Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

warsmann

  • Lettre ouverte d'Alsace d'Abord aux députés ump

    Lettre ouverte  à Richard Mallié, Frédéric Lefèbvre, Jean-Luc Warsmann
    et aux quelques députés UMP qui veulent maintenir le référendum obligatoire
    pour l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne.

    par Jacques Cordonnier, président du mouvement régionaliste Alsace d'abord


    Strasbourg, le 8 juillet 2008

    Jacques-Cordonnier.JPGMessieurs les députés,

    Les discussions chaotiques sur le projet de réforme constitutionnelle, au sein même de la formation politique à laquelle vous appartenez, montrent l'importance du point 33 du texte gouvernemental. Les tractations à rebondissements entre députés et sénateurs de l'UMP, les marchandages entre l'Élysée et une partie des députés de l'UMP sur la question du référendum pour ratifier les futures adhésions à l'Union européenne, et en particulier celle de la Turquie, créent, comme vous le savez, un profond malaise chez les Français.

    Ce référendum voulu par Jacques Chirac en 2005 a été voté par les parlementaires de l'UMP sous la houlette de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur et président de l'UMP. Ces mêmes parlementaires s'apprêteraient, trois ans plus tard, à retirer le référendum obligatoire de la constitution, à la demande du président de la République ? Le référendum pour la Turquie et le Monténégro, jugé bon par les parlementaires UMP il y a trois ans, deviendrait inutile aujourd'hui ?

    La question de l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne est une question essentielle pour l'avenir de l'Europe ; elle fait de l'article 33 le point crucial du projet de loi constitutionnelle. Les Français, en grande majorité, sont hostiles à l'entrée de la Turquie dans l'Union. Si la ratification par référendum était supprimée, les électeurs n'auraient plus de doute sur le double langage qui leur est tenu depuis tant d'années. Ils pourraient s'en souvenir aux prochaines élections européennes. Ce serait une nouvelle fois le projet européen qui en ferait les frais, comme cela a été le cas en 2004, lors du référendum sur la constitution européenne.

    De la même manière, une nouvelle rédaction de l'article 88-5 de la constitution serait ressentie comme une manoeuvre insincère. Tout compromis sur cette question serait une mauvaise solution : référendum d'initiative populaire ou choix laissé aux parlementaires de renoncer au référendum sont des solutions hypocrites. Pour faire sauter ce prétendu "verrou", il suffirait qu'un futur chef de l'État choisisse à son tour de changer la constitution.

    Permettez aux Alsaciens de donner leur avis sur le projet européen et sur l'intégration de la Turquie. En 1992, lors du référendum sur le Traité de Maastricht, c'est l'Alsace qui a donné au OUI son meilleur score : plus de 65 %. En mai 2005, Les Alsaciens ont dit OUI à 53,44 % au projet de constitution européenne. En même temps, 92 % des Alsaciens se sont déclarés opposés à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne – sondage Dernières Nouvelles d'Alsace-Iserco du 16 octobre 2001. Cette corrélation ne doit étonner personne. Ces chiffres prouvent, s'il en était besoin, que le sentiment européen ne peut prospérer que si les frontières et le projet européen sont clairement définis.

    Messieurs les députés, vous êtes de ceux qui ont affirmé que le référendum de ratification introduit dans la Constitution en 2005 devait être maintenu. Puissiez-vous résister aux pressions que l'on sent chaque jour plus fortes et ne pas céder aux propositions de compromis. Il est court le chemin qui va du compromis à la compromission. Votre responsabilité vis-à-vis du peuple français est immense et il faudra donc que vous preniez vos responsabilités lors du prochain congrès à Versailles.

    Veuillez agréer, Messieurs les députés, l'expression de ma parfaite considération