Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rubrique de réinformation.

sans-titre.png

 Mir welle bleiwe  wat mir sin ( Nous voulons rester ce que nous sommes ).

C'est du platt que les Alsaciens comprennent et pas seulement dans la parenté linguistique mais aussi en politique, car comme les Hollandais, les Alsaciens ne demandent rien d'autre que de rester ce qu'ils sont. Et il en va de même de l'ensemble des Français. C'est la leçon de l'élection hollandaise qui a vu la victoire du premier ministre sortant Mark Rutte sur le populiste Gert Wilders.

Les médias se sont fait peur en annonçant une quasi  victoire des populistes, c'était ignorer le profond bon sens des Hollandais. Ce peuple libéral et tolérant sait tracer la ligne de l'inacceptable, tout autant les outrances islamophobes de Gert Wilders que les insultes du dictateur islamo fasciste de Turquie. A sa manière Erdogan a contribué à la victoire de la droite libérale hollandaise qui lui avait interdit de faire sa propagande en Hollande. Les électeurs ont pensé qu'ils n'avaient pas besoin d'un Gert Wilders puisqu'ils avaient à la tête du pays un homme de caractère capable de maintenir l'identité hollandaise faite de tolérance et de refus de l'extrémisme. Celui des populistes comme celui des  islamistes, à commencer celui des sbires d'Erdogan.

Puisse l'exemple hollandais inspirer les candidats à la présidentiel en France ! Notre pays à besoin d'une droite forte, identitaire et tolérante à la hollandaise. C'est n'est qu'à cette condition que Marine Le Pen sera battue dans la durée.

Ne nous y trompons pas en effet, les populistes de Gert Wilders ont été battus mais ils ont encore progressé et Gert Wilders a raison de clamer que la Hollande n'est pas débarrassée de lui pour autant. De même chez nous un échec de Marine Le Pen ne sera que provisoire si le mixe nécessaire entre tolérance et identité n'est pas au rendez-vous des prochaines années.

Le régionaliste alsacien Paul Mumbach n'aura pas ses signatures 

Le système ne permet pas aux régionalistes de faire valoir des idées différentes et non jacobines dans le débat électoral. Cela crée des frustrations qui en Alsace ne peuvent qu'accroitre le vote en faveur du Front National.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel