Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vu d'Europe - Page 3

  • Chacun pour soi et Dieu pour tous !

    XVM0166423c-e13c-11e6-a30c-7e0318ea1240.jpgChacun pour soi et Dieu pour tous ! C'est le message de Trump et du Brexit. Message entendu puisque les Ecossais et les Irlandais ont des idées sur le sujet, tout comme les Californiens qui eux aussi commencent à rêver d'indépendance. Après le Brexit le problème grec va resurgir  avec de nouvelles ruptures en perspective. Ajoutez l'invasion migratoire incontrôlée qui y contribue également.

    N'oublions pas non plus les  Catalans qui progressent vers l 'indépendance.

    Pas de ça en France me direz-vous. Pour l'instant mais c'est la tendance. Les prochaines élections, présidentielle et législatives, auront le mérite de nous débarrasser d'une classe politique aveugle et corrompue. Macron ou Le Pen peu importe, le résultat sera le même. Mais ensuite la France se retrouvera face à des problèmes qui la divisent de plus en plus et posent inévitablement  la question des territoires. Par là il faut entendre les territoires de banlieues hors la loi, mais également ceux qui ont intérêt à se désolidariser du n'importe quoi national. Les Corses ont une longueur d'avance sur la question,  mais d'autres territoires ont intérêt à s'occuper eux-mêmes de leurs affaires, à commencer par l'Alsace.

     

  • Marine Le Pen à la télé.

    diapo-1.jpg

    J'ai regardé la télé avant hier soir. Cela valait Hercule Poirot, ou les petits meurtres d'Agatha Christie, les seules émissions que je regarde, à part le théâtre . Et  avant hier, avec Marine Le Pen dans l'émission  politique de France 2, ce fut du bon théâtre. Elle m'a fait coucher tard, moi le couche tôt, mais au moins avec elle on ne s'ennuie pas, pas comme avec  Fillon et ses avocaillons. On sait aussi à quoi s'en tenir, pas comme avec Macron et son site bidon, qui n'est là que pour vous faire passer à la caisse.

     Je m'en doutais un peu, mais je sais maintenant qu'il faut absolument que Marine Le Pen  soit loin devant au premier tour, et qu'elle soit ensuite battue au second. Les Français doivent l'installer durablement dans le paysage politique, car elle exprime leurs sentiments profonds, mais ils doivent ensuite l'éliminer, car elle les entrainerait dans la mauvaise direction.

    Elle est contre la construction européenne, et pour le retour à l'hexagone et à la franchouillardise, elle a tout faux. Elle fait du Mélenchon de beaux quartiers et elle est contre l'Allemagne. Elle ne comprend pas que l'Allemagne et la France sont liées pour le meilleur et pour le pire, et que sans ce mariage de raison  ( il y n'y a pas de sentiments en politique ) l'Europe est vouée à n'être que l'arrière cour de l'Amérique et le champ clos de toutes les contradictions du mondialisme.

    Dommage, car elle pourrait porter une vision gaullienne de la France , celle d'une Europe  qui  va de l'Atlantique à l'Oural. Mais une telle politique passe par l'alliance avec l'Allemagne et la réforme de l'UE. Dommage !

    Son refus de l'UE et de l'euro, est son talon d'Achille. Cela lui coutera la victoire à la prochaine élection présidentielle. Dommage !

  • l'Allemagne dort-elle encore ? Schläft noch Deutschland ?

    llema

    Lire la suite

  • L' UE attaquée sur trois fronts. Die EU wird an drei Fronten angegriffen.

    eu-flag.gifL'UE est attaquée sur trois fronts. C'est ce qu'a compris enfin un responsable européen digne de ce nom ! J'ai nommé Guy Verhofstadt, eurodéputé belge en charge des négociations pour le Brexit. Selon lui Trump, Poutine et l'islam radical menacent l'Union. C'est très exactement le cas, sauf que Trump a une alliée en Europe même, à savoir la perfide Albion de Theresa May.

    Die EU wird an drei Fronten angegriffen. Dies wird endlich von einem hohen europäischen Beamter  verstanden ! Er heisst Guy Verhofstadt und er ist der für die Brexitverhandlungen  zuständiger belgischer Euroabgeordneter. Das ist genau der Fall, nur hat Trump eine Verbündete in Europa selbst und sie heisst Theresa May das Gesicht der treulose Albio

    C'est la première menace et elle ne date pas d'hier. Depuis toujours les milieux d'affaire anglo saxons ont voulu la peau de l'euro qui remet en cause l'hégémonie du dollar.

