Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le régionalisme, pour quoi faire ? - Page 2

  • Puigdemont: justice européenne contre arbitraire madrilène ?

    balance-justice.jpgElle s'appelle Cour de justice des Communautés Européennes et dit le droit dans l'Union Européenne. Cela vaut d'être rappelé à l'heure où Madrid lance un mandat d'arrêt européen contre Carles Puigdemont, citoyen européen autant que catalan qui met tout le monde au pied du mur.

    Oui ou non en Belgique le pouvoir judiciaire est-il indépendant du pouvoir politique contrairement à ce qui est le cas à Madrid  ( et ailleurs dans l'UE ) ?

    En se livrant à la police belge Carles Puigdemont le fait en tant que citoyen européen qui croit en la justice à Bruxelles,  tout en dénonçant  le procès politique de délit d'opinion que prétend lui faire Madrid. Impossible de se débarrasser des questions qu'il pose, il devient de plus en plus gênant à l'échelle européenne.

    Ceux qui pensaient l'évacuer rapidement par la dérision  médiatique en sont pour leurs frais.  Les mêmes avaient prédit la chute d'Assad en trois semaines. Avec  Puigdemont ils devront également faire avec...bien plus que trois semaines. On peut compter sur les lenteurs judiciaires et la rancœur des Catalans pour cela.

  • Catalogne: victoire à la Pyrrhus du souverainisme.

    autocollant-ovale-sem-catalans-avec-drapeau-catalan.jpg

    De Madrid à Bruxelles et de Paris à Berlin on crie victoire et l'on clame en chœur  qu'il n'est pas possible de modifier le status quo, que la Catalogne est dans l'impasse comme  l'Angleterre du Brexit. Quant aux commentateurs, emmenés par  Eric Zemmour, ils crient haro sur  le baudet Puigdemont.

    Les c... qui ne voient pas qu'ils se réjouissent de leur décadence programmée ! Les c.. qui n'ont pas compris que l'incapacité de l'UE à exister en appliquant ses principes fondateurs la voue à sortir de l'histoire ! Il est minuit moins cinq docteur Juncker avant que l'Espagne ne revienne à ses vieux démons en attendant les autres, ailleurs sur le continent.  L' UE est morte à Barcelone lorsque Juncker et les autres se sont reniés face aux souverainistes de tous poils. Mais leur victoire est une victoire à la Pyrrhus.

      Eric Zemmour, si pertinent dans ses analyses en général, se trompe sur la Catalogne car il ne voit pas que l'état nation et le souverainisme assurent la dislocation et le déclin de l'Europe.  Le chaos médiéval est devant nous parce que nous pétrifions l'UE dans le juridisme plutôt que de prendre le risque de la refonder sur les réalités mouvantes. Faute de cette  audace le vieux continent est voué au chaos néo médiéval et à sortir de l'histoire au moment où commence  l'hégémonie chinoise.

    Est-ce cela que veulent tous confondus, les souverainistes, les nationalistes et les ectoplasmes de Bruxelles ?

     

  • Ordre impérial chinois et chaos libertaire occidental.

    images(155).jpgLa liberté n'éclaire plus le monde car elle est devenue libertarisme, elle n'éclaire plus un monde voué au chaos ou à l'ordre numérique contrôlé par Big Brother. L'Occident se disloque tandis que s'affirme le nouvel empire du Milieu. Il est désormais soumis au  nouveau Mao qui s'appelle Xi Jinping, un homme  plus puissant que son illustre prédécesseur à la tête de la Chine. Mao n'était pas en mesure de s'opposer à l'Amérique et il ne disposait pas du contrôle numérique d'un milliard et plus de Chinois.

    Xi Jinping lui est le maître absolu de l'internet chinois et la Chine est en passe de surclasser le monde entier en ce domaine. Bientôt grace à la reconnaissance visuelle où elle excelle, elle sera en mesure d'établir en Chine le règne de Big Brother tout en jouant dans le reste du monde le jeu libéral pour mieux le conquérir.

    En face d'elle l'Amérique de Trump gesticule et démontre son impuissance croissante à contrôler quoi que ce soit, le libéralisme mondialisé qui fit son succès est en train de créer chez elle et dans le monde dit " libre" les conditions d'un chaos libertaire caractérisé par l'impuissance des états à contrôler les migrations et les flux concurrentiels. En réaction les populismes et les régionalismes apparaissent comme de puissantes forces centrifuges capables de ramener l'Occident aux conditions médiévales qui prévalent déjà au Moyen orient et en Afrique.

