Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alsace

  • Lettre ouverte d'Alsace d'Abord aux députés ump

    Lettre ouverte  à Richard Mallié, Frédéric Lefèbvre, Jean-Luc Warsmann
    et aux quelques députés UMP qui veulent maintenir le référendum obligatoire
    pour l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne.

    par Jacques Cordonnier, président du mouvement régionaliste Alsace d'abord


    Strasbourg, le 8 juillet 2008

    Jacques-Cordonnier.JPGMessieurs les députés,

    Les discussions chaotiques sur le projet de réforme constitutionnelle, au sein même de la formation politique à laquelle vous appartenez, montrent l'importance du point 33 du texte gouvernemental. Les tractations à rebondissements entre députés et sénateurs de l'UMP, les marchandages entre l'Élysée et une partie des députés de l'UMP sur la question du référendum pour ratifier les futures adhésions à l'Union européenne, et en particulier celle de la Turquie, créent, comme vous le savez, un profond malaise chez les Français.

    Ce référendum voulu par Jacques Chirac en 2005 a été voté par les parlementaires de l'UMP sous la houlette de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur et président de l'UMP. Ces mêmes parlementaires s'apprêteraient, trois ans plus tard, à retirer le référendum obligatoire de la constitution, à la demande du président de la République ? Le référendum pour la Turquie et le Monténégro, jugé bon par les parlementaires UMP il y a trois ans, deviendrait inutile aujourd'hui ?

    La question de l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne est une question essentielle pour l'avenir de l'Europe ; elle fait de l'article 33 le point crucial du projet de loi constitutionnelle. Les Français, en grande majorité, sont hostiles à l'entrée de la Turquie dans l'Union. Si la ratification par référendum était supprimée, les électeurs n'auraient plus de doute sur le double langage qui leur est tenu depuis tant d'années. Ils pourraient s'en souvenir aux prochaines élections européennes. Ce serait une nouvelle fois le projet européen qui en ferait les frais, comme cela a été le cas en 2004, lors du référendum sur la constitution européenne.

    De la même manière, une nouvelle rédaction de l'article 88-5 de la constitution serait ressentie comme une manoeuvre insincère. Tout compromis sur cette question serait une mauvaise solution : référendum d'initiative populaire ou choix laissé aux parlementaires de renoncer au référendum sont des solutions hypocrites. Pour faire sauter ce prétendu "verrou", il suffirait qu'un futur chef de l'État choisisse à son tour de changer la constitution.

    Permettez aux Alsaciens de donner leur avis sur le projet européen et sur l'intégration de la Turquie. En 1992, lors du référendum sur le Traité de Maastricht, c'est l'Alsace qui a donné au OUI son meilleur score : plus de 65 %. En mai 2005, Les Alsaciens ont dit OUI à 53,44 % au projet de constitution européenne. En même temps, 92 % des Alsaciens se sont déclarés opposés à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne – sondage Dernières Nouvelles d'Alsace-Iserco du 16 octobre 2001. Cette corrélation ne doit étonner personne. Ces chiffres prouvent, s'il en était besoin, que le sentiment européen ne peut prospérer que si les frontières et le projet européen sont clairement définis.

    Messieurs les députés, vous êtes de ceux qui ont affirmé que le référendum de ratification introduit dans la Constitution en 2005 devait être maintenu. Puissiez-vous résister aux pressions que l'on sent chaque jour plus fortes et ne pas céder aux propositions de compromis. Il est court le chemin qui va du compromis à la compromission. Votre responsabilité vis-à-vis du peuple français est immense et il faudra donc que vous preniez vos responsabilités lors du prochain congrès à Versailles.

    Veuillez agréer, Messieurs les députés, l'expression de ma parfaite considération

  • Les casques à pointe moins c...que nos sénateurs ?

    f6d8_2.jpgAu lecteur de juger et de comparer.

    Le refus des sénateurs d'inscrire les langues régionales dans la Constitution française témoigne pour le moins d'un terrible manque de sens politique. A tout prendre les Allemands de 1911 étaient plus intelligents dans leur politique face à l'Alsace et aux particularismes linguistiques. Que l'on en juge.

    En 1911, le Kaiser n'hésita pas à doter notre région d'une Constitution lui reconnaissant son propre Parlement et la reconnaissance de la langue française ainsi qu'en témoigne l'article 26 de la dite Constitution :

    ARTICLE 26

    La langue officielle des autorités et des institutions publiques, ainsi que la langue d'enseignement dans les écoles du pays est l'allemand.

    Dans les régions où la majorité de la population est francophone des exceptions peuvent être autorisées au profit de la langue française en vertu de la loi relative à la langue officielle du 31 mars 1872. De même, le président ( du Parlement) peut autoriser l'usage du français comme langue d'enseignement conformément à l'usage précédent en vertu de l'article 4 de la loi relative à l'enseignement du 12 février 1873.

     

    Fin de citation. Tout commentaire est superflu.

