Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité nationale et internationale

  • Migrants : retour au Droit ?

    obj05975.jpgLe grand progrès dans la question des migrants est qu'elle ne peut plus être noyée dans les bons sentiments. En Italie, certaines ONG sont dans le collimateur des autorités parce qu'elles sont enfin reconnues pour ce qu'elles sont, à savoir des organisations de passeurs. C'est ce qui explique que le gouvernement italien leur propose " un code de bonne conduite" que la plupart refuse en démontrant ainsi leur mauvaise foi et leur gauchisme viscéral.

    De son côté le gouvernement libyen vient d'interdire "tout navire étranger" près de ses côtes; ce qui ne plait pas aux passeurs de l'humanitaire.

    Ce retour au Droit est peut-être le début d'un semblant de cohérence dans la gestion d'un problème international récurrent, exigeant à la fois la prise en charge des réfugiés, les vrais, et le traitement  à sa source de la misère à l'origine de migrations déstabilisantes à la fois pour l'Afrique et pour l'Europe..

     

  • Emeutes de Charlotesville : tout "bénef" pour Trump.

    140.jpgRien à faire, la bien pensance médiatique ne comprendra jamais qu'elle est parfaitement contreproductive . Elle s'étouffe d'indignation parce que Trump, très justement, a condamné la violence globalement et non pas spécifiquement la violence bête et méchante de l'extrême droite, or celle-ci n'est ni meilleure ni pire que la violence des bon sentiments de l'extrême gauche.

     La violence gratuite est condamnable. Point. Faire de la morale anti raciste perpétuellement dans les médias rend enragé le petit blanc du Kentucky, comme celui de France ou de Navarre, ceux qui votent finalement Le Pen ou Trump. Que les bien pensants, souvent bien friqués, cessent de nous bassiner avec leur morale à sens unique, et les petits blancs apparaitront pour ce qu'ils sont, à savoir des citoyens comme les autres qui ont besoin d'être compris et entendus eux aussi dans leurs difficultés..

  • Le temps des démocratures.

    200px-De_Gaulle-OWI.jpgIls rêvent tous de lui ressembler , lui le premier démocrateur européen.

    De Gaulle vint au pouvoir porté par le peuple et il mit  en place ses réformes parce qu'il avait mis fin au régime des partis et remodelé la Constitution. En 2017 dans une Europe en crise d'aucuns rêvent de démocrature. Une démocrature ce n'est pas une dictature mais ce n'est plus tout à fait la démocratie molle du Droit de l'homéisme  soumise au diktat des juges.

    Les démocrateurs sont au pouvoir en Turquie bien sûr, mais aussi en Hongrie et en Pologne. Celle-ci de manière typique vient  de mettre un terme au gouvernement des juges, tout comme l'a fait Erdogan en Turquie. Et par juges il s'agitd'abord de ceux de Bruxelles et du lobby international des Droits de l'homéisme.


    Et en France ? En France Emmanuel Macron a réussi sa forme de populisme là où Marine Le Pen a échoué, parce qu'il a compris qu'il faut ménager Bruxelles pour accéder au pouvoir . Mais  s'il veut réformer le pays en profondeur il est voué à devenir un démocrateur lui aussi. La démocratie, surtout locale, en sera affaiblie. Pas trop espérons-le car déjà les Français, (et pas seulement les militants d'En Marche attachés à la démocratie participative ) découvrent qu'ils ont donné le pouvoir à un petit caporal, pour le meilleur ou pour le pire.

    Premier bilan de notre démocrateur :

    Le meilleur : bon départ à l'international où il fait bonne figure. Bonnes décisions industrielles stratégiques, restauration de l'image présidentielle. Mise en oeuvre des réformes annoncées. Bonne gestion de la crise migratoire : on se concentre sur les vrais réfugiés et l'on ne craint plus d'expulser la majorité des faux demandeurs d'asile.

    Le pire : accentuation du jacobinisme centralisateur. Populisme technocratique , c'est parti pour le gaspillage olympique et l'impasse nucléaire de plus en plus coûteuse. La "com" est au pouvoir plus que jamais, aux dépens du vrai débat démocratique et de la réalité du pays. La com note la chute dans les sondages mais elle ne s'inquiète pas, elle est le vrai pouvoir en démocrature.

     

     

     

  • JO, foot et politique : de quoi vomir de dégoût!

    sans-titre.pngA l'heure même où est passée une loi de moralisation de la vie politique le tam tam médiatique se déchaîne à propos de deux nouvelles qui font vomir, à savoir l'obtention par la France des JO, et l'arrivée d'un type qui vaut 222 millions au PSG, car telle est la volonté des émirs du Qatar.

    De quoi vomir vous dis-je, car ces deux nouvelles illustrent parfaitement la puissance et l'influence des lobbies financiers qui gouvernent le monde en manipulant les marionnettes de la politique, Emmanel Macron compris.

    On aurait pu penser que le nouveau président serait différent, mais il se diffère très peu au fond des Hollande et autres Sarkozy aux ordres du Qatar et de l'Arabie Saoudite, avec les résultats que l'on sait en Lybie et en Syrie. Le gouvernement met les Français au régime sec, mais il veut des jeux ruineux dont personne ne veut parce qu'il est soumis à l'influence des lobbies privés du sport qui  s'engraisseront aux dépens des finances publiques. Quant au foot il est lui aussi entièrement dominé par des intérêt privés, essentiellement arabes .

    Les lobbies sont le vrai pouvoir jupitérien,  et notre président n'est qu'un petit caporal soumis aux ordres de parrains orientaux qui disposent de nombreux sous fifres  parmi nos politiciens. Rachida Dati ou Le Guen pourraient nous en dire quelque chose. A vomir vous dis-je !

  • Région Alsace : propos de foire aux vins !

    imagesD9GUX10O.jpgSource DNA du 28 juillet 2017.

     

    Dans la chaude ambiance de la foire aux vins de Colmar, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. L'occasion de propos qui ne mangent pas de pain  et qui accompagnent bien le Gewürtztraminer. Philipe Richert a donc déclaré qu'il souhaitait que l' Alsace retrouve sa place, et qu'il fallait répondre aux interrogations légitimes des Alsaciens.

    Dont acte, mais il serait temps que les positions se clarifient face à un pouvoir parisien de plus en plus centralisé. Et cela d'autant plus que pour les Républicains la question de la décentralisation est le seul espace d'opposition qui leur reste face au pouvoir sans partage d'Emmanuel Macron. Celui-ci réussit à ce jour un sans fautes qui ne laisse aucune place à une opposition républicaine très proche de ses idées et de sa politique. La question de la décentralisation et de la réforme régionale est le seul espace où les Républicains pourraient s'opposer avec crédibilité. Qu'attendent-ils pour le faire au-delà des propos de foire aux vins ?

  • Armées : com gouvernementale et réalités de terrain.

    140.jpgLa relance de la polémique  sur la démission de Pierre de Villiers est une preuve de la faiblesse d'Emmanuel Macron dans le domaine militaire. On peut être chef des armées et parfaitement incompétent sur le sujet en ignorant les réalités de terrain. Castaner le " communicant" officiel du gouvernement a relancé stupidement la polémique en traitant Pierre de Villiers de "poète revendicatif".

    Entre un poète et un joueur de pipeau je préfère le poète.

  • Démission de Pierre de Villiers : justifiée.

    51512555-tete-de-pythagore - Copie.jpgLa démission du général Pierre de Villiers est justifiée quand on connaît l'état réel de nos armes. Le président sait il qu'un pilote d'hélicoptère chargé de transporter des commandos doit acheter lui même le harnais qui lui permettra d'être hélitreuillé ?

    Et que dire des primes qui ne sont payées qu'avec des années de retard ?

    Certes le président doit exiger partout les sacrifices nécessaires au redressement des comptes de l'état mais s'agissant des forces armées il lui faut mesurer juste les sacrifices qu'il exige, l'alternative  étant le repli de nos forces des théâtres extérieurs.


