Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le régionalisme, pour quoi faire ? - Page 3

  • Inutilité de l'ENA dans une économie libérale

    ena_2.jpgL'énarque Bruno Lemaire, en campagne électorale, s'est prononcé pour la suppression de l'ENA. Il se trouve qu'à ce jour il est mon meilleur choix parmi les candidats président ( sous réserve d'examen contradictoire des diverses propositions).

    Certes les promesses n'engagent que ceux qui y croient selon Chirac, mais sauf nier définitivement toute crédibilité morale aux hommes politiques, je veux croire que Bruno Lemaire est sincère. Faut-il supprimer l'ENA ?

    En tant que régionaliste, partisan d'une France girondine et non jacobine, je réponds oui sans hésiter. L'ENA se situe dans la droite ligne du centralisme de la monarchie d'abord, de la révolution ratée de 1989 ensuite.

    L'esprit de la Révolution c'est la fête de la Fédération du 14  juillet 1790 lorsque la France se rassembla unie dans sa diversité. Puis ce fut le régicide et la dictature sanglante des Jacobins, c'est à dire la Révolution ratée. Nous sommes restés sur cet échec. L'Empire empira la tare révolutionnaire jacobine, c'est à dire l'emprise étatique totale sur les idées et l'économie dans le cadre de l'économie de guerre face à l'Europe coalisée. Napoléon III, puis les diverses républiques, institutionnalisèrent la tare jacobine jusqu'à l'effondrement de 1940  et le Pétainisme jacobin en prime.

    En 1945 il fallait reconstruire un pays à moitié sous l'emprise des communistes. De Gaulle n'eut que le choix de mobiliser le pays avec eux. Il réussit à éviter le socialisme à la soviétique, mais il ne put dégager le pays de sa tare jacobine et étatique hostile au libéralisme des idées et de l'économie.  C'est dans ce climat que fut créée l'ENA comme école des commissaires de la République assurant tous les postes, y compris et surtout désormais, ceux de la gestion d'une économie semi étatisée.

    Certes la France fut reconstruite, mais lentement, tandis que  de l'autre côté du Rhin, l'Allemagne connaissait un miracle économique parce qu'elle s'était vouée totalement au libéralisme. Aujourd'hui l'ENA est soit inutile dans une France libéralisée, ouverte et décentralisée, soit potentiellement totalitaire, si elle est mise au service d'un Etat démagogique de gauche ou de droite.

    D'accord me direz-vous mais la France a besoin de cadres compétents et bien formés. Bien sûr, mais cela ne concerne que les fonctions régaliennes de l'Etat, à savoir la Défense Nationale, la Justice et la Diplomatie. C'est à dire St Cyr, l'école de la Magistrature et  une école de type Langues Orientales ou Sciences Politiques.

    Pour ce qui est de l'économie, l'entreprise sait former les hommes dont elle a besoin, tout comme le système bancaire. L'ENA est inutile voire nuisible, tout comme Polytechnique, cette école qui stérilise la recherche française en envoyant les meilleurs cerveaux scientifiques "pantoufler" dans nos administrations.

    Un programme révolutionnaire ? Peut-être car la France a presque tout raté en 1789. La Révolution est devenue patrimoine culturel mais la France doit changer pour rayonner de nouveau dans un monde qui a besoin de ses lumières.

  • Bouthan, Norvège Suisse les pays de l'avenir.

    51512555-tete-de-pythagore - Copie.jpgLes USA ou la Chine fascinent, ce ne sont pourtant pas des pays d'avenir car leur modèle de développement est condamné. Ce modèle est ruineux pour la planète et insoutenable à terme.

    A l'opposé de ces modèles condamnés le Bhoutan a substitué la notion de Bonheur National Brut à celle de Produit National Brut et il  poursuit un programme de développement écologique adapté à sa situation de pays perdu dans l'Himalaya.

