Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Compétitivité : d'abord en finir avec la gabegie étatique !

    4326901-1.jpgRas le bol de l'état gaspilleur et parasite qui vit au dépens des activités créatrices de ce pays ! Les socialistes aggravent le mal mais celui-ci est ancien, il trouve ses origines dans la sacralisation jacobine de l'état au nom de laquelle sont oubliés les impératifs de gestion. 

     Le dernier exemple de cette gabegie est le sort réservé au rapport de Louis Gallois sur le "choc de compétitivité". Avant même d'être publié il est mis au tiroir. Mais l'on peut imaginer cependant que Louis Gallois a touché une coquette somme pour l'avoir écrit. Tout comme le rapport de Jacques Attali  demandé en son temps par Nicolas Sarkozy. Et tout le monde se souvient du scandale provoqué par le rapport du couple Tiberi sur la francophonie. Une liasse de papiers payée une fortune !

    C'est ainsi en douce France, pays de cocagne où l'on écrit des rapports et l'on crée des commissions pour ne jamais....décider quoi que ce soit ! La France est le pays du verbe et de la rhétorique,  et rarement celui du réalisme. La France est aussi le pays qui dispose d'un Conseil économique et social qui ne sert strictement à rien, sinon à recaser les copains du monde politico médiatique, et les vieilles chanteuses alcooliques ruinées.

    Pire, la France est le pays qui dispose de remarquables  Cours des comptes, l'une nationale et d'autres régionales, des Cours des comptes qui rédigent d'excellents rapports ..jamais suivis d'effets car ils n'ont qu'une valeur d'avis non contraignants qui n'entrainent jamais de sanctions.

    Quant au coût de la gabegie administrative ce sont les entreprises qui le paient, et qui par conséquent ne peuvent être compétitives face à la concurrence étrangère. Pour provoquer un choc de compétitivité il faut d'abord démolir l'état jacobin et dégraisser tous les mammouths administratifs.

     

  • En politique rien de nouveau.

    imagesCAV5346M.jpgLa gauche sans projet, sans vision a été élue parce qu'elle a menti aux électeurs. Au pouvoir elle démontre sa nullité chaque jour un peu plus.

    La droite dans l'opposition serait vraisemblement victorieuse aujourd'hui  tant la gauche déçoit. Le problème est que la droite est aussi sans projet, sans vision et tout aussi nulle. Fillon et Copé portent des masques et nul ne sait ce qu'ils proposent aux électeurs.

    Le centre introuvable se dédouble en deux trognons autour de Boorlo et de Bayroux. Mais nul ne sait ce qu'est le centre ni ce qu'il veut.

    Faut-il désespérer ou attendre que la crise économique  débouche sur une crise politique qui éclaircira les enjeux et permettra aux électeurs d'y voir plus clair ?

    Pour nous régionalistes d'Alsace et d'ailleurs, l'enjeu majeur( et la clé de la sortie de crise) c'est la réforme de l'Etat et de l'Europe sur un modèle fédéral et libéral, libérant les énergies créatrices et permettant la vérité des comptabilités publiques. Mais (à part les "extrémistes" catalans, flamands ou écosssais), qui ose proposer la seule révolution dont l'Europe a besoin ? A droite, comme à gauche, comme au centre, nul n'ose dire que nous sommes au bout d'un système et qu'il faut en inventer un autre...à l'échelle de l'UE.

  • Compétitivité franco-allemande: des chiffres qui expliquent tout !

    140.jpgFrance :

    1 Président de la République + 1 Premier Ministre + 25 Ministres + 9 Secrétaires d'Etat = 36.

    Allemagne :

    1 Président de la République + 1 Chancellière + 8 Ministres = 10

    France :

    Sans mentionner l'Elysée le Premier Ministre dispose de 310 m2 à Matignon et ses Ministres d'hôtels particuliers.

    Allemagne :

    La Chancellière paie le loyer de son appartement,l'eau, l'électricité comme chacun de ses 8 ministres.

     

     France :

    Le Président dispose d'un personnel de 960 personnes.

    Allemagne :

    La Chancellière est servie par 300 personnes.

    France :

    Le parc auto du Président est de 121 véhicules.

