les Kurdes obtenir une semi indépendance dans le chaos irakien. De même en Syrie et en Turquie ils misent sur le chaos qui se précise pour  faire de même. Quant aux chrétiens et aux alaouites qui soutiennent le régime de Bachar el Assad, ils se préparent à vendre chèrement leur peau au cas où la rébellion chasserait le dictateur de Damas au profit de forces soutenues par l'Arabie saoudite, la Turquie et Al Qaida.

    On comprend donc que dans ces conditions toute intervention occidentale reviendrait à choisir un camp ( en fait celui du pétrole saoudien); ce qui pourrait entraîner une réaction de l'Iran chiite aidé par la Russie et la Chine, pays en lutte contre l'islam sunnite à leurs frontières : Tchétchénie pour ce qui est des Russes, Sinkiang pour ce qui est de la Chine qui mate sans pitié les Ouighours musulmans en révolte larvée contre le pouvoir central de Pékin.

    La communauté internationale peut cependant aider au plan humanitaire par sa présence au Liban via la Finul onusienne. Sous réserve d'être renforcée, cette dernière pourrait même jouer un rôle préventif pour éviter l'embrasement du pays du cèdre par effet de contagion.

    Que les humanitaires se rassurent donc, même et surtout sans ingérence, ils auront bientôt du travail au proche orient !

     

  • Crise : le capitaine de pédalo sur le Titanic

    naufrage.jpgSi François Hollande n'est pas un capitaine de pédalo comme le prétend Jean-Luc Mélanchon, il apparait pourtant de plus en plus comme un petit bonhomme tout nu aux commandes du Titanic en train de sombrer.

    Le candidat Hollande a beaucoup promis au "peuple de goche" pour se faire élire, mais le président Hollande se trouve désormais fort dépourvu face à une crise qu'il avait fait semblant d'ignorer pour promettre tout et n'importe quoi à l'électorat. Aujourd'hui les dossiers chauds s'accumulent sur son bureau et il ne lui suffit plus de défaire systématiquement les mesures emblématiques du sarkozysme pour donner le change.

    Certes il est sage de renvoyer les dossiers aux sages et aux commissions d'experts mais le peuple, surtout celui de "goche", attend qu'il  "délivre", c'est à dire qu'il agisse comme on dit en français. A force de se vouloir "normal" , il risque d'apparaitre insignifiant face à une crise qui n'est pas dans la norme de celles d'autrefois par son caractère de plus en plus imprévisible et incontrolable.

    Les ouvriers de PSA et les employés d'Air France, pour ne citer qu'eux, attendent de savoir où va le président. Mais le sait-il lui-même ? Hier il est allé rendre visite à un Jacques Chirac très fatigué, surtout mentalement, dans son château résidence de retraité. Au cas où l'ex roi de l'esquive, de la paresse et de l'arnaque, lui aurait donné le conseil  de pratiquer comme il le fit l'art de glisser  les problèmes sous le tapis, je conseillerais quant  moi au président de n'en rien faire car la crise c'est maintenant.

  • Hayet Ayad : chant de l'âme.

    images.jpgSamedi 21 juillet à 20 heures 30 à l'ancienne abbaye de Marbach

    Hayet Ayad  donne un concert de chant sacré.

     En savoir plus http://marbach-culture.fr.gd

                          http://le-vieux-templier.hautetfort.com

     

     

  • Saison 2012-2013 au théâtre municipal de Colmar.

    colmar2.gifPrésenté par Gilbert Meyer le guide de la saison 2012-2013 au théâtre municipal colmarien vient de paraître. Ce blog rendra compte régulièrement des manifestations mensuelles mais dès à présent il peut annoncer une saison particulièrement alléchante. Les planches colmariennes accueilleront non seulement des comédiennes et comédiens de boulevard bien connus mais également des musiciens et même une seconde "soirée de l'étrange".

     

    Les nouveaux abonnés peuvent s'inscrire jusqu'à la fin septembre dans la limite des places disponibles. Pour tout renseignement contacter : Théâtre municipal de Colmar, 3 rue Interlinden 68000 Colmar

    Réservation : 03 89 20 29 02  ou par internet  : reservation.theatre@ville-colmar.com

     

    Pour en savoir plus site internet http://theatre.colmar.fr

     

     

  • "La particule de Dieu" agite les esprits

    einstein1.jpgOn imagine Einstein apprenant la nouvelle, il n'eut pas manqué de participer à l'effervesence  intellectuelle qui agite ses collègues aujourd'hui, mais pas seulement eux, le monde religieux est aussi en ébullition depuis l'annonce de la découverte du fameux boson de Higgs, "baptisé" peut-être un peu vite  " la particule de Dieu"

    Sur le sujet suivre http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

  • 14 juillet : symboles et réalités.

    index.jpgMariage pluvieux,mariage heureux dit-on. On aimerait appliquer le dicton à ce 14 juillet 2012 très arrosé. Hélas la France qui fuit dans les vacances n'est pas heureuse, mais elle donne le change à travers les affirmations martiales de son pouvoir politique  de plus en plus symbolique et de plus en plus impuissant.

    En effet que reste-t-il de la" souveraineté nationale" face à la mondialisation ?

    Arnaud Montebourg évoque la responsabilité de PSA face à la "nation" France, mais il oublie précisément que les ennuis de PSA proviennent de son positionnement insuffisant sur le marché mondial. PSA est au contraire victime de son " nationalisme" économique, ayant trop concentré ses sites de production en France, et n'ayant pas su conclure les accords nécessaires avec des partenaires étrangers.

    Quant à François Hollande, une chose en est de mentionner la "souveraineté" nationale dans ses discours, une autre en est de faire défiler nos troupes sous le béret de l'ONU. Reste le défilé aérien de nos superbes Rafales, un bel exemple en effet de "souveraineté". Le problème est que le Rafale, probablement le meilleur avion du monde, est une catastrophe économique. Construit par l'avionneur Dassault dans le refus de toute coopération industrielle européenne, cet avion ne se vend pas à l'étranger, contrairement au chasseur européen.

    Une nation qui se veut "souveraine" ressemble désormais à ces nobles espagnols ruinés du siècle d'or espagnol, ces hidalgos orgueilleux qui se drapaient dans leur arrogance...et leurs haillons. Est-ce cet avenir que nous souhaitons aux diverses populations de l'hexagone ? Car pour ce qui est du peuple français il n'est guère plus qu'une fiction, à l'image de notre équipe de foot.. dite nationale.