    Modèle non applicable à la Chine aux USA ou à la France direz-vous. En l'état certainement. Pourtant plus près de nous la Norvège fait déjà ce que nous serons contraints de faire tôt ou tard : de la gestion écologique. Après avoir refusé d'intégrer l'UE en 1973 par référendum, ce pays a depuis géré ses réserves pétrolières de manière parcimonieuse en prévoyant la fin de l'ère du pétrole. Dès 2015 le pays pourrait interdire la voiture à essence au profit de véhicules électriques. Depuis 2013 il méthanise ses déchets et en importe même pour faire tourner ses usines et à 60 % les Norvégiens circulent à vélo...

    Encore plus près de nous la Suisse est l'exemple d'un petit pays totalement intégré dans la mondialisation tout en défendant efficacement ses intérêts locaux. C'est aussi un pays authentiquement démocratique qui consulte ses citoyens par référendum sur tous les sujets, ou presque. 

    Modèles non applicables à la France car notre pays a besoin de vendre des armes et des centrales nucléaires pour vivre. C'est bien là le problème en effet, à savoir son modèle jacobin centralisé au service d'une volonté de puissance étatique, et non de la recherche du bonheur des Français.

    C'est affaire d'échelle, même la France est trop grande pour adopter un modèle de développement durable au service des citoyens. Mais rien n'interdit de rêver à  une France décentralisée dans laquelle une Corse, ou une Alsace partiellement responsables de leurs finances et de leur fiscalité, adopteraient plus aisément des modèles de gestion semblables à ceux des petits pays modèles cités plus haut. Small is future !

     

  • Gilbertus diabolicus.

    diable.pngDans les colonnes du DNA de ce 25 août on peut lire que Gilbert Meyer fait la rentrée politique alsacienne par de nouvelles attaques contre les responsables politiques et économiques alsaciens qui ne veulent pas de la disparition de notre région dans l'ectoplasme administratif du Grand Est.

    Avec tout le respect que j'ai pour ses qualités de gestionnaire je pense que Gilbert Meyer s'est trompé et continue de se tromper sur l'évolution administrative de notre région.  Errare humanum est... persevere diabolicum est........

  • Les Corses font appliquer la loi française

    100px-Coat_of_Arms_of_Corsica_svg.pngLe littoral corse n'a pas été bétonné ( pas trop), parce que les Corses ont fait appliquer la loi à coups d'explosifs, l'administration française s'étant montrée incapable de faire appliquer la loi "littoral"contre la spéculation immobilière.

    De même, face à la secte salafiste, ils rappellent qu'il existe une loi française inappliquée à son égard. A leur manière les Corses s'opposent aux provocateurs  salafistes qui veulent imposer le carnaval des tenues islamiste sur les plages. Bravo les Corses  qui s'opposent aux dhimmis qui nous gouvernent en faisant appliquer la loi française !

  • Populistes ? Non prévisionnistes.

    51512555-tete-de-pythagore - Copie.jpgPlus la situation sécuritaire et économique échappe aux bonnes intentions et aux prévisions de nos dirigeants, et plus il devient évident que ceux que l'on désigne sous le terme méprisant de populistes, sont au contraire des prévisionnistes éclairés n'ayant que le tort d'avoir raison trop tôt.

    Le monde inspire et expire. Après les périodes de paix et de stabilité, il connaît celles des guerres et du désordre. Après la croissance et l'intégration des économies, voici venu le temps de la décroissance et de la dislocation du mondialisme.

    Ceci compris l'action politique et économique doit s'adapter à la respiration du monde et définir l'ordre des priorités. L'UE doit s'adapter à la nouvelle situation, mais si elle ne le peut il faut que chaque nation qui la compose le fasse individuellement. C'est le sens du Brexit et celui de la politique des nations de l'est de l'Europe. Plus globalement  ce mouvement pousse vers le  pouvoir en Europe les partis dits populistes, mais c'est également ce qui explique le succès de Donald Trump aux Etats Unis.  Les populistes ne sont rien d'autres que des prévisionnistes en avance sur l'évolution du monde..

