Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En Alsace - Page 2

  • Colmar : le feuilleton de la prison (suite)

    colmar2.gif

    Les riverains n'apprécient pas le choix de l'emplacement de cette maison d'arrêt juste en lisière du quartier résidentiel. Une association de défense de l'environnement est en voie de constitution. Il est incompréhensible en effet qu'une prison ne soit pas construite le plus loin possible des habitations et cela pour cause de pollution.

    Quid des nuisances sonores pour les riverains ? Quid de la pollution lumineuse la nuit du fait des projecteurs puissants éclairant l'enceinte carcérale ? Quid du trafic provoqué par les livraisons d'approvisionnent de la prison et par les allées et venues des détenus entre le palais de justice et leurs cellules ? La route de Rouffach est déjà congestionnée et dangereuse au niveau de l'accès au " Grand Frais",  qu'en sera-t-il  avec l'accès à la nouvelle prison?

    Le point après l'adoption du PLU ( voir DNA du 28  03 2017 )

    Gilbert Meyer  a précisé s'agissant de la future maison d'arrêt :

     "Le jour où l'Etat aura défini le projet nous serons obligés de revenir sur la procédure l'essentiel étant que Colmar  soit retenue...on débattra alors de la situation géographique"

    L'association en cours de création devra  partir de cette déclaration pour travailler efficacement, elle aura pour objectif à la fois de travailler en commission avec la municipalité pour réussir au mieux le projet mais sans exclure de faire étudier le dossier par un expert immobilier conseil indépendant. Il s'agit d'une question concrète,  les égos et la politique n'ont rien à voir avec le sujet.

  • Paul Mumbach obtiendra-t-il ses signatures ?

    images0XC52UC3.jpgNicolas Dupont-Aignan a protesté contre l'exclusion des petits candidats des débats de l'élection présidentielle, à juste titre car s'il est juste d'éliminer les candidatures fantaisistes sa participation au débat serait parfaitement justifiée.

    Il en est de même de l'Alsacien Paul Mumbach qui essaie de représenter les idées régionalistes et fédéralistes. S'il n'obtient pas ses signatures  et ne parvient pas à s'exprimer,  ce sont les nationalistes du FN qui profiteront de la protestation régionaliste.

    A l'heure où la justice d'une part, et les médias de l'autre, tentent de manipuler le scrutin présidentiel  avec des mises en accusation prématurées ou absurdes ( cas de Marine Le Pen et ses images de Daesh )  et  des sondages manipulés ( coucou revoilà Juppé aujourd'hui !)  l'honneur de la démocratie consiste à permettre l'expression de toutes les nuances de l'opinion. A ce jour la voix des partisans d'une France régionalisée, voire fédéralisée ne peut se faire entendre; ce qui est scandaleux tout simplement.

    Pour ma part si Paul Mumbach n'est pas présent dans le débat, je voterai protestataire au premier tour, à contre cœur et la rage au cœur face à la confiscation de la démocratie imposée par le système politico médiatique.

  • Chacun pour soi et Dieu pour tous !

    XVM0166423c-e13c-11e6-a30c-7e0318ea1240.jpgChacun pour soi et Dieu pour tous ! C'est le message de Trump et du Brexit. Message entendu puisque les Ecossais et les Irlandais ont des idées sur le sujet, tout comme les Californiens qui eux aussi commencent à rêver d'indépendance. Après le Brexit le problème grec va resurgir  avec de nouvelles ruptures en perspective. Ajoutez l'invasion migratoire incontrôlée qui y contribue également.

    N'oublions pas non plus les  Catalans qui progressent vers l 'indépendance.

    Pas de ça en France me direz-vous. Pour l'instant mais c'est la tendance. Les prochaines élections, présidentielle et législatives, auront le mérite de nous débarrasser d'une classe politique aveugle et corrompue. Macron ou Le Pen peu importe, le résultat sera le même. Mais ensuite la France se retrouvera face à des problèmes qui la divisent de plus en plus et posent inévitablement  la question des territoires. Par là il faut entendre les territoires de banlieues hors la loi, mais également ceux qui ont intérêt à se désolidariser du n'importe quoi national. Les Corses ont une longueur d'avance sur la question,  mais d'autres territoires ont intérêt à s'occuper eux-mêmes de leurs affaires, à commencer par l'Alsace.

     

  • Radio Dreyeckland Libre 103.5 (RDL 103.5) touchée mais pas coulée.

    sans-titre.pngIl est loin le temps de radio verte Fessenheim lorsque les militants anti nucléaires jouaient à cache cache avec les gendarmes pour déplacer l'antenne et continuer de diffuser. Aujourd'hui  le temps du militantisme a fait place à celui de la gestion pour la survie de la dernière radio libre alsacienne.  C'est ce que nous pensions tous ce matin, nous les anciens aux  tempes  grises  en prenant congé de Pascal Foehry le dernier président de RDL 103.5.