    Das ist die erste Bedrohung. Sie ist nicht neue. Von Anfang an waren die Angel Sächsischen Handels und finanziellen Milieus gegen den Euro der die Dollarhegemonie in Frage stellt.

    La menace de Poutine  trouve son origine dans le désir de la Russie de retrouver sa grandeur perdue au détriment de ses voisins, et en rejouant Yalta avec les Anglo Saxons sur le dos de l'Europe.

    Ursprünglich  entsteht die Drohungen Poutins in sein Anliegen die  verschwundene Grosse Russlands wiederherzustellen , unter Umstanden mit Schaden für die Nachbarn. Er will Yalta noch mal mit den Angel Sachsen auf Kosten der Europäern wieder spielen.

    Beaucoup plus grave est la menace de l'islam car elle est de l'ordre de la culture, et non pas simplement de la politique. A Bruxelles on ne comprend pas  que ce n'est pas seulement l'islam radical, mais également l'islam en tant que culture théocratique et totalitaire, qui menace l'équilibre des sociétés européennes.

    Viel gefährlicher ist die Bedrohung des Islams, weil es sich, um eine kulturelle, nicht nur politische Bedrohung , handelt. In Brussel versteht man nicht dass nicht nur der radikaler Islam uns bedroht, aber der Islam  selbst als eine theokratische und totalitäre Kultur, die den Gleichgewicht der europäischen Gesellschaften  bedroht.

    Merci Guy Verhofstadt , la prise de conscience est tardive à Bruxelles, mais il n'est pas trop tard pour que vive l'Europe !

    Danke schön Herr  Guy Verhofstadt, in Brussels ist das Bewustseinwerden spät, aber es ist nicht zu spät damit es lebe Europa !  

     

  • Trump pittoresque mais pas fou.

    economist-trump.jpgC'est le nouveau visage de l'Amérique et beaucoup s'en inquiètent . Mieux vaut en rire plutôt et comprendre que Trump est la parfaite illustration de l'action politique qui consiste à dire n'importe quoi et son contraire. Trump pousse le théâtre  politique jusqu'à la caricature encore mieux que les primaires de la gauche. Mais au-delà du théâtre Trump est aussi un précurseur.

    Le personnage est pittoresque mais il n'est pas fou. Il a même  une capacité d'anticipation supérieure à celle des élites traditionnelles. Il ose dire que l'Otan est obsolète, que le Brexit sera suivi d'autres et qu'Angela Merkel a commis une faute en accueillant l'invasion migratoire.

    Trump anticipe sur une révolution conservatrice qui ne concerne pas que l'Amérique. Au delà de son discours il faut comprendre l'évolution d'un monde qui remet en cause l'ordre libéral. C'est ainsi qu'il vient de dénoncer les traités de libre échange transatlantique et  transpacifique , cela devrait nous réjouir et nous inciter nous aussi à remettre en cause un ordre libéral qui ne fonctionne plus.

    Plutôt que de regarder en arrière nos dirigeants feraient bien eux aussi de choisir les grandes remises en cause.

    Pour répondre aux vrais questions que pose Marine Le Pen je suggère à François Fillon de proposer :

    La réforme de l'Otan assortie d'un accord de coopération avec la Russie.

    La dédiabolisation du protectionnisme lorsqu'il est justifié pour sauvegarder le tissu social.

    La transformation  de la zone euro en une vraie Union Européenne définie par une frontière enfin défendue, militairement si nécessaire, y compris face à l'invasion migratoire venue du sud.

    La meilleure réponse au populisme c'est de le devancer par des solutions raisonnables à des questions incontournables que l'ordre libéral veut ignorer au profit du seul business mondialisé.

  • Nostalgie impériale anglo saxonne.

    XVM0166423c-e13c-11e6-a30c-7e0318ea1240.jpgDonald Trump et Theresa May sont les représentants d'une espèce en voie d'extinction, j'ai nommé les Wasps pour Blancs anglo saxons protestants. Ils ont la nostalgie de l'époque où ils dominaient le monde. C'est ainsi que Theresa May vient de déclarer que la Grande Bretagne et les Etats Unis peuvent de nouveau diriger le monde dans le cadre de la relation spéciale des peuples de langue anglaise.

    Elle compte aussi sur les anciennes nations du Commonwealth pour relancer l'économie britannique si le marché européen devait lui être fermé. Elle s'illusionne toutefois sur la réalité de  la " special relationship". Le cow boy Trump ne prend guère au sérieux la vieille lady anglaise et c'est désormais avec Poutine qu'il entend régler les affaires du monde. Avec les Russes, comme en 1945.