  • L'Alsaxit ? Pourquoi pas !

    alsacienneB_113_150.jpgTrop c'est trop! Pendant qu'il vous saoule avec le foot François Hollande continue dans l'imposture et le n'importe quoi, et cela aussi en matière de réforme des régions. Sa réforme des régions apparaît désormais clairement pour ce qu'elle est, à savoir une nouvelle pompe à fric et une usine à gaz. Contrairement à ce qui avait été annoncé la réforme n'entrainera pas d'économies mais une taxe supplémentaire. Nous avions la CSG, il va falloir nous habituer à payer en plus la CSER ( Cotisation Spéciale d'Equipement Régionale )

    La réforme n'est qu'une forme de déconcentration du pouvoir parisien qui continue de se défausser de ses charges sur les collectivités locales, tout en contrôlant les décisions et surtout les financements, c'est à dire le contraire de la décentralisation. Loin de simplifier le mille feuille administratif, la Grande Région n'en est qu'une couche supplémentaire.

    La réforme est inacceptable et elle démontre une fois de plus qu'il n'est plus possible de faire confiance au pouvoir central pour décentraliser la France. Il n'y a plus d'autre choix, la seule réponse est la réponse corse, c'est à dire une réponse par les urnes d'un mouvement  local uni.

     A court terme Marine Le Pen a promis de revenir aux anciennes régions;  avec toute la méfiance que l'on doit nourrir à son égard, la suivre sur ce terrain  ne serait pas pire que de continuer dans le Grand Est géré par Paris. Dossier à suivre de très près lors des prochaines échéances électorales.

     

  • La force tranquille des nationalistes corses.

    Face au représentant d'un gouvernement décrédibilisé et d'un PS aux abois les nationalistes corses ont évité toute provocation. Ils peuvent se le permettre, la force tranquille sur l'île c'est eux.sans-titre (9).png

  • Brexit: ce n'est qu'un début ....

    image.jpgLe Brexit est une bonne nouvelle car il marque le début de l'inversion d'un mouvement historique qui  poussait à toujours plus de supranational au dépens des libertés locales. La marée montante du mondialisme vient de s'inverser...enfin.

    Le Brexit n'est que le début de la remise en cause d'autres machins devenus insupportables aux peuples et aux démocrates,à commencer par l'OTAN et l'ONU.

    L'OTAN cet instrument de la CIA et des USA, interdit toute défense et toute diplomatie autonome aux européens. Pire,l'OTAN dresse les européens contre les Russes qui sont aussi des européens. Sortir de l'OTAN est la condition de la paix en Europe.

    L'ONU est un machin qui prêche la religion des Droits de l'homme  pour mieux sacrifier l'Europe aux intérêts des nouveaux riches agressifs et conquérants du tiers-monde. C'est ainsi que les  monarchies pétrolières du golfe  font la pluie et le beau temps dans les instances internationales tout en propageant et finançant l'obscurantisme. L'ONU  impose l'invasion migratoire des réfugiés musulmans en Europe avec la bénédiction du roi d'Arabie qui refuse tout réfugié sur son sol ! Ne plus prendre l'ONU au sérieux est la condition pour mener une bonne politique internationale.

    At last and not the least  ... l'ultime machin à remettre en cause ce sont les bureaucraties centralisées et parasites des vieux  Etats nations, en particulier en France. Ce malheureux pays est bloqué dans son évolution socio économique par une bureaucratie énarquo jacobine associée aux lobbies syndicaux. Peu importe pour qui vous votez  rien ne change. L'évolution du FN en est la saisissante illustration. Comme l'UMPS ce parti est énarquo jacobin, s'il devait parvenir au pouvoir il ressusciterait le national cégétisme  de De Gaulle en 1945 ! Bref la France est irrémédiablement archaïque.

    Pour résumer disons que nous sommes maintenant vraiment entrés dans le 21 è siècle.