    La nouvelle puissance de l'Empire du Milieu est impressionnante car elle souligne aussi le succès de la sagesse confucéenne face aux délires agressifs de l'islam et aux conséquences de la déchristianisation libertaire et liberticide.

    Question : Le confucianisme + le contrôle d'internet est il le modèle de demain ? Le monde libre et la démocratie occidentale  sont ils voués au libertarisme décadent ? L'Occident peut-il éviter le chaos  médiéval par des solutions impériales non démocratiques selon les critères occidentaux ?

  • Catalogne : bien joué Puigdemont.

    autocollant-ovale-sem-catalans-avec-drapeau-catalan.jpgEn ne proclamant pas l'indépendance mais son inéluctabilité  de fait à terme, Carles Puigdemont a démontré sa maturité politique et celle du mouvement catalan. La psycho rigidité et la violence sont maintenant le fait de Madrid qui doit bouger pour ne pas laisser apparaître les ombres du passé franquiste dans ses relations avec la Catalogne

    Puigdemont a commis une erreur cependant,  il aurait dû laisser tomber le mot indépendance, ce fantasme dans un monde interdépendant, pour proposer à Madrid et à Bruxelles d'organiser les nouvelles relations de la communauté autonome catalane au sein du royaume des Espagnes et de l'UE.

    L'Europe est en marche dans les Espagnes; ce que ne voient pas les nationalistes et les jacobins à Madrid, à Paris, mais aussi et surtout peut-être à Bruxelles.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ++

     

     

     

  • Nous sommes tous Catalans !

    autocollant-ovale-sem-catalans-avec-drapeau-catalan.jpgLe slogan est provocateur à dessein pour faire comprendre  qu'il est urgent que non seulement messieurs Rajoy et Puigdemont  se parlent pour ne pas faire éclater les Espagnes, mais  que se parlent également les pouvoirs centraux et les forces qui partout en Europe veulent l'émergence de pouvoirs décentralisés au service de  citoyens plus  responsables en prise avec les réalités du terrain local. 

    Si le président Macron se dit fédéraliste, comme le sont parait-il les autorités de Bruxelles, voici venu le moment d'oublier les grands mots sur le fédéralisme pour appliquer concrètement le principe de subsidiarité. Le Président Macron qui est censé être moderne et désireux de refonder l'UE ne peut pas rater l'occasion qui se présente, il ne peut pas se  contenter  d'avaliser l'état de choses actuels en soutenant Madrid sans conditions.

    Comment sortir de la crise des Espagnes qui anticipe celle des Europes ? D'abord en ne se laissant pas piéger par des mots qui ne recouvrent souvent plus grand chose. Les nationalistes catalans ou corses sont en Europe et il ne sert de rien de prétendre à l'avance que la Catalogne ou la Corse pourraient sortir de l'UE...pour être remplacés par la Turquie ? L'hypothèse est absurde mais elle est la thèse de Bruxelles. De la même manière le Brexit apparaît de plus en plus impossible pour les mêmes raisons de réalisme. L'Angleterre est en Europe qu'elle le veuille ou non, et si elle ne paie pas la note du divorce il faudra quand même vivre avec elle.

    Ces réalités constatés il ne sert de rien de se draper dans des fictions juridiques héritées du passé. Tout est possible lorsque les réalités l'emportent sur les fictions juridiques. Les juristes ne servent qu'à légaliser les faits. Ceci admis les divers niveaux de pouvoir peuvent être redéfinis et réajustés mais uniquement en fonction des faits. Cela vaut pour nous aussi en Alsace. Le Grand Est est une fiction dessinée sur un coin de table à l'Elysée. Cela n'a pas supprimé l'Alsace qui existe comme une  réalité qui finira par s'imposer. Comme d'autres en Alsace, Gilbert Meyer notre maire a fini par le comprendre. Tous les espoirs sont permis, nous sommes tous Catalans !

  • Gilbert Meyer joue alsacien...enfin.

    colmar2.gifAprès l'avoir combattue, le maire de Colmar est désormais partisan de la fusion des deux départements alsaciens. Mieux vaut tard que jamais. Reste à l'élu de Colmar à rester cohérent désormais en exigeant la sortie de l'Alsace du Grand Est. Encore un effort monsieur le maire !

