Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Festival du livre de Colmar.

    logo ABC modifié.jpgLe Festival du livre fait honneur à la ville de Colmar et cette année encore il a tenu ses promesses. Le thème était "on lirait le sud" . Par ces temps de froidure grise cela réchauffait le cœur. Les visiteurs furent nombreux au stand de l'Association des Amis de la Bibliothèque de la Ville de Colmar (AABVC). Ils ont pu voir dans nos vitrines l'ensemble des oeuvres de Giono prêté par notre Président d'honneur Francis Gueth. Une collection inestimable rarement exposée.

    Les reproductions de documents anciens des fonds patrimoniaux de la ville de Colmar ont eu également un beau succès et comme chaque année, alsaciens et bourguignons ont échangé les bonnes bouteilles sur le stand des éditions de l'Armançon.

     Pour l'édition alsacienne les alsatiques, comme toujours, tiennent leurs promesses et il faut s'en réjouir, car l'édition locale peine parfois à s'affirmer face aux grandes machines éditoriales parisiennes.

    A ce niveau le petit lecteur colmarien que je suis ne se permet pas de porter le moindre jugement littéraire que ce soit. Et d'ailleurs qu'est-ce que la bonne littérature ? Telle fut ma réflexion lorsque j'ai remarqué que Mme Trierweiler était bien seule à son stand, et je me suis demandé  si je devais la plaindre ou me réjouir. Après l'énorme succès de librairie de l'ouvrage relatant sa relation avec le petit gros qui nous tint lien de président, elle a tenté de relancer la pompe à fric avec un second ouvrage de confidences, croustillantes parfois. Mais la ficelle est un peu grosse et le public n'a pas suivi. Une histoire très morale finalement.

    Mais là  je m'égare loin de cette République des lettres que je m'efforce de servir à mon modeste niveau.

     

  • Climat : réalisme d'Emmanuel Macron.

    images (5).jpgA la cop 23, Emmanuel  Macron a décrit l'évolution climatique comme "irréversible", rien d'autre et pourtant il est accusé de "catastrophisme". En fait Emmanuel Macron dérange car les médias et les politiques  n'aiment pas les faits qui démentent leurs mensonges et leur inaction.

    Qu'ils soient pardonnés cependant car ils ne sont que l'expression de ce que nous sommes, à savoir des bipèdes peu évolués  incapables d'agir rationnellement pour prévenir les problèmes.

    Ce sera donc la crise écologique croissante qui imposera les solutions dans la douleur; ce qu'Emmanuel Macron n'a pas dit précisément, pas plus qu'il ne s'est déclaré acquis à l'idée de décroissance. Il faudra bien pourtant en arriver là un jour, mais soyons sûrs qu'aucun politique ne nous y préparera, pas même Emmanuel Macron. Il est réaliste et il veut être réélu, il ne joue donc pas au prophète de malheur, il fait son travail. Que veut  on d'autre ?

  • Emmanuel Macron sans oppositions.

    images (4).jpgAngela Merkel est affaiblie par ses difficultés à composer un gouvernement et au train où vont les choses Emmanuel Macron sera bientôt l'homme fort non seulement en France mais aussi en Europe, et cela faute d'adversaires.

    Il a du talent certes mais il a surtout la chance d'être the right man in the right place at the right time, bref il arrive au bon moment dans une France enfin convertie au réalisme et qui accepte le monde tel qu'il est. Depuis la révolution, et peut-être même avant, notre pays a fait preuve d'une arrogance et d'un irréalisme  inouïs en prétendant que le monde était celui de ses rêves et que rien ne lui était impossible.

    Aujourd'hui la France d'Emmanuel Macron accepte enfin le monde tel qu'il est. C'est la raison pour laquelle les insoumis font pschitt dans la rue et dans les urnes, que nationalistes et souverainistes ne sont plus entendus  et que toute opposition a disparu dans ce pays. Mais il y a mieux ou pire (c'est selon votre sentiment politique ) puisque les prétendus opposants dits  "républicains"  ne rêvent secrètement que de se mettre au service de la République en marche. Juppé est au pouvoir via les" constructifs" et le reste de la droite attend son tour pour se fondre dans le paysage macronien.

    Faut-il se réjouir de cette situation ? Oui en termes d'efficacité politique, non si l'on pense qu'en démocratie le pouvoir doit venir du bas, comme en Suisse, et non du haut comme en France depuis toujours hélas !

  • Grand Est et Alsace: ça bouge dans le bon sens.

    imagesD9GUX10O.jpgContrairement  à ce qu'il se passe dans la péninsule ibérique, le gouvernement central français a l'intelligence de faire bouger les lignes plutôt que de s'enfermer dans un schéma juridique rigide comme  le fait  Mariano Rajoy. Certes la situation de l'Alsace et de la Catalogne ne sont pas comparables mais le vent de l'histoire va dans le sens des transferts de compétence et de souveraineté qui obligent à penser selon des schémas innovants. Emmanuel Macron est sans doute à l'origine de cette heureuse évolution qui demande à être précisée.

    Paris propose en effet de fusionner les deux départements alsaciens afin de constituer une entité alsacienne unique au sein du Grand Est. C'est une bonne idée sous réserve d'un examen attentif du contenu de cette réforme.

    Le but doit être d'améliorer la gestion administrative des territoires en gagnant en efficacité et en coûts,  mais en respectant les spécificités locales inaliénables. Par ailleurs le Grand Est étant par définition tourné vers l'Est c'est à dire l'Allemagne et le Luxembourg, il constitue la partie sud du vieux pays franc entre Reims et Aix la Chapelle.  Sa vocation est  européenne, en particulier au plan économique.

    Tournée en partie vers la Suisse l'Alsace reste un lieu de forte identité locale, elle est un patrimoine à préserver et à mettre en valeur, son maintien est la garantie que le tout économique ne va pas être le seul critère de gestion des territoires, dans l'ignorance des facteurs humains, culturels et identitaires spécifiques.

    Concrètement ? Deux exemples parmi d'autres : les voies de communications et l'école.

    La gestion et la planification à long terme du développement des transports et des voies de communication concerne évidemment le Grand Est et exige une vision transfrontalière. Au contraire l'école doit être gérée de manière aussi décentralisée, que possible au plus près des populations et de leurs besoins. Le bilinguisme par exemple ne peut pas être géré à Reims mais en Alsace, pour ne rien dire d'une Education Nationale qui n'a déjà plus rien de national.

    Reste l'épineuse question des financements. L'Alsace n'est pas la Catalogne qui se révolte parce qu'elle est la région la plus riche des Espagnes, mais aussi la plus "vampirisée" fiscalement. L'Alsace est aussi une région riche qui paie beaucoup à l'état central. Là encore des progrès sont possibles afin de déterminer plus justement la part du local et celle qui revient à la solidarité française car l'Alsace est, ne l'oublions pas, française par le choix du cœur et entend le rester....cela mérite qu'on le comprenne pour que vive l'Alsace française dans le Grand Est européen !

  • 1917-2017 HWK Was nun ? Vieil Armand et maintenant ?

    A

    Lire la suite

  • Pas de pitié pour les terroristes de retour de Syrie !

    images (2).jpg"Déradicaliser", c'est à dire prétendre  traiter par des méthodes psychiatriques les terroristes de retour de Syrie est un signe de la faiblesse intrinsèque des sociétés civilisées face au terrorisme. User de la psychiatrie envers ces personnes est une forme déguisée de pardon inadmissible et dangereuse. C'est aussi un manque de respect des droits de la personne.

    En politique la psychiatrie devient le prétexte des dictatures et l'excuse honteuse des sociétés vieillissantes et décadentes qui n'osent, ni ne savent plus appliquer leurs lois. Dans le cas précis des terroristes revenue de Syrie, il n'y a de place que pour l'application du Droit International.

     Prétendre traiter l'homosexualité par la psychiatrie est considéré à juste titre comme une atteinte aux droits de la personne. Pourquoi en serait-il différemment avec les déviances terroristes ? Respecter la personne des terroristes  c'est respecter leur personnalité et leurs choix, mais cela entraine l'urgente obligation de les mettre hors d'état de nuire, y compris s'agissant des femmes et des enfants.

    Femmes et enfants compris, qu'ils soient extradés en Syrie ou en Irak !  Qu'ils soient jugés par les autorités légales de ces pays! Ou préfèrera t on extrader Puigdemont vers l'Espagne et lever l'immunité parlementaire de Marine Le Pen pour se donner  l'illusion du courage et de la lucidité  ?