    Après le 11 septembre 2001 qui marquait une révolution géostratégique, le 24 juin 2016 est la deuxième date repère du nouveau siècle. Le 11 septembre 2001 l'islam radical  a remplacé le marxisme comme idéologie révolutionnaire mais le 24 juin 2016 la révolte du peuple anglais a  ouvert  la voie à une vision locale , provinciale et régionaliste de la politique. Cette vision du monde est  incompatible avec le mondialisme qu'il ne faut pas regretter car il ne profite qu'aux nouveaux riches d'ici, et surtout du tiers-monde.

    L'alternative au mondialisme n'est pas dans l'alter mondialisme ( qui n'est que du mondialisme) mais dans la révolte du bas, du local, du provincial et du régional,  partout dans l'hémisphère nord y compris aux USA.

     

     

     

  • ND des Landes : oui au passé.

    aeroport_nddl_tullaye.jpgLe oui l'a emporté et cela surtout dans les zones situées loin du projet de nouvel  aéroport. Au contraire le non l'emporte largement, et de plus en plus, à mesure que l'on se rapproche du chantier. Mais la démocratie l'a emporté et il faut respecter un choix malheureux alimenté par une conception passée de la création d'emploi et du développement.

    Certes l'aéroport donnera du travail aux entreprises du BTP mais l'aéroport lui-même, surdimensionné, en créera très peu, il connaitra le sort de nombreux aéroports régionaux qui peinent à survivre comme par exemple celui de Strasbourg. L'aéroport de ND des Landes sera à classer dans le dossier des projets pharaoniques non rentables comme le Concorde.

    Conçu  à la même époque que lui il connaitra le même sort que lui. Un seul point positif est associé à ND des Landes: pour la première fois à travers une votation émerge un peu la notion suisse de démocratie locale. Dommage ! 

  • Ici Londres 18 juin...2016

    C'était il y a 76 ans un certain Général de Gaulle lançait, depuis Londres, un appel à la résistance à une France défaite. Qui s'en souvient ?

     C'est de Londres que je poste cette note en ce 18 juin 2016.Je suis en visite chez ma fille qui  travaille dans la City.Pour sa génération le 18 juin 1940 c'est de l'histoire ancienne. Pourtant le passé permet parfois de mieux comprendre le présent. Ce mois de juin 2016 pourrait bien devenir historique si les Anglais décidaient de  dire non au maintien de la Grande-Bretagne dans l'UE. Sur le sujet je me permets de leur donner un conseil.

     Quel que soit le résultat du référendum le débat sur le Brexit a le mérite de poser les problèmes de fond de notre continent. To Brexit or not Brexit, ? Il faut choisir et je me permets de donner un conseil aux Britanniques.

     Quittez l'UE, puis, si vous êtes écossais ou gallois quittez le Royaume Uni ! Provoquez un électro choc politique obligeant les dirigeants de l''UE à la refonder sur des bases nouvelles ! L'UE, sous sa forme actuelle ne répond pas aux urgences de l'heure. La crise identitaire et culturelle sans précédent qui affecte le continent ne  peut être résolue sans une vision politique nouvelle et de longue haleine. 

    Dans cette perspective, le  Brexit pourrait bien être le premier sursaut d'une Europe qui veut reprendre son destin en main. 

    Ma fille m'oppose qu'en termes termes d'économie et de commerce le Brexit n'est pas rationnel. Dans la City ils sont majoritairement contre, et à court terme, ils ont raison. Le Brexit pourrait bien se solder par une belle crise financière. Le Brexit est un risque, mais un risque à prendre car  ce qui est en jeu, et qui concerne toute l'Europe, c'est l'identité et les valeurs qui font l'Europe. Voilà pourquoi je crois que De Gaulle serait en faveur du Brexit, car pour lui la politique n'était pas dictée par la Bourse, mais fondée sur des valeurs.

    Aujourd'hui le grand chrétien qu'il fut appellerait les peuples du continent à  la résistance afin qu'ils préservent  les racines chrétiennes et humanistes qui fondent l'Occident démocratique.  Sur le sujet lire

                                                               Dieu et monDroit        Cliquer sur                                                                                                                                   http://le-vieux-templier.hautetfort.com/
    200px-De_Gaulle-OWI.jpg