    Pascal avait voué sa courte vie à la musique rock et à sa chère radio, et jusqu'au bout il s'est battu pour RDL 103.5 malgré le cancer qui l'a emporté à 48 ans.

    Dans l'espace d'information totale qui est désormais le sien il peut être rassuré sur l'avenir de  RDL 103.5. Nous  allons continuer pour que vive RDL 103.5 ! Nous les bénévoles comme les salariés. Il y a dans notre radio toutes les compétences nécessaires pour qu'elle continue en tant que radio libre et indépendante, toutes les compétences sont réunies, y compris dans le domaine de la gestion.

    Que les jeunes salariés se rassurent, leurs dossiers ne seront pas oubliés, mais il faut aller vite et convoquer rapidement l'AG.

    A plus sur le dossier prochainement avec une ultime prière pour Pascal, toujours vivant, et pas seulement dans nos cœurs ! 

  • Amérique d'abord ! Non Alsace d'abord !

    images0XC52UC3.jpgAmérique d'abord ! et sans doute bientôt France d'abord ! Le retour au nationalisme est la réponse la plus stupide qui soit  aux problèmes du 21 è siècle. Ceux-ci sont posés par une mondialisation devenue folle qui pousse à regarder en arrière au lieu de regarder droit devant ce qui vient.

    Ce qui vient c'est la dislocation d'une impossible mondialisation et l'avènement d'un chaos moyenâgeux  avec les cours des miracles des gueux errants, et les châteaux forts assurant un ordre et une prospérité locale.

    Au-delà des réorganisations d'ordres régionaux, comme celle de l'UE, ce sont les réponses locales et de terrain qui seront les mieux à même de répondre aux nécessités du développement durable indispensable à l'équilibre planétaire.

    La seule réponse absolument fausse c'est le nationalisme et l'illusion d'un retour à la croissance à l'ancienne du 20 è siècle. Trump a tout faux lorsqu'il pense ressusciter la métallurgie, le charbon et multiplier les infrastructures inutiles d'une Amérique qui en est déjà saturée.

    Trump c'est l'illusion de Jean-Marc Ayrault multipliée par 100. Trump veut multiplier les ND des Landes et autres bétonnages inutiles et coûteux pour ramener la croissance des années...60 !

    Trump anticipe sur les ruptures qui s'annoncent mais il ne propose que les solutions du passé. Lorsqu'il proclame Amérique d'abord ! je réponds Alsace d'abord ! car les solutions de demain seront démocratiques et citoyennes, c'est à dire relocalisées.

  • Faut-il prendre au sérieux les propositions du FN contre le bétonnage du Grand Est ?

    images0XC52UC3.jpgA ce jour les Alsaciens n'ont rien à attendre du FN mais face au bétonnage de l'Alsace dans le  Grand Est auquel procède Philippe Richert, on peut penser que les propositions du FN  ont au moins le mérite de remettre en cause l'aberration de la réforme socialiste.

    A juger d'après l'entre filet paru dans les DNA du 5 janvier 2017, le FN veut revenir à la trilogie "commune, département, nation" et faire revivre les régions historiques. Concrètement cela signifie re centraliser la gestion et amuser le peuple avec du folklore. Ceci n'est pas acceptable, sauf si la réforme prévoit la disparition des préfets et la transformation des départements en cantons à la suisse disposant, entre autres, de la possibilité du référendum populaire ( votation ) sur un très grand nombre de sujets. Mais là je rêve bien sûr.

    Pour conclure à ce jour seul le vote autonomiste est un vote utile au service de l'Alsace et de la défense des libertés locales.

     

     

  • Pitié pour le drapeau alsacien !

    images0XC52UC3.jpgPitié pour le drapeau alsacien ! Cet emblème historique et patrimonial devra-t-il être protégé par l'UNESCO pour ne plus subir les injures de cinéastes mal intentionnés ou mal informés qui l'associent à la haine jacobine d' extrême droite  pour toute forme de démocratie locale et de régionalisme ?

    Le film Chez nous est une manipulation politique et une insulte à l'Alsace qui ne peut que pousser les électeurs de notre région à voter FN. Quant aux défenseurs régionalistes de ce drapeau, à ce jour, ils brillent surtout par leur nullité politique, incapables qu'ils sont de créer un mouvement régionaliste alsacien unifié.

  • Faut-il désespérer des régionalistes alsaciens ?

    images0XC52UC3.jpgPartout en Europe les régionalistes ont le vent en poupe. Il pourrait en être de même en Alsace si les régionalistes alsaciens se montraient raisonnables au-delà des a priori  d'un autre âge qui les divisent encore. Unis au service de la démocratie de proximité contre la dictature soft du jacobinisme de droite ou de gauche ils deviendraient les maitres du jeu.

    Unser Land et Alsace d'abord doivent impérativement trouver un accord pour présenter des candidats communs aux prochaines législatives si les régionalistes veulent créer la surprise à laquelle ils peuvent prétendre raisonnablement s'ils sont unis.

