Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le temps des démocratures.

200px-De_Gaulle-OWI.jpgIls rêvent tous de lui ressembler , lui le premier démocrateur européen.

De Gaulle vint au pouvoir porté par le peuple et il mit  en place ses réformes parce qu'il avait mis fin au régime des partis et remodelé la Constitution. En 2017 dans une Europe en crise d'aucuns rêvent de démocrature. Une démocrature ce n'est pas une dictature mais ce n'est plus tout à fait la démocratie molle du Droit de l'homéisme  soumise au diktat des juges.

Les démocrateurs sont au pouvoir en Turquie bien sûr, mais aussi en Hongrie et en Pologne. Celle-ci de manière typique vient  de mettre un terme au gouvernement des juges, tout comme l'a fait Erdogan en Turquie. Et par juges il s'agitd'abord de ceux de Bruxelles et du lobby international des Droits de l'homéisme.


Et en France ? En France Emmanuel Macron a réussi sa forme de populisme là où Marine Le Pen a échoué, parce qu'il a compris qu'il faut ménager Bruxelles pour accéder au pouvoir . Mais  s'il veut réformer le pays en profondeur il est voué à devenir un démocrateur lui aussi. La démocratie, surtout locale, en sera affaiblie. Pas trop espérons-le car déjà les Français, (et pas seulement les militants d'En Marche attachés à la démocratie participative ) découvrent qu'ils ont donné le pouvoir à un petit caporal, pour le meilleur ou pour le pire.

Premier bilan de notre démocrateur :

Le meilleur : bon départ à l'international où il fait bonne figure. Bonnes décisions industrielles stratégiques, restauration de l'image présidentielle. Mise en oeuvre des réformes annoncées. Bonne gestion de la crise migratoire : on se concentre sur les vrais réfugiés et l'on ne craint plus d'expulser la majorité des faux demandeurs d'asile.

Le pire : accentuation du jacobinisme centralisateur. Populisme technocratique , c'est parti pour le gaspillage olympique et l'impasse nucléaire de plus en plus coûteuse. La "com" est au pouvoir plus que jamais, aux dépens du vrai débat démocratique et de la réalité du pays. La com note la chute dans les sondages mais elle ne s'inquiète pas, elle est le vrai pouvoir en démocrature.

 

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel