Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ukraine : les affaires d'abord.

    sans-titre (9).png On gesticule beaucoup en Ukraine en essayant d'effrayer le bon peuple avec ces concentrations de troupes russes le long de la frontière ukrainienne. Pas de quoi s'inquiéter car nous ne sommes plus au 20è siècle et les batailles aujourd'hui se gagnent devant un clavier d'ordinateur. En Ukraine la bataille se joue au plan économique entre deux acteurs, et deux seulement, car aussi bien les autorités de Kiev que celles de Bruxelles ne sont que de simples spectateurs. La bataille se joue donc entre Poutine qui menace de couper le gaz aux Européens et Obama qui prévient les Russes qu'il peut faire exploser la Banque russe en sabotant les réseaux de cartes bancaires.

    Ceux qui comme moi  connaissent un peu les pratiques russo-corses de la Côte d'Azur savent bien que les Russes y paient volontiers en liquide.... les cartes bancaires me direz-vous on peut s'en passer.... sauf malgré tout que le volume des transactions à un certain niveau contraint les oligarques à utiliser les services électroniques de la Banque russe. On ne peut tout de même pas acheter le super Nice ou le super Cannes  en liquide. La menace d'Obama vise le portefeuille des amis de Poutine qui pourraient bien l'inciter à ne pas couper le gaz, de crainte de se retrouver en caleçon...sur la plage, à Nice ou à Sotchi peu importe, mondialisation oblige.

     

     

  • Hier le Kosovo, aujourd'hui la Crimée, demain la Catalogne..ça donne des idées..

    alsacienneB_113_150.jpgRendons la parole à la Catalogne par un référendum sur l'auto détermination, tel est en substance le discours d'Artur Mas président de la région Catalogne.

    En réponse, mardi 25 mars,  le Tribunal constitutionnel espagnol a déclaré le référendum contraire à la Constitution. A propos de la Crimée le référendum avait été déclaré contraire au droit international. Mais s'agissant du Kosovo au nom du droit d'ingérence  humanitaire, la communauté internationale avait au contraire poussé à l'indépendance de cette province serbe.

    La vérité est que le droit est là pour ratifier les faits, l'inverse n'est que littérature. C'est la raison pour laquelle Artur Mas a répliqué, je cite que " le processus politique se poursuit " Il a ajouté " La Catalogne lance un grand défi démocratique auquel on doit répondre de façon politique et non par une décision de tribunal".

    Moteur économique de l'Espagne avant d'en devenir l'une des régions les plus endettées, la Catalogne reproche à Madrid de ne pas redistribuer équitablement les richesses.

    Sur le sujet les Alsaciens ont eu leur chance qu'ils n'ont pas su saisir. Trop d' élus formatés par le jacobinisme croient encore que le salut vient de Paris. (En fait il s'agit le plus souvent d'assurer leur carrière à Paris) Gageons  cependant  qu'ils seront de moins en moins nombreux à le penser car après l'échec de la gauche, on peut également parier sur celui de la droite et du FN dans les prochaines années. A leur tour les  Alsaciens finiront par comprendre que le problème c'est l'état centralisé de droite ou de gauche. Pour défendre enfin leurs intérêts et s'occuper de ce qui les regarde, ils se  tourneront enfin vers le régionalisme.

  • Ukraine : impuissance de l'Europe, triomphe de Poutine.

    eu-flag.gifLe drame des Ukrainiens est d'avoir cru à l'Union Européenne qui ne peut rien pour eux. En Europe il n'existe qu'une puissance européenne digne de ce nom, c'est la Russie et pas seulement pour des raisons militaires et géopolitiques liées à ses réserves énergétiques. L'UE ne veut exister ni politiquement, ni militairement, ni culturellement, se contentant d'être un distributeur de crédits et de bons sentiments.

    La Russie au contraire veut d'abord exister en tant que puissance et même en tant qu'espoir messianique d'une Europe sauvée par la Sainte Russie. Ne souriez pas c'est là sa vraie force face à la faiblesse d'une UE déculturée, déchristianisée, démolie culturellement et spirituellement par le mondialisme.

    Quand cette Europe là sera définitivement sortie de l'histoire restera peut-être la Russie et les refondateurs d'une Europe enracinée dans ses réalités identitaires, culturelles et spirituelles.