  • Le fond celtique de l'identité française

    Dans le cadre des activités de l'ALEP,Roland Vernizeau fera découvrir à ses auditeurs le substrat celtique de l'identité française à travers l'histoire, la toponymie, la linguistique, l'art et la littérature.

    L'exposé sera suivi d'un débat au cours duquel Roland Vernizeau répondra aux questions du public.

    La conférence débat aura lieu le jeudi 18 octobre 2007 au Collège Berlioz de Colmar. Bâtiment A à 18 heures 30 précise.

    A l'heure où les problèmes identitaires se politisent et prennent une importance croissante dans le débat sociétal, Roland Vernizeau se propose d'apporter une contribution érudite, optimiste et constructive à la question. Celte lui-même il croit à l'Eternel Retour et au triomphe de la vie. Une soirée à ne pas manquer !723e60c59b054d5376880dc6c57557dd.jpg

  • Municipales 2008 : L'Elysée recrute à Colmar

    47ab333babce642c61741e5c57c4a8be.jpgDans les DNA du 10 septembre on peut lire : Municipales "l'Elysée scrute Colmar"

    Sans doute s'agit-il d'une coquille et l'on doit probablement lire : "l'Elysée recrute à Colmar"

    Selon Roland Wagner, suppléant de Straumann, et futur candidat à la mairie " les chose vont se préciser d'ici le 15 septembre". Il faut comprendre que le 15 septembre, c'est la Saint Roland, ce sera donc la fête pour Roland Wagner qui devrait être "nominé" par l'Elysée aux dépens de Gilbert Meyer.

    A propos qu'en pense l'UMP ? A-t-elle encore quelquechose à dire sur le sujet ?

    Comme le 15 septembre c'est aussi ma fête, je trinque volontier à mon alter Roland, mais en même temps je forumule le voeu que se constitue face à lui une vraie opposition républicaine à Colmar face à la dérive bonapartiste qu'il représente.

    En tant que délégué d'Alsace d'Abord,et à l'heure où la droite républicaine et régionaliste est encore plus mal en point que la gauche,je me contente de préciser les points suivants concernant les municipales.

    1) Alsace d'Abord ne soutient ni ne s'oppose à aucune personne mais condamne un système anti-démocratique.

    2) Alsace d'Abord se réserve de constituer une liste de candidates et candidats de résistance républicaine et régionaliste sous réserve de ne présenter que des femmes et des hommes de qualité.

    3) Si en terme de qualité cette liste ne peut se constituer, Alsace d'Abord s'engagera activement dans le soutien à toute liste ouverte aux trois points fondamentaux qui justifient le combat d'Alsace d'Abord.

    Fusion des deux départements alsaciens.

    Renforcement de l'Assemblée Régionale.

    Réforme fiscale visant à rééquilibrer l'assiette de l'impôt, et l'ordonnancement des dépenses de son produit, entre les Régions et l'Etat central.

     

    Roland Vernizeau Délégué d'Alsace d'Abord pour Colmar Centre Alsace

  • Colmar accueille le Président,impression d'un plouc colmarien

    ff2ca7af2d48046aa55383e2f2f22b87.jpgHier 6 septembre je poussais péniblement ma "bétaillère" dans le trafic, rue du Ladhof, avec l'étrange sentiment d'être "zieuté" par les fliquettes à queue de cheval qui me faisaient une haie d'honneur de plus en plus dense à mesure que je m'approchai de ma destination, la déchetterie du Ladhof.

    J'étais pas peu fier de cette escorte officielle qui devint un attroupement  lorsque j'arrivai à la déchetterie, où je me sentis de plus en plus observé lorsque je poussai ma "bétaillère" sur la plate-forme.

    Le préposé du lieu, hilare, plaisantait avec une greluche et regardait d'un air interessé l'attroupement de l'autre côté de la rue chez  Liebherr. Intrigué je lui demandai ce qui se passait et il m'informa que le Président était en face, puis il sortit une bêtise à la greluche qui se tortillait. Moi je commençai à balancer mes déchets de jardin dans le conteneur, tout en observant l'autre côté de la rue. C'est alors qu'à toute allure le cortège présidentiel a débouché et c'était fini.

    Je suis reparti avec ma "bétaillère", et comme j'avais envie de pisser, je suis allé me soulager un peu plus loin dans la verdure, tout en me demandant ce que faisait le Président dans son escorte en pareil cas. Franchement je le plaignis de faire un métier pareil, mais à chacun sont truc, ça lui plaît et c'est tant mieux, car il en faut pour faire ce boulot. Tout come le Gilbert et l'Eric.