    Allemagne:

    Le parc auto de la Chancellière est de 37 véhicules.

    France :

    Pour se déplacer le Président dispose de 1 Airbus + 2 Falcon 7x +2 Falcon 900 + 3 Falcon 50

    Allemagne

    La Chancellière voyage en train ou sur les lignes aériennes régulières.

    France :

    Salaire du Président 21 560 €

    Budget de l'Elysée 113 000 000 €

    Allemagne : 

    Salaire de la Chancellière 15 380 €

    Budget de la Chancellerie 36 400 000€

     

     

     

     

  • Deutsch-französisches Job-Forum in Alt Breisach. Forum de l'emploi franco-allemand à Vieux Brisach

    14224775-symbole-de-l-39-emploi.jpgQuelle : Badische-Zeitung Source : Badische Zeitung

     350 Besucher, 15 Unternehmen, sowie viele Kontakte und Beratungsgespräche-das ist die Bilanz des deutsch-französischen Job-Forums, das in der Breisacher Stadthalle stattfand.

     

    350 visiteurs, 15 entreprises ainsi que de nombreux contacts et entretiens, tel est le bilan du forum de l'emploi qui s'est tenu dans la salle polyvalente de Vieux Brisach

    Welche Arbeitsmöglichkeitent gibt es für Französinnen bei der Deutschen Post ?

    Quels sont les emplois offerts par la poste allemande à des Françaises ?

    Antwort gab es beim Job-Forum

    Réponse au forum.

    Wer wird gesucht ?

    Qui recrute-t-on ?

    Nach der Meinung Wolfgang Schillingers, Inhaber eines Unternehmens für Beregnungsanalagen in Ihringen, werden vor allem Schlosser,Elektroniker und Landmaschinenmechaniker dringend gesucht.

    Selon Wolfgang Schillinger, patron d'une entreprise d' installations d'arrosage à Ihringen, on demande surtout des serruriers, des électrotechniciens et des mécaniciens  de matériels agricoles.

    Wie dringend Elsässer Arbeitsplätze in Deutschland brauchen, verdeutliche die Aussage von Gerenralrat Hubert Miehe, dem Vizepräsident des Sivom Pays des Brisach : "In Neuf-Brisach beträgt die Arbeitslosenquote 15 Prozent, in Colmar liegt sie bei 10 Prozent. Es gibt nur wenig  Stellenangebote. Viele Arbeitnehmer aus dem Elsass müssen sich deshalb auf dem deutschen Arbeitsmarkt orientieren. Dabei wissen sie, dass Firmen auf der östlichen Rheinseite überwiegend gut qualifizierte Mitarbeiter brauchen, die zweisprachig sind. Das ist für junge Menschen oft ein Problem, weil sie nicht elsässisch sprechen und damit auch nicht in deutscher Sprache kommunizieren könnten"

    Dans son allocution, Hubert Miehe, Conseiller Général et vice président du Sivom du pays de Breisach,souligna combien la main-d'oeuvre alsacienne est recherchée en Allemagne :" A Neuf-Brisach  le taux de chômage est de 15 pour cent, à Colmar il se situe autour de 10 pour cent. Il y a peu d'offres d'emploi.C'est pourquoi de nombreux demandeurs d'emploi alsaciens se tournent vers le marché du travail allemand. Ils savent que les firmes à l'est du Rhin ont besoin surtout de personnels bien qualifiés et bilingues. C'est souvent un problème pour les jeunes car ils ne parlent pas alsacien et en conséquence ne pourraient pas communiquer en langue allemande"

    Man kann auch hinzufügen dass, der kein Deutsch spricht , hat auf dem südbadischen Arbeitsmarkt keine Chance. Das gilt auch für Absolventen der Hochschulen. Darüber ein personales Gegenbeispiel. 

    On peut aussi ajouter que celui ou celle qui ne parle pas allemand n'a pas d'opportunité sur le marché du travail. Cela vaut aussi au niveau des diplomés d'enseignement supérieur, comme je peux en témoigner avec un contre exemple personnel.