     

    Sur le sujet voir  Saint Poutine  ?  Cliquer sur http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

     

     

  • Contre Poutine Obama propose...de nous fourguer ses gas de schistes !

    sans-titre (9).pngObama a le sens de l'humour, de l'humour noir même diront certains. De plus en plus tourné vers la Chine et de plus en plus indifférent (voire méprisant) au sort de l'Europe, Obama propose à l'UE de devenir moins dépendante du gaz naturel russe..... en achetant les gaz de schistes américains. Dans la même vision post guerre froide il propose ( mais ne le dit pas bien sûr) de désarmer définitivement l'UE en termes économiques, en la noyant au sein d'une vaste zone de libre échange euroatlantique.

    Cette vision  remonte aux années de la guerre froide et ne correspond pas aux intérêts de l'Europe. La vraie réponse à la crise c'est de comprendre que l'avenir énergétique de l'Europe est avec la Russie et non contre elle, cette Russie qui est le partenaire naturel d'un co-développement de l'immense espace euroasiatique. Mais encore faut-il pour cela remettre en cause l'Otan et tous les intérêts mercantiles et mondialistes anglo-saxons qu'elle protège aux détriments de ceux du bloc continental européen.

    L'Europe de l'Atlantique à l'Oural disait De Gaulle. Jamais sa vision n'a été autant d'actualité !

     

  • Et maintenant il faut le virer au plus vite !

    caricature_francois_hollande_by_cyrielkiller-d4psysm1 - Copie.jpgIl a trop menti et il a démontré son incompétence. La solution à la crise actuelle n'est pas un remaniement mais le retour aux urnes par une dissolution de l'Assemblée Nationale suivie d'une démission du président et d'une élection présidentielle dans la foulée.

    Quand une dent fait mal il faut l'arracher au plus vite !

  • Dis papy c'est quoi un animal politique ?

    121894_fr_lestroissi.jpgLa performance de cet animal politique qu'est Gilbert Meyer me laisse pantois mais je la trouve très instructive. A 75 ans passé j'ai encore appris quelque chose sur la nature humaine et je crois pouvoir dire aux petits enfants ce qu'est un animal politique.

    Un animal politique c'est quelqu'un qui connait la nature humaine et qui agit en conséquence. L'animal politique c'est quelqu'un qui " nique" tout le monde, qui prend le beurre et l'argent du beurre et le c... de la crémière en plus. C'est un animal omnivore qui mange à tous les râteliers et qui en plus vous fait payer le prix de la gamelle.

    Plus sérieusement un animal politique sait que les idées et les étiquettes politiques comptent peu dès lors qu'il établit un rapport solide avec ses électeurs. C'est le cas de Gilbert Meyer à Colmar mais aussi ne l'oublions pas à Kaysersberg où Henri Stoll vient d'être réélu avec 56% des voix. Un UMP ici, un Vert là, la preuve que c'est bien la personnalité des candidats qui fait la différence et non leurs étiquettes.

    Et l'idéal politique dans tout ça ?

    Il peut exister et tout le monde se rappelle du " cirque" d'Henri Stoll à propos de José Bové et des faucheurs anti OGM. Soyons aussi reconnaissant des prises de position d'Henri Stoll s'agissant de la fermeture de Fessenheim et des éoliennes. Henri Stoll est ce qu'il est, mais il a encore un idéal et il sait s'engager pour ses idées.

    Quant à Gilbert Meyer, il a aussi un idéal politique....Gilbert Meyer tout simplement !

  • Municipales : Colmar n'a pas voulu bouger dans une France désabusée.

     

    photo_urne_standard_100_BL.jpgColmar

    Gilbert Meyer a été réélu dès le premier tour par un électorat vieillissant qui a joué la prudence sur le thème du" Mir wissa wat mir han" ( Nous savons ce que nous avons") sous-entendu mais qui c'est celui-là ? (le nouveau venu de la vallée de Ste Marie aux mines.)

    Faire bouger des vieux n'est pas nécessairement un bon slogan électoral. Bertrand Burger l'a appris à ses dépens.

    Alsace   Très forte progression de l'abstention dans le Haut Rhin, en particulier à Mulhouse où comme à Strasbourg le Front National devient l'arbitre du second tour.

    France  Ce pays semble tétanisé par le peur de l'avenir et de la mondialisation; ce qui explique la montée du Front National et de l'abstention comme rejet du système UMPS et de trente ans de gestion irréaliste du pays. A force de ne pas dire la vérité et de repousser les dures réformes à faire l'UMPS a fait le lit de l'extrémisme et de l'incivisme.

