Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité nationale et internationale - Page 2

  • Brexit.. Catalans..et Macron, tous contre l'ectoplasme bruxellois.

    téléchargement.jpgDans son discours sur l'état de l'UE le 13 septembre, Jean-Claude Juncker a déclaré que "l'Europe a le vent en poupe" sauf qu'il se trompait d'Europe. Son Europe à lui, l'ectoplasme administratif de Bruxelles qu'il souhaite maintenir à  27 contre vents et marées, cette fausse Europe est au contraire en pleine tempête et court toutes voiles dehors se briser sur les récifs.

    L'Europe qui a le vent en poupe au contraire  est un amalgame, contradictoire mais puissant, composé  de populistes, d'ultra libéraux,  de défenseurs des identités y compris locales et régionales, et enfin, ce qui n'est pas le moindre des paradoxes, de pro européens réalistes à la Macron. Ces réalistesi misent sur la seule Europe ayant quelque consistance politique à ce jour, à savoir la zone euro.

    Face à cette tempête de vents tourbillonnants et de directions opposées, la lourde nef bureaucratique bruxelloise n'a aucune chance de survie à long terme, mais le demi siècle de travail législatif qu'elle représente a vocation à perdurer. Après le naufrage prévisible son épave administrative sera naturellement récupérée par un pouvoir européen resserré autour de la zone euro. J'imagine que c'est là le secret de l'attitude d'Emmanuel Macron.

    Notre talentueux et jeune président a fort bien analysé la situation, à savoir que la montée des  forces centrifuges dans l'UE rendra  nécessaire la constitution d'un pouvoir européen fort capable de s'opposer au retour aux nationalismes, tout en procédant aux ajustements à des situations inédites. Une Catalogne ou une Ecosse indépendantes ont plus de légitimité à faire partie de l'Europe que la Turquie. Ce pouvoir fort européen ne pouvant venir de Bruxelles, il ne peut être que l'expression de la volonté politique de quelques Etats européens, à commencer par la volonté politique de la France et de l'Allemagne. Dossier à suivre.

  • Géopolitique de l'islam et de la violence.

    images (3).jpg"Surtout pas d'amalgames !"Cela fait un demi siècle que l'on nous assène cette injonction de ne pas assimiler islam et violence puisque l'islam serait une religion de paix !

    En fait l'islam n'est ni meilleur ni pire que d'autres religions, mais en ce moment il traverse une période éruptive et dévastatrice. Pour s'en convaincre il suffit de  consulter la carte des conflits en cours. Tous sans exception se déroulent dans le monde musulman ou à ses frontières. Le monde musulman est le premier confronté à une violence inouïe en Syrie, en Irak et en Afghanistan, pays déchirés par le conflit opposant l'islam sunnite et l'islam chiite. A ses frontières l'islam est à la source de conflits l'opposant aux hindouistes du Cachemire, aux catholiques des Philippines et enfin et surtout de manière très significative aux "gentils" bouddhistes de Birmanie gouvernés par un Prix Nobel de la paix.

    Le cas de la Birmanie  est exemplaire. Le prix Nobel de la paix Aun Sung Suu Ki a été attaquée à propos de la  minorité musulmane des Rohyingas. Terroristes  autant que victimes ils refusent l'autorité légale birmane au nom de l'islam. Même situation aux Philippines où des femmes et des enfants fanatisés s'opposent aux autorités légales.

    Islam et violence sont liés et il semble bien hélas que  seule l'extrême violence  légale soit capable de contenir l'un et l'autre.

    En Tchétchénie musulmane Poutine, comme il l'avait promis, est allé débusquer les rebelles musulmans au fond des " chiottes" et il a ramené la paix. En Chine Pékin a écrasé la révolte des Ouighours musulmans.

    Et nous dans nos banlieues que faisons-nous pour ramener la paix dans les zones de  non droit aux mains des djihadistes de retour pour toucher leur RSA ?

