Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le régionalisme, pour quoi faire ?

  • Unser land : le bon choix.

    images0XC52UC3.jpgLe choix du deuxième tour est presque impossible pour les Alsaciens. Difficile de choisir entre le nationalisme régressif de Marine Le Pen et la mondialisation libérale d'Emmanuel Macron, cette mondialisation qui nivelle les êtres, les cultures, les économies au mépris des valeurs autres que celles de l'argent.

    Parce qu'ils sont au coeur de l'Europe les régionalistes alsaciens ne peuvent soutenir Marine Le Pen qui veut supprimer les régions et remet en cause le projet européen. Emmanuel Macron l' européen ne peut être qu'un choix par défaut car ce technocrate mondialisé est à mille années lumière des préoccupations de terrain qui sont les nôtres. La vérité est que pour nous l'élection qui compte sera l'élection des députés à l'Assemblée Nationale qui suivra l'élection du nouveau président.

    Faute d'un mouvement régionaliste alsacien plus large, Unser Land représente aujourd'hui le meilleur choix des régionalistes. Ce mouvement de centre gauche a un programme novateur  qui sera proposé au choix des électeurs alsaciens les 11 et 18 juin prochain.

    Parmi les propositions annoncées mentionnons : la suppression de l'ENA, la simplification du code du travail, le développement de l'agriculture bio, le retour de la sécurité à l'école, la mise en place d'une aide sociale unique liée à quelques heures de travail bénévole dans une association. Enfin et surtout Unser Land demande que l'Alsace bénéficie d'un statut semblable à celui de la Corse.

    Conclusion. Unser Land présente un programme parfaitement raisonnable qui offre le meilleur choix pour notre région. Dans une Alsace gérée pour son malheur par de prétendus "républicains"et sous influence d'un FN très jacobin Unser Land représente désormais la seule opposition crédible.

  • J'ai voté n'importe quoi mais je me soigne !

    photo_urne_standard_100_BL.jpgEntre Macron et Fillon ma raison hésitait mais j'ai choisi Le Pen  car je suis très en colère et j'ai eu besoin de me défouler. J'ai voté avec mes tripes au premier tour mais maintenant je vais voter Macron  au second car il est pro européen et non partisan du repli nationaliste.

    Mais ma colère n'est pas calmée pour autant et je n'attends rien de Paris et des banques.  Je suis en colère car mon idée d'une France décentralisée et régionalisée n'est pas défendue dans le débat. Je suis en colère parce que les élites ont failli à leur devoir qui est d'abord celui de l'exemple moral. Je suis en colère parce qu'une idée positive et constructive de l'Europe est absente du débat. 

    En colère mais pas déraisonnable car la politique consiste à gérer la médiocrité des hommes et des situations et accepter des compromis avec les réalités.

    Des compromis et non des compromissions, car si nos élites devaient continuer à trahir le peuple alors un jour peut-être au second tour je finirais par voter déraisonnable.

     

     

     

     

     

     

  • "Je vous rendrai l'Alsace"

    sans-titre.pngEn meeting à Monswiller Marine Le Pen a confirmé qu'elle veut supprimer les régions mais en même temps elle a annoncé à un public conquis, je cite " Je vous rendrai l'Alsace".

    Comment peut-elle ainsi affirmer une chose et son contraire ? Les Alsaciens seront nombreux à voter pour elle,mais il est à craindre qu'ils ne soient victimes d'une promesse qui n'engage que ceux qui y croient,comme disait en son temps cet escroc nommé Chirac.

  • 11 petits jacobins à la télé.

    121894_fr_lestroissi.jpg Je n'ai pas suivi le débat car entre Mélenchon, Macron, Fillon ou Hamon je préfère Cromagnon et j'ai passé ma soirée télé en regardant le magnifique film intitulé Premier Homme présenté par M6. Je n'ai pas voulu perdre mon temps à regarder la brochette de jacobins qui prétend gouverner ce pays sans comprendre la cause du mal français, à savoir la centralisation administrative et le colbertisme économique qui étouffent les forces vives de ce pays.

    Un débat entre jacobins consiste à ne rien dire, ne rien voir et ne rien entendre de la réalité de ce pays. Pas un mot sur la Guyane par exemple mais des abstractions parisiennes pour gérer une république prétendument une et indivisible qui craque de toutes parts.

    A Paris c'est si facile de dire que l'Alsace n'existe plus (Hollande ) ou que l'on va supprimer les Régions ( la Le Pen) mais face à l'invasion migratoire qui aggrave l'incurie en Guyane ou à Mayotte, nos jacobins ne savent que faire faute de remettre en cause le modèle centralisé de la gestion de ce pays.

    Malheureusement pour eux les faits sont têtus et tôt ou tard il faudra bien poser les problèmes correctement dans ce pays mais aussi au plan européen.

  • Paul Mumbach obtiendra-t-il ses signatures ?

    images0XC52UC3.jpgNicolas Dupont-Aignan a protesté contre l'exclusion des petits candidats des débats de l'élection présidentielle, à juste titre car s'il est juste d'éliminer les candidatures fantaisistes sa participation au débat serait parfaitement justifiée.

    Il en est de même de l'Alsacien Paul Mumbach qui essaie de représenter les idées régionalistes et fédéralistes. S'il n'obtient pas ses signatures  et ne parvient pas à s'exprimer,  ce sont les nationalistes du FN qui profiteront de la protestation régionaliste.

    A l'heure où la justice d'une part, et les médias de l'autre, tentent de manipuler le scrutin présidentiel  avec des mises en accusation prématurées ou absurdes ( cas de Marine Le Pen et ses images de Daesh )  et  des sondages manipulés ( coucou revoilà Juppé aujourd'hui !)  l'honneur de la démocratie consiste à permettre l'expression de toutes les nuances de l'opinion. A ce jour la voix des partisans d'une France régionalisée, voire fédéralisée ne peut se faire entendre; ce qui est scandaleux tout simplement.

    Pour ma part si Paul Mumbach n'est pas présent dans le débat, je voterai protestataire au premier tour, à contre cœur et la rage au cœur face à la confiscation de la démocratie imposée par le système politico médiatique.

  • Chacun pour soi et Dieu pour tous !

    XVM0166423c-e13c-11e6-a30c-7e0318ea1240.jpgChacun pour soi et Dieu pour tous ! C'est le message de Trump et du Brexit. Message entendu puisque les Ecossais et les Irlandais ont des idées sur le sujet, tout comme les Californiens qui eux aussi commencent à rêver d'indépendance. Après le Brexit le problème grec va resurgir  avec de nouvelles ruptures en perspective. Ajoutez l'invasion migratoire incontrôlée qui y contribue également.

    N'oublions pas non plus les  Catalans qui progressent vers l 'indépendance.

    Pas de ça en France me direz-vous. Pour l'instant mais c'est la tendance. Les prochaines élections, présidentielle et législatives, auront le mérite de nous débarrasser d'une classe politique aveugle et corrompue. Macron ou Le Pen peu importe, le résultat sera le même. Mais ensuite la France se retrouvera face à des problèmes qui la divisent de plus en plus et posent inévitablement  la question des territoires. Par là il faut entendre les territoires de banlieues hors la loi, mais également ceux qui ont intérêt à se désolidariser du n'importe quoi national. Les Corses ont une longueur d'avance sur la question,  mais d'autres territoires ont intérêt à s'occuper eux-mêmes de leurs affaires, à commencer par l'Alsace.

     

  • Amérique d'abord ! Non Alsace d'abord !

    images0XC52UC3.jpgAmérique d'abord ! et sans doute bientôt France d'abord ! Le retour au nationalisme est la réponse la plus stupide qui soit  aux problèmes du 21 è siècle. Ceux-ci sont posés par une mondialisation devenue folle qui pousse à regarder en arrière au lieu de regarder droit devant ce qui vient.

    Ce qui vient c'est la dislocation d'une impossible mondialisation et l'avènement d'un chaos moyenâgeux  avec les cours des miracles des gueux errants, et les châteaux forts assurant un ordre et une prospérité locale.

    Au-delà des réorganisations d'ordres régionaux, comme celle de l'UE, ce sont les réponses locales et de terrain qui seront les mieux à même de répondre aux nécessités du développement durable indispensable à l'équilibre planétaire.

    La seule réponse absolument fausse c'est le nationalisme et l'illusion d'un retour à la croissance à l'ancienne du 20 è siècle. Trump a tout faux lorsqu'il pense ressusciter la métallurgie, le charbon et multiplier les infrastructures inutiles d'une Amérique qui en est déjà saturée.

