Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Zemmour a raison sur tout, sauf sur la nation.

    drapeau et coq gaulois.jpg Ne touchez pas à mon Zemmour sinon je signe une pétition !

     Bref j'aime beaucoup ce chroniqueur qui à 99% reflète le plus souvent ma propre opinion sur l'actualité.

    Reste le 1% d'un désaccord profond. La nation n'existe plus, mais contrairement à ce que pense Zemmour, j'estime qu'il ne faut pas chercher à la restaurer, et encore moins faire d'elle l'aune de référence en matière politique et économique.

     Sur Itélé à 11 h 45 ce samedi 30 novembre, et face au représentant de la pensée unique, Zemmour a déclaré  que"la nation est la mesure" je ne suis pas d'accord. La nation française n'existe plus depuis 1914 où elle a été saignée à blanc. 1940 l'a achevée, et le gaullisme n'a été qu'un magnifique enterrement de première classe qui a fait illusion. De son côté la gauche a essayé de nous vendre l'Europe et le mondialisme. A raison, car c'est là où l'avenir se joue, mais à condition  de construire l'UE sur l'anti mondialisme sélectif; c'est à dire en refusant l'immigration incontrôlée, la financiarisation mondiale de l'économie et en instaurant un protectionnisme européen là où c'est nécessaire.

    N'en déplaise à Zemmour la nation française a vécu. Ne pas la confondre avec la France que l'on peut concevoir différente, et qui,  j'en reste convaincu, peut encore inspirer l' Europe. De...l'Atlantique à l'Oural comme le disait le grand illusionniste de Colombey,  qui fut aussi le génial fossoyeur de la Grande Nation.

  • Le joli coup de Marine Le Pen à Strasbourg.

    marine Le Pen.jpg Marine Le Pen vient de jouer un joli coup en choisissant Jean-Luc Schaffhauser comme tête de liste FN lors des prochaines élections municipales.

    C'est un joli coup pour les raisons suivantes :

    Le candidat est un bon candidat parce que les électeurs voient en lui  un vrai candidat de droite et se soucient peu de l'étiquette FN. C'est un candidat qui peut, sinon gagner Strasbourg, du moins modifier les équilibres politiques strasbourgeois en poussant le curseur vers la droite.

    C'est aussi pour Marine Le Pen l'occasion de démontrer qu'au-delà du discours populiste elle comprend parfaitement ce qui est en jeu à Strasbourg et dans l'UE. Elle présente un consultant international qui n'ira pas casser les vitres de la maison de verre européenne, mais aura...peut-être à cœur au contraire de  préparer un projet alternatif pour l'UE et pour Strasbourg.

    Enfin at last and not the least ( laissez-moi m'amuser un peu !) Jean-Luc Schaffhauser appartient à l'Opus Dei ; ce qui est un plus par les temps qui courent. En effet les électeurs, pas seulement catholiques, en ont assez de ces élus obsédés sexuels ou prévaricateurs des deniers publics qui défraient la chronique. Avec un membre de l'Opus Dei pas de soucis, sa gestion de Strasbourg, comme celle de sa vie, sera rigoureuse , disciplinée et honnête. Mais on peut fort bien détester la morale en démocratie et voter pour des fripouilles.

     

    Voir L' Opus Dei  pour le meilleur et pour le pire. http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

     

  • La prochaine crise : les cigales contre les fourmis.

    51512555-tete-de-pythagore.jpg Point n'est besoin d'être devin, la prochaine crise opposera au plan mondial les cigales et les fourmis.

    Le décor:

      La relation financière euro atlantique.La guerre entre Wall Street et la City d'une part, la BCE et la zone euro d'autre part. Le poids monétaire et économique de la Chine.

    Les acteurs :

    Les fourmis américaines représentées par les Républicains qui refusent à Obama d'augmenter le plafond de la dette américain au-delà de février 2014.

    Les fourmis germaniques et nord européennes qui pratiquent la rigueur et refusent de transformer l'euro en dollar par une "union de transfert" européenne; ce  qui obligerait les fourmis germaniques à acheter la dette des cigales du sud au risque  d'hyperinflation et de dégradation de leur épargne. Par ailleurs ces mêmes fourmis vieillissantes sont aussi des spéculateurs qui  investissent dans les fonds de pension de la City et de Wall Street et ne veulent surtout pas de régulation du système. Elles sont ultra libérales par égoïsme de génération nantie. Les baby boomers veulent s'empiffrer sur leur tas d'or avant de s'en aller.

    Les cigales démocrates conduites par  Obama et Wall Street suivi de la City, qui poussent à l'endettement et à l'inflation pour relancer l'économie mondiale, mais qui inquiètent le géant chinois dont les épargnants craignent de voir les bons du trésor américain se transformer en papier sans valeur. Ces cigales sont jeunes, métissées, souvent pauvres et socio conscientes, elles découvrent que l'Amérique ne peut se payer une couverture sociale sans mettre en danger l'épargne des vieux blancs républicains. Guerre de génération aux USA.

    Les cigales sud européennes qui peinent à suivre une politique de rigueur et qui s'illusionnent sur le retour  de la croissance par la planche à billets. A noter que la France incapable de rigueur et de réformes fait partie de ce camp.

    La base du conflit.

    Les vieilles  fourmis veulent la rigueur des budgets d'état et  la spéculation financière qui grossit les bas de laine des retraités. En d'autres termes la ceinture pour les actifs et les jeunes, mais pas de restriction au casino financier mondialisé qui engraisse les vieux. 

    Les jeunes cigales ont l'illusion qu'une monnaie faible et la planche à billets créent des emplois mais elles oublient que l'emploi ne se décrète pas lorsque l'offre et la demande ne coïncident plus; ce qui est le cas dans les sociétés occidentales.

    Les prochaines batailles.

     Aux USA les Républicains se préparent à couper le robinet du crédit à  Obama afin d'éviter que le dollar ne devienne définitivement un jeton de Monopoly dévalorisé pouvant lui faire perdre son rôle comme monnaie de réserve.

    Au contraire Wall Street, la City et Obama ont les yeux de Chimène pour la planche à billet et surtout pour les consommateurs allemands et chinois dont ils  attendent qu'ils relancent la machine.

     Pas de chance le consommateur allemand est vieux et économe, il veut que l'euro reste solide pour son épargne, sinon il préfère s'en passer et revenir au D-mark au risque d'une crise majeure. Quant aux Chinois ils sont de plus en plus inquiets au sujet des bons du trésor américains et de la solidité du dollar. Les Chinois ont déjà dénoncé le déclin américain en attendant de prendre leur place; ce qui n'ira pas sans crise.

    Le Calendrier

     Confrontation en vue aux USA en février 2014, et confrontation entre cigales et fourmis au sein de la zone euro.

     Qui a intérêt à faire éclater l'euro ?

     Très certainement Wall Street et la City car  de juteuses opérations spéculatives seraient possibles  dans le chaos monétaire européen, de plus la fin de l'euro éliminerait un concurrent du dollar potentiel en tant que  monnaie de réserve mondiale. Le dollar serait provisoirement sauvé en attendant que la Chine ne se fâche.

    Peut-on éviter le clash ?  Difficilement car nous avons l'affrontement  de cultures économiques et politiques opposées, aussi bien mondialement que dans l'espace euro. La division de fait de la zone euro  en deux espaces économiques conduit à la déflation partout, y compris chez les fourmis, faisant de l'UE un espace de décroissance.

    Que peut-on attendre de l'Allemagne ?

     Rien  car elle n'est plus européenne et elle a déjà largué les amarres pour voguer seule au grand large sur l'océan du mondialisme. De ce point de vue elle est l'alliée de l'Angleterre, pays qui mise à fond sur la City et la financiarisation de l'économie mondiale.

    Il y a une alliance tacite entre la City, et les ateliers allemand et chinois mondialisés. Par ailleurs la Chine a besoin de sources d'énergie et de financements bons marchés facilités par le Yuan sous évalué . Pas plus que l'Angleterre, l'Allemagne n'est orientée vers le marché européen car son économie est mondialisée et ses banquiers partie prenante dans la spéculation mondiale de la City et de Wall Street. Pour l'Allemagne la défense de l'euro est secondaire. Elle  peut miser sur le dollar comme sur le Yuan chinois comme monnaie de réserve, et encore plus sur un retour au D-mark en reconstituant une zone mark naturelle en Europe du nord. Elle ne paiera pas pour sauver l'euro.

    Quel avenir pour l' Union Européenne ?

     Tout dépendra de la France et de son aptitude à proposer un autre projet économique et surtout politique, face à la grande zone de libre échange qu'est devenue l'UE. Il lui faut redevenir crédible en donnant l'exemple d'une gestion rigoureuse et proposer la  création d'une zone euro non libérale, protectionniste et planificatrice, protégée par des barrières douanières et des frontières réelles. Cette zone euro non libérale aurait pour objectif la constitution d'une zone d'économie durable; ce qui impliquerait son découplage partielle de l'économie financière et spéculative mondialisée.

