Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Profs,papis, paysans, prisons les problèmes attendent le président au tournant.

    images (3).jpgAu pays des aveugles les borgnes sont rois, voilà pourquoi dans le monde de l'Amérique de Trump et de l'UE décadente qui implose, la France rajeunie et réformatrice d'Emmanuel Macron fait bonne figure au plan international. Mais pour combien de temps ?

    A trop clamer à l'extérieur que la France est de retour  Emmanuel Macron risque de se retrouver à la case départ faute d'affronter à la racine les problèmes de fond qui affectent la société française, et que résume la lettre p. P comme paysans, p comme profs, p comme papis et p comme prisons.

    Le problème paysan d'abord. Il illustre l'opposition irréductible qui oppose les territoires et la mondialisation libérale. Pour préserver nos terres, nos produits et notre environnement Emmanuel Macron doit sortir l'agriculture et l'agro alimentaire du secteur concurrentiel mondialisé au nom des normes,  de la sécurité alimentaire à long terme et de la dignité du monde agricole. S'il est et de gauche et de droite, comme il le dit, notre président doit prendre en matière agricole un virage de gauche anti libéral assorti d'une protection aux  frontières de la chaine agro alimentaire.

    Le problème de la transformation du baby boom en papy boom aurait pu être prévu mais nos présidents fainéants ou nuls, préféraient glisser le problème sous le tapis le laissant à la génération montante incarnée par Emmanuel Macron.

    Les profs battus et les prisons qui explosent illustrent la crise d'autorité d'un Etat qui n'ose faire appliquer ses lois et  qui capitule devant la doxa  sociologique à la mode. Celle-ci  culpabilise  la société, mais jamais les cancres et les voyous. Il en résulte que l'école et la prison sont devenues ingérables. S'il est aussi de droite notre président doit  réagir en rétablissant d'abord l'autorité des profs dès la maternelle, puis celle des policiers, gendarmes et gardiens de prison. S'il en est incapable, la gestion privée de la sécurité a de beaux jours devant elle, à l'américaine. Mais est-ce bien la France que nous voulons ?

    Ne nous illusionnons pas, la France ne sera vraiment de retour que si elle résout d'abord ses problèmes intérieurs. Emmanuel Macron doit veiller à ne pas se griser du bon accueil qu'il reçoit loin de nos frontières car les problèmes spécifiques français l'attendent au tournant à son retour. Danger droit devant Monsieur le Président !