Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

france

  • Alsace d'Abord : cherchez l'erreur !

    071ba9fe003931a93427a64fe0d7fd99.pngNicolas Sarkozy est allé hier dire aux Corses que ce n'est pas bien de poser des bombes. Corse d'Abord ! Le Président a ainsi effectué sa première visite officielle en province au pays des mafieux et autres terroristes, oubliant l'Alsace qui a voté massivement pour lui. Que faut-il faire pour que les problèmes spécifiques de notre région intéressent enfin le pouvoir parisien ?

  • Les préfets passent, l'Alsace trépasse

    fe4a849712db947a3e85508508cbc6e2.jpgLe préfet du Haut Rhin quitte notre bonne ville de Colmar et sera bientôt remplacé par un autre fonctionnaire . La presse locale ne tarit pas sur les mérites du partant et elle a raison, car l'ENA forme des personnels de qualité. Mais justement le problème est là : la République fonctionnerait mieux sans cette mainmise infantilisante qu'elle exerce sur les Régions à travers ses hauts fonctionnaires, un Préfet de région suffit.

     Pour illustrer mon propos, mentionnons quelques dossiers que les élus colmariens et ceux des villages environnants auraient parfaitement pu régler eux-mêmes, et de manière responsables autour d'une table.

    Le dossier de l'aéroport de Colmar tout d'abord. S'agissant pour l'essentiel d'un conflit de personnes, des élus responsables auraient dû trouver normalement le compromis nécessaire. Malheureusement la tutelle préfectorale s'est exercée très vite pour devenir un élément du jeu que chacun des protagonistes a cru pouvoir manipuler à son profit. Ce qui, soit dit en passant, est très exactement ce que veut l'Etat jacobin qui divise pour mieux régner.

    Passons sur la mise en place du pôle d'immigration performant qui relève effectivement de l'Etat central, ainsi que la relance des constructions des commissariats du département,mais que dire des interventions préfectorales dans le dossier du plan de prévention ds risques d'inondation de l'Ill ! Le dossier type qui ne concerne que les riverains.

    A ce sujet je rappelle que la devise des régionalistes est précisément Anliegerfrei/Réservé aux riverains. Slogan de mieux en mieux compris par les Alsaciens excédés de ne pouvoir s'occuper de leurs propres affaires.

    En attendant,les Préfets passent mais l'Alsace ne va pas bien, elle n'est plus cette région riche qui accepait volontiers de payer les gabegies de l'Etat central. Pour qu'elle ne trépasse pas définitivement , il va falloir gérer avec prudence ce qui reste de l'Alsace heureuse, et pour cela les Alsaciens doivent d'abord se prendre en charge.

    Bon départ quand même Monsieur le Préfet. Comme vous l'avez dit en partant Was d'r Bur net kennt, fresst er net ( ce que le paysan ne connaît pas, il ne le mange pas) .Vous avez bien raison, les paysans du coin ne sont pas méchants et ils ne bouffent pas du Préfet à toutes les sauces, pas comme en Corse par exemple. Mais sait-on jamais, à force d'être cocus ils finiront par s'en rendre compte et se mettre en colère.

  • Le futur maire de Colmar bientôt "nominé"à Paris ?

    7aeca32bead9c71d1661a19537ae8af4.jpgPour s'en convaincre il suffit de lire les DNA de ce 12 juillet 2007. Je cite :

    "L'UMP nationale se penche sur la ville" ou encore "Colmar inquiète l'UMP nationale" A croire qu'il n'existe pas d'instances locales ou régionales de ce parti. Mais il y a pire, il y a le comportement des élus UMP. Ceux-ci sont responsables de la relation infantilisante qui existe entre le niveau local de leur  parti et les instances dirigeantes à Paris.

    On croyait en effet qu'Eric Straumann et Roland Wagner étaient de grands garçons capables de prendre leurs responsabilités. Je soupçonne même les Colmariens des les avoir élus pour cela, de préférence à un maire qui ne cessait de se réclamer de Paris. Eh bien pas du tout. A peine élu les voilà qui se précipitent à Paris eux aussi, je cite encore les DNA :" Le nouveau député de la circonscription de Colmar, Eric Straumann, et son suppléant Roland Wagner, ont été reçus ce mardi matin à l'UMP à Paris pour.....parler des municipales l'an prochain à Colmar."

    En d'autres termes, plutôt que de se mettre autour d'une table et d'examiner ensemble la situation, les responsables colmariens de l'UMP vont jouer les petits rapporteurs à Paris dans l'espoir d'être "nominés" et d'évacuer le vilain petit canard du coin.

    Pas très glorieux tout ça et ça justifierait bien un front des oppositions colmariennnes, unies autour d'un programme minimum et commun d'action locale et régionale décidé ensemble à Colmar.

  • Bilinguisme et identité en Islande

    L'islandais est la langue des Sagas. C'est une langue qui a été préservée jalousement depuis l'époque des Vikings, si bien que les Islandais de 2007 lisent sans problème les textes écrits par leurs ancêtres il y a plus de 1000 ans.

    Aucun peuple européen n'est dans ce cas, et l'on comprend l'attachement des Islandais à la préservation de leur langue comme élément fondamental du maintien de leur identité.Ceci explique qu'ils refusent d'accepter des mots modernes comme téléphone, radio, télévision pour inventer des mots à eux formés sur les racines nordiques. Si donc vous cherchez des toilettes en Islande, mieux vaut savoir que cela se dit "styrningar"...Vous ne trouvez des "toilets" qu'à l'aéroport où l'affichage bilingue islando-anglais est de rigueur.

    Ce souci de la pureté de l'islandais n'empêche pas les Islandais d'être bilingues car l'anglais est enseigné dès la maternelle, ce qui laisse rêveur les Alsaciens attachés au bilinguisme.

    Nous savons en effet en Alsace que la langue est un élément fondamental de l'identité. Nous l'avons appris à nos dépens pour avoir subi longtemps  l'acharnement linguistique des Jacobins qui voulaient détruire l'identité de notre région. La situation est différente aujourd'hui car l'Alsace est devenue francophone au point de pousser certains à vouloir y développer priotairement l'enseignement de l'anglais dans un souci d'ouverture au monde ( et cela dans le mépris le plus total de la différence alsacienne)

    Une telle politique linguistique serait une erreur car pour se réclamer du bilinguisme à l'islandaise, il faudrait oublier le dialecte et le fait que l'Alsace est située au bord du Rhin, c'est à dire à la porte de cette Mittel Europa où l'allemand reste la langue d'échange encore plus que l'anglais. Le choix du bilinguisme en Alsace ne peut donc se faire qu'au profit de l'allemand avec incitation aux parents dialectophones à transmettre leur héritage linguistique à leurs enfants. La pratique de l'alsacien restant encore la meilleure base d'apprentissage de l'allemand.

    Pour en revenir à l'Islande et conclure, il faut remarquer que la préservation jalouse d'un patrimoine linguistique n'est pas la garantie du maintien de l'identité. La langue des Sagas n'empêche pas l'américanisation culturelle de l'Islande, en particulier parmi les jeunes générations. Par ailleurs la main-d'oeuvre immigrée travaille essentiellement en anglais dans l'hôtellerie et dans l'industrie de l'aluminium dominée par les Canadiens.Pire, en Islande comme ailleurs la mondialisation va de pair avec américanisation et perte de presque tous les repères. Là encore le combat identitaire va se livrer tôt ou tard, et là encore tout autant que la défense du patrimoine linguistique,le maintien de l'identité dépendra du maintien, ou non, de familles et de communautés stables assurant la transmission des valeurs et la pérennité de la culture.

  • Triomphe des idées régionalistes en Belgique

    115df98d59ea4552216938f79847a472.jpgCe matin au lendemain des élections législatives belges la presse belge célèbre le triomphe des chrétiens démocrates conduits par Yves Leterme sur la coalition des libéraux et de socialistes. Mais ce qu'elle se garde bien de souligner ce sont les nouveaux progrès électoraux de nos amis flamands du  Vlaams Belang. Ceux-ci progressent encore avec près de 20% des voix. Ils constituent de manière incontournable le deuxième parti flamand. Ce que la presse belge se garde aussi de souligner c'est que les chrétiens démocrates ont repris les idées du Vlaams Belang, tout comme Nicolas Sarkozy a su récupérer  celles du FN .

    Ce sont donc nos idées décentralisatrices et régionalistes qui triomphent ce matin en Belgique. Un encouragement pour nous autres régionalites alsaciens. Dossier  à suivre.

    J'allais oublier, on a aussi voté en France hier et une vague bleue submerge le pays. Celui-ci a voulu en finir avec les archaïsmes de la gauche et du FN, ainsi qu'avec l'immobilisme centriste. IL faut s'en réjouir, mais pour nous régionalistes alsaciens le combat ne fait que commencer. Pour nous en effet la vraie rupture est celle qui remettra en cause le jacobinisme parisien et permettra à l'Alsace de se prendre en charge.

    La vague bleue ne doit pas  faire oublier non plus les illusionnistes parisiens et leur système de  manipulation politico médiatique. Derrière la vague bleue, il y le record des abstentions sous la Vè république. L'UMP est au pied du mur,le peuple lui a donné tous les pouvoirs. Si Nicolas Sarkozy  ne tient pas ses engagements les Alsaciens sauront s'en souvenir.