    Pour faire court l'UE libérale des "Saxons", a tué le projet  de l'UE carolingienne et rhénane du début. L'adhésion d'un nombre croissant d'Etats a dénaturé l'UE. Celle-ci ne doit plus chercher à faire nombre,  sinon après une éventuelle adhésion  de la Turquie pourquoi pas celle de l'Irak ou d'Israël ? L'objectif  au contraire ne peut être que la constitution d'un ensemble européen réduit aux seuls états partageant le projet d'une Europe protectionniste en tous domaines.

     Si la France porte ce projet elle n'évitera pas  le clash avec Bruxelles dominé par les  "Saxons " Allemands, Anglais et européens du nord en général, mais ce clash est déjà rendu inévitable par le refus des peuples du sud de continuer dans les politiques de rigueur, et l'envie des peuples de l'est à accéder à l'UE sans pouvoir le faire faute du soutien  de la Russie. Un nouveau projet européen a besoin du soutien de la Russie, définir un nouveau projet européen est une urgence absolu si nous voulons enrayer  le retour des nationalismes et le n'importe quoi.

    A long terme le clash avec Bruxelles est  un bon choix car ce n'est pas dans le nord vieillissant que se trouve l'avenir du continent mais au sud et à l'est. Là sont les gisements  de développement, les réserves en matière première mais également les réserves humaines. Par ailleurs il ne faut pas oublier que la Russie  n'est pas tournée vers le grand large atlantique et mondialiste, et qu'elle est géopolitiquement l'éternel allié de revers face aux "Saxons".  Un pari certes que cette UE alternative, un pari risqué car  cette zone pourrait être en effet une zone de crédits à fonds perdus gérée n'importe comment à la socialiste, et plombée par la culture de fraude des pays du sud. Un pari mais le chaos mondialiste le rendra inévitable. Un pari qui peut être gagné.

    Une UE protectionniste, gérée avec rigueur et dotée d'un euro sous évalué à dessein et manipulé en ce sens par une BCE politique,  connaitrait un nouveau départ économique  et serait une alternative attractive pour tous les états européens ruinés par le mondialisme.

    Résumé de l'enjeu.

    En Europe la bataille qui se prépare est celle des partisans d'une Union Européenne simple zone de libre échange, libérale et mondialisée, aux partisans d'une Union Européenne protectionniste, continentale et tournée vers l'est. Ceci implique des frontières fermées aux flux humains, financiers et commerciaux incontrôlés, développement d'un espace économique visant à l'auto suffisance en tous domaines et orienté vers l'activité durable et non spéculative. 

    Le premier clash est apparu à Strasbourg récemment à propos du déménagement à Bruxelles.

    En préparant le déménagement à Bruxelles du siège du Parlement européen, les Bruxellois ultra libéraux et dominés par les  "Saxons", veulent effacer le symbole d'une Europe politique franco allemande, rhénane et carolingienne dont la capitale aurait été Strasbourg.

    Eh bien tant mieux ! Au-delà de la nécessité d'une gestion rigoureuse de la bureaucratie européenne, Strasbourg n'apporte plus rien à l'Europe. Le couple  franco allemand n'a plus rien à se dire et il faut passer à autre chose.  Tant pis pour Strasbourg ! L'avenir de l'UE n'est plus au bord du Rhin mais dans les steppes de Russie et sur les bords de la Méditerranée. Dur pour un alsacien d'écrire cela mais la géopolitique condamne Strasbourg à s'inventer un autre avenir et l'UE avec.

     

     

     

  • Avec les excuses de Pythagore.

     Ce blog est engagé au service d'idées régionalistes   fondées sur la conviction que  la globalisation financière et économique conduit à un chaos croissant remettant  en cause les Etats nations. Mais au profit de quoi ? La nature ayant horreur du vide le chaos mondialiste provoquera tôt ou tard des  dislocations imposant des réorganisations politiques et économiques. Mais là encore ces bouleversements se feront-ils au profit de nouveaux nationalismes ou au contraire rendront-ils nécessaires toujours moins d'Etat central mais plus d'Etat local  ? C'est ma conviction mais je peux être dans l'erreur ou être mal compris car je ne souhaite surtout pas détruire le peu d'Etat qui nous reste51512555-tete-de-pythagore.jpg

         Au cas où je serais mal compris, je  présente mes excuses aux lecteurs au nom de Pythagore, l'un de mes maîtres à penser. Je précise en effet que j'appartiens à une génération qui n'a pas appris à penser en regardant les "héros" du foot ou de la téléréalité, mais en méditant la pensée éternelle des grands esprits d'hier et d'aujourd'hui.

