Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

strasbourg

  • Pissons sur la Belgique et sur l'UE avec !

    c8d7c18124614067248b85cd8e8ad716.jpgSi l'on en croit Jean-François Kahn,le héros des causes perdues, il faut sauver la Belgique.

    Les régionalistes, pas seulement flamands, pensent au contraire qu'il est temps de faire comme le manneken piss, c'est à dire pisser dessus et passer à l'ordre du jour !

    La crise belge perdure depuis 6 mois et aucune solution n'est en vue. Certains s'en inquiètent et oublient que la Belgique n'est qu'une mauvaise plaisanterie inventée par les Anglais pour contrer la France après les guerres napoléonniennes. La Belgique est une nation artificielle qui force Flamands et Wallons à vivre ensemble alors qu'ils n'en ont pas envie.Un divorce net entre les deux communautés aurait l'immense avantage de créer des situations plus saines et des remises en cause salutaires, pas seulement pour la Belgique, mais aussi en matière de construction européeenne.

    Tout comme la Belgique inviable après 177 ans de cohabitation forcée entre Flamands et Wallons, l'Union Européenne apparaît elle aussi inviable après 50 ans d'existence. Alors que à l'heure de la mondialisation une Europe forte serait nécessaire l'Union Européenne sous sa forme actuelle rend l'Europe débile et est la principale cause de l'affaiblissement de notre continent. Elle interdit en fait aux nations européennes de construire un projet politique commun. Le nouveau traité dit simplifié en est la parfaite illustration.

    Si donc la Belgique doit se désintégrer, cela constituera sans doute un choc pour l'Europe,mais ce sera peut-être un choc salutaire dont pourrait sortir une réflexion et des idées nouvelles au sujet de l'organisation du continent. Ce sera aussi la remise en cause du processus d'élargissement téléguidé de Washington et la question de Bruxelles et de ses institutions parasitaires sera enfin posée.

    On voit donc que bien au-delà des problèmes belges, la vraie question posée par nos amis flamands est celle du devenir d'une Union Européenne qui n'est qu'une excroissance du capitalisme mondialiste et la simple arrière cour politique des Etats-Unis On peut pisser sans crainte sur la Belgique et sur l'Union Européenne car l'avenir reste à inventer.

    Colmar d'abord

  • Le futur maire de Colmar bientôt "nominé"à Paris ?

    7aeca32bead9c71d1661a19537ae8af4.jpgPour s'en convaincre il suffit de lire les DNA de ce 12 juillet 2007. Je cite :

    "L'UMP nationale se penche sur la ville" ou encore "Colmar inquiète l'UMP nationale" A croire qu'il n'existe pas d'instances locales ou régionales de ce parti. Mais il y a pire, il y a le comportement des élus UMP. Ceux-ci sont responsables de la relation infantilisante qui existe entre le niveau local de leur  parti et les instances dirigeantes à Paris.

    On croyait en effet qu'Eric Straumann et Roland Wagner étaient de grands garçons capables de prendre leurs responsabilités. Je soupçonne même les Colmariens des les avoir élus pour cela, de préférence à un maire qui ne cessait de se réclamer de Paris. Eh bien pas du tout. A peine élu les voilà qui se précipitent à Paris eux aussi, je cite encore les DNA :" Le nouveau député de la circonscription de Colmar, Eric Straumann, et son suppléant Roland Wagner, ont été reçus ce mardi matin à l'UMP à Paris pour.....parler des municipales l'an prochain à Colmar."

    En d'autres termes, plutôt que de se mettre autour d'une table et d'examiner ensemble la situation, les responsables colmariens de l'UMP vont jouer les petits rapporteurs à Paris dans l'espoir d'être "nominés" et d'évacuer le vilain petit canard du coin.

    Pas très glorieux tout ça et ça justifierait bien un front des oppositions colmariennnes, unies autour d'un programme minimum et commun d'action locale et régionale décidé ensemble à Colmar.