  • Macron : satisfaction ( prononciation à l'anglaise please !)

    image.jpgJe l'ai élu et je reste satisfait de mon choix qui fut celui de la raison et de l'indifférence affective.

    J'ai choisi un pro sans états d'âme, exactement le genre de dirigeant nécessaire dans la cacophonie médiatique et affective qui caractérise le débat politique de ce pays et du monde en général. Macron va de l'avant et se moque des commentaires. Comme il a raison  coincé à la barre de cette nef des fous s'agitant vainement !!

    Internet et les réseaux sociaux ont débondé les égouts et lâché la folle du logis  qui habite chacun d'entre nous. On ne pense plus, on débloque (déblogue pardon ) sur tout et n'importe quoi. Les égouts  sont à ciel ouvert, le président a raison de se boucher le nez et d'avancer. Comment pourrait il être démocrate en effet s'il est vrai que le débat démocratique devient impossible dans cette société livrée à l'émotionnel  et au pipi caca des réseaux sociaux !

    Rien ne va plus, les jeux sont faits et le président fait avec sachant qu'il ne peut pas grand chose au fond,sinon prendre la pose; c'est à dire faire de la politique.

    J'approuve sa politique sur le fond, j'en déteste la forme jacobine et bonapartiste, mais personne n'est parfait et je fais avec moi aussi,et surtout cela m'indiffère car le sens de la vie est dans la beauté et la spiritualité et non dans les jeux de  c..de la politique.

     

  • Puigdemont: justice européenne contre arbitraire madrilène ?

    balance-justice.jpgElle s'appelle Cour de justice des Communautés Européennes et dit le droit dans l'Union Européenne. Cela vaut d'être rappelé à l'heure où Madrid lance un mandat d'arrêt européen contre Carles Puigdemont, citoyen européen autant que catalan qui met tout le monde au pied du mur.

    Oui ou non en Belgique le pouvoir judiciaire est-il indépendant du pouvoir politique contrairement à ce qui est le cas à Madrid  ( et ailleurs dans l'UE ) ?

    En se livrant à la police belge Carles Puigdemont le fait en tant que citoyen européen qui croit en la justice à Bruxelles,  tout en dénonçant  le procès politique de délit d'opinion que prétend lui faire Madrid. Impossible de se débarrasser des questions qu'il pose, il devient de plus en plus gênant à l'échelle européenne.

    Ceux qui pensaient l'évacuer rapidement par la dérision  médiatique en sont pour leurs frais.  Les mêmes avaient prédit la chute d'Assad en trois semaines. Avec  Puigdemont ils devront également faire avec...bien plus que trois semaines. On peut compter sur les lenteurs judiciaires et la rancœur des Catalans pour cela.

  • Catalogne: victoire à la Pyrrhus du souverainisme.

    autocollant-ovale-sem-catalans-avec-drapeau-catalan.jpg

    De Madrid à Bruxelles et de Paris à Berlin on crie victoire et l'on clame en chœur  qu'il n'est pas possible de modifier le status quo, que la Catalogne est dans l'impasse comme  l'Angleterre du Brexit. Quant aux commentateurs, emmenés par  Eric Zemmour, ils crient haro sur  le baudet Puigdemont.

    Les c... qui ne voient pas qu'ils se réjouissent de leur décadence programmée ! Les c.. qui n'ont pas compris que l'incapacité de l'UE à exister en appliquant ses principes fondateurs la voue à sortir de l'histoire ! Il est minuit moins cinq docteur Juncker avant que l'Espagne ne revienne à ses vieux démons en attendant les autres, ailleurs sur le continent.  L' UE est morte à Barcelone lorsque Juncker et les autres se sont reniés face aux souverainistes de tous poils. Mais leur victoire est une victoire à la Pyrrhus.

      Eric Zemmour, si pertinent dans ses analyses en général, se trompe sur la Catalogne car il ne voit pas que l'état nation et le souverainisme assurent la dislocation et le déclin de l'Europe.  Le chaos médiéval est devant nous parce que nous pétrifions l'UE dans le juridisme plutôt que de prendre le risque de la refonder sur les réalités mouvantes. Faute de cette  audace le vieux continent est voué au chaos néo médiéval et à sortir de l'histoire au moment où commence  l'hégémonie chinoise.

    Est-ce cela que veulent tous confondus, les souverainistes, les nationalistes et les ectoplasmes de Bruxelles ?