Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

régionalisme

  • Pissons sur la Belgique et sur l'UE avec !

    c8d7c18124614067248b85cd8e8ad716.jpgSi l'on en croit Jean-François Kahn,le héros des causes perdues, il faut sauver la Belgique.

    Les régionalistes, pas seulement flamands, pensent au contraire qu'il est temps de faire comme le manneken piss, c'est à dire pisser dessus et passer à l'ordre du jour !

    La crise belge perdure depuis 6 mois et aucune solution n'est en vue. Certains s'en inquiètent et oublient que la Belgique n'est qu'une mauvaise plaisanterie inventée par les Anglais pour contrer la France après les guerres napoléonniennes. La Belgique est une nation artificielle qui force Flamands et Wallons à vivre ensemble alors qu'ils n'en ont pas envie.Un divorce net entre les deux communautés aurait l'immense avantage de créer des situations plus saines et des remises en cause salutaires, pas seulement pour la Belgique, mais aussi en matière de construction européeenne.

    Tout comme la Belgique inviable après 177 ans de cohabitation forcée entre Flamands et Wallons, l'Union Européenne apparaît elle aussi inviable après 50 ans d'existence. Alors que à l'heure de la mondialisation une Europe forte serait nécessaire l'Union Européenne sous sa forme actuelle rend l'Europe débile et est la principale cause de l'affaiblissement de notre continent. Elle interdit en fait aux nations européennes de construire un projet politique commun. Le nouveau traité dit simplifié en est la parfaite illustration.

    Si donc la Belgique doit se désintégrer, cela constituera sans doute un choc pour l'Europe,mais ce sera peut-être un choc salutaire dont pourrait sortir une réflexion et des idées nouvelles au sujet de l'organisation du continent. Ce sera aussi la remise en cause du processus d'élargissement téléguidé de Washington et la question de Bruxelles et de ses institutions parasitaires sera enfin posée.

    On voit donc que bien au-delà des problèmes belges, la vraie question posée par nos amis flamands est celle du devenir d'une Union Européenne qui n'est qu'une excroissance du capitalisme mondialiste et la simple arrière cour politique des Etats-Unis On peut pisser sans crainte sur la Belgique et sur l'Union Européenne car l'avenir reste à inventer.

    Colmar d'abord

  • Le fond celtique de l'identité française

    Dans le cadre des activités de l'ALEP,Roland Vernizeau fera découvrir à ses auditeurs le substrat celtique de l'identité française à travers l'histoire, la toponymie, la linguistique, l'art et la littérature.

    L'exposé sera suivi d'un débat au cours duquel Roland Vernizeau répondra aux questions du public.

    La conférence débat aura lieu le jeudi 18 octobre 2007 au Collège Berlioz de Colmar. Bâtiment A à 18 heures 30 précise.

    A l'heure où les problèmes identitaires se politisent et prennent une importance croissante dans le débat sociétal, Roland Vernizeau se propose d'apporter une contribution érudite, optimiste et constructive à la question. Celte lui-même il croit à l'Eternel Retour et au triomphe de la vie. Une soirée à ne pas manquer !723e60c59b054d5376880dc6c57557dd.jpg

  • Municipales 2008 : L'Elysée recrute à Colmar

    47ab333babce642c61741e5c57c4a8be.jpgDans les DNA du 10 septembre on peut lire : Municipales "l'Elysée scrute Colmar"

    Sans doute s'agit-il d'une coquille et l'on doit probablement lire : "l'Elysée recrute à Colmar"

    Selon Roland Wagner, suppléant de Straumann, et futur candidat à la mairie " les chose vont se préciser d'ici le 15 septembre". Il faut comprendre que le 15 septembre, c'est la Saint Roland, ce sera donc la fête pour Roland Wagner qui devrait être "nominé" par l'Elysée aux dépens de Gilbert Meyer.

    A propos qu'en pense l'UMP ? A-t-elle encore quelquechose à dire sur le sujet ?

    Comme le 15 septembre c'est aussi ma fête, je trinque volontier à mon alter Roland, mais en même temps je forumule le voeu que se constitue face à lui une vraie opposition républicaine à Colmar face à la dérive bonapartiste qu'il représente.