    Er heisst Bertrand und hat beim EMS (Ecole de Management de Strasbourg) sein Studium absolviert. In Frankreich fiel es ihm schwer einen Job zu bekommen.Nach Monatenlang erfolgloses Bewerben, entschiedete er sich für den deutschen Arbeitsmarkt. Er arbeitet jetzt in Frankfurt im Internet-Business. In Deutschland dauerte seine Bewerbung nur eine Woche. Auch im Internet Business braucht man nicht nur Englisch.Bei seiner Jobsuche war für meinen Sohn Bertrand, die  Kenntnis der deutschen Sprache, das entscheidende Plus.

    Il s'appelle Bertrand et est diplômé de l'EMS (Ecole de Management de Strasbourg). En France il eut de la peine à trouver un emploi. Après des mois de recherches infructueuses, il se décida pour le marché du travail allemand. Il travaille aujourd'hui à Francfort dans le commerce en ligne. En Allemagne sa recherche d'emploi ne dura qu'une semaine. Même sur Internet on n'utilise pas que l'anglais. La connaissance de la langue allemande fut pour mon fils Bertrand le plus décisif dans sa quête d'emploi.

     

     

  • Le rallye d'Alsace est-il rentable ?

    610200914.jpg Le rallye d'Alsace relève des jeux du cirque prétendument sportifs qui masquent de juteuses pompes à fric...pour quelques-uns uniquement, et hélas  avec l'aide des deniers du contribuable alsacien.Sur le sujet je rends compte en entier du courrier adressé aux DNA le 18.10.2012 par Jean-Michel Bachellerie de Hohengoeft.

    " La région d'Alsace et les deux conseils généraux auraient versé cette année une aide de 1,5 million € au Rallye de France pour sa présence dans la région.il est dit que ce financement est un investissement, largement récupéré par les retombées économiques et fiscales qui en découlent. Serait-ce le cas ?

    Une approche macro-économique du sujet laisse douter de la justesse de l'argument. Le PIB  de l'Alsace est proche de 50 milliards €. Le total des budgets des donneurs publics précités avoisine les 5% du PIB régional. Pour récupérer la mise publique, il faudrait que ce rallye génère une augmentation du PIB de 20 fois 1,5 millions €, soit 30 millions €. Si on se base sur la fréquentation estimés par les organisateurs en 2011 de 390 000 visiteurs, chiffre impossible à confirmer, la dépense ramenée çà chaque individu devrait être de 77 € en moyenne, ce qui semble exorbitant en ces temps de contraction économique. On peut penser que les élus locaux ne savent pas compter et croient que nous vivons dans une oasis de prospérité malgré 120 000 chômeurs,ou tentent de nous faire prendre des vessies pour des lanternes "

    Entièrement d'accord avec Jean-Michel Bachellerie j'ajoute que son calcul ne fait pas entrer en ligne de compte le malus écologique des nuisances apportées par le rallye. La sortie de course qui a ravagé des cultures n'est qu'un exemple.

    Pour conclure il faut souhaiter qu'en ce temps de crise nos  élus locaux  se posent la question des priorités alsaciennes en matière d'utilisation des deniers publics

     

  • Construction européenne : oublions le serpent de mer de l'union politique.

    eu-flag.gifRéunis pour un Conseil européen aujourd'hui les 27 se préoccuperont surtout de mesures pratiques  permettant un début de sortie de crise pour l'euro. Quant à l'union politique on verra...et c'est bien ainsi car cette union est aussi chimérique que les efforts pour maintenir l'unité des vieux états nations. Ces derniers, tout comme l'UE sous sa forme actuelle, sont des modèles épuisés d'organisation socio politique.

    Maintenir l'unité politique de la Belgique est tout aussi artificiel que le mythe de l'unité de la république française une et indivisible. Dans certaines de nos banlieues tout comme en Corse l'unité française n'est qu'un faux semblant.

    A l'heure où les vieux états nations apparaissent de plus en plus comme des façades en trompe l'oeil mal repeintes, il serait vain de prétendre unir le continent sur ce modèle. L'Union Européenne et les vieux états nations doivent désormais se maintenir et se construire uniquement sur des accords et des structures pragmatiques assurant le meilleur vivre ensemble possible des populations.

    S'agissant de l'UE il est clair maintenant qu'il faut distinguer les 27 des 17, puis les 11 parmi les 17, et peut-être les 6 parmi les 11. Cela vaut explication.

    L'Europe des 27 compte parmi ses membres des nations qui refusent toute coordination supplémentaire en matière d'organisation juridique et sociale, le Grande Bretagne, non membre de la zone euro étant à la tête de ces nations. Autant dire qu'il faut tout de suite les oublier pour donner du corps à plus d'intégration économique et fiscale au sein des pays utilisant l'euro. Mais même parmi ceux-ci tous ne sont pas d'accord pour avancer dans cette voie. Reste alors à travailler sérieusement avec les 11 pays qui veulent aller plus loin. Enfin, last but  not the least il reste au coeur du continent quelques pays qui doivent absolument s'organiser mieux tellement leurs économies sont interconnectés, il s'agit pour l'essentiel des pays du Benelux, de la France et de l'Allemagne.

    Pratiquement qu'est-ce qu'on fait ? Telle est la question que pose la Flandre qui exige désormais sa réorganisation fiscale au sein de l'ensemble du Benelux et de l'Union européenne. C'est à ce nivau que l'on peut faire de la politique pratique, au plan local, et en oubliant le grand machin d'un super état européen. A ce niveau des agences confédérales seront plus efficaces que la création de nouvelles bureaucraties étatiques.

  • Après l'Ecosse et la Catalogne,l'Europe des régions s'affirme en Flandre.

    Vlaamse-vlag.jpgBart de Wever, le leader de la Nouvelle Alliance Flamande  vient de remporter les élections locales en Flandre. Loin de vouloir "tout casser" au nom de l'indépendance flamande il  veut  au contraire "changer la Belgique".

     Souhaitons lui bon vent car dans une Union Européenne immobile et bloquée à tous les niveaux, seul le succès de mouvements politiques régionalistes peut changer la donne et pousser à la refondation de l'Union Européenne elle même.

    Faut-il y voir un signe,mais le jour même où les "indépendantistes" triomphaient en Flandre, le premier ministre anglais, David Cameron, annonçait qu'il soumettrait à référendum la question de l'indépendance de l'Ecosse en 2014 ?

    Débarassé de l'extrême-droite flamande le mouvement de Bart de Wever est bien parti pour faire bouger les choses chez nos voisins, en posant de bonnes questions qui ne valent pas que pour les Belges.

    Dans le contexte globalisé de l'économie financière, l'aspiration à l'indépendance de régions à forte identité comme la Catalogne, la Flandre ou l'Ecosse est en fait une revendication localiste de meilleure gestion, de démocratie, voire d'écologie et de  décroissance,et surtout un refus des "machins" incontrolables et incontrolés qu'incarnent à la fois les états nations centralisés et la bureaucratie bruxelloise. Ce n'est pas du populisme, c'est la volonté de remettre les pendules à l'heure.

    Comment admettre en effet que l'Union européenne,malgré la crise de la dette, ose augmenter son budget ? Pour une fois il faut admettre qu'en le refusant la Grande Bretagne rend service à la construction européenne.

    Plus généralement la poussée des régionalismes aide à comprendre que l'immobilisme politique de l'Union Européenne n'est que l'expression de la crise du modèle de l'Etat nation. L'idée originale de la construction européenne était de faire un Etat nation européen avec les vieux états nations européens épuisés par la seconde guerre mondiale.Le problème est qu'en ce début du 21è siècle il apparait bien que c'est le modèle même de l'Etat nation qui est épuisé,vidé de sa substance par la montée des communautarismes, le choc des cultures non européennes et la globalisation financière.

    L'Union Européenne doit être refondée pour tenir compte des identités multiples qui ne se dissolvent pas dans les citoyennetés nationales,pour ne rien dire d'une utopique identité citoyenne européenne. Les régions sont des éléments de reconstruction locale au même titre que les identités religieuses ou culturelles diverses de notre société, au niveau non local seuls sont indispensables des agences de régulation financière ( Union bancaire par exemple)  économique et écologique,ainsi bien sûr qu'une agence de défense et de police au service d'une UE neutre,mais maitresse de ses frontières en matière d'immigration et de protection de ses outils de production et d'approvisionnement.

