Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Alep : l'erreur, l'horreur et l'intox !

imagesQJ2USO4K.jpg

 Voici les principaux responsables français du désastre humanitaire et politique d'Alep.

Sarkozy, Juppé, Fabius et Hollande : partant d'une analyse erronée de la situation en Syrie, pendant 5 ans ils nous ont vendu le mensonge d'une rebellion qui ne représentait personne avec l'aide d'humanitaires complices.

Ils sont indirectement responsables du désastre humanitaire à Alep par leur exigence du départ du président Assad comme préalable à toute négociation de paix. Si Obama avait suivi notre petit gros pressé de jouer les gros bras en Syrie, nous serions aujourd'hui opposés aux Russes et aux Iraniens dans une situation imprévisible.

 Alep a été  reconquise par les forces du régime mais la bataille de l'intox continue. BFM TV appelle "hommes armés " et non rebelles, les terroristes qui font brûler les bus devant évacuer les civils.

Depuis cinq ans nos médias ont menti sur la réalité syrienne et nous payons l'incompétence politique de nos dirigeants par une ultime humiliation infligée à l'ONU à la France par Poutine. Il est temps de changer nos dirigeants et notre politique envers le monde arabo musulman.

Ce monde n'offre que le choix entre les dictatures "normales" et les dictatures religieuses et obscurantistes. La sagesse consiste à s'en protéger, y  compris en prenant quelques leçons de Realpolitik  auprès de Poutine.

Commentaires

  • C'est plus compliqué que ça. Certes ils ont une résponsabilité bien sûr, mais pour avoir des amis Syriens, Assad est d'abord celui qui est à l'origine de ce désastre. Les syriens sont coincés entre l'EI et Assad donc il faut une coalition pour pouvoir dégager les deux...Ce qui se passe à Alep est dramatique et à des conséquences pour tout le monde. :(

  • Certes à l'origine il y a une révolte contre Assad mais pourquoi s'entêter ensuite quand il était devenu clair qu'il ne serait pas "déboulonné" en trois semaines comme le prétendait Juppé ?

Les commentaires sont fermés.