    On ne saurait se tromper plus car il est impossible de revenir à l'ordre mondial de 1950. L'attitude de Trump et de May illustre la panique des Wasps devant la dissolution de l'ordre mondial qu'ils avaient établi  après  la seconde guerre mondiale. Cet  ordre  a vécu et cela devrait faire réfléchir les  partisans réalistes d'une Union Européenne digne de ce nom. Les turbulences qui s'annoncent sont un chance pour nous Européens.

    L'UE actuelle a vécu car elle n'est qu'une entité obsolète voulue par l'Amérique  contre les Soviétiques, mais depuis la chute de l'Union Soviétique cette Europe américaine liée à l'Otan n'a plus de sens. Les faucons de l'Otan s'efforcent de faire passer Poutine pour un épouvantail pour maintenir l'alliance, mais à part les Polonais personne ne les prend au sérieux. Loin de s'affronter   Poutine  et Trump rêvent de se partager le monde et l'Europe, comme au bon vieux temps de Yalta. Cela devrait amener les Européens à rééquilibrer leurs relations entre Washington et Moscou. En d'autres termes il est temps pour l'UE de jouer de manière autonome.

    Deux scénarios sont possibles.

    En version optimiste la réforme de l'UE  et celle de l'Otan, pourrait consacrer la fin de l'ordre mis en place en 1950 et une réorganisation  fructueuse du continent. Sous réserve que  les Anglo Saxons jouent le jeu et renoncent à leurs illusions impériales. Dans ce scénario  l'Union Européenne peut  se refonder  sans eux et inclure la Russie dans le jeu.

    En version pessimiste les Anglo Saxons font tout pour en finir avec l'euro et l'UE, le continent sombre dans le chaos des nationalismes sans  aucun bénéfice pour les Anglo Saxons qui découvrent un peu tard le caractère archaïque de leurs illusions impériales.

  • Amérique d'abord ! Non Alsace d'abord !

    images0XC52UC3.jpgAmérique d'abord ! et sans doute bientôt France d'abord ! Le retour au nationalisme est la réponse la plus stupide qui soit  aux problèmes du 21 è siècle. Ceux-ci sont posés par une mondialisation devenue folle qui pousse à regarder en arrière au lieu de regarder droit devant ce qui vient.

    Ce qui vient c'est la dislocation d'une impossible mondialisation et l'avènement d'un chaos moyenâgeux  avec les cours des miracles des gueux errants, et les châteaux forts assurant un ordre et une prospérité locale.

    Au-delà des réorganisations d'ordres régionaux, comme celle de l'UE, ce sont les réponses locales et de terrain qui seront les mieux à même de répondre aux nécessités du développement durable indispensable à l'équilibre planétaire.

    La seule réponse absolument fausse c'est le nationalisme et l'illusion d'un retour à la croissance à l'ancienne du 20 è siècle. Trump a tout faux lorsqu'il pense ressusciter la métallurgie, le charbon et multiplier les infrastructures inutiles d'une Amérique qui en est déjà saturée.

    Trump c'est l'illusion de Jean-Marc Ayrault multipliée par 100. Trump veut multiplier les ND des Landes et autres bétonnages inutiles et coûteux pour ramener la croissance des années...60 !

    Trump anticipe sur les ruptures qui s'annoncent mais il ne propose que les solutions du passé. Lorsqu'il proclame Amérique d'abord ! je réponds Alsace d'abord ! car les solutions de demain seront démocratiques et citoyennes, c'est à dire relocalisées.

  • Brexit dur, UE au pied du mur.

    51512555-tete-de-pythagore - Copie.jpgLe Brexit  ainsi que  les thèses populistes et souverainistes, se fondent sur l'idée de la maîtrise d'un espace dit national contre les thèses mondialistes et européistes.

    Mais qu'entend-t-on vraiment par souveraineté nationale, et maîtrise des frontières, à l'heure où ces dernières sont abolies par un simple clic de souris,  et quand tant de voyageurs et de  marchandises parcourent le monde librement ? On peut avoir des doutes sur la possibilité d'un état de récupérer sa souveraineté dans le monde actuel.

