Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Brexit.. Catalans..et Macron, tous contre l'ectoplasme bruxellois.

téléchargement.jpgDans son discours sur l'état de l'UE le 13 septembre, Jean-Claude Juncker a déclaré que "l'Europe a le vent en poupe" sauf qu'il se trompait d'Europe. Son Europe à lui, l'ectoplasme administratif de Bruxelles qu'il souhaite maintenir à  27 contre vents et marées, cette fausse Europe est au contraire en pleine tempête et court toutes voiles dehors se briser sur les récifs.

L'Europe qui a le vent en poupe au contraire  est un amalgame, contradictoire mais puissant, composé  de populistes, d'ultra libéraux,  de défenseurs des identités y compris locales et régionales, et enfin, ce qui n'est pas le moindre des paradoxes, de pro européens réalistes à la Macron. Ces réalistesi misent sur la seule Europe ayant quelque consistance politique à ce jour, à savoir la zone euro.

Face à cette tempête de vents tourbillonnants et de directions opposées, la lourde nef bureaucratique bruxelloise n'a aucune chance de survie à long terme, mais le demi siècle de travail législatif qu'elle représente a vocation à perdurer. Après le naufrage prévisible son épave administrative sera naturellement récupérée par un pouvoir européen resserré autour de la zone euro. J'imagine que c'est là le secret de l'attitude d'Emmanuel Macron.

Notre talentueux et jeune président a fort bien analysé la situation, à savoir que la montée des  forces centrifuges dans l'UE rendra  nécessaire la constitution d'un pouvoir européen fort capable de s'opposer au retour aux nationalismes, tout en procédant aux ajustements à des situations inédites. Une Catalogne ou une Ecosse indépendantes ont plus de légitimité à faire partie de l'Europe que la Turquie. Ce pouvoir fort européen ne pouvant venir de Bruxelles, il ne peut être que l'expression de la volonté politique de quelques Etats européens, à commencer par la volonté politique de la France et de l'Allemagne. Dossier à suivre.

Écrire un commentaire

Optionnel