Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le régionalisme, pour quoi faire ?

  • Région Alsace : propos de foire aux vins !

    imagesD9GUX10O.jpgSource DNA du 28 juillet 2017.

     

    Dans la chaude ambiance de la foire aux vins de Colmar, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. L'occasion de propos qui ne mangent pas de pain  et qui accompagnent bien le Gewürtztraminer. Philipe Richert a donc déclaré qu'il souhaitait que l' Alsace retrouve sa place, et qu'il fallait répondre aux interrogations légitimes des Alsaciens.

    Dont acte, mais il serait temps que les positions se clarifient face à un pouvoir parisien de plus en plus centralisé. Et cela d'autant plus que pour les Républicains la question de la décentralisation est le seul espace d'opposition qui leur reste face au pouvoir sans partage d'Emmanuel Macron. Celui-ci réussit à ce jour un sans fautes qui ne laisse aucune place à une opposition républicaine très proche de ses idées et de sa politique. La question de la décentralisation et de la réforme régionale est le seul espace où les Républicains pourraient s'opposer avec crédibilité. Qu'attendent-ils pour le faire au-delà des propos de foire aux vins ?

  • Sortir du Grand Est : un préalable.

    sans-titre.pngPour Frédéric  Bierry et Eric Straumann, tous deux députés LR, la sortie du Grand Est constitue "un préalable indispensable " à la création d'une nouvelle collectivité alsacienne.

    "L'enjeu est de rendre à l'Alsace la maîtrise de son destin, de son développement et de sa réussite"

    Question :  Cet objectif n'est-il pas inévitablement lié à la redéfinition du rapport des élus aux territoires ? C'est  à dire à la volonté gouvernementale de réduire le nombre des élus.

    Une belle occasion de poser la question de la réforme du Sénat comme Assemblée des Territoires faisant des Sénateurs les premiers représentants des régions. Associer réforme territoriale et réforme du statut des élus voilà  un chantier qui pourrait donner corps à une opposition responsable et source de propositions constructives.

    Nul doute qu'Eric Straumann et Frédéric Bierry ne soient capables de porter cette opposition constructive à la lamentable réforme territoriale de François Hollande.

  • Législatives 2017:la vraie opposition commence à apparaître.

    photo_urne_standard_100_BL.jpgLe macronisme triomphant c'est  la toute puissance de la technocratie de gauche et de droite, le reste, l'opposition parlementaire de droite ou de gauche n'est plus que littérature pour commentateurs destinés  à amuser la galerie. Et pourtant la vraie opposition vient d'entrer à l'Assemblée Nationale dans le silence général.

    En effet, soit qu'ils soient victimes d'auto intoxication contractée dans les antichambres parlementaires, soit même qu'ils aient reçu la consigne de ne pas en parler, ces mêmes commentateurs ont complètement zappé le fait marquant de ce scrutin, à savoir le succès des nationalistes corses qui envoient trois députés à l'Assemblée Nationale après avoir pris le pouvoir dans l'Assemblé Régionale corse. De plus, et là encore silence des commentateurs, là où la droite parlementaires sauve les meubles comme en Alsace, elle le doit à la consigne de vote des régionalistes qui ont soutenu le bloc informel des candidats alsaciens partisans de  la création d'une collectivité territoriale alsacienne.

    Le cas est particulièrement frappant à Colmar où le triomphe  d'Eric Straumann est dû à son enracinement local, son sérieux dans le travail parlementaire mais aussi au petit coup de pouce de celles et ceux qui ont voulu le remercier de son engagement sans failles pour la création d'une collectivité territoriale alsacienne.

    Quand on ajoute qu'au Royaume Unie ou En Espagne ou en Irlande, les vraies oppositions sont désormais celles des défenseurs des régions,on voit qu'en France aussi la seule et authentique opposition au macronisme technocratique ne peut venir que des rang des défenseurs  des territoires.

  • EM pour Et Maintenant ?

    photo_urne_standard_100_BL.jpgEt maintenant que va faire le président de la majorité confortable que le pays lui a donnée ? Une majorité mais le pays reste méfiant et grondeur. Le poids de l'abstention est un avertissement et l'on peut compter sur Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen pour rappeler au président les vérités qui dérangent, à savoir que la casse sociale n'est pas acceptable, non plus que l'invasion migratoire pseudo humanitaire.

    Quant à nous régionalistes nous ne cesserons de rappeler que la réforme c'est aussi la remise en cause de la pseudo réforme territoriale. L'Alsace a maintenant suffisamment de députés acquis à la collectivité unique pour le rappeler au président. Et maintenant en marche pour de bon, en précisant rapidement où l'on va. Simple bulle médiatique artificielle au départ le mouvement En Marche est porteur d'espoir. Puisse cet espoir ne pas être déçu !

     

  • Le régionalisme alsacien au second tour à Colmar.

    photo_urne_standard_100_BL.jpgUnser land  n'a obtenu que la moitié du pourcentage électoral qui est le sien. Les électeurs alsaciens ont préféré exprimer leur ras le bol et leurs frustrations en votant En Marche pour mieux sortir les sortants, de droite comme de gauche.

    A noter qu'à Colmar Eric Straumann résiste et est bien placé pour devenir le rescapé LR et un futur poids lourd de l'opposition. Ses positions résolument opposées à la réforme territoriale et en faveur d'une collectivité unique alsacienne en font le champion naturel de notre région. Son adversaire du second tour Stéphanie Vuillemin n'exclut pas toutefois la constitution d'un département alsacien mais elle se refuse à mettre en cause la réforme territoriale de Hollande. Avantage Straumann.

