Colmar Régionalisme

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vu d'Europe

  • Tournant historique au G20

    sans-titre.pngSous le pression américaine,  le récent  G20 de Baden Baden a renoncé à condamner le protectionnisme dans sa déclaration finale. C'est un tournant historique  qui annonce une nouvelle phase du développement planétaire. Fini le libre échange mondialisé, voici  le retour des barrières douanières protectionnistes.

    Certes comme  Theresa May, Trump ne jure que par le libre échange quand il y trouve son compte, sinon il érige des frontières. Avec Theresa May, mais aussi Marine Le Pen et d'autres, il n'imagine pas que cette politique va à l'encontre des buts qu'elle se propose. Le protectionnisme devient inévitable dès lors que chacun veut jouer pour soi au nom du libre échange dérégulé. La  multiplication des barrières douanières nationales en dehors de toutes règles internationales entraine ensuite un freinage de la croissance mondiale et un processus décroissant; ce qui peut être positif car cela force chaque puissance économique à jouer d'abord sur ses atouts et  sur ses capacités d'innovation et d'inventivité.

    Trump apôtre de la décroissance et de l'innovation ! Mais au-delà du paradoxe Trump signale une nouvelle phase du développement de la planète à travers des turbulences économiques inévitables, voire dangereuses en cas de confrontation des USA et de la Chine. Mettez vos ceintures ça va décoiffer !

  • Rubrique de réinformation.

    sans-titre.png

     Mir welle bleiwe  wat mir sin ( Nous voulons rester ce que nous sommes ).

    C'est du platt que les Alsaciens comprennent et pas seulement dans la parenté linguistique mais aussi en politique, car comme les Hollandais, les Alsaciens ne demandent rien d'autre que de rester ce qu'ils sont. Et il en va de même de l'ensemble des Français. C'est la leçon de l'élection hollandaise qui a vu la victoire du premier ministre sortant Mark Rutte sur le populiste Gert Wilders.

    Les médias se sont fait peur en annonçant une quasi  victoire des populistes, c'était ignorer le profond bon sens des Hollandais. Ce peuple libéral et tolérant sait tracer la ligne de l'inacceptable, tout autant les outrances islamophobes de Gert Wilders que les insultes du dictateur islamo fasciste de Turquie. A sa manière Erdogan a contribué à la victoire de la droite libérale hollandaise qui lui avait interdit de faire sa propagande en Hollande. Les électeurs ont pensé qu'ils n'avaient pas besoin d'un Gert Wilders puisqu'ils avaient à la tête du pays un homme de caractère capable de maintenir l'identité hollandaise faite de tolérance et de refus de l'extrémisme. Celui des populistes comme celui des  islamistes, à commencer celui des sbires d'Erdogan.

    Puisse l'exemple hollandais inspirer les candidats à la présidentiel en France ! Notre pays à besoin d'une droite forte, identitaire et tolérante à la hollandaise. C'est n'est qu'à cette condition que Marine Le Pen sera battue dans la durée.

    Ne nous y trompons pas en effet, les populistes de Gert Wilders ont été battus mais ils ont encore progressé et Gert Wilders a raison de clamer que la Hollande n'est pas débarrassée de lui pour autant. De même chez nous un échec de Marine Le Pen ne sera que provisoire si le mixe nécessaire entre tolérance et identité n'est pas au rendez-vous des prochaines années.

    Le régionaliste alsacien Paul Mumbach n'aura pas ses signatures 

    Le système ne permet pas aux régionalistes de faire valoir des idées différentes et non jacobines dans le débat électoral. Cela crée des frustrations qui en Alsace ne peuvent qu'accroitre le vote en faveur du Front National.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • En marche !...vers le moyen-âge.

    140.jpgRemplacez la trompette du clown blanc par une flûte et le clown par un séducteur médiéval, et vous aurez Manuel Macron en train de nous entrainer vers on  ne sait trop  quoi,  comme le célèbre joueur de flûte de la légende allemande. Nul ne sait où va Manuel Macron, surtout pas lui.

    "En marche" ça marche et ça séduit le mouton moyen du troupeau UMPS, avec ces électeurs là Emmanuel Macron fait de l'optimisation électorale comme il sait faire de l'optimisation fiscale pour masquer sa fortune.

    Notez qu'il n'est pas pire que les autres candidats, il est comme eux,  comme nous,  il n'est qu'un fétu de paille sur la vague qui nous emporte et  qui disloque le monde d'hier.

    Où allons-nous ? disent beaucoup affolés par la tournure que prennent les évènements. A ceux-là je réponds que nous allons vers un nouveau moyen-âge, un monde de châteaux forts bien sécurisés  où  règne l'ordre et le progrès, et le monde des cours des miracles et des errants qui battent la campagne et trainent leur misère de par le vaste monde.

    Dans ce monde les nations n'ont plus de sens et les empires ne sont que de vagues références à un monde disparu qui fut autrefois organisé par l'Amérique, l'Onu ou encore l'Otan et l'UE. L'Amérique de Trump sombre dans le ridicule, mais son président voit juste quant à l'obsolescence et la dislocation des grandes institutions internationales du 20 è  siècle.

    C'est dans un monde médiéval qu'il faudra vivre désormais, sans s'étonner du  retour du local et des vieilles entités comme l'Ecosse ou la Catalogne.

    En marche  ! Oui mais en progressant à la boussole  et sans trop savoir où se diriger. En marche ! Oui Manuel Macron a raison de glisser sur ses projets et sa direction, avec son air de bisounours il a tout compris, il a compris que les jeux sont faits et que rien ne va plus, et il tire son épingle du jeu autant que faire se peut. Ceux qui croient encore à la politique et aux beaux discours électoraux sont des benêts.

    En marche donc ! Car il vaut mieux tenter de bouger plutôt que de rester sur place et glisser dans un sommeil mortel.  

    Sur le temps que  nous vivons on lira un catholique parle aux catholiques surhttp://le-vieux-templier.hautetfort.com

  • La France cacochyme en Europe cacophone.

    eu-flag.gifTandis que l'Autriche, l'Allemagne et la Hollande interdisent leurs territoires aux ministres du petit dictateur turc islamo fasciste en tournée de propagande électorale, la France de Hollande leur déroule le tapis rouge de manière lamentable.

    La cacophonie règne dans une Europe incapable de s'unir face à l'arrogance turque, mais le pire est l'attitude française. Dans cette affaire notre pays apparaît comme un  vieillard cacochyme faible et gâteux ayant perdu le sens de la réalité.

  • Macron- Le Pen : relève générationnelle et vrai choix.

    photo_urne_standard_100_BL.jpgEmmanuel Macron et Marine Le Pen sont probablement les adversaires du second tour de l'élection présidentielle à juger d'après les sondages. Cela n'est pas surprenant car tous deux incarnent à la fois une relève générationnelle et  un  vrai choix au-delà du clivage droite/gauche.

    Changement de génération d'abord. Les jeunes électeurs votent majoritairement pour le Front National mais parmi eux les plus éduqués et les plus intégrés dans l'économie mondialisée se préparent à voter pour Emmanuel Macron.

    Ce clivage parmi les jeunes électeurs correspond au vrai choix  que proposent Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Les Français vont  devoir décider s'ils acceptent le monde tel qu'il est, et d'abord l'Union Européenne, avec Emmanuel Macron, ou s'ils prennent le risque de " casser la baraque" avec Marine Le Pen. Dommage que ce choix ne corresponde pas à l'alternative souhaitable qui est entre le mondialisme à la Trump et le mondialisme contrôlé par une Union Européenne digne de ce nom.

    Macron a raison d'accepter le mondialisme et Marine Le Pen a raison de vouloir  " casser la baraque" mais c'est à Bruxelles et non à Paris qu'il faut remettre les pendules à l'heure, voire "casser la baraque" pour refonder l'UE

     Macron l'européen saura-t-il le comprendre et se faire le champion français du renouveau européen ? 

     

  • Bruno Le Maire sort du panier de crabes.

    sans-titre.pngEn cessant de soutenir la campagne de François Fillon  Bruno Le Maire est sorti du paniers de crabes du parti dit " républicain".

    Il joint la cohérence morale à l'habileté politique. Bruno Le Maire est le candidat de la reconstruction future d'une vraie droite française et européenne après la tempête en cours. Celle-ci balaye le vieux personnel politique et prépare de nouvelles configurations dont Bruno Le Maire fera nécessairement partie.

