Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Emmanuel Macron un après : satisfait mais...

    images (5).jpgUn an après les amis d'une France qui gagne en Europe et dans le monde peuvent être satisfaits, le Président fait le job pour lequel il a été élu. Cette satisfaction doit être nuancée toutefois si vous êtes partisan d'une gestion décentralisée de la chose publique et surtout si vous attendez de nos dirigeants qu'ils proposent des solutions crédibles aux problèmes de demain.

    Emmanuel Macron met en oeuvre les réformes qui auraient dû l'être à la fin du 20 è siècle, il rattrape un retard de trente ans sur l' Angleterre et l' Allemagne. Avec un peu d'optimisme la pause estivale devrait parachever la défaite de la CGT et des syndicats archaïques ou catégoriels.

    Et après ? Force est de constater qu'il mène les réformes de manière technocratique et jacobine car dans ce pays il n'a peut-être pas le choix. Mais ensuite il serait bon qu'il comprenne qu'un état moderne est un état léger et décentralisé. C'est une première réserve envers son action.

    La seconde réserve concerne sa capacité idéologique à faire face aux défis posés par l'immigration. Sans prôner le refus de toute immigration musulmane comme le font les pays de l'est, le fait est que  la migration musulmane pose un défi culturel qui donne du grain à moudre aux partis populistes. Le Président ne peut pas se cacher derrière les litanies laïques pour ne pas voir le problème. C'est un défi posé à toute l'Europe et c'est à ce niveau que doit s'élaborer une réponse. Il s'agit là d'une urgence européenne bien plus importante que ses projets technocratiques de budget européen par ailleurs pas très bien accueillis. Faire l'Europe aujourd'hui c'est d'abord protéger ses frontières et l'enraciner de nouveau dans le terreau judéo-chrétien et des Lumières.

    Vaste programme mais à la hauteur du défi. Bon vent pour la suite Monsieur le Président !