     

  • Et si les régionalistes alsaciens devenaient enfin sérieux ?

    images0XC52UC3.jpg

    Marine Le Pen  a été battue parce qu'elle a incarné le passé et le refus de l'avenir européen de la France  Au contraire Emmanuel Macron  incarne l'ultime espoir d'une réforme de la France et de la construction européenne.

    Ultime espoir car son élection n'est qu'une élection par défaut et  non un chèque en blanc. Il faut maintenant le prendre au mot  et nous mettre en marche nous aussi en Alsace, avec lui s'il sait nous entendre, sinon en poursuivant le chemin d'une opposition sans faille au système et à Paris, c'est à dire en soutenant les candidats régionalistes aux prochaines législatives.

    Encore faudrait-il pour cela que les candidats régionalistes fassent preuve de sérieux. Or que constate-t-on ? Qu'il existe pluralité de candidatures régionalistes, les unes sous étiquette Alsaciens réunis les autres soutenues par Unser Land

    A ce jour un large mouvement régionaliste pourrait se mettre en marche mais hélas ce n'est pas le cas. Il faut donc voter utile en soutenant Unser Land  au premier tour car  ce mouvement est le plus expérimenté

    Au second tour, sauf si le candidat régionaliste est bien placé, il faudra soutenir En Marche plutôt que les Républicains ou le FN, car la remise en cause des partis par En marche est  positive au plan régional également.

    Les régionalistes n'ont rien à perdre à soutenir En marche au second tour, la première entrevue de Philippe Richert avec le nouveau gouvernement a en effet confirmé son soutien  au Grand Est et à la poursuite d'une déconcentration menée de Paris, à l'opposé de nos convictions. Aucun intérêt donc à le soutenir lui et  les Républicains, mieux vaut aider  En Marche à dynamiter un système verrouillé.

     

    .                                                                                        

  • Contre l'arnaque aux étiquettes votez régionaliste !

    images0XC52UC3.jpgVotez ce drapeau, votez régionaliste pour ne pas être victime d'une arnaque à l'étiquette !

    Au plan national les législatives se profilent et nul ne sait plus qui est qui , quoi est quoi , et ce qu'il se cache sous quelque étiquette politique que ce soit. C'est l'effet Macron.

    En Alsace on peut voter dans la clarté en votant pour les régionalistes qui annoncent clairement leurs couleurs. Voter régionaliste  c'est voter européen et transfrontalier dans  l'intérêt de l'Alsace et la défense de nos libertés locales. Voter régionaliste c'est refuser le chaos politique national qui s'annonce !

    Le régionalisme c'est maintenant, c'est le parti de celles et ceux qui sont en marche, mais en marche pour l'Alsace dans la défense de leurs intérêts bien compris.

  • J'ai voté n'importe quoi mais je me soigne !

    photo_urne_standard_100_BL.jpgEntre Macron et Fillon ma raison hésitait mais j'ai choisi Le Pen  car je suis très en colère et j'ai eu besoin de me défouler. J'ai voté avec mes tripes au premier tour mais maintenant je vais voter Macron  au second car il est pro européen et non partisan du repli nationaliste.

    Mais ma colère n'est pas calmée pour autant et je n'attends rien de Paris et des banques.  Je suis en colère car mon idée d'une France décentralisée et régionalisée n'est pas défendue dans le débat. Je suis en colère parce que les élites ont failli à leur devoir qui est d'abord celui de l'exemple moral. Je suis en colère parce qu'une idée positive et constructive de l'Europe est absente du débat. 

    En colère mais pas déraisonnable car la politique consiste à gérer la médiocrité des hommes et des situations et accepter des compromis avec les réalités.

    Des compromis et non des compromissions, car si nos élites devaient continuer à trahir le peuple alors un jour peut-être au second tour je finirais par voter déraisonnable.

     

     

     

     

     

     

  • "Je vous rendrai l'Alsace"

    sans-titre.pngEn meeting à Monswiller Marine Le Pen a confirmé qu'elle veut supprimer les régions mais en même temps elle a annoncé à un public conquis, je cite " Je vous rendrai l'Alsace".

    Comment peut-elle ainsi affirmer une chose et son contraire ? Les Alsaciens seront nombreux à voter pour elle,mais il est à craindre qu'ils ne soient victimes d'une promesse qui n'engage que ceux qui y croient,comme disait en son temps cet escroc nommé Chirac.

  • 11 petits jacobins à la télé.

    121894_fr_lestroissi.jpg Je n'ai pas suivi le débat car entre Mélenchon, Macron, Fillon ou Hamon je préfère Cromagnon et j'ai passé ma soirée télé en regardant le magnifique film intitulé Premier Homme présenté par M6. Je n'ai pas voulu perdre mon temps à regarder la brochette de jacobins qui prétend gouverner ce pays sans comprendre la cause du mal français, à savoir la centralisation administrative et le colbertisme économique qui étouffent les forces vives de ce pays.

    Un débat entre jacobins consiste à ne rien dire, ne rien voir et ne rien entendre de la réalité de ce pays. Pas un mot sur la Guyane par exemple mais des abstractions parisiennes pour gérer une république prétendument une et indivisible qui craque de toutes parts.

    A Paris c'est si facile de dire que l'Alsace n'existe plus (Hollande ) ou que l'on va supprimer les Régions ( la Le Pen) mais face à l'invasion migratoire qui aggrave l'incurie en Guyane ou à Mayotte, nos jacobins ne savent que faire faute de remettre en cause le modèle centralisé de la gestion de ce pays.

    Malheureusement pour eux les faits sont têtus et tôt ou tard il faudra bien poser les problèmes correctement dans ce pays mais aussi au plan européen.