    Il n'empêche que les électeurs de base du Brexit n'en ont pas douté. Ils ont voté contre l'immigration incontrôlée et le mondialisme envahissant qui prévaut au Royaume Uni. Dans certains milieux de petits patrons les pro Brexit voulaient  la sortie de l'UE afin de soustraire le profit au contrôle des lois sociales de Bruxelles qui protègent les droits des travailleurs européens expatriés au Royaume Uni. Le plombier polonais y avait encore plus mauvaise presse que chez nous. A noter cependant que  la City était anti Brexit afin de  maintenir un accès illimité au marché unique.

     C'est pourtant le choix qu'a fait Theresa May, elle a renoncé  à l'accès au marché unique. Placée au pied du mur par Bruxelles qui lui a fait comprendre que sans libre circulation il n'y avait pas d'accès au marché unique, elle y a renoncé en faisant le pari que la City et le mondialisme pouvaient assurer l'avenir de son pays. Pari risqué.

    Pour les milieux de la City la compensation à la perte de l'accès au marché unique consisterait à transformer le Royaume Uni en un gigantesque Hong Kong vivant de la finance mondialisée pour le plus grand profit d'une infime minorité de l'élite financière internationale basée à Londres.  Pari qui pourrait sauver Londres, mais certainement pas le reste de l'Angleterre, et quid en outre si les banques choisissaient de quitter Londres pour maintenir les avantages qu'elles ont grace à l'accès au marché unique ?

    Ajoutez à cela que l'Ecosse veut maintenir les aides européennes et pourrait bien demander son indépendance  pour rester en Union Européenne.

    En choisissant un Brexit dur Theresa May a mis le Royaume Uni au pied du mur, mais également l'UE.

    Nous en sommes là en effet parce que l'UE  (comme l'Otan)s'est montrée incapable d'évoluer et prétend maintenir un status quo datant des années 50 du siècle passé. Sans réforme visant à faire de la zone euro une vraie union ayant des frontières, des règles communes et un défense commune, l'UE est vouée à se déliter peu à peu, et l'on peut compter sur les Anglais pour y contribuer. Theresa May va proposer des traités bilatéraux à chaque pays de l'Union et il sera parfois difficile d'y résister. Morale de l'histoire : les Anglais ont tiré les premiers, c'est à l'Union de jouer maintenant.. en supposant qu'elle en soit capable.

  • voeux pour 2017 : lucidité et adaptabilité.

    sans-titre.pngDans ses vœux François Hollande a raison sur un point  " Tout peut basculer " sauf que ce basculement prévisible n'est pas nécessairement négatif. Un monde s'en va qui nous débarrasse de la gauche, cela est plutôt positif. Le problème est que celui qui vient est imprévisible, il faut donc s'y adapter, avec lucidité. 

    Soyons lucides ,  la grande marée du mondialisme et de la croissance heureuse se retire en laissant sur la plage ses épaves.Un certain monde se disloque sous nos yeux et il ne sert de rien de prétendre maintenir ce qui appartient à un autre temps.

    Voici les épaves politiques du rêve européen,  les épaves  institutionnels des états et des églises devenus archaïques, et surtout les épaves  humaines portées par le flux du rêve matériel, ces migrants et réfugiés dont nous ne savons que faire. Epaves enfin ces  pouvoirs ensablés qui ne contrôlent  plus rien face à la puissance de l'argent.

    Soyons adaptables car le moment est venu du grand tri sur la plage aux épaves. Naufragés sur l'ile de nos illusions perdues réapprenons les gestes simples de la survie. La machine automatique à nettoyer les épaves n'existe pas, il nous faut prendre la pelle et les seaux et commencer dès maintenant le grand nettoyage de la plage du désastre.

    Puissent nos dirigeants le comprendre et que 2017 soit pour eux l'année d'une nouvelle lucidité ! Puissent  ils imaginer des solutions adaptées aux maux d'un monde sans repères devenu imprévisible. Bonne année donc aux esprits lucides et agiles qui devront réinventer le monde !

     

  • Vers le condominium mondial des pétroliers russes et américains ?

    112866912.jpgLes USA contre  la Russie ? Cette idée appartient au passé. Avec la nomination du patron d'Exxon à la tête de la diplomatie américaine Trump envoie un signal clair aux Russes, à savoir que les pétroliers russes et américains ont des intérêts communs face à l'OPEP et à la boulimie énergétique chinoise.

    L'alliance avec l'UE à travers l'Otan a définitivement perdu de son intérêt aux yeux des USA. Les Européens feraient bien d'en tirer les conséquences stratégiques, mais ensemble, et non chacun séparément, faute de quoi leur déchéance collective est programmée.