    En tant que délégué d'Alsace d'Abord,et à l'heure où la droite républicaine et régionaliste est encore plus mal en point que la gauche,je me contente de préciser les points suivants concernant les municipales.

    1) Alsace d'Abord ne soutient ni ne s'oppose à aucune personne mais condamne un système anti-démocratique.

    2) Alsace d'Abord se réserve de constituer une liste de candidates et candidats de résistance républicaine et régionaliste sous réserve de ne présenter que des femmes et des hommes de qualité.

    3) Si en terme de qualité cette liste ne peut se constituer, Alsace d'Abord s'engagera activement dans le soutien à toute liste ouverte aux trois points fondamentaux qui justifient le combat d'Alsace d'Abord.

    Fusion des deux départements alsaciens.

    Renforcement de l'Assemblée Régionale.

    Réforme fiscale visant à rééquilibrer l'assiette de l'impôt, et l'ordonnancement des dépenses de son produit, entre les Régions et l'Etat central.

     

    Roland Vernizeau Délégué d'Alsace d'Abord pour Colmar Centre Alsace

  • Colmar accueille le Président,impression d'un plouc colmarien

    ff2ca7af2d48046aa55383e2f2f22b87.jpgHier 6 septembre je poussais péniblement ma "bétaillère" dans le trafic, rue du Ladhof, avec l'étrange sentiment d'être "zieuté" par les fliquettes à queue de cheval qui me faisaient une haie d'honneur de plus en plus dense à mesure que je m'approchai de ma destination, la déchetterie du Ladhof.

    J'étais pas peu fier de cette escorte officielle qui devint un attroupement  lorsque j'arrivai à la déchetterie, où je me sentis de plus en plus observé lorsque je poussai ma "bétaillère" sur la plate-forme.

    Le préposé du lieu, hilare, plaisantait avec une greluche et regardait d'un air interessé l'attroupement de l'autre côté de la rue chez  Liebherr. Intrigué je lui demandai ce qui se passait et il m'informa que le Président était en face, puis il sortit une bêtise à la greluche qui se tortillait. Moi je commençai à balancer mes déchets de jardin dans le conteneur, tout en observant l'autre côté de la rue. C'est alors qu'à toute allure le cortège présidentiel a débouché et c'était fini.

    Je suis reparti avec ma "bétaillère", et comme j'avais envie de pisser, je suis allé me soulager un peu plus loin dans la verdure, tout en me demandant ce que faisait le Président dans son escorte en pareil cas. Franchement je le plaignis de faire un métier pareil, mais à chacun sont truc, ça lui plaît et c'est tant mieux, car il en faut pour faire ce boulot. Tout come le Gilbert et l'Eric.

    Ces deux-là je les ai revus à la télé au journal de 2o heures et c'était quasi touchant. L'Eric était à la droite du Père et le Gilbert à sa gauche. Le tout avec en toile de fond les cadres et les ouvriers de chez Liebherr, de la vraie et de la belle mise en scène. On aurait dit Bush au milieu de ses Gis aux jours triomphants de l'invasion de l'Irak. Mais attention, l'Alsace n'est pas l'Irak et nous les alsaciens nous ne sommes pas des chiites, même pas des corses. Vous imaginez un alsacien poser une bombe parce qu'il en a marre d'être pris pour un cochon de payant ? Quand il pète l'alsacien se fait peur, c'est bien connu. Ah comme ils étaient gentils et sages notre Gilbert et son alter Eric de l'autre côté du Président, bref un tableau biblique et idyllique de notre Clochemerle colmarien.

    Et pourtant y en a qui sont pas contents que je vous dis !  Toujours au volant de ma "bétaillère' je suis tombé sur une bande d'excités qui dansaient la farandole autour de la Gilberte du rond point. Vous savez celle qui éclaire Colmar et le reste du monde. Ils manifestaient contre la politique du pouvoir parisien envers l'Alsace. Et ils avaient bien raison de le faire, mais ça c'est une autre histoire et là je redeviens sérieux.

    Pour défendre l'Alsace et sa particularité il ne suffit pas de manifester entre petits copains associatifs et autres, et uniquement de gauche. Il faut au contraire un mouvement populaire alsacien ouvert et dépassant les clivages de la droite et de la gauche.La survie de notre région est à ce prix, car sans sursaut populaire, l'Alsace ne sera bientôt plus qu'un souvenir historique et une réserve d'indiens.