    Cette refondation ne peut venir de Bruxelles mais du renouveau des identités locales. Imaginez qu'en 2014 les Ecossais choisissent l'indépendance ? Cela marquerait la fin du Royaume-Uni et serait une formidable occasion de repenser l'Union Européenne sous une forme confédérale à tous les échelons.

    Dossier à suivre et bon vent à nos amis flamands et wallons,car il y a aussi des Wallons qui aspirent à une autre Wallonie que celle mise en coupe réglée depuis si longtemps par les gestionnaires de faillite socialistes.

     

     

  • Todmorden,la chasse au gaspi alimentaire, les néo-ruraux grecs et le début de la décroissance.

    imagesCAG2TUGP.jpgQuand il n'y a plus rien dans l'assiette au beurre, il faut recommencer à faire du beurre, du vrai, et cultiver son jardin.

    C'est cette idée toute simple que mettent en application les habitants de Todmorden, une petite ville anglaise qui fait école. Tous les espaces cultivables de la ville sont transformés en potager et désormais la ville est devenue auto-suffisante pour son approvisionnement en légumes. L'initiative fait école à l'heure où l'on dénonce à juste titre le gaspillage alimentaire des grandes surfaces. Mentionnons également les Grecs désargentés qui retournent dans les villages pour y cultiver un jardin et...de quoi manger.

    En fait il  s'agit là d'adaptation à certains aspects néfastes de la mondialisation, et un retour au bon sens, le début de la décroissance. Celle-ci n'est surtout pas à confondre avec l'arrêt de l'activité économique, elle est simplement une prise de conscience qu'il est possible de vivre autrement sans surconsommer et sans gaspiller.

    Il fut un temps où à Colmar les salades turques arrivaient moins chères que celles produites par les maraîchers locaux, sauf que l'on omettait d'inclure dans le prix de revient le gaspillage en énergie et celui de la pollution par le transport. Si on l'avait fait, on se serait rendu compte que le bilan énergétique global du coût des salades importées de Turquie n'avait rien à voir avec le simple avantage comptable qu'elles avaient sur les salades locales.

    Dieu merci "la crise" oblige enfin à savoir compter !

  • Nobel de la paix pour l'UE : un avertissement

    eu-flag.gifBien que tardive l'attribution du prix Nobel de la paix à l'UE est justifiée. La paix en Europe nous semble aller de soi , or il n'en est rien. Si nos nations retombent dans le nationalisme nous aurons de nouveau de dangereuses tensions entre elles. De ce pont de vue l'attribution du Nobel est encore plus un avertissement qu'une récompense.

    Sur un autre régistre qu'il me soit permis d'ajouter que plus que d'un Nobel de la paix, l'UE a surtout besoin de gagner le concours Lépine, c'est à dire de recevoir une récompense pour sa capacité d'innovation. Nous en sommes aux antipodes en ce moment, mais l'espoir est permis car pour sortir de la crise l'UE n' a d'autre choix que d'inventer sa refondation.

  • Théatre amateur alsacien : bravo la troupe du Quiproquo !

    imagesCAV5346M.jpgCe weekend la troupe amateur du Quiproquo de Ste Croix en Plaine près de Colmar présente au théatre municipal de Colmar " La vie de chantier" , une pièce écrite par Dany Boom.

    Après le succès de  "Toc, Toc" de Laurent Baffie la troupe du Quiproquo vient d'ajouter un nouveau succès à son palmarés avec sa nouvelle comédie. Je peux en témoigner ayant assisté à la représentation d'hier soir.

    Tout simplement hilarant et remarquablement professionnel pour des amateurs. Ne voulant pas faire de jaloux je ne distinguerai aucun acteur ou actrice en particulier,mais j'ai un faible pour Olivier dans le personnage de Seppi, une adaptation alsacienne de l'ouvrier portugais du texte original. A mourir de rire  et croyez moi ça fait du bien en ce temps morose. A ne pas manquer ce soir et surtout suivez bien la troupe du Quiproquo car elle est bien partie pour faire parler d'elle.