    Le problème est qu'aujourd'hui la pensée est noyée dans l'émotionnel que manipulent les pouvoirs à travers les médias et l'internet. Comment donc  gérer une telle société qui ne sait plus penser parce qu'elle est gérée par l'émotionnel ? 

    Essayons donc d'oublier que nous sommes de droite ou de gauche pour penser la politique sans préjugés. Qu'est-ce qui  doit être pensé et mis en œuvre ? Pour avancer dans cette direction il faut d'abord démolir les idées fausses ou archaïques héritées des 18, 19 et 20è siècles. Après seulement nous pourrons penser correctement le 21è siècle....peut-être car la première règle de la pensée, c'est le doute. 

    Travaux pratiques. Je vous propose de vous préparer à la prochaine crise financière et économique dans une note à paraitre bientôt.                                                         

  • Malaise dans le foot. Des solutions radicales sont possibles.

    imagesCA264O13.jpgSuite à la qualification des bleus en Ukraine, et malgré la censure des images pratiquée par les grands médias, les téléphones portables ont permis aux Français de voir les Champs Elysées envahis d'une foule agressive de porteurs de drapeaux.....algériens !

     Il existe peut-être des solutions radicales pour éviter le malaise, à savoir supprimer les hymnes nationaux avant les rencontres pour les remplacer par ...l'hymne à la joie.Les spectateurs seraient libres de brandir les drapeaux de leur choix et les joueurs seraient soulagés de l'obligation de chanter un hymne qu'ils ne connaissent pas.

    Pour ce qui est des rencontres de clubs la solution consisterait à donner aux équipes le nom du ou des sponsors. Le PSG deviendrait ainsi la Qatari business incorporated, la QBI. Avec le retour de Tapie à Marseille l'OM pourrait être rebaptisée l'équipe de Tapie et ainsi pour chaque équipe selon ses soutiens financiers réels. Les maillots des joueurs seraient transformés en supports publicitaires officiels.

    Peut-être réduirait-on ainsi la violence dans les stades en coupant le lien identitaire avec une nation ou une ville...  peut-être, car contre la bêtise humaine il n'y a pas de vrais remèdes.

     

    Sur le thème du sport lire Le pape François définit la juste fonction du sport cliquer sur

    http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

  • Salon du livre de Colmar. Temps durs pour la lecture.

    colmar2.gif Ce weekend le salon du livre de Colmar permettra au public de découvrir les dernières nouveautés de l'édition.

    A l'heure du sms la lecture et l'écriture traversent des temps difficiles. A contrario les moyens électroniques et l'édition en ligne permettent à un nombre croissant d'auteurs d'accéder à la publication; ce qui n'est pas le moindre des paradoxes, même si  la diffusion ne suit pas.

    Qui connait en effet l'admirable " Malédiction de Nostradamus" publié par Edilivre pour le mulhousien Frédéric Martineau ?  Ce polar ésotérique est bien meilleur que le Da Vinci code pourtant !

    En matière de diffusion littéraire l'important ce sont les réseaux de diffusion; ce qui explique la prépondérance sur les rayons des libraires d'auteurs traduits de la langue anglaise. Pas plus que pour le film, la qualité intrinsèque d'un livre ne peut rien contre des productions de masse distribuées par les réseaux mondiaux de l'édition en langue anglaise.

    Le système des prix littéraires à la française relance sporadiquement et provisoirement les éditions nationales. Quant aux locaux, autant dire qu'ils n'ont pas leur place, sauf s'ils se spécialisent dans leur folklore si j'ose dire. Cela est particulièrement le cas en Alsace avec les Alsatiques. Je vous propose donc en conclusion de vous intéresser à deux livres locaux. L'un par le sujet, l'autre par son auteur.

    Châteaux forts et fortifications médiévales d'Alsace est un superbe ouvrage illustré de Nicolas Mengus et Jean-Michel Rudrauf. Il ravira les fans d'architecture et les passionnés de l'histoire alsacienne. Publié par la Nuée Bleue qui dispose d'un stand au salon.

    Spiritisme et initiation est le dernier livre d'Hervé Laurent, l'auteur colmarien et animateur de l'émission ARCANA sur la radio locale RDL 103.5. Publié par Edilivre  (non présent au salon ), l'ouvrage a été récemment présenté par l'auteur à la Bibliothèque Pythagore de Strasbourg. Il documente le lien qui existe depuis les origines de l'humanité, du chamanisme à nos jours, entre les phénomènes médiumniques et l'histoire des initiations et des sociétés secrètes. Facile à lire il intéressera plus que les spécialistes.

     

     

  • François Hollande inspiré par l'Esprit à Jérusalem ?