    Ces deux-là je les ai revus à la télé au journal de 2o heures et c'était quasi touchant. L'Eric était à la droite du Père et le Gilbert à sa gauche. Le tout avec en toile de fond les cadres et les ouvriers de chez Liebherr, de la vraie et de la belle mise en scène. On aurait dit Bush au milieu de ses Gis aux jours triomphants de l'invasion de l'Irak. Mais attention, l'Alsace n'est pas l'Irak et nous les alsaciens nous ne sommes pas des chiites, même pas des corses. Vous imaginez un alsacien poser une bombe parce qu'il en a marre d'être pris pour un cochon de payant ? Quand il pète l'alsacien se fait peur, c'est bien connu. Ah comme ils étaient gentils et sages notre Gilbert et son alter Eric de l'autre côté du Président, bref un tableau biblique et idyllique de notre Clochemerle colmarien.

    Et pourtant y en a qui sont pas contents que je vous dis !  Toujours au volant de ma "bétaillère' je suis tombé sur une bande d'excités qui dansaient la farandole autour de la Gilberte du rond point. Vous savez celle qui éclaire Colmar et le reste du monde. Ils manifestaient contre la politique du pouvoir parisien envers l'Alsace. Et ils avaient bien raison de le faire, mais ça c'est une autre histoire et là je redeviens sérieux.

    Pour défendre l'Alsace et sa particularité il ne suffit pas de manifester entre petits copains associatifs et autres, et uniquement de gauche. Il faut au contraire un mouvement populaire alsacien ouvert et dépassant les clivages de la droite et de la gauche.La survie de notre région est à ce prix, car sans sursaut populaire, l'Alsace ne sera bientôt plus qu'un souvenir historique et une réserve d'indiens.

  • Colmariens amoureux du livre

    4ed4b4000b0d3d670ca61a954fd1c87b.jpgLa  bibliothèque de la ville de Colmar invite à participer aux activités de son cercle de lecture.

    Ce cercle est une manifestation mensuelle organisée en partenariat avec l'Association des Amis de la Bibliothèque de la ville de Colmar.

    En accès libre chacun peut s'il le souhaite présenter un livre ou un auteur. Les interventions sont courtes  (1-15 minutes) et concernent tous les genres littéraires.

    Séance de rentrée : mardi 11 septembre à 18 heures 15 à la Nef des contes ( sous la bibliothèque des jeunes).

  • Europa der Korruption : nein Danke !

    8a43b062b5ea162b3d1ab19db4a5133f.gifAus dem "Spiegel" n°35. 22.08. 07.

     .......An jedem Tag erleichtern Betrüger die EU um fast eine Million Euro. Oft sind Bruüsseler Beamte im Spiel. Europas Regierungszentrum gilt als idealer Nährboden für Vetternwirtschaft, Selbstbedienung und Korruption...

    ....In Strassburg, dem offiziellen Sitz des Parlaments, zahlte Brüssel über mehr als zwei Jahrzente hinweg, zwischen 32 und 60 Millionen Euro zu viel en Miete, ohne dass es einem Kontrolleur aufgefallen wäre. Die Beamten der Gebaüdeverwaltung hatten sein 1983, nicht mehr in die Verträge gesehen..."

    Also hat die Stadt Strassburg ein gutes Geschäft gemacht, aber für alle die sich für Europa engagieren, stinkt dieses Europa der korrupten Bürokratie. Dieses Europa lehnen wir strikt ab !

    Nieder mit den verkommenen Brüsseler Behörden !

    Es lebe das Europa der Völker !

  • Alsace d'Abord : cherchez l'erreur !

    071ba9fe003931a93427a64fe0d7fd99.pngNicolas Sarkozy est allé hier dire aux Corses que ce n'est pas bien de poser des bombes. Corse d'Abord ! Le Président a ainsi effectué sa première visite officielle en province au pays des mafieux et autres terroristes, oubliant l'Alsace qui a voté massivement pour lui. Que faut-il faire pour que les problèmes spécifiques de notre région intéressent enfin le pouvoir parisien ?

  • Turquie : nouvelle victoire islamiste

    Abdulla Gül, membre du parti islamiste AKP est devenu le nouveau Président de la Turquie. Le parti islamiste contrôle désormais le Parlement et la Présidence. No comment !958cb248b7a0f0d9dba6645ef7856b09.jpg

  • La bonne question de Robert Spieler: à quoi sert encore le FN ?

    1c3c5c5e1d5cc27cc2289baa33dd6184.jpgOn lira avec intérêt dans Novopress France, un article de Robert Spieler qui pose la question de l'avenir du FN.

    Celui-ci se pose particulièrement en Alsace qui fut longtemps un fief de ce parti. Il est trop tôr pour savoir si le Sarkozisme des anciens électeurs alsaciens  du FN est un phénomène durable ou non. La tradition bonapartiste existe en Alsace depuis l'Empire,le gaullisme puis le sarkozysme en sont les derniers avatars.

    Mais il existe aussi en Alsace une tradition décentralisatrice et girondine longtemps incarnée par le Centre et aujourd'hui en déshérence. Alsace d'Abord, aussi bien que le Modem alsacien, se situent dans cette autre tradition alsacienne qui porte à une forte affirmation régionale.

    Après le cyclône politique qui suivit l'élection du nouveau Président, toutes les oppositions sont à reconstruire et pas seulement le FN.