  • La sélection, clé de la réussite en tous domaines.

    zimba.jpg

    C'est une sélection de joueurs de foot que je vous présente en illustration et nul ne conteste le principe de cette sélection pourtant si cruelle aux culs de jatte qui, au nom de l'égalité, ont parfaitement le droit de jouer au foot !

    Pour consoler les culs de jatte rappelons qu'on peut être taré et faire un excellent footballeur. Et que l'on peut être cul de jatte et faire un excellent étudiant. C'est cela l'inégalité  naturelle qui fait que les talents sont diversement répartis.

    Le problème est qu'au nom de l'égalité et dans le plus parfait mépris de la réalité, nous refusons cette sélection nécessaire à la réussite en tous domaines. Le bon artisan sélectionne ses outils et ses matériaux avant de commencer son travail. Seuls les pédagogues méprisent cette sagesse.  Au nom de l'égalité, et par refus de la sélection,  ils considèrent qu'il est juste qu' un élève qui n'a pas son bac puisse  être tiré au sort sur une liste d'admission  en université au détriment d'un excellent élève qui obtient son bac !

    C'est aussi au nom de l'égalité qu'il est interdit de distinguer entre migrants. Au nom de l'égalité en Dieu, ils doivent tous être admis sans distinctions, nous dit le pape. Là encore le principe d'égalité morale aboutit à l'injustice. Un Africain qui demande un visa pour venir en Europe sera défavorisé par rapport au migrant qui force les contrôles et nous contraint à le prendre en charge dans nos réseaux d'aide sociale !

    Pour conclure en ce temps de rentrée scolaire où ressortent les éternelles tartes à la crème des pédagogues il est un mot que l'on aimerait entendre dans la bouche du ministre de l'Education Nationale, c'est le mot "sélection". Il n'en est rien; ce qui m'amène  à douter du sérieux de cette " révolution" éducative dont parle le Président Macron.

  • Brexit : Londres pris à son propre piège.

    BREXIT_1 - Copie.pngFidèle à sa tradition historique l'Angleterre a cru qu'il suffisait de jouer la montre et de diviser les Européens pour obtenir le beurre et l'argent du beurre européen, à savoir s'affranchir de toutes les lois de l'UE tout en conservant les avantages du marché unique.

    Problème pour les Anglais, les continentaux ont appris leurs leçons d'histoire et ils ne se divisent pas face à la perfide Albion. Résultat la livre est au plus bas et nos amis anglais ne savent plus du tout quoi faire. Le temps joue désormais en faveur des continentaux. Plus le temps passe et plus le bateau anglais prend l'eau. Nelson au secours !

     

  • Migrants : retour au Droit et au Moyen-Âge.

    obj05975.jpgLe grand progrès dans la question des migrants est qu'elle ne peut plus être noyée dans les bons sentiments. En Italie, certaines ONG sont dans le collimateur des autorités parce qu'elles sont enfin reconnues pour ce qu'elles sont, à savoir des organisations de passeurs. C'est ce qui explique que le gouvernement italien leur propose " un code de bonne conduite" que la plupart refuse en démontrant ainsi leur mauvaise foi et leur gauchisme viscéral.

    De son côté le gouvernement libyen vient d'interdire "tout navire étranger" près de ses côtes; ce qui ne plait pas aux passeurs de l'humanitaire. De plus il est apparu lors du récent somment euro africain sur le sujet que la frontière de l'Europe est désormais en Lybie où doit se faire le tri entre migrants " de bonne ou mauvaise compagnie"

    Ce retour au Droit est peut-être le début d'un semblant de cohérence dans la gestion d'un problème international récurrent, exigeant à la fois la prise en charge des réfugiés, les vrais, et le traitement  à sa source de la misère à l'origine de migrations déstabilisantes à la fois pour l'Afrique et pour l'Europe.