  • Catalogne: l'UE rate une occasion d'exister.

    autocollant-ovale-sem-catalans-avec-drapeau-catalan.jpgLes coqs jacobins n'ont pas tardé à réagir au sujet de la Catalogne. Normal de la part de Manuel Valls, un peu moins de la part d'Emmanuel Macron qui a annoncé qu'il ne reconnaissait que Mariano Rajoy comme interlocuteur. Pas si moderne que ça le président Macron. Sur le sujet il appartient bien au 20 è siècle et au monde ancien.

    Bruxelles de son côté a refusé d'intervenir, préférant le confort de son cocon d'ectoplasme bureaucratique. L'UE devra pourtant s' habituer à vivre dans les réalités qui dérangent car les Catalans n'ont pas l'intention de rentrer dans les rangs, tout comme d'autres mouvements régionalistes. Dossier à suivre.

     

     

  • Gilbert Meyer bon comptable, mauvais politique.

    colmar2.gifDans une lettre au premier ministre analysée par les DNA du  5 septembre dernier le maire de Colmar se plaint du mauvais traitement des territoires par le pouvoir central.

    Parce qu'il sait compter et est un gestionnaire rigoureux il constate que, je cite  " en fonctionnement je suis sur l'os" et il demande une aide pécuniaire qu'il verrait contractualisée en dehors du plan Etat/Région.

    Et c'est là où le bât blesse car Gilbert Meyer veut ainsi ajouter une usine à gaz supplémentaire  à celles qui existent déjà et qui ont été empirées par la réforme régionale qu'il a soutenue et soutient encore. Excellent gestionnaire il ne cesse d'accumuler les mauvais choix politiques. Il n'a jamais voulu se démarquer des décisions prises  à Paris par l'UMPS et aujourd'hui il ne peut se plaindre de cette politique technocratique qu'assume pleinement Emmanuel Macron.

    Gilbert Meyer le jacobin ne peut s'en prendre qu'à lui même des effets d'un centralisme aggravé par la fusion de l'Alsace dans le Grand Est. Qu'attend il pour devenir régionaliste ? C'est très tendance en ce moment parmi les élus locaux alsaciens..

  • Région Alsace : propos de foire aux vins !

    imagesD9GUX10O.jpgSource DNA du 28 juillet 2017.

     

    Dans la chaude ambiance de la foire aux vins de Colmar, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. L'occasion de propos qui ne mangent pas de pain  et qui accompagnent bien le Gewürtztraminer. Philipe Richert a donc déclaré qu'il souhaitait que l' Alsace retrouve sa place, et qu'il fallait répondre aux interrogations légitimes des Alsaciens.

    Dont acte, mais il serait temps que les positions se clarifient face à un pouvoir parisien de plus en plus centralisé. Et cela d'autant plus que pour les Républicains la question de la décentralisation est le seul espace d'opposition qui leur reste face au pouvoir sans partage d'Emmanuel Macron. Celui-ci réussit à ce jour un sans fautes qui ne laisse aucune place à une opposition républicaine très proche de ses idées et de sa politique. La question de la décentralisation et de la réforme régionale est le seul espace où les Républicains pourraient s'opposer avec crédibilité. Qu'attendent-ils pour le faire au-delà des propos de foire aux vins ?

  • Sortir du Grand Est : un préalable.

    sans-titre.pngPour Frédéric  Bierry et Eric Straumann, tous deux députés LR, la sortie du Grand Est constitue "un préalable indispensable " à la création d'une nouvelle collectivité alsacienne.

    "L'enjeu est de rendre à l'Alsace la maîtrise de son destin, de son développement et de sa réussite"

    Question :  Cet objectif n'est-il pas inévitablement lié à la redéfinition du rapport des élus aux territoires ? C'est  à dire à la volonté gouvernementale de réduire le nombre des élus.

    Une belle occasion de poser la question de la réforme du Sénat comme Assemblée des Territoires faisant des Sénateurs les premiers représentants des régions. Associer réforme territoriale et réforme du statut des élus voilà  un chantier qui pourrait donner corps à une opposition responsable et source de propositions constructives.

    Nul doute qu'Eric Straumann et Frédéric Bierry ne soient capables de porter cette opposition constructive à la lamentable réforme territoriale de François Hollande.