  • Colmariens amoureux du livre

    4ed4b4000b0d3d670ca61a954fd1c87b.jpgLa  bibliothèque de la ville de Colmar invite à participer aux activités de son cercle de lecture.

    Ce cercle est une manifestation mensuelle organisée en partenariat avec l'Association des Amis de la Bibliothèque de la ville de Colmar.

    En accès libre chacun peut s'il le souhaite présenter un livre ou un auteur. Les interventions sont courtes  (1-15 minutes) et concernent tous les genres littéraires.

    Séance de rentrée : mardi 11 septembre à 18 heures 15 à la Nef des contes ( sous la bibliothèque des jeunes).

  • Alsace d'Abord : cherchez l'erreur !

    071ba9fe003931a93427a64fe0d7fd99.pngNicolas Sarkozy est allé hier dire aux Corses que ce n'est pas bien de poser des bombes. Corse d'Abord ! Le Président a ainsi effectué sa première visite officielle en province au pays des mafieux et autres terroristes, oubliant l'Alsace qui a voté massivement pour lui. Que faut-il faire pour que les problèmes spécifiques de notre région intéressent enfin le pouvoir parisien ?

  • La bonne question de Robert Spieler: à quoi sert encore le FN ?

    1c3c5c5e1d5cc27cc2289baa33dd6184.jpgOn lira avec intérêt dans Novopress France, un article de Robert Spieler qui pose la question de l'avenir du FN.

    Celui-ci se pose particulièrement en Alsace qui fut longtemps un fief de ce parti. Il est trop tôr pour savoir si le Sarkozisme des anciens électeurs alsaciens  du FN est un phénomène durable ou non. La tradition bonapartiste existe en Alsace depuis l'Empire,le gaullisme puis le sarkozysme en sont les derniers avatars.

    Mais il existe aussi en Alsace une tradition décentralisatrice et girondine longtemps incarnée par le Centre et aujourd'hui en déshérence. Alsace d'Abord, aussi bien que le Modem alsacien, se situent dans cette autre tradition alsacienne qui porte à une forte affirmation régionale.

    Après le cyclône politique qui suivit l'élection du nouveau Président, toutes les oppositions sont à reconstruire et pas seulement le FN.

  • 60è foire aux vins de Colmar. Avec ou sans moustache ?

    23d10407cc9443690a0c2b4894ec72b3.jpgLa 60è foire aux vins de Colmar a ouvert ses portes le 10 août dans la bonne humeur officielle et protocolaire de rigueur. Une foire aux vins ne doit pas tourner à la foire d'empoigne, aussi a-t-il été jugé préférable qu'elle fût inaugurée par un ministre dit  d'ouverture, plutôt  que par le député du coin, en froid dit-on avec notre Gilbert. Celui-ci avait le poil de moutache tellement  hérissé qu'il a dû..... la couper ! Avec, ou sans moustache,  comment préférez-vous notre Gilbert ?

    Plus sérieusement on retiendra de cette 60è foire aux vins que les nuages s'accumulent sur la viticulture, et là-dessus qu'il soit permis d'être un peu personnel car il se trouve que j'ai quelques liens familiaux avec le vignoble, pas l'alsacien mais le  bourguignon, du côté de Pouilly et de Fuissé. 

    Sur le sujet, et comme je suis politiquement incorrect comme vous savez, je dirai les choses telle qu'elles sont, en comparant la situation des petits producteurs à celle des petits patrons pêcheurs. La commission européenne oblige ces derniers à rester à quai, pour de louables raisons, mais n'entreprend rien contre les bateaux usines qui surexploitent les ressources halieutiques.

    De même, et pour de louables raisons également, les instances européennes forcent à l'arrachage de vignes qui nourrissent des familles, tandis que dans le même temps les multinationales japonaises et anglo-saxonnes investissent à tour de bras dans le vin, et plantent de nouvelles vignes où et quand ça leur chante.

    Mais j'ai mauvais esprit sans doute. Que cela ne vous gâche pas la fête ! G'sundheit !