    400px-Dome_of_the_rock_distance.jpg  César, Bismarck et d'autres l'avaient déjà remarqué : les Français sont un peuple de fous imprévisibles et ingérables, et encore plus fous encore ceux qui prétendent les gouverner. Pauvre François Hollande!  Ce gentil petit fou à qui il faut beaucoup pardonner dans son échec, même s'il est vrai qu'il y met beaucoup du sien.

    Oublions sa politique intérieure calamiteuse pour nous intéresser à son action internationale, globalement inefficace, mais qui est cependant parfois bien inspirée, au point que cela vaut d'être souligné, car le pauvre président n'a que trop rarement l'occasion de se sentir soutenu et approuvé.

    Ce fut le cas au Mali où il sut agir vite et avec succès, et ce fut le cas lors de son récent voyage à  Jérusalem. Dans cette ville il sut trouver l'attitude et les mots justes en hébreu pour définir face au nucléaire iranien l'attitude d'une France réaliste et vigilante. Ce fut enfin sa position sur le conflit israélo-palestinien qui démontra de sa part une certaine vision, rare en cette période de calculs mesquins et de coups fourrés diplomatiques entre amis.

    François Hollande a compris que la solution du conflit commence par le règlement du statut de Jérusalem,question qui conditionne tout accord durable entre l'état hébreu et les Palestiniens. Il préconise justement que Jérusalem doit être la capitale commune de deux états et non la seule capital d'Israël...pour commencer.

    Par la suite, Jérusalem doit devenir la ville sainte internationale de tous les fils d'Abraham, Juifs, Musulmans et Chrétiens.....une très vieille histoire que notre très laïc président ne peut comprendre.

  • Après la qualification : le cirque et les questions.

    sans-titre.png Drôle de pays tout de même que la France, ce pays bipolaire qui passe de la déprime la plus grande à la plus extrême exaltation selon les résultats d'une bande de branquignoles ou d'artistes du ballon rond...c'est selon.  Selon les humeurs d'une opinion manipulée par des journalistes sportifs et des commentateurs dont on ne sait s'ils sont shootés ou payés pour dire n'importe quoi, tout et son contraire ! 

    Bizarre, bizarre et l'on ne peut s'empêcher de se poser des questions sur le foot international. Bizarre cette transformation des cyclistes en bouc émissaires du dopage et des combines. Comme si le foot ne pouvait connaitre ni les joueurs dopés, ni les matchs truqués au plus haut niveau !

    Lorsque Goethals était entraineur de Marseille il était effaré par les mœurs footbalistiques locales qui ne sont guère que le reflet d'autres mœurs, plus cachées encore, et qui concernent le foot international.

    Pauvre France ! Dans la Rome décadente lorsque le peuple n'avait plus de pain on lui donnait les jeux du cirque.

  • Je ne peux plus supporter l'équipe dite de "France" !

    sans-titre.png Précision d'abord. Vous aurez remarqué que ce blog est écrit en français et non pas en jargon médiatique, vous aurez donc justement lu mon titre comme voulant dire que l'équipe dite nationale m'horripile.


    Ce n'est pas parce que TF1 a investi des millions dans le foot que les journalistes doivent nous servir du foot à tous les repas. Et ce n'est pas parce que les joueurs portent un maillot dit national que je dois me sentir concerné.

    Et pourtant j'aime un beau match, et bizarrement je vibre encore pour le rugby, mais c'est à peu près tout. Je ressens pour les sportifs ce que ressent l'opinion française en tout, ou presque : un immense ras le bol face à une imposture généralisée.

    Le sport aussi est devenu une imposture. Comment en sortir ?

    Je suggère que pour avoir le droit de représenter la France, il faudrait d'abord prouver que l'on y paie ses impôts. Sinon il faudra considérer que le plus grand pays sportif du monde s'appelle... la Suisse.

     

  • Ces chrétiens qu'on assassine ! Conférence de René Guitton à Colmar.

    christ01.jpgEn Orient les persécutions croissantes poussent les chrétiens à fuir les pays où est né le christianisme. Au Maghreb, en Afrique subsaharienne et jusqu'en Extrême-Orient ils sont contraints au silence et parfois assassinés par centaines.

    Avec sa conférence intitulée Ces Chrétiens qu'on assassine le philosophe René Guitton dresse le livre noir de la christianophobie.

    Quand ?  Le lundi 25 novembre à 20 heures

     

    Où ?  Cercle St Joseph, rue St Joseph à Colmar.

     

    Source de l'information : le Bureau de l'Amitié Judéo-Chrétienne de Colmar.