     

     

  • Fessenheim : sortons les maires qui ne s'engagent pas pour la fermeture immédiate !

    34474020-p-590_450.jpgFaut-il rire ou pleurer de la dernière farce de Greenpeace à Fessenheim ? La démonstration est faite qu'à Fessenheim comme au Tricastin, un groupe terroriste déterminé peut se rendre maître d'une centrale nucléaire.

    Les élections municipales de dimanche prochain seront l'occasion d'un choix pour la sécurité en sortant les maires qui ne se sont pas engagés à ce jour pour la fermeture immédiate.

    A Strasbourg ou à Colmar, Fessenheim n'est qu'une banlieue en cas d'accident nucléaire. Il n'est que temps de prendre au mot les maires qui prétendent se battre pour la sécurité des citoyens mais qui n'ont jamais eu le courage politique d'exiger la fermeture immédiate de la centrale. A Colmar comme ailleurs suivez mon regard: sécurité, sécurité qu'il dit mais quid de son attitude au sujet du nucléaire et de Fessenheim en particulier ?

  • Crise ukrainienne : cirque diplomatique et bonnes affaires.

    sans-titre (9).pngUne journée passée au Quai d'Orsay a valu à Dominique de Villepin un chèque de 100 000 euros. A ce tarif là on peut bien parler pour ne rien dire à l'ONU comme il le fit en son temps. Parler pour ne rien dire et gagner le gros lot ! Qui ne serait pas diplomate aujourd'hui ! A ce tarif on comprend que Fabius et ses collègues fassent des ronds de jambe diplomatiques  à propos de l'Ukraine. Bref il faut bien donner l'impression que la diplomatie sert à quelque chose. Alors, à Bruxelles et ailleurs, on s'agite devant les caméras avant de passer à la caisse.

    En réalité tout va bien avec Poutine. Celui-ci savait dès le début de la crise qu'il avait toutes les cartes en main en Ukraine puisqu'il lui suffit de couper le robinet du gaz russe pour désorganiser l'économie européenne, en particulier allemande. De même il  suffit de geler l'argent investi dans la City par les oligarques russes pour provoquer une nouvelle crise boursière. Le reste n'est que littérature.

    J'allais oublier. La France aussi  aime bien Poutine et les Russes quoi qu'en dise Fabius. La preuve ? Allez-donc  acheter un bien immobilier de luxe à Nice ou à Cannes aujourd'hui, si vous n'êtes pas russe !

  • Ukraine : Poutine bon élève de BHL et Bernard Kouchner.

    images.jpgRappelez-vous, la Crimée d'alors se nommait Kosovo. Un petit pays dans lequel la majorité de la population albanophone vivait mal son appartenance à la Serbie. Au nom de l'ingérence humanitaire et pour protéger les gentils albanophones musulmans opprimés par les méchants serbes orthodoxes, BHL, Kouchner et consort mobilisèrent la communauté internationale au nom de l'ingérence humanitaire et du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes...contre l'avis des Russes. On connait la suite, le Kosovo est devenu indépendant et les derniers Serbes y sont persécutés tout comme de vulgaires gitans. Notre Léonarda nationale en sait quelque chose...elle qui a dû retourner dans ce charmant pays.

    La leçon du Kosovo a été retenue par les Russes qui aujourd'hui sont devenus les meilleurs élèves de BHL et Kouchner, et c'est ainsi qu'en Crimée sont apparus des BHL et des Kouchner parlant russe venus protéger les populations russophones de Crimée menacées par les "fascistes" de Kiev. Ces populations viennent de s'exprimer librement par référendum et on voté leur appartenance à la fédération de Russie.

    Et demain ? Demain va se poser la même question dans l'est de l'Ukraine russophone et pro russe.

    Et après-demain ? Après demain on devrait voir BHL haranguant le peuple catalan sur les "ramblas" de Barcelone à l'occasion du prochain référendum sur l'indépendance de la Catalogne. Quant à Kouchner il apportera des sacs de riz aux Catalans au cas où Madrid devrait couper les vivres à la Catalogne indépendante.

    Mais au fait qu'est-ce que je raconte là ? Nous parlons bien du Kosovo, pardon de l'Ukraine, n'est-ce pas ?