    La France est à la limite de ses possibilités, et seul un effort de défense européen permettrait d'assurer la protection de nos frontières et des zones d'influence du continent. Le président l'a compris et les Allemands commencent aussi à le comprendre, mais en attendant la défense européenne, la France doit tenir seule pour l'Europe, et cela n'est pas compatible avec de nouvelles coupes budgétaires dans le budget des armées.

    La démission de Pierre de Villiers est un avertissement. Puisse le président le comprendre et faire des économies dans les nombreux budgets parasites d'agences d'état trop souvent inutiles !  Economie et chasse au gaspillage vont de pair . La grande muette ne doit pas payer les erreurs et les lâchetés clientélistes des politiques.

     

  • Le vieux fou et le petit prince machiavélique.

    sans-titre.pngOui ce fut un beau 14 juillet comme on les aime, une parfaite illustration de l'incommensurable futilité de la politique, mais le spectacle y était et, au-delà des symboles, une réalité qui flatte mes tripes gauloises : la France est de retour. Et cela pour deux raisons. La première est que l'Amérique est dirigée par un vieux fou imprévisible qui  la décrédibilise et rend dangereuse sa puissance intacte, la seconde est que la France a à sa tête quelqu'un qui pratique la Realpolitik. A Trump le blabla et les symboles mais avec Angela on parle sérieusement de la défense européenne et du rôle que l'UE doit jouer pour utiliser sa puissance, douce mais réelle.

    Le vieux fou ne cessera pas de nous surprendre mais mon admiration pour le petit prince se nuance de réserves quand je pense à la faiblesse de la vie démocratique dans ce pays centralisé où seul compte le fait du Prince.

    Bravo au sans faute du petit Prince à ce jour, mais combien plus j'aimerais vivre dans une France où les individus n'auraient pas besoin du Prince, étant suffisamment adultes pour se gouverner eux-mêmes comme le font si bien nos voisins suisses !

  • Migrants : le tonneau des Danaïdes.

    obj05975.jpgLa situation ne cesse d'empirer mais l'on attend en vain de l'UE la seule décision qui s'impose, à savoir d'attaquer le mal à la racine en Lybie en y faisant le tri entre vrais et faux réfugiés.

    Un progrès cependant, pour la première fois le rôle des ONG comme passeurs a été souligné par les responsables de l'UE réunis en session de crise. Ce n'est qu'un début car ce ne sont pas les quelques milliards donnés à l'Italie qui remplaceront une vraie politique d'accueil et de refoulement sélectif aux frontières de l'UE. Sans cette  politique globale la gestion actuelle du problème revient à prétendre vider le tonneau des Danaïdes.

    En attendant on amuse le peuple avec les JO !

     

  • L'incommensurable imposture de la posture anti-raciste.

    51512555-tete-de-pythagore - Copie.jpgEmmanuel Macron nous change enfin de ces dirigeants qui n'osent ouvrir la bouche avant d'avoir le feu vert de la Licra ou d'SOS racisme. Le président ose plaisanter là où il y a de quoi plaisanter.

    Mais c'est kwasa !c'est kwasa ! coassent déjà les bon esprits,  le président ne peut se permettre aucun dérapage disent-ils.

    Mais justement où sont les dérapages sinon dans les postures intellectuelles tordues qui interdisent  toute relation naturelle entre les races et les cultures. Pourquoi voudriez vous que j'écrive par exemple " un homme de couleur noir" ou un "black" pour désigner un noir ?

    C'est pourtant ainsi que cela se passe, et passons sur les histoires juives que l'on se raconte...entre juifs mais qui sont interdites aux non juifs !

    Cette imposture de l'anti racisme conduit tout droit au déni de réalité comme par exemple lorsque le président constate que l'explosion démographique africaine et la fécondité des femmes africaines sont un obstacle au démarrage économique du continent noir...pardon du continent " black".