  • Les préfets passent, l'Alsace trépasse

    fe4a849712db947a3e85508508cbc6e2.jpgLe préfet du Haut Rhin quitte notre bonne ville de Colmar et sera bientôt remplacé par un autre fonctionnaire . La presse locale ne tarit pas sur les mérites du partant et elle a raison, car l'ENA forme des personnels de qualité. Mais justement le problème est là : la République fonctionnerait mieux sans cette mainmise infantilisante qu'elle exerce sur les Régions à travers ses hauts fonctionnaires, un Préfet de région suffit.

     Pour illustrer mon propos, mentionnons quelques dossiers que les élus colmariens et ceux des villages environnants auraient parfaitement pu régler eux-mêmes, et de manière responsables autour d'une table.

    Le dossier de l'aéroport de Colmar tout d'abord. S'agissant pour l'essentiel d'un conflit de personnes, des élus responsables auraient dû trouver normalement le compromis nécessaire. Malheureusement la tutelle préfectorale s'est exercée très vite pour devenir un élément du jeu que chacun des protagonistes a cru pouvoir manipuler à son profit. Ce qui, soit dit en passant, est très exactement ce que veut l'Etat jacobin qui divise pour mieux régner.

    Passons sur la mise en place du pôle d'immigration performant qui relève effectivement de l'Etat central, ainsi que la relance des constructions des commissariats du département,mais que dire des interventions préfectorales dans le dossier du plan de prévention ds risques d'inondation de l'Ill ! Le dossier type qui ne concerne que les riverains.

    A ce sujet je rappelle que la devise des régionalistes est précisément Anliegerfrei/Réservé aux riverains. Slogan de mieux en mieux compris par les Alsaciens excédés de ne pouvoir s'occuper de leurs propres affaires.

    En attendant,les Préfets passent mais l'Alsace ne va pas bien, elle n'est plus cette région riche qui accepait volontiers de payer les gabegies de l'Etat central. Pour qu'elle ne trépasse pas définitivement , il va falloir gérer avec prudence ce qui reste de l'Alsace heureuse, et pour cela les Alsaciens doivent d'abord se prendre en charge.

    Bon départ quand même Monsieur le Préfet. Comme vous l'avez dit en partant Was d'r Bur net kennt, fresst er net ( ce que le paysan ne connaît pas, il ne le mange pas) .Vous avez bien raison, les paysans du coin ne sont pas méchants et ils ne bouffent pas du Préfet à toutes les sauces, pas comme en Corse par exemple. Mais sait-on jamais, à force d'être cocus ils finiront par s'en rendre compte et se mettre en colère.

  • Le futur maire de Colmar bientôt "nominé"à Paris ?

    7aeca32bead9c71d1661a19537ae8af4.jpgPour s'en convaincre il suffit de lire les DNA de ce 12 juillet 2007. Je cite :

    "L'UMP nationale se penche sur la ville" ou encore "Colmar inquiète l'UMP nationale" A croire qu'il n'existe pas d'instances locales ou régionales de ce parti. Mais il y a pire, il y a le comportement des élus UMP. Ceux-ci sont responsables de la relation infantilisante qui existe entre le niveau local de leur  parti et les instances dirigeantes à Paris.

    On croyait en effet qu'Eric Straumann et Roland Wagner étaient de grands garçons capables de prendre leurs responsabilités. Je soupçonne même les Colmariens des les avoir élus pour cela, de préférence à un maire qui ne cessait de se réclamer de Paris. Eh bien pas du tout. A peine élu les voilà qui se précipitent à Paris eux aussi, je cite encore les DNA :" Le nouveau député de la circonscription de Colmar, Eric Straumann, et son suppléant Roland Wagner, ont été reçus ce mardi matin à l'UMP à Paris pour.....parler des municipales l'an prochain à Colmar."

    En d'autres termes, plutôt que de se mettre autour d'une table et d'examiner ensemble la situation, les responsables colmariens de l'UMP vont jouer les petits rapporteurs à Paris dans l'espoir d'être "nominés" et d'évacuer le vilain petit canard du coin.

    Pas très glorieux tout ça et ça justifierait bien un front des oppositions colmariennnes, unies autour d'un programme minimum et commun d'action locale et régionale décidé ensemble à Colmar.