    Pour cela il leur faut comprendre que les notions de droite et de gauche sont artificielles comme le montrent les querelles au sein des partis nationaux. En outre les marqueurs identitaires et écologiques font partie de l'offre globale des partis et ne doivent pas masquer le vrai marqueur, commun à tous le régionalistes, à savoir que le régionalisme c'est d'abord le choix de la démocratie locale proche des citoyens. C'est un choix  qui ne concède à l'état central que les prérogatives régaliennes de la justice, de la défense et du maintien de l'ordre intérieur.

    Sur cette base les régionalistes alsaciens devraient être capables de présenter des candidatures  communes en offrant une alternative crédible aux Républicains et à la gauche. Faute de quoi les électeurs se tourneront massivement vers le FN, la pire des choix pour notre région.

    Les régionalistes alsaciens sauront il faire preuve de maturité politique ou faut-il désespérer d'eux ?

  • Peut-on sauver l'Europe ?

    eu-flag.gifPeut-on sauver l'Europe ? Tel est le titre de la conférence donnée le 2 décembre à Colmar au Cercle franco-allemand par Stéphane Koch, auteur alsacien de l'ouvrage  "Hat Europa eine  Zukunft ?" Notons d'abord que le livre commencé en français a été écrit en allemand faute de trouver une maison d'édition intéressée par la publication en français d'un livre intitulé "Quel avenir pour l'Europe  ?".... Sans commentaire..

    Cadre financier et bancaire, et ancien professeur à l'ESM de Strasbourg, Stéphane Koch  développe une double vision économique et constitutionnelle d'un possible avenir pour une Europe réduite à des nations, mais à des nations  en accord sur un nouveau projet européen. Stéphane Koch propose une nouvelle union fondée sur une constitution à la suisse et un projet économique de développement durable ou économie circulaire  ( Kreislaufwirschaft )

    Je suis pour ma part en accord avec ses propositions, malheureusement trop loin de la réalité politique. Celle-ci se caractérise par la montée des forces qui refusent l'UE actuelle et l'immobilisme d'élites formées au 20 è siècle et incapables de proposer un nouveau projet européen.

    Pour conclure je comparerai l'UE actuelle à un arbre qui a grandi sans jamais être élagué ou étayé. Voici venue la tempête qui casse les branches et tord le tronc encore fragile. S'il résiste à la tempête il y aura beaucoup de bois mort à évacuer et l'arbre en ressortira plus fort, sous réserve de l'élaguer et de le fortifier.

    Cela n'est rien d'autre qu'un travail politique nécessitant une vision portée par les seules nations qui ont la volonté de travailler ensemble sur le projet. Dans cette perspective la perte de l'Angleterre, de la Grèce ou des pays de l'est, serait plutôt à souhaiter qu'à regretter.

     

  • En attendant Pivot au Salon du livre de Colmar.

    sans-titre.pngEn tant que président de l'Association des Amis de la Bibliothèque de la Ville de Colmar et celle d'animateur de la dernière radio libre d'Alsace, RDL 103.5, ( pour faire court à propos de Radio Dreyeckland Libre), j'ai passé une grande partie de mon temps au Salon du Livre à attendre derrière le stand de l'association.

    Mais je ne me suis pas ennuyé, bien au contraire. D'abord j'ai rencontré des tas de copains et de copines ,et puis comme chaque année avec le président d'honneur, l'ami Francis, figure bien connu des érudits de Colmar et d'Alsace, nous avons échangé une bouteille de vin d'Alsace contre une bouteille de vin de bourgogne sur le stand des éditions de Bourgogne. Cette année nous avons trinqué à la santé de l'amie Claudine Vincenot  et au pape des escargots et autres fantaisies de la littérature burgonde que je connais bien étant bourguignon moi-même ( mais alsacien de cœur ).

    Avec le succès des éditions alsatiques j'ai constaté que la littérature régionale se porte bien. En Bourgogne aussi et en son temps, Henri Vincenot avait  presque créé une tradition littéraire bourguignonne. Son aventure littéraire avait commencé à la télé où il avait été invité par Bernard Pivot. C'était il y a bien longtemps mais Bernard Pivot, lui, est toujours bien vivant et il était même au Salon du Livre de Colmar où il a dédicacé son dernier ouvrage   "les mots m'ont tué" sur le stand de la librairie Hartmann.

    J'ai donc tenté d'obtenir une interview pour RDL, et  j'ai attendu Pivot toute la journée. J'aurais aimé l'apostropher gentiment autour d'un verre de  Gewürtz et faire un peu de pub pour notre radio libre qui se bat pour sa survie...En vain j'ai attendu Pivot, car à peine avait-il signé ses livres qu'il s'en est allé...Dommage, mais je comprends ce qu'il veut dire par " les mots m'ont tué "..Les mots ont mangé sa vie et son temps. Non je ne lui en veux pas d'avoir snobé notre radio car c'est triste de ne plus avoir le temps de boire un coup, sinon avec des copains, mais en tout cas avec des gens qui l'aiment bien ...au-delà des mots..

    ,