  • L'islam turc facteur de guerre civile en Europe.

    121894_fr_lestroissi.jpgIl n'est plus possible de taire, de ne pas voir et de ne pas entendre ce qui concerne le défi de l'islam au sein des sociétés européennes. Le danger salafiste commence à être perçu et il nous amène à l'Arabie Saoudite mais le danger de l'islam turc est systématiquement sous estimé par les derniers partisans de l'entrée de la Turquie dans l'UE.

    L'islamiste Erdogan en profite pour pousser ses pions et il utilise désormais les imams turcs comme espions à son service dans la lutte qui l'oppose contre l'opposant en exil  Fetullah Gülen. 

    La police allemande vient de perquisitionner quatre religieux musulmans soupçonnés d'avoir espionné en Allemagne des partisans du prédicateur Gülen pour le compte du pouvoir turc. Ankara dément. Dossier à suivre. 

     

  • Chacun pour soi et Dieu pour tous !

    XVM0166423c-e13c-11e6-a30c-7e0318ea1240.jpgChacun pour soi et Dieu pour tous ! C'est le message de Trump et du Brexit. Message entendu puisque les Ecossais et les Irlandais ont des idées sur le sujet, tout comme les Californiens qui eux aussi commencent à rêver d'indépendance. Après le Brexit le problème grec va resurgir  avec de nouvelles ruptures en perspective. Ajoutez l'invasion migratoire incontrôlée qui y contribue également.

    N'oublions pas non plus les  Catalans qui progressent vers l 'indépendance.

    Pas de ça en France me direz-vous. Pour l'instant mais c'est la tendance. Les prochaines élections, présidentielle et législatives, auront le mérite de nous débarrasser d'une classe politique aveugle et corrompue. Macron ou Le Pen peu importe, le résultat sera le même. Mais ensuite la France se retrouvera face à des problèmes qui la divisent de plus en plus et posent inévitablement  la question des territoires. Par là il faut entendre les territoires de banlieues hors la loi, mais également ceux qui ont intérêt à se désolidariser du n'importe quoi national. Les Corses ont une longueur d'avance sur la question,  mais d'autres territoires ont intérêt à s'occuper eux-mêmes de leurs affaires, à commencer par l'Alsace.

     

  • Marine Le Pen à la télé.

    diapo-1.jpg

    J'ai regardé la télé avant hier soir. Cela valait Hercule Poirot, ou les petits meurtres d'Agatha Christie, les seules émissions que je regarde, à part le théâtre . Et  avant hier, avec Marine Le Pen dans l'émission  politique de France 2, ce fut du bon théâtre. Elle m'a fait coucher tard, moi le couche tôt, mais au moins avec elle on ne s'ennuie pas, pas comme avec  Fillon et ses avocaillons. On sait aussi à quoi s'en tenir, pas comme avec Macron et son site bidon, qui n'est là que pour vous faire passer à la caisse.

     Je m'en doutais un peu, mais je sais maintenant qu'il faut absolument que Marine Le Pen  soit loin devant au premier tour, et qu'elle soit ensuite battue au second. Les Français doivent l'installer durablement dans le paysage politique, car elle exprime leurs sentiments profonds, mais ils doivent ensuite l'éliminer, car elle les entrainerait dans la mauvaise direction.

    Elle est contre la construction européenne, et pour le retour à l'hexagone et à la franchouillardise, elle a tout faux. Elle fait du Mélenchon de beaux quartiers et elle est contre l'Allemagne. Elle ne comprend pas que l'Allemagne et la France sont liées pour le meilleur et pour le pire, et que sans ce mariage de raison  ( il y n'y a pas de sentiments en politique ) l'Europe est vouée à n'être que l'arrière cour de l'Amérique et le champ clos de toutes les contradictions du mondialisme.

    Dommage, car elle pourrait porter une vision gaullienne de la France , celle d'une Europe  qui  va de l'Atlantique à l'Oural. Mais une telle politique passe par l'alliance avec l'Allemagne et la réforme de l'UE. Dommage !

    Son refus de l'UE et de l'euro, est son talon d'Achille. Cela lui coutera la victoire à la prochaine élection présidentielle. Dommage !

  • l'Allemagne dort-elle encore ? Schläft noch Deutschland ?

    llema

    Lire la suite