    Soyons sans illusions cependant, les efforts rationnels pour résoudre le problème seront toujours insuffisants pour rétablir la légalité et le de Droit International face aux millions d'hommes qui ont pris la route. Devant nous est  une sorte de chaos médiéval entremêlant les zones de non droit et l'ordre relatif des" châteaux forts" que constituent les zones sécurisées.

     

     

  • L'Europe en marche.

    eu-flag.gifA Bucarest Emmanuel Macron a précisé sa vision d'une Europe en marche resserrée sur le zone euro et moins tolérante envers les excès du libéralisme en matière sociale. En provoquant l'ire des Polonais il a éclairé l'opposition fondamentale et irréconciliable entre les partisans d'une Europe limitée au commerce et les tenants du projet politique des Pères fondateurs.

    Cette opposition pourrait conduire à de nouvelles ruptures à l'Est; ce qui ne serait pas plus mal car il devient chaque jour plus clair que le Brexit est une bénédiction pour l'UE.

     Le Brexit est une bénédiction car il met hors jeu  les Anglais qui toujours ne virent dans l'Europe qu'une zone de libre échange sous domination politique des Anglo-Saxons à travers l'Otan. Les Polonais ont également toujours partagé cette vision et, comme les Anglais, ils sont sur la voie du hors jeu par leur refus des règles européennes.

     Comme les Anglais ils font preuve d'un parti pris stratégique permanent pro Otan  ; ce qui les amène à n'acheter que des matériels de guerre américain par exemple, tout en jouant les gros bras anti russe.

    Après le Brexit,  la tendance lourde en Europe c'est le renforcement à l'Est de forces centrifuges potentiellement  porteuses de nouvelles ruptures. Il faut s'en réjouir car ces ruptures seraient  une chance pour les partisans d'une UE resserrée, mais puissante, face à l'affaiblissement des Anglo-Saxons et la montée en puissance de la Chine.

    Réjouissons-nous ! La livre sera bientôt à parité avec l'euro , les plombiers polonais de retour à Varsovie, un certain retour de l'Europe continentale et rhénane est en cours . L'Europe est prête pour se remettre en marche comme l'a très bien compris Emmanuel Macron.

    En mettant les points sur les i à l'intention des Polonais il a justement rappelé  que  l'UE a vocation d'être plus qu'une simple machine à distribuer des subventions..

  • politique et sémantique.

    51512555-tete-de-pythagore - Copie.jpgA Bucarest le chef de l'Etat a fait un constat lucide de l'état du monde et de la France. S'agissant de ce pays il a constaté qu'il n'était pas réformable et il a proposé de le ....transformer.

    Tout le talent du nouveau président est dans ce tour de passe passe sémantique qui est l'art suprême de la politique et la clé du succès d'Emmanuel Macron.  Personne ne comprend ce qu'il veut ni ce qu'il a dit, mais cela plait et le bon peuple suit. Moi aussi car je trouve l'artiste très bon.

    Pour la suite je ne renie rien de mon analyse, à savoir que nous vivons un temps de dislocation et de désagrégation semblable à la chute de l'Empire romain. Les tours de passe passe des politiciens n'y peuvent rien, ils sont là pour amuser la galerie face à l'inexorable cour de choses.

  • Emeutes de Charlotesville : tout "bénef" pour Trump.

    140.jpgRien à faire, la bien pensance médiatique ne comprendra jamais qu'elle est parfaitement contreproductive . Elle s'étouffe d'indignation parce que Trump, très justement, a condamné la violence globalement et non pas spécifiquement la violence bête et méchante de l'extrême droite, or celle-ci n'est ni meilleure ni pire que la violence des bon sentiments de l'extrême gauche.

     La violence gratuite est condamnable. Point. Faire de la morale anti raciste perpétuellement dans les médias rend enragé le petit blanc du Kentucky, comme celui de France ou de Navarre, ceux qui votent finalement Le Pen ou Trump. Que les bien pensants, souvent bien friqués, cessent de nous bassiner avec leur morale à sens unique, et les petits blancs apparaitront pour ce qu'ils sont, à savoir des citoyens comme les autres qui ont besoin d'être compris et entendus eux aussi dans leurs difficultés..