    Trump c'est l'illusion de Jean-Marc Ayrault multipliée par 100. Trump veut multiplier les ND des Landes et autres bétonnages inutiles et coûteux pour ramener la croissance des années...60 !

    Trump anticipe sur les ruptures qui s'annoncent mais il ne propose que les solutions du passé. Lorsqu'il proclame Amérique d'abord ! je réponds Alsace d'abord ! car les solutions de demain seront démocratiques et citoyennes, c'est à dire relocalisées.

  • Pitié pour le drapeau alsacien !

    images0XC52UC3.jpgPitié pour le drapeau alsacien ! Cet emblème historique et patrimonial devra-t-il être protégé par l'UNESCO pour ne plus subir les injures de cinéastes mal intentionnés ou mal informés qui l'associent à la haine jacobine d' extrême droite  pour toute forme de démocratie locale et de régionalisme ?

    Le film Chez nous est une manipulation politique et une insulte à l'Alsace qui ne peut que pousser les électeurs de notre région à voter FN. Quant aux défenseurs régionalistes de ce drapeau, à ce jour, ils brillent surtout par leur nullité politique, incapables qu'ils sont de créer un mouvement régionaliste alsacien unifié.

  • Faut-il désespérer des régionalistes alsaciens ?

    images0XC52UC3.jpgPartout en Europe les régionalistes ont le vent en poupe. Il pourrait en être de même en Alsace si les régionalistes alsaciens se montraient raisonnables au-delà des a priori  d'un autre âge qui les divisent encore. Unis au service de la démocratie de proximité contre la dictature soft du jacobinisme de droite ou de gauche ils deviendraient les maitres du jeu.

    Unser Land et Alsace d'abord doivent impérativement trouver un accord pour présenter des candidats communs aux prochaines législatives si les régionalistes veulent créer la surprise à laquelle ils peuvent prétendre raisonnablement s'ils sont unis.

    Pour cela il leur faut comprendre que les notions de droite et de gauche sont artificielles comme le montrent les querelles au sein des partis nationaux. En outre les marqueurs identitaires et écologiques font partie de l'offre globale des partis et ne doivent pas masquer le vrai marqueur, commun à tous le régionalistes, à savoir que le régionalisme c'est d'abord le choix de la démocratie locale proche des citoyens. C'est un choix  qui ne concède à l'état central que les prérogatives régaliennes de la justice, de la défense et du maintien de l'ordre intérieur.

    Sur cette base les régionalistes alsaciens devraient être capables de présenter des candidatures  communes en offrant une alternative crédible aux Républicains et à la gauche. Faute de quoi les électeurs se tourneront massivement vers le FN, la pire des choix pour notre région.

    Les régionalistes alsaciens sauront il faire preuve de maturité politique ou faut-il désespérer d'eux ?

  • Pour que vive l'Europe, il faut ....

    eu-flag.gifPour que vive l'Europe il faut :

    écouter la plainte des peuples qui disent non à ce qu'elle n'est pas.

    séparer l'Etat de la Nation sur un modèle confédéral à la suisse.

    refonder l'Union Européenne avec les seules entités nationales qui définiraient ensemble les frontières de l'Union.

    respecter les souverainetés nationales et refonder l'Union Européenne sur les seules fonctions régaliennes d'un Etat européen défini par le Droit européen, mis au service d'une Force de défense européenne au sein, ou au besoin, en dehors de l'Otan.

    Soumettre la libre circulation des personnes à la souveraineté des états de l'Union.

    Fermer les frontières de l'UE à toute immigration non contrôlée.

    Limiter la libre circulation des biens, des services et des capitaux aux seuls états acceptant les règles du marché unique.

    Donner à la Banque européenne les capacités d'une vraie banque nationale de l'UE.

    Créer un gouvernement économique de la zone euro.

    Abolir le Parlement européen et le transformer en musée de la démocratie et des droits de l'homme.

    Donner le pouvoir à un Directoire Consulaire des chefs d'états européens acceptant les conditions ci-dessus définies. Le Premier Consul ayant rang d'animateur de l'action politique européenne secondé par un Second Consul chargé de la diplomatie concertée de l'Union.

    Bien sûr ceci n'est qu'un rêve mais l'UE c'est encore l'avenir, et non le repli nationaliste. François Fillon saura-t-il associer l'amour de la France à une vision pour l'UE de demain ? Si oui il sera un grand président, si non tôt ou tard le nationalisme archaïque achèvera l'UE et les nations européennes avec.