  • Colmariens en Islande avec Alsace-Islande

    c64bd119ea283b38e14aea79d22dbac9.jpgCatherine Ulrich, la dynamique présidente d'Alsace-Islande avait organisé un tour d'Islande du 13 au 27 juin auquel j'ai participé et dont je vous rapporte quelques impressions et commentaires.

     Un grand merci tout d'abord à Catherine Ulrich pour sa remarquable organisation et le meilleur rapport qualité-prix qu'elle offre pour ce genre de voyage sous le cercle polaire. Catherine Ulrich connaît bien l'Islande et les Islandais dont elle parle la langue, et elle a su faire partager son enthousiasme pour ce pays et ses habitants. Si donc vous aimez les glaciers, les fjords et les safaris photo à la poursuite des baleines, n'hésitez pas à devenir membre de l'association Alsace-Islande.

    L'Islande m'est apparu comme un désert ultra moderne si j'ose dire. Ce pays désertique et glacé est peuplé de 300 000 habitants qui jouissent d'un niveau de vie parmi les plus élevés de la planète. La société islandaise est ouverte sur le monde mais très attachée à la préservation de son identité. Un exemple pour l'Alsace alors ?

    La situation n'est pas comparable mais quelques leçons peuvent être tirées, et la première me semble être le rapport des islandais à la politique. Ces descendants des vikings sont avant tout des gens concrets peu impressionnés par les strass, les paillettes,les ronds de jambe et le parler pour ne rien dire, qui constituent l'essentiel de la politique sous d'autres cieux. C'est sans doute la raison pour laquelle l'actuel président de la république islandaise n'a pas été réélu mais reconduit dans ses fonctions...faute de candidats.

    Un sens concret de la polititique qui se traduit par la poursuite d'objectifs concrets loin des usines à gaz idéologiques qui fondent l'action politique ailleurs.La grande ambition des Islandais c'est de préparer l'après pétrole. Pour le reste ils sont attachés à leur neutralité et viennent d'obtenir enfin le départ des Américains de la dernière base qu'ils possédaient dans le pays. Ne pas croire cependant qu'il s'agisse d'un pays idyllique. La jeunesse islandaise fuit les travaux pénibles et peu gratifiants, ce qui se traduit par l'importation de main-d'oeuvre étrangère avec les problèmes que cela pose. La jeunesse islandaise est en outre très touchée par l'alcoolisme et la drogue.

    On peut pourtant parier que l'Islande saura faire face aux défis de l'avenir et ne pas perdre le nord si vous me permettez cette conclusion appropriée.

  • Oui à la droite, non au tout UMP !

    Les querelles oppsant Gilbert Meyer et Eric Straumann ne sont qu'une tempête dans un verre d'eau. Les deux compères sont tous deux les représentants d'un parti parisien qui s'apprête à faire main basse sur l'Alsace, et peu importe que ce soit le Gilbert ou l'Eric qui soit élu car ce sera toujours l'appareil de Paris qui les manipulera.

     Au contraire à Alsace d'Abord nous n'accepterons jamais le tout UMP en Alsace, et cela au nom d'une saine conception de la démocratie. Voilà pourquoi je vous propose de modifier quelque peu le tract d'Eric Straumann de la façon suivante :

    OUI Alsace d'Abord appartient à la famille de la droite de rupture en Alsace

    OUI Alsace d'Abord représente la légitimité populaire alsacienne

    OUI Alsace d'Abord défend l'intérêt alsacien

    OUI Alsace d'Abord veut la rupture voulue par Nicolas Sarkozy et le rappelera aux Alsaciens si les engagements ne sont pas tenus

    OUI A LA GENERATION DE JEUNE ALSACE

    OUI  A LA SEULE OPPOSITION SERIEUSE EN ALSACE

    OUI A ALSACE D'ABORD avec Roland Vernizeau à Colmar d'Abord