  • Le temps des démocratures.

    200px-De_Gaulle-OWI.jpgIls rêvent tous de lui ressembler , lui le premier démocrateur européen.

    De Gaulle vint au pouvoir porté par le peuple et il mit  en place ses réformes parce qu'il avait mis fin au régime des partis et remodelé la Constitution. En 2017 dans une Europe en crise d'aucuns rêvent de démocrature. Une démocrature ce n'est pas une dictature mais ce n'est plus tout à fait la démocratie molle du Droit de l'homéisme  soumise au diktat des juges.

    Les démocrateurs sont au pouvoir en Turquie bien sûr, mais aussi en Hongrie et en Pologne. Celle-ci de manière typique vient  de mettre un terme au gouvernement des juges, tout comme l'a fait Erdogan en Turquie. Et par juges il s'agitd'abord de ceux de Bruxelles et du lobby international des Droits de l'homéisme.


    Et en France ? En France Emmanuel Macron a réussi sa forme de populisme là où Marine Le Pen a échoué, parce qu'il a compris qu'il faut ménager Bruxelles pour accéder au pouvoir . Mais  s'il veut réformer le pays en profondeur il est voué à devenir un démocrateur lui aussi. La démocratie, surtout locale, en sera affaiblie. Pas trop espérons-le car déjà les Français, (et pas seulement les militants d'En Marche attachés à la démocratie participative ) découvrent qu'ils ont donné le pouvoir à un petit caporal, pour le meilleur ou pour le pire.

    Premier bilan de notre démocrateur :

    Le meilleur : bon départ à l'international où il fait bonne figure. Bonnes décisions industrielles stratégiques, restauration de l'image présidentielle. Mise en oeuvre des réformes annoncées. Bonne gestion de la crise migratoire : on se concentre sur les vrais réfugiés et l'on ne craint plus d'expulser la majorité des faux demandeurs d'asile.

    Le pire : accentuation du jacobinisme centralisateur. Populisme technocratique , c'est parti pour le gaspillage olympique et l'impasse nucléaire de plus en plus coûteuse. La "com" est au pouvoir plus que jamais, aux dépens du vrai débat démocratique et de la réalité du pays. La com note la chute dans les sondages mais elle ne s'inquiète pas, elle est le vrai pouvoir en démocrature.

     

     

     

  • JO, foot et politique : de quoi vomir de dégoût!

    sans-titre.pngA l'heure même où est passée une loi de moralisation de la vie politique le tam tam médiatique se déchaîne à propos de deux nouvelles qui font vomir, à savoir l'obtention par la France des JO, et l'arrivée d'un type qui vaut 222 millions au PSG, car telle est la volonté des émirs du Qatar.

    De quoi vomir vous dis-je, car ces deux nouvelles illustrent parfaitement la puissance et l'influence des lobbies financiers qui gouvernent le monde en manipulant les marionnettes de la politique, Emmanel Macron compris.

    On aurait pu penser que le nouveau président serait différent, mais il se diffère très peu au fond des Hollande et autres Sarkozy aux ordres du Qatar et de l'Arabie Saoudite, avec les résultats que l'on sait en Lybie et en Syrie. Le gouvernement met les Français au régime sec, mais il veut des jeux ruineux dont personne ne veut parce qu'il est soumis à l'influence des lobbies privés du sport qui  s'engraisseront aux dépens des finances publiques. Quant au foot il est lui aussi entièrement dominé par des intérêt privés, essentiellement arabes .

    Les lobbies sont le vrai pouvoir jupitérien,  et notre président n'est qu'un petit caporal soumis aux ordres de parrains orientaux qui disposent de nombreux sous fifres  parmi nos politiciens. Rachida Dati ou Le Guen pourraient nous en dire quelque chose. A vomir vous dis-je !