Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le régionalisme, pour quoi faire ? - Page 4

  • ND des Landes : oui au passé.

    aeroport_nddl_tullaye.jpgLe oui l'a emporté et cela surtout dans les zones situées loin du projet de nouvel  aéroport. Au contraire le non l'emporte largement, et de plus en plus, à mesure que l'on se rapproche du chantier. Mais la démocratie l'a emporté et il faut respecter un choix malheureux alimenté par une conception passée de la création d'emploi et du développement.

    Certes l'aéroport donnera du travail aux entreprises du BTP mais l'aéroport lui-même, surdimensionné, en créera très peu, il connaitra le sort de nombreux aéroports régionaux qui peinent à survivre comme par exemple celui de Strasbourg. L'aéroport de ND des Landes sera à classer dans le dossier des projets pharaoniques non rentables comme le Concorde.

    Conçu  à la même époque que lui il connaitra le même sort que lui. Un seul point positif est associé à ND des Landes: pour la première fois à travers une votation émerge un peu la notion suisse de démocratie locale. Dommage ! 

  • Ici Londres 18 juin...2016

    C'était il y a 76 ans un certain Général de Gaulle lançait, depuis Londres, un appel à la résistance à une France défaite. Qui s'en souvient ?

     C'est de Londres que je poste cette note en ce 18 juin 2016.Je suis en visite chez ma fille qui  travaille dans la City.Pour sa génération le 18 juin 1940 c'est de l'histoire ancienne. Pourtant le passé permet parfois de mieux comprendre le présent. Ce mois de juin 2016 pourrait bien devenir historique si les Anglais décidaient de  dire non au maintien de la Grande-Bretagne dans l'UE. Sur le sujet je me permets de leur donner un conseil.

     Quel que soit le résultat du référendum le débat sur le Brexit a le mérite de poser les problèmes de fond de notre continent. To Brexit or not Brexit, ? Il faut choisir et je me permets de donner un conseil aux Britanniques.

     Quittez l'UE, puis, si vous êtes écossais ou gallois quittez le Royaume Uni ! Provoquez un électro choc politique obligeant les dirigeants de l''UE à la refonder sur des bases nouvelles ! L'UE, sous sa forme actuelle ne répond pas aux urgences de l'heure. La crise identitaire et culturelle sans précédent qui affecte le continent ne  peut être résolue sans une vision politique nouvelle et de longue haleine. 

    Dans cette perspective, le  Brexit pourrait bien être le premier sursaut d'une Europe qui veut reprendre son destin en main. 

    Ma fille m'oppose qu'en termes termes d'économie et de commerce le Brexit n'est pas rationnel. Dans la City ils sont majoritairement contre, et à court terme, ils ont raison. Le Brexit pourrait bien se solder par une belle crise financière. Le Brexit est un risque, mais un risque à prendre car  ce qui est en jeu, et qui concerne toute l'Europe, c'est l'identité et les valeurs qui font l'Europe. Voilà pourquoi je crois que De Gaulle serait en faveur du Brexit, car pour lui la politique n'était pas dictée par la Bourse, mais fondée sur des valeurs.

    Aujourd'hui le grand chrétien qu'il fut appellerait les peuples du continent à  la résistance afin qu'ils préservent  les racines chrétiennes et humanistes qui fondent l'Occident démocratique.  Sur le sujet lire

                                                               Dieu et monDroit        Cliquer sur                                                                                                                                   http://le-vieux-templier.hautetfort.com/
    200px-De_Gaulle-OWI.jpg

  • Exemplarité suisse.

    300px-Flag_of_Switzerland_svg.pngDe ce côté du Rhin chienlit et n'importe quoi , de l'autre côté exemplarité et succès. Nos voisins suisses viennent d'inaugurer le plus long tunnel d'Europe dans le cadre d'une cérémonie artistique un peu loufoque mais bon enfant,  à l'image de ce qu'est la Suisse, si proche pour nous Alsaciens, et que nous envions un peu, il faut bien l'admettre.

    L'aéroport de Bâle ne cesse d'accumuler du trafic et de l'importance tandis que Strasbourg dépérit et accumule le déficit, et puis surtout quelle différence d'atmosphère ! Ici nous sommes englués dans le jacobinisme et la déprime française tandis que chez le voisin les locaux décident de ce qui est bon pour eux et voient l'avenir avec optimisme.

    La cérémonie d'inauguration du tunnel Erstfeld-Bodio ( 57 kms) a été présidée bien sûr par le président de la Confédération, mais qui connaît son nom ? La presse n'a mentionné que les noms d'Angela Merkel, de François Hollande et de Mateo Rienzi, les invités.

    J'y vois là l'illustration du mal français et européen, c'est à dire l'importance excessive accordée par les médias aux pouvoirs centraux et  à leur cirque politique permanent. La vraie politique est ancrée dans la gestion locale au quotidien et elle est d'autant plus efficace qu'elle est discrète.

    Heureux Suisses ! Dommage que Mulhouse et le Haut-Rhin ne soient pas restés associés à la Confédération comme ils le furent jusqu'à cette maudite révolution de 1789  ! Et ça continue dans ce malheureux pays où le mythe révolutionnaire et la chienlit permanente,  entretenus par Mélenchon et la CGT, ne cessent de gâcher la vie des Français.

  • Fissures au Royaume Uni.

    images.pngL'élection d'un maire musulman à Londres est un fait significatif certes, mais normal dans une ville qui compte 30 %  de non blancs et qui est le paradis des émirs du Golfe. L'islamisation chic  et friquée de la première ville européenne n'est cependant que l'arbre qui cache la forêt, à savoir que le royaume uni se désunit sous nos yeux. Les craquements que l'on y constate en préfigurent d'autres ailleurs en Europe.

    Le fait significatif est la montée de l'Ukip, le pendant nationaliste du FN et surtout celle des indépendantistes écossais. C'est dans cette tendance que s'annonce le remodelage du continent, loin du modèle éculé de Bruxelles et de son prix Charlemagne.

    Lire aussi  Le pape et le prix Charlemagne

  • l'Alsace comme critère du choix électoral.

    alsacienneB_113_150.jpgDans l'UE en crise les régions se réveillent et prennent du poids politique. En France le président va à contre courant de cette évolution en déclarant ,je cite " l'Alsace n'existe plus".  Il a dit cela en plaisantant à Metz face à un parterre de jeunes franco allemands.

    Sa plaisanterie illustre en fait le mépris de nos élites pour les locaux, en particulier les Alsaciens considérés comme imposables et corvéables à merci.

    Espérons que ceux-ci sauront s'en souvenir à toutes les élections désormais. La seule question à poser à tout candidat(e) à toute élection est la suivante : " Si vous êtes élu(e) vous engagez-vous à redonner la parole à l'Alsace et à remettre en cause la réforme parisienne faite sans consultation des populations locales par référendum ?"

  • Obama et le brexit

    images.jpgObama a clairement signifié aux Anglais qu'il les préférait dans l'UE plutôt qu'en dehors.

    Explication : Pour les Américains la special relationship avec les Anglais ne consiste pas à les traiter en partenaires égaux mais  plutôt en intendants des affaires américaines en Europe.

    Obama ne veut surtout pas que l'UE s'émancipe de la tutelle américaine et capitaliste gérée par Wall Street et la City. La City est d'ailleurs  complètement opposée au Brexit. Obama ne veut aucune évolution en Europe susceptible de remettre en cause une UE gérée par Bruxelles au profit des multinationales et du capitalisme mondialisé.

    Ma position de militant régionaliste, européen et anglophile ( ma fille travaille dans la City et une partie de ma famille est anglaise ) : les Anglais devraient voter pour le  Brexit et les Ecossais en faire autant ensuite pour quitter le Royaume-Uni. Et ainsi de suite, partout en Europe où il existe des entités régionales fortes. Le seule révolution possible consiste d'abord à casser les Etats Nations et l'UE pour ensuite la refonder sur d'autres bases de l'Atlantique à l'Oural..

  • RSA et gabegie socialiste

    imagesL25YAZZ9.jpg

    Source de cette note : DNA du 8 avril 2016.

    C'est une certaine idée de l'Etat et de l'être humain que le Conseil Départemental du Haut Rhin avait approuvé le 4 février dernier. Le Conseil Départemental avait alors soutenu "le principe d'instaurer un dispositif de service individuel bénévole que pourraient effectuer les bénéficiaires du RSA. Il imaginait un bénévolat d'environ sept heures par semaine.

    C'est ce dispositif que l'Etat attaque devant le Tribunal Administratif de Strasbourg; ce qui permet au Président du Conseil Général du Haut Rhin, Eric Straumann, de faire remarquer que " Si c'est l'Etat qui décide c'est aussi à l'Etat de payer"

    L'Etat en France est de nature jacobine rappelons le, et il ne laisse que peu d'initiative aux collectivités locales. Mais il a tendance à se défausser sur elles pour ne pas assumer ses dépenses; ce qui entraine la gabegie du fait que les ordonnateurs de dépense parisiens ne se soucient pas de la trésorerie qui les couvre.

    Face à l'explosion des dépenses sociales et du RSA un département vertueux comme le Haut Rhin  essaiera de gérer  le mieux possible pour ne pas laisser filer le déficit et éviter d'augmenter les impôts locaux. L'idée de demander un peu de travail bénévole aux bénéficiaires du RSA pouvant éventuellement amener à des économies  ailleurs va dans ce sens.

    Cette logique de bonne gestion n'est pas celle de l'Etat socialiste qui ne sait que laisser filer les déficits ou augmenter les impôts. On connaît les résultats de cette politique en Poitou Charente gérée par Mme Royale ou dans le département de Monsieur Hollande qui est en faillite.

    Non seulement la  gestion socialiste conduit à la ruine des finances publiques, mais elle pourrit les individus en les entretenant dans une logique d'assistanat généralisé sans contrepartie.

    Dans le mot RSA il y a le mot actif. Faire en sorte qu'un être humain ne se rouille pas dans l'inactivité en l'obligeant à une activité gratuite relève aussi d'une certaine idée de l'être humain. Mais cette philosophie n'est pas celle des dirigeants socialistes, c'est la raison pour laquelle  la France connaît un chômage non seulement structurel mais également culturel.

  • Grand Est : la démolition commence

    alsacienneB_113_150.jpgNon seulement l'Alsace a définitivement perdu la parole, noyée qu'elle est dans le Grand Est, mais au sein de ce machin ce sont désormais toutes les institutions locales qui sont visées, à commencer par le Concordat.

    Alors que les élèves inscrits en religion sont de moins en moins nombreux, un collectif d'organisations laïques d'Alsace et de Lorraine  réclame la suppression des cours de religion dans le Haut Rhin, le Bas Rhin et la Moselle  ( voir DNA du 6 avril 2016 ).

    Et pendant ce temps le salafisme ne cesse de progresser dans nos écoles aussi, stimulé précisément par le laïcisme sectaire qui prétend exclure la religion de la société et faire croire que Dieu est mort !

    Au contraire jamais l'enseignement de la religion n'a été aussi nécessaire et cela dans un esprit concordataire et multi culturel afin que petits chrétiens, juifs et musulmans apprennent à connaître la religion des copains.

    Résoudre un problème en prétendant qu'il n'existe pas est la pire des solutions car si les élèves ne s'inscrivent pas en religion il y a gros à parier qu'ils découvriront la religion ailleurs dans des caves salafistes ou dans des hangars évangélistes, ce qui n'est pas bon pour le dialogue interreligieux ou la paix sociale tout simplement.

    Gardons le Concordat, réformons-le en l'étendant à l'islam et rendons obligatoires les cours de religion comparée !     

    Lire l'esprit concordataire en Alsace Lorraine    http://le-vieux-templier.hautetfort.com    

                                                                                                   

     

  • Grand Est : le ridicule en moins.

    51512555-tete-de-pythagore - Copie.jpgLe choix de Grand Est pour notre espace géographique évite le ridicule de certaines appellations proposées mais sur le fond rien n'est changé, l'espace Grand Est désigne une entité administrative et rien d'autre. Pourquoi ne pas avoir ajouté l'adjectif Grand à d'autres espaces administratifs comme Grand Sud Est plutôt que PACA ?  Ou encore Grand Paris plutôt qu'Ile de France ?  Numéroter les nouvelles régions en partant de Paris région n°1 eut été plus en accord avec l'esprit d'une réforme purement administrative inscrite dans une perspective fédéraliste européenne qui n'est plus d'actualité.

    Loin de progresser vers le fédéralisme l'UE est en perspective d'éclatement au contraire, et il y a gros à parier que les nouvelles régions françaises seront également soumises à des forces centrifuges qui augurent mal de leur avenir. Pour ce qui est du Grand Est il pourrait bien être un enfant mort né.

  • Syrie: blabla diplomatique et réalité kurde.

    sans-titre.pngLes négociations de paix en Syrie se fondent sur des fictions. Fiction  en effet que de prétendre négocier le départ d'Assad remis en selle sur le terrain par les Russes et toujours protégé par eux. Fiction de prétendre distinguer l'opposition démocratique (une poignée de diplomates exilés) de la masse des combattants de terrain, tous plus ou moins islamistes. Fondées sur du sable les négociations peuvent durer des années tout en consolidant les réalités du terrain.

    Ecartés des négociations et des fictions, les Kurdes ont réagi en rappelant les réalités du terrain et en proclamant leur autonomie. Réaction exemplaire et qui partout dans le monde inspire les militants d'un monde fondé sur les réalités locales et non les fictions. En Europe aussi Basques, Catalans, Corses, Ecossais, Flamands préparent eux aussi sur